ЖЖЖ_____( 2 ) MARXISME-LÉNINISME ______ idéologie et perspectives ______________________________________ ЖЖЖ

.

.

.

.

le Marxisme-Léninisme,

.

idéologies

et perspectives

.

.

.

lien ml GF

Ж

Ж

ЖFM_about

 

.

.

.

L’idéologie Marxiste-Léniniste est-elle un dogme,

c’est à dire une vérité prétendue absolue,

intangible et immuable ?


Avant d’être une idéologie, le Marxisme-Léninisme est d’abord une méthode de recherche et d’analyse, basée sur le matérialisme dialectique et le matérialisme historique, pour comprendre le monde et la société en tant que phénomènes évolutifs, et non statiques et immuables, qui fixeraient notamment les rapports sociaux oppressifs comme tels.


Tout comme la nature, ces rapports, même oppressifs, évoluent sans cesse.
Tout comme l’étude de la nature, l’étude économique et sociologique évolue avec les découvertes nouvelles, leurs applications et leurs conséquences sociologiques.
La lutte contre les rapports oppressifs évolue donc aussi.


Dans « MARXISME-LÉNINISME : en résumé, histoire et actualité de quelques fondamentaux « 
https://tribunemlreypa.wordpress.com/xxx-marxisme-leninisme-en-resume-histoire-et-actualite-de-quelques-fondamentaux-xxx/
on a déjà vu rapidement en quoi le léninisme constituait un développement théorique majeur par rapport au marxisme. Peut-ont dire pour autant que Lénine a « révisé » le marxisme?


Voici, exprimé en 1908, dans « Matérialisme et Empiriocriticisme »,
alors qu’il n’avait pas encore abordé les questions de fond sur l’impérialisme, ce qu’il pensait de ce genre de situation:
« Engels dit explicitement : « avec chaque découverte qui fait époque dans le domaine des sciences naturelles » (à plus forte raison dans l’histoire de l’humanité) « le matérialisme doit modifier sa forme » (Ludwig Feuerbach, p. 19, édit. allemande). Ainsi, la révision de la « forme » du matérialisme d’Engels, la révision de ses principes de philosophie naturelle, n’a rien de « révisionniste » au sens consacré du mot ; le marxisme l’exige au contraire. »


Le but de notre démarche, sur TML, est donc de chercher à comprendre dans quelle mesure l’outil ML est encore adapté pour décrypter le monde « mondialisé » du 21ème siècle, et non de venir au secours de telle ou telle idéologie politique héritée de l’effondrement du Mouvement Communiste International.


Telle quelle, dans la forme qu’elle avait pris avant l’avènement du révisionnisme khrouchtchévien en URSS, l’idéologie ML reste une base importante, dont le bilan reste à faire, mais elle ne saurait suffire à décrypter les évolutions actuelles de l’impérialisme.

 

D’autres formes de l’idéologie ML

se sont-elles développées depuis?


Il est évident que si le révisionnisme a triomphé dans la majorité des partis communistes, c’est que diverses formes d’idéologies se réclamant plus ou moins officiellement du ML, mais abusivement quant au fond, avaient déjà ouvert la voie à l’opportunisme.


Certaines ont pu conserver, provisoirement, dans le cadre des luttes de libération nationales, certaines caractéristiques anti-impérialistes de l’idée ML originelle, mais aucune n’a permis le développement réel d’une forme de socialisme avancée.


La plupart sont simplement devenues les roues de secours de l’impérialisme.


En France, le social-chauvinisme thorézien et ses avatars « modernes » ont progressivement cédé le terrain au social-fascisme.
Le succès malheureusement « populaire » du social-fascisme tient à ce qu’il a su adapter son projet politique aux contradictions de la société actuelle et qu’il a « relooké » son idéologie en fonction.


L’effondrement de la gauche française, et singulièrement, de la gauche supposée « extrême », tient à ce qu’elle continue de produire sans cesse des analyses destinées à raccorder artificiellement des idéologies (généralement révisionnistes) déjà anciennes à la réalité présente, au lieu de décrypter la réalité telle qu’elle est et de refonder le discours idéologique en fonction, sur la base d’un nouveau projet politique qui découle directement du réel, et non du « placage » d’une idéologie vétuste sur ce même réel.


Mais d’une manière plus générale, le discours de la gauche française, imprégné du social-chauvinisme thorézien depuis trois quarts de siècle, a largement, et de lui-même, fait le lit du social-fascisme en France, et contribue encore, même si involontairement, à son enracinement.


Une résistance conséquente ne pourra naitre qu’autour d’un noyau capable d’ouvrir le débat et d’organiser l’étude et l’analyse du réel en dehors de toute contrainte idéologique pré-établie, capable de remettre l’outil ML à l’épreuve du réel de notre temps. Ce n’est que d’une telle confrontation que peut naitre l’idéologie politique révolutionnaire du 21ème siècle.


L’idéologie politique révolutionnaire ne pourra être que l’expression popularisée de ce travail d’analyse et du programme politique qui en découlera dans l’action concrète.


Dans la mesure où le Marxisme-Léninisme reste l’outil le mieux adapté, à l’épreuve des faits, pour réaliser ce travail, l’idéologie qui en découlera pourra à juste titre être qualifiée à nouveau d’idéologie prolétarienne Marxiste-Léniniste.


Ce qui n’est pas le cas des vagues discours « théoriques » et catalogues de « revendications » formatés par les sectes bureaucratiques actuellement issues des débris du social-chauvinisme thorézien.


Paradoxalement, et malheureusement, il y a une convergence certaine entre cet héritage propre à la gauche française et le rejet violent de l’héritage positif du Mouvement Communiste International, concernant les expériences durables, jusqu’à un certain point, du socialisme historique réel, rejet violent auquel la bourgeoisie continue de contraindre le Mouvement Ouvrier, et pour cause…


S’il nous faut rejeter les carcans idéologiques caduques, il faut aussi nous réapproprier cet héritage positif dans une dialectique de combat, et le réintégrer dans l’idéologie nouvelle qui pourra ranimer le Mouvement Ouvrier sur des bases de lutte de classe solides, avec une perspective politique claire, pour le socialisme prolétarien.


Luniterre

FM_TML_2

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж