tribune marxiste-léniniste

Pour une paix durable, pour le droit des nations à disposer d'elles-mêmes, pour le socialisme.

Page des liens TML, réactualisée

.

.

.

.

Liens

Liens  TML :

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Solydairinfo

Le blog lyonnais de solidarité

anti-impérialiste

https://solydairinfo.wordpress.com/

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Front des Laïcs

La laïcité sans caricature!

un nouveau blog pour ouvrir le débat

dans une perspective progressiste!

https://frontdeslaics.wordpress.com/

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

                      

Reconstruction Communiste

Blog parisien pour la refondation

 

d’un Parti Communiste ML

 

http://reconstructioncommuniste.eklablog.fr/

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Le site du camarade WH, intéressant malgré des divergences sur certains sujets ;

http://www.proletaire.altervista.org/recherche%20marxisme/page_principale.php

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

VIVE LA RÉVOLUTION !

Site d’information libre,

d’inspiration situationniste,

mais non sectaire !

 http://mai68.org/spip/

(accueil libre>>modération à priori)

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Liens concernant la lutte de Résistance

antifasciste au Donbass

жжжжжжжжжжжжжжжжж

ВСН Бригада « ПРИЗРАК »

La Brigade « Prizrak »

Fondée par Alexeï Mozgovoï

MOZGOVOÏ 9 MAI__ago.

.

http://mozgovoy.info/

.

.


Son site VK

https://vk.com/brigadaprizrak

Autres sites en lien avec la mémoire

et le combat d’Alexeï Mozgovoï :

https://vk.com/mozgovoy_prizrak

https://www.youtube.com/user/informotryad/feed

https://vk.com/prizrak_kirovsk

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

les communistes de Lougansk

★ Коммунистический фронт Луганщины ★

https://vk.com/comfront

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Un blog d’info progressiste

sur la Nouvelle Russie :

https://vk.com/sovinformburo

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Les sites officiels

des Républiques Populaires:

Donetsk

ДНР

http://dnr-online.ru/

Lougansk

ЛНР

 http://lug-info.com/

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Комсомол Донбасса

(ЛКСМД)

Union de la Jeunesse Communiste Léniniste

du Donbass

 

Son site VK:

 https://vk.com/kdonbassa

A propos de l’UJC Léniniste du Donbass,

lire la traduction de son memento politique sur TML:

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/12/29/2174_union_jc_leniniste_du_donbass/

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

MOUVEMENTS PROGRESSISTES ET COMMUNISTES EN RUSSIE:

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

L’IGPR, un mouvement qui défend activement la mémoire de l’Union Soviétique, dans une perspective de renouvellement démocratique:

http://igpr.ru/

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

LE FRONT DES LUTTES SOCIALES EN RUSSIE:

 

http://www.rotfront.su/

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

 жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

   Partis se réclamant du Communisme  en Russie,

logo-kp

 http://komros.info/

 (Ce site comprend des pages en anglais et en espagnol)

.

************

.

.

Российская Коммунистическая Рабочая

Партия (РКРП-КПСС)

http://www.rkrp-rpk.ru/

 

Всесоюзная Коммунистическая Партия

Большевиков (ВКПБ)

http://vkpb.ru/

жжжжжжжжжжжжжжжжжж

D’autres forces antifascistes

en France

et en Russie,

 

.

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Le blog du mouvement russe,

Суть времени

http://ussr-2.ru/index.php/sut-vremeni

Le blog du groupe français éponyme,

« Essence du temps »

http://cartouche-info.livejournal.com/

http://eu.eot.su/language/fr/

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

.

Le blog du Camarade Vincent Gouysse:

http://www.communisme-bolchevisme.net/

 

 жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

.

Un site de documentation hoxhaïste:

 

http://ciml.250x.com/archive/hoxha/french.html

 

 

 жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Un site d’info sur la Biélorussie

https://vk.com/belarussby

жжжжжжжжжжжжжжжmжжж

RECORD BATTU…! Mais la farce électorale continue…

.

.

.

 

 

 

 

 

La France En Marche… Un record en vue…!

.

.

.

.

La.France.En.Marche…

______________________________________________________________________________________

.

.

.

http://www.bfmtv.com/politique/legislatives-vers-une-abstention-record-sous-la-ve-republique-1181492.html

Si La République en marche!, mouvement d’une future majorité présidentielle, est donné en tête des intentions de vote, c’est l’abstention qui risque de marquer les prochaines législatives.

Presque un Français sur deux n’irait pas voter aux prochaines législatives, prédit un sondage Odoxa. Sur le plateau de BFMTV, la directrice générale de l’institut Céline Bracq explique que « la participation pourrait atteindre les 52% ». Soit donc 48% d’abstention. Pour rappel, cette même abstention était de 42,78% en 2012. A ce niveau il s’agirait ni plus, ni moins, que d’un « record d’abstention sous la Ve République ». « On serait 20 points en dessous de la participation moyenne », insiste Céline Bracq.

« On voit qu’il y a une forte avance pour le mouvement du président, La République en marche!, mais ça s’apparente plus à une victoire par chaos technique. C’est une victoire en trompe l’œil. Cette ‘Macronmania’ dont on entend parler, on ne la relève pas vraiment au sein des électeurs. Ils ont envie de donner une majorité au président, mais ils restent sans illusion », analyse Céline Bracq.

Le « vote d’amplification », constante sous la Ve République

Vote de « cohérence », « d’amplification » de l’élection présidentielle, les expressions sont nombreuses pour désigner un constante du fonctionnement de notre régime parlementaire présidentialisé. Les Français seraient donc en passe de donner une majorité pour « donner sa chance au président », relève Jean-Sébastien Ferjou, cofondateur du site Atlantico. Mais surtout, il apparaît que les autres partis « ont, contrairement à Emmanuel Macron, très mal joué leur partition après le premier tour » de la présidentielle.

A cette réalité politique conjoncturelle s’ajoute cette constante structurelle que les législatives tenues dans la foulée de l’élection présidentielle ont toujours donné une « majorité et même une majorité absolue » au président. « Sauf en 1988, lorsque François Mitterrand (qui venait d’être réélu, NDR) avait appelé à voter pour d’autres afin de n’obtenir d’une majorité relative », rappelle Hervé Gattegno, éditorialiste à BFMTV. Une posture à rapprocher de la réflexion rapportée de l’actuel président, quand celui-ci évoque la « crainte d’avoir trop de députés » élus.

L’abstention serait, précise Céline Bracq, « répartie de manière homogène, parti par parti ». Autrement dit, ni le Front national, ni la France Insoumise, ni Les Républicains, ni le Parti socialiste, ne réussiraient à constituer, pour toutes les raisons précédemment invoquées, à constituer une force d’opposition suffisamment crédible à la vague montante de La République en marche!. Dans ces conditions, il va être difficile, y compris pour les candidats macronistes de se qualifier dès le premier tour du 11 juin prochain. Avec une abstention aussi forte que celle envisagée par les enquêtes d’opinion, atteindre le seuil des 12,5% des inscrits – certes non des suffrages exprimés – pour se maintenir au second tour risque d’être compliqué pour tout le monde.

http://www.bfmtv.com/politique/legislatives-vers-une-abstention-record-sous-la-ve-republique-1181492.html

Équilibre économique en Valeur-Travail: que devient la « concurrence »?

.

.

.

.

A propos de la notion d’équilibre en valeur-travail, en économie de transition, que devient la notion de « concurrence » ?

Un échange utile sur cette question importante, en marge de l’article

E ou A, une seule lettre peut-elle changer le cours de l’histoire?

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/05/29/e-ou-a-une-seule-lettre-peut-elle-changer-le-cours-de-lhistoire/

Republié sur AgoraVox :

 E ou A, une seule lettre peut-elle changer le cours de l'histoire ?

E ou A, une seule lettre peut-elle changer le cours de l’histoire ?

https://www.youtube.com/watch?v=n_rpie61L70 « Elaeudanla… Sur ma remington portative J’ai écrit ton nom Lætitia Elaeudanla Teïtéïa  »

1250 visites 1er jui. 2017 | 25 réactions | Luniterre   + Partager


Hermes Hermes 1er juin 18:54

@Luniterre

Bonjour, une question : selon le mode de production (le type d’outillage, l’organisation du travail, les conditions d’acheminement des matières premières, le climat,etc.), la valeur travail pour une même marchandise peut varier énormément, non ?

On aurait donc une concurrence « naturelle » qui se mettrait en place en fonction de la provenance des produits, même si à la base, il n’y a pas de l’intention de conquête de marché.

Comment l’idéologie marxiste intègre-t’elle cet aspect ?

merci de vos éclaircissements.

Répondre Signaler un abus Lien permanent


(Luniterre|attribut_html) Luniterre 1er juin 20:02

@Hermes

Bonjour,

Effectivement, c’est une question bien réelle et très importante. Telle quelle, je pense que vous la posez en ce qui concerne une économie de transition.

Elle a été également débattue en URSS de la haute époque, bien évidemment. C’est un choix de politique économique et sociale. Si l’on parle d’une production précise socialement utile, c’est donc le volume global des besoins à satisfaire par cette production qui doit guider la décision. Si deux unités de production inégalement « rentables », en termes de valeur-travail, et assez exactement tel que vous le décrivez, sont nécessaires pour y arriver, le bon choix est de maintenir les deux. Le prix de sortie du produit étant logiquement « égalisé », il y a un déficit pour ceux qui sont du « mauvais côté », le moins rentable, en raison de handicaps techniques tels que décrits par vous-même. Mais considéré sous l’angle d’un équilibre global de l’économie de transition, la différence, pour les travailleurs concernés, sera compensée par le sur-produit des secteurs plus favorables, sans pour autant que l’on puisse parler d’« exploitation » puisque ces secteurs bénéficieront aussi des produits ainsi fabriqués à prix « égalisés ».

C’est pourquoi il est important de comprendre une économie, surtout socialiste, dans sa globalité et non uniquement en terme de « rentabilité » locale, même en termes de valeur-travail. Ceci-dit, le but est de répondre aux besoins sociaux tout en évitant les gaspillages.
Ce qui était fait de manière empirique en URSS, avec quelques ratés, effectivement, peut être revu, avec les moyens modernes, en combinant, précisément, communication et gestion interactive, et même, démocratie directe, dans bien des cas.

Luniterre

Répondre Signaler un abus Lien permanent


Hermes Hermes 8 juin 11:25

@Luniterre

Merci pour cette réponse. Effectivement il faut que l’ensemble du marché soit controlé par une seule autorité, ce qui impose soit un système mondial, soit un système fermé, non ?

Répondre Signaler un abus Lien permanent


(Luniterre|attribut_html) Luniterre 9 juin 13:59

@Hermes

La question importante n’est pas « ouvert ou fermé », mais équilibre intégrant les divers secteurs d’activités dans une dynamique de développement endogène.


A quel niveau se place cet équilibre, là est la question. Commune ? Région ? Nation ? Continent ? Monde ?


A priori, plus ce niveau est restreint localement, plus la démocratie y semble praticable.


Pour autant, une démocratie reste purement formelle et inopérante si les ressources à gérer sont insuffisantes pour un développement endogène. Car il n’y a pas d’équilibre possible, autre que purement comptable et formel.


D’où l’échec inévitable de toute forme de socialisme « communaliste », indépendamment des inégalités évidentes entre communes, qu’il implique, et qui entrainent inévitablement la reconstitution de rapports marchands inégalitaires et capitalistes.

Le cadre des nations anciennement existantes n’est donc pas illégitime, et d’autant moins qu’elles présentent un facteur d’unité culturel préexistant.

Reste à comprendre la nature des échanges possibles entre elles.

C’est donc là que se situe la notion de « fermeture » que vous évoquiez. Notion qu’il me parait plus juste de qualifier de niveau d’équilibre pour un développement économique endogène, donc…

En effet, aucune nation ou communauté économique ne peut réellement survivre en totale autarcie, et de plus, ce n’est pas humainement souhaitable.

Mais là aussi la notion d’équilibre est primordiale et suppose donc des échanges bilatéraux négociés entre toutes les nations.
Pas de « libéralisme », évidemment !

Ces accords bilatéraux doivent donc également être négociés de façon équilibrée et équitable entre chacune des nations échangeant entre elles.
Cela peut paraitre très compliqué, mais c’est pourtant ainsi que pratique… la Suisse !!!

Ce devait être la règle internationale instituée après la guerre, avant que les USA n’imposent, bien plus tard, l’OMC, sur la base du libéralisme déjà imposé par leur domination.

Ce projet d’organisation internationale du commerce (OIC) s’appelait étrangement « Charte de la Havane », dans les années 40, bien avant les Castro, donc !!

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_de_La_Havane

Bien entendu, cela ne résout pas forcément tous les problèmes d’inégalités entre les nations, non plus… Notamment les inégalités de ressources naturelles, évidemment.

Mais cela tend à les amortir et à les rendre non conflictuels. Une très grande nation échangeant avec une petite étant tenue d’échanger, sur cette base, en fonction des besoins nécessaires et suffisants de la petite, et sur une base d’égalité dans cet échange.

A très long terme, on peut supposer que la notion de « région économique » se substituera à celle de nation, et donc possiblement sur des bases plus équilibrées par elles-mêmes, et de taille adaptées à une gestion démocratique, incluant la gestion des échanges entre « régions »…

Évidemment on est actuellement très loin de cet idéal… vers lequel la « mondialisation » ne tend pas du tout, favorisant simplement l’émergence de nouveaux pôles d’accumulation du capital financier, de nouveau pôles de domination sur les petites nations, de nouveaux foyers de guerre potentiels, en fait.


Luniterre

Répondre Signaler un abus Lien permanent

 

Sur la dégénérescence du « marxisme » en Occident, une thèse du camarade WH.

.

.

.

Une approche théorique intéressante de l’embourgeoisement impérialiste de la classe ouvrière en occident, comme base économique et sociologique de la dégénérescence de la pensée « marxiste », par le camarade WH.

Toutefois, elle n’explique en rien la dégénérescence de la pensée marxiste en URSS et sa transformation rapide en révisionnisme, moins de dix ans après la grande victoire anti-fasciste de 1945.

De même, cette théorie n’explique en rien l’échec des luttes anti-impérialistes au 20ème siècle, et encore actuel.


Luniterre

.

.

.

*******************************

« Révolution de type 1 et 2
Un complément sur la stratégie révolutionnaire à l’époque moderne »

En doc PDF:    THEORIE WH

.

.

*******************************

Front Social : manif du 19 Juin, nouvelle version

.

.

.

Front Social : manif du 19 Juin, nouvelle version

 

A noter que le lieu de départ a changé…

 

Le contenu revendicatif du tract, quant à lui, n’a pratiquement pas changé.

Au delà d’une liste de revendications plus ou moins correctement présentées, c’est l’absence de toute perspective d’alternative politique anticapitaliste qui reste la principale lacune de cette initiative.

Aucune leçon de l’échec de la mobilisation contre la loi El Khomri ne semble donc avoir été tirée.

Le prétendu refus de négocier, « pour l’heure  actuelle » (« le temps est à la mobilisation, pas à la négociation… ») n’enlève rien au caractère purement anarcho-syndicaliste et spontanéiste de cette démarche, qui, même si elle recueille, éventuellement, le soutien d’un certain nombre d’éléments fort justement socialement révoltés, ne peut que mener à un échec tout à fait similaire à celui de l’an dernier.

 

 

Pour info, voici donc cette dernière mouture de l’appel du « Front Social » :

 

 

TOU·TE·S UNI·E·S CONTRE CE GOUVERNEMENT ANTISOCIAL

LE TEMPS EST À LA MOBILISATION!

Nous connaissons déjà les intentions offensives de Macron contre le code du travail et nos conditions d’existence. Ne lui laissons aucun délai pour appliquer ses mesures antisociales : le temps est à la mobilisation, pas à la négociation!

La loi El Khomri permet aux accords de branche et d’entreprise de s’appliquer même en étant moins favorables aux travailleurs que le code du travail. Macron prévoit d’étendre ces abus aux salaires et au temps de travail: c’est la remise en cause du SMIC et des 35 heures.

En plus du salaire direct, c’est le salaire différé qui est attaqué (ce qu’on appelle les cotisations sociales). En passant une part du salaire différé en salaire direct, Macron désire fragiliser et condamner à terme notre système de protection sociale : assurance chômage, assurance maladie et hôpitaux, allocations familiales, retraite, etc: toutes les aides sociales en souffriront.

En plafonnant les indemnités prud’homales, Macron souhaite donner les pleins pouvoirs aux patrons pour licencier abusivement les salariés.

Avec 120000 suppressions de postes dans la fonction publique, les fonctionnaires des collectivités territoriales mais également de l’Éducation nationale n’ont qu’à bien se tenir. Ces suppressions rendront caduques ses promesses de réduire la taille des classes scolaires.

Comme ses prédécesseurs, Macron entend renforcer la présence militaire française en Afrique et au Moyen-Orient ainsi que les politiques sécuritaires en France : parade en blindé, voyage au Mali s’inscrivant dans l’impérialisme français, prolongation de l’état d’urgence, renforcement des pouvoirs de la police, nomination de Gérard Collomb en tant que ministre de l’Intérieur, sans doute récompensé pour l’ensemble de son œuvre sécuritaire : répression des mouvements sociaux, vidéosurveillance, criminalisation des prostituées, expulsions locatives, chasse aux sans-papiers…

La construction de plus de prisons ne servira non pas à les désengorger mais à emprisonner plus de personnes précaires, dans le cadre de la criminalisation de la précarité.

Comme toujours, cette marche forcée vers l’ubérisation touchera plus durement les plus précaires d’entre nous, les femmes et les personnes issues de l’immigration.

Macron entend mener ses attaques à l’aide d’ordonnances dont l’application immédiate sans l’aval de l’Assemblée Nationale limitera drastiquement notre capacité d’organisation. C’est pourquoi il est primordial de construire la mobilisation la plus large possible en se constituant en tant que front social et ainsi se doter d’une véritable capacité d’action. Syndicalistes et associations, jeunes et moins jeunes, précaires, nous devons tou·te·s passer outre l’inertie, la division et le sectarisme pour passer à l’offensive dès maintenant.

 

LUNDI 19 JUIN À 18H

Départ: hôtel de ville

VENEZ TOU·TE·S MANIFESTER!

.

.

signataires:

(Sous réserves)

– CNT SO

– CGT Vinatier

– CGT Ville de Lyon

– NPA 69

– Union Pour le Communisme

– Unité Communiste

– assemblée de luttes de Lyon

 

**************************

Concernant les ravages du spontanéisme, d’une manière générale et l’an dernier en particulier, voir :

 

MARXISME-LÉNINISME:Conscience « spontanée » et/ou avant-garde prolétarienne ?

.

.

***********************

L’argent est-il ou n’est-il pas une marchandise ?

 

Une réflexion en marge d’un article paru sur Agoravox,

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-argent-un-bien-public-193579#forum4929779

Et en réponse à un post de M. Hum à la suite de ce même article.

« L’argent, un bien public »

 

 

L’argent est-il

ou n’est-il pas

une marchandise ?

 

 

« l’argent est tout, sauf un bien ou marchandise, c’est un contrat d’échange de valeur au porteur. »

Nous dit M. Hum…

 

 

La réalité, qui se trouve être tout à fait dialectique, sur ce sujet, comme tant d’autres, est donc, dans les faits, très ambivalente :

 

A l’origine, l’argent-métal, qu’il soit argent, or ou autre métal, est bien une marchandise, comprise comme telle, à la fois au sens strict et comme équivalent général de toutes les autres.

 

Ce phénomène existe toujours, dans des économies rudimentaires, comme celles internes aux prisons US, ou des cigarettes, des nouilles chinoises, peuvent être soit échangées, à un cours « de marché », contre d’autres marchandises, soit consommées directement.

 

Aujourd’hui, certes, il ne viendrait à l’idée de personne de se faire une salade de billets, ni même d’allumer son feu ou sa clope avec, (Sauf peut-être, jadis, à Serge Gainsbourg…) mais l’argent, sur le marché des changes, (FOREX), continue bel et bien d’être une marchandise, même si réduite à une fonction spéculative.
Nombre de matières premières, facilement stockables, font également l’objet d’échanges spéculatifs avant d’être consommées ou utilisées, et donc ont aussi une fonction provisoire d’équivalent général, en un sens.

 

Cela ne contredit en rien le fait que la valeur réside dans le travail, car l’argent, comme équivalent général de toute marchandise, reste donc aussi celui de la force de travail, comprise comme marchandise, en économie capitaliste.


Parler d’argent « en économie communiste » ne veut rien dire, à moins de préciser ce que l’on entend par là.
Le communisme, dans sa phase supérieure, suppose l’abolition de ces notions, et personne n’a prétendu sérieusement avoir créé une telle économie, et pas même Staline, qui, notamment à partir de 1941, (mais avant la guerre), parlait du socialisme comme d’une phase de transition, où la loi de la valeur continuait d’avoir cours, mais sous une forme différente. Approche du problème qu’il a tenté par la suite de développer jusqu’à sa mort, et que l’on retrouve exprimé de cette manière jusqu’en 1955, dans le manuel économique de l’académie des sciences de l’URSS.


http://www.d-meeus.be/marxisme/manuel/manuel.html

 

L’ »économie communiste« , au sens réel du terme, reste donc complètement  »terra incognita », (Sauf peut-être pour M. Hum, qui semble en avoir des « visions »… !)
Au vu de l’expérience, on peut néanmoins tenter de comprendre ce que peut être une économie socialiste, une monnaie socialiste.
A l’évidence, cette monnaie reste précisément un équivalent général des valeurs crées par le travail, et donc de la valeur-travail, en dernière analyse.
Elle n’est donc pas une monnaie de singe, tant que l’économie du pays est équilibrée, et que ses échanges extérieurs, aussi, sont équilibrés.
C’était le cas de l’URSS, au début des années 50, et selon des recherches historiques actuelles en Russie, il existait un projet de « marché commun » non seulement entre l’URSS et l’Europe de l’Est, mais aussi avec un certain nombre de pays « occidentaux », sur la base d’une monnaie de réserve commune qui aurait pu être le rouble.
A l’époque, le fait de posséder une réserve en or, comme équivalent général et garantie, jouait encore un rôle, et l’URSS était en passe de reconstituer la sienne.
Ce projet, en réalité déjà assez avancé, aurait pu, selon ces historiens, être la cause réelle de la mort de Staline,(« naturelle » peu probable), et non les légendes noires tissées à l’Ouest pour dissimuler la connivence US avec Khrouchtchev et son clan.

 

Voir notamment :

« За что убили Сталина », par Арсен Мартиросян

 

http://www.specnaz.ru/articles/195/27/1743.htm

 

Avoir un regard critique sur l’histoire des pays socialistes est utile, mais cela n’exclut pas d’en tirer des leçons positives, là où il y en a.

 

Luniterre

 

PS : sur ce sujet, la monnaie en URSS, la monnaie de réserve, voir notamment, dans le manuel, édition 1955 :


http://www.d-meeus.be/marxisme/manuel/chap32sect04.html

***********************