impérialisme

Trump contre l’Iran : Coup de force ou aveu de faiblesse ?

 

 

 

 

Trump contre l’Iran :

Coup de force

ou aveu de faiblesse ?

 

Seule chose évidente dans ce « coup d’éclat » : c’est une nouvelle frappe… sur le nez de son petit chien Emmanuel Macron, trop avide de lui lécher les bottes, une fois de plus… !

Déçu par ce maitre peu reconnaissant de sa docilité, Macron fait mine de vouloir lui mordiller les jarrets en « maintenant », voire en « renégociant » l’accord avec l’Iran…

Mais chat échaudé craint l’eau froide, et l’on voit mal ce qui inciterait l’Iran à « lâcher du lest » dans ces nouvelles circonstances…

Surtout face à la parole de peu de poids de ses partenaires dans cet accord sur le nucléaire.

Cela impliquerait que les européens soient assez unis et assez forts pour contourner les sanctions que Trump projette de mettre en œuvre à l’égard des « récalcitrants »…

Un fine, c’est la calculette qui sera l’arbitre des décisions, en comparant la valeur des affaires en cours avec l’Iran et le coût des sanctions US…

Dans un cas comme dans l’autre, c’est donc une perte sèche pour les économies des « alliés » européens de l’Amérique et une perte de crédibilité venant dévaluer la parole des USA sur la scène diplomatique internationale.

Et dans tous les cas, un regain de tension internationale et un recul considérable pour toute perspective de paix dans cette région du monde, notamment en Syrie, et bien au delà, évidemment.

En accréditant, contre toute évidence internationalement reconnue, la thèse sioniste selon laquelle l’Iran développerait une arme nucléaire et favoriserait le terrorisme, Trump entend justifier par avance une intervention armée contre l’Iran, soit directe, soit par ses supplétifs sionistes eux-mêmes.

Il apparait donc d’autant moins douteux que les dernières attaques sionistes perpétrées en Syrie ont eu lieu en plein accord et en totale coordination avec les responsables militaires US déjà opérationnels dans la région. Le geste nauséabond de Trump, même critiqué et le plus souvent, condamné, par la communauté internationale, et y incluant d’abord, ses propres alliés, est bien le premier pas délibéré vers une nouvelle guerre internationale, et non le signe d’une volonté d’apaisement.

Il est donc plus que jamais temps, pour la « gauche » prétendument anticapitaliste et anti-impérialiste, de prendre conscience du cadre international de conflit mondial larvé dans lequel se déroule ses luttes « sociales », et qu’elle ne peuvent ni s’en extraire ni avancer sans en tenir compte pour établir un rapport de force nouveau et déterminant contre Macron, le petit chien couchant de l’impérialisme US et du sionisme.

Luniterre

 

 

 

 

************************

 

WASHINGTON ― President Donald Trump’s decision to withdraw from the Iran nuclear deal will weaken U.S. relationships around the world and create problems that U.S. foreign policy will be grappling with for years, but it’s also a boon for the U.S. rival that American intelligence said helped Trump get elected: Russia.

Trump’s move will likely lead toward progress on Russian President Vladimir Putin’s two chief goals: splintering the U.S.-led alliance of democratic powers that currently dominates global affairs and fortifying Russia’s alternative network, which includes Iran and its partners across the Middle East.

A split between the U.S. and its three most powerful allies — France, Germany and the U.K. — was clear immediately after Trump’s announcement. The leaders of the latter three countries issued a joint statement expressing “regret and concern” and saying they want to sustain the Iran agreement, which promised Iran some freedom from international sanctions in exchange for limits on and guarantees of transparency about its nuclear development. They reiterated what Trump’s own military advisers and new secretary of state have said: Iran is abiding by the deal.

America moves further away from our key allies, which has implications that are extremely important and detrimental,” said Rep. John Garamendi (D-Calif.), a prominent member of the House Armed Services Committee.

The U.S. committed to the 2015 nuclear agreement with Iran, Germany, France, Russia, China and the U.K. All the other countries plan to stay in the accord.

The U.S. and Europe have always had disputes. But the worry is that something fundamental is shifting.

Trump’s reneging on past U.S. commitments on Iran and climate change, along with his willingness to wage a trade war with Europe and continuously misrepresent NATO, has made it hard for America’s foreign partners to think he truly sees them as friends.

That the president made his Tuesday announcement despite warnings from his own party’s top national security voices and independent experts reminds other countries that they can’t assume that U.S. supporters of traditional diplomacy and international norms will be able to keep American relationships on track. The implicit promise of an experienced, largely bureaucratic foreign service is that it brings professionalism and longterm thinking to whatever policy an elected official wants to pursue ― and on Tuesday, U.S. diplomats didn’t even have a plan for next steps after Trump’s speech.

The Europeans would prefer that the U.S. continue to operate as it traditionally did, said Federiga Bindi, a former official in the Italian government and a senior fellow at Johns Hopkins University’s School of Advanced International Studies. “I think with [the Iran deal announcement] they start to see who Trump really is. The U.S. is never going to recover from that.”

The Trump administration did try to soften the blow of the announcement. The president spoke of developing future Iran policy alongside foreign partners. And a White House statement said foreign companies that began work in Iran under the terms of the accord ― including some huge European firms ― would have a grace period to exit before potentially being hit with U.S. sanctions that Trump wants to reapply.

 

But that only underscored how U.S. priorities now diverge from those of its longtime allies. European leaders are committed to the Iran deal because they believe it prevents the spread of nuclear weapons and they know Iran will not stay in unless it receives some economic benefit. So now those same leaders, Bindi said, must try to shield their companies from U.S. sanctions by, for instance, helping them create ways to do business in Iran that can’t be disturbed by American regulators. But there’s only so much time in the day. It’s unlikely that European officials will focus much on trying to craft the “better deal” Trump pledged, particularly because the president didn’t seem to care about the months of work they and their American counterparts put into negotiations for side agreements that he had suggested might help convince him to stay in the deal.

Meanwhile, in Moscow, Putin began his fourth term in office this week with a chance to show that unlike the U.S., Russia does abide by international promises like the Iran agreement.

The accord was useful for Russia because it wanted to avoid more countries gaining nuclear weapons and thereby making one of its own assets less valuable. “It never really was comfortable with Iran’s potential for breakout,” said Michael Stephens of the Royal United Services Institute in London.

But a world in which U.S. credibility is in the gutter and the deal is in tatters is hardly a nightmare scenario for Putin.

As the U.S. puts more economic pressure on Iran, the Islamic republic will find it harder to acquire friends. That leaves Tehran with Moscow. Though the two are uneasy partners, they have cooperated to combat international initiatives that might challenge their own interests. In Syria, for instance, they fight side-by-side and present a united front in global organizations to defend their mutual friend Syrian President Bashar Assad.

Hard-liners in Tehran want to deepen that relationship. In the process, they seek to boost the sense of righteous resistance to the West that keeps aggressive nationalism strong among their base and ensure that their country remains a Putin-style autocratic society, rather than gaining more exposure to the Western liberties that many ordinary Iranians have clamored for.

A more isolated and paranoid Iran means “the Russians gain geostrategically,” said Reza Marashi, the research director at the National Iranian American Council and a former State Department official.

The United States, he added, is helping reinforce a perception that the Russians want to strengthen: that today Washington may hold sway in the southern half of the Middle East, but the north ― including key areas in Syria, Iraq, Iran and Turkey ― is under Moscow’s influence.

And that plays precisely into what Putin deeply desires ― to make Russia, 27 years after the fall of the Soviet Union, once again look like an equal to the U.S.

 

https://www.huffingtonpost.com/entry/trump-iran-deal-exit-win-for-russia_us_5af21ea9e4b00a3224ee17d1

 

*************************************************

 

 

Avec la décision de Trump, l’Amérique se tire une balle dans le pied…

 

 

Boeing will lose $20 billion because of Trump’s Iran decision

 

President Trump’s high-stakes decision to withdraw the U.S. from the multilateral Iran nuclear deal has winners and losers, and leaves serious questions about what happens next, but one clear loser is Boeing. After the U.S. and Iran signed the deal with China, Russia, and European allies in 2015, Boeing signed a $17 billion deal with Iran Air to deliver 80 aircraft and another $3 billion deal with Iran’s Aseman Airlines. Airbus also inked a deal to sell Iran Air 100 planes for $19 billion, only three of which have been delivered. « The Boeing and Airbus licenses will be revoked, » Treasury Secretary Steven Mnuchin said Tuesday. « The existing licenses will be revoked. »

« We will consult with the U.S. government on next steps, » Boeing vice president Gordon Johndroe said in a statement. « As we have throughout this process, we’ll continue to follow the U.S. government’s lead. » Boeing stock fell a modest 0.6 percent on the sanctions news, in part because Boeing already has a long backlog of orders pending, The Washington Post reports.

Trump’s decision immediately snaps back sanctions on Iran, prohibiting new deals with Iran and giving companies 90 days to wind down contracts involving airplanes and airplane parts, gold and other metals, U.S. dollar transactions, or auto deals, and 180 days to stop buying Iranian oil or conduct business with Iran’s insurance and shipping sectors. « These sanctions do impact all of the major industries, » Mnuchin said. « These are very, very strong sanctions; they worked last time. That’s why Iran came to the table. » He didn’t explain why Iran would return to the table after the U.S. broke its word. Peter Weber

 

http://thehill.com/homenews/administration/386849-boeing-losing-20-billion-as-trump-withdraws-from-iran-pact

 

**********************************

ANALYSE « LES ECHOS ». Le président américain a choisi de retirer les Etats-Unis de l’accord international sur le nucléaire iranien de 2015, ouvrant une période de grandes incertitudes.

« Le pire accord de l’histoire. Horrible. Désastreux. » Mardi 8 mai, Donald Trump a finalement annoncé sa décision de dénoncer l’arrangement du 14 juillet 2015 conclu à Vienne entre l’Iran et six grandes puissances, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Etats-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France) plus l’Allemagne. Un compromis arraché après douze années de complexes négociations, et qui vise à limiter la capacité de l’Iran à enrichir l’uranium à un niveau militaire.

Cet accord avait été mis sous la surveillance des inspecteurs de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique), qui, depuis sa mise en oeuvre en janvier 2016, ont réalisé dix vérifications pour s’assurer que Téhéran en respectait les conditions. En échange, l’Iran avait obtenu une levée progressive des sanctions internationales prises pour l’obliger à négocier. Ce qui, aux yeux du président Hassan Rohani, devait ouvrir la voie à une normalisation de son pays sur la scène internationale et donner une bouffée d’oxygène à l’économie iranienne.

 

Pour sortir de  l’accord de Vienne , le 45e président américain a néanmoins choisi l’option la plus extrême en réimposant les sanctions les plus dures contre Téhéran et en exigeant le retrait des entreprises étrangères d’Iran.

Détricoter les accords conclus par Obama

Il est vrai que le milliardaire américain avait nombre de motifs pour rendre une décision négative. Le premier est politique. Il s’agit de détricoter ce qu’a fait son prédécesseur démocrate, Barack Obama. Comme l’Accord de Paris sur le climat, celui sur le nucléaire iranien devait absolument être abandonné.

Les autres raisons tiennent à la nature de l’accord. Son champ est en effet limité aux activités nucléaires à but militaire et ne concerne pas le développement de missiles balistiques.  D’après l’IISS (International Institute for Strategic Studies), un certain nombre des systèmes de cet arsenal, le plus important au Moyen-Orient, seraient, en théorie, capables d’emporter des charges nucléaires.

En outre, la durée de l’accord est temporaire, fixée à dix ans. Ce qui laisse une grande interrogation sur l’après-2025. Enfin, il ne couvre pas les actions dénoncées comme déstabilisatrices de l’Iran dans le monde arabe, que ce soit en Irak, au Yémen, au Liban et en Syrie où plusieurs centaines de conseillers des forces spéciales iraniennes Al Qods et la milice du Hezbollah libanais ont été déployées. Une crainte qui a poussé à un rapprochement de circonstances entre l’Arabie saoudite et Israël et à des conflits par procuration avec l’Iran.

Un revers pour les Européens

Sur le papier, l’effet direct de la réimposition de nouvelles sanctions par les Etats-Unis est néanmoins relativement limité. Car dans le cadre de l’accord, Washington avait maintenu un éventail d’autres sanctions liées à d’autres domaines, notamment balistiques et militaires. Il s’agit en revanche d’un sévère revers pour Angela Merkel, Theresa May et Emmanuel Macron, qui ont tenté jusqu’à la dernière minute de faire changer d’avis le président américain.

Le vrai risque pour les Européens est économique, en raison de l’application de l’extraterritorialité des législations américaines contre des entreprises européennes tentées d’investir en Iran. Trump a donné six mois aux entreprises étrangères pour se retirer d’Iran. Personne n’a oublié l’amende de près de 9 milliards de dollars imposée à BNP Paribas en 2014. Jusqu’à présent, les Etats-Unis ont refusé, en outre, d’accorder des licences d’exportation pour les équipements aéronautiques américains.

Les dirigeants iraniens divisés

L’avenir dépend désormais de l’Iran. Les autorités de Téhéran restent divisées sur le point de savoir si elles se maintiendront dans l’accord ou si, au contraire, elles le quitteront après la sortie américaine. Pour les réformateurs comme le président Hassan Rohani, il s’agit d’un échec. De l’autre côté, les durs du régime, les religieux et les gardiens de la Révolution (Pasdaran) n’ont jamais vu d’un bon oeil ce qu’ils considèrent comme une compromission avec l’Occident. Toute décision appartient désormais au guide suprême, Ali Khamenei.

En cas de reprise de l’enrichissement de l’uranium au-delà des niveaux autorisés par l’accord de 2015, les options sont limitées. Car le président Trump n’a proposé aucune perspective pour parvenir à un « meilleur accord » avec l’Iran. Militairement, Israël ne peut répéter des raids comme celui mené en 1981 contre Osirak, le réacteur expérimental nucléaire construit par la France en Irak, ou plus récemment, en 2007, en Syrie.

Un plan B encore possible

La dissémination des sites iraniens, parfois construits à des profondeurs telles que seules des bombes à charge pénétrante, les « bunker busters » américains, peuvent les atteindre, rend impossible la réussite de telles attaques. Dans une région hautement instable, une offensive militaire d’envergure contre l’Iran n’est pas réalisable à moins de déclencher un conflit de très grande ampleur. La guerre menée contre l’Iran par l’Irak de Saddam Hussein (1980-1988) soutenu alors par les Etats-Unis et les Européens, a été un échec cuisant et une tragédie qui a fait plus de 800.000 morts.

Reste le plan B. Car l’Europe a une carte à jouer pour que l’Iran respecte les termes de la limitation nucléaire. A condition de parvenir à convaincre la Chine et surtout, l’alliée de circonstance de Téhéran, la Russie. Car le risque principal en cas de reprise du programme nucléaire militaire est de voir  une crise de prolifération nucléaire au Moyen-Orient. Peut-on imaginer que l’Arabie saoudite, la Turquie et les Etats du Golfe restent sans réagir face à un Iran doté de la bombe nucléaire ?

 

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0301658466686-pourquoi-trump-a-choisi-loption-la-plus-dure-contre-liran-2174822.php

 

 

Publicités

Tillerson limogé par Trump : un nouveau pas vers la guerre ?

 

Tillerson limogé par Trump :

un nouveau pas vers la guerre ?

Le limogeage de Tillerson par Trump indique une orientation renforcée vers la guerre planétaire

Par Bill Van Auken
15 mars 2018

Le limogeage du secrétaire d’Etat Rex Tillerson par le président américain mardi et l’annonce de son remplacement par le directeur de la CIA Mike Pompeo ont à voir avec une orientation, qui s’accélère, de l’administration américaine vers une politique de guerre planétaire comme solution à la crise profonde du capitalisme américain.

Limogé par un tweet matinal de Trump, Tillerson n’avait pas, selon ses assistants, été averti à l’avance qu’il allait être démis de ses fonctions. Le tweet est arrivé quelques heures après que Tillerson est revenu d’un voyage d’une semaine en Afrique, essentiellement une tournée d’excuses pour la qualification du continent comme «pays de merde» par Trump.

Trump a aussi annoncé que Pompeo serait remplacé par Gina Haspel, une personne directement impliquée dans les crimes de torture et de disparitions forcées.

Si la méthode de Trump pour limoger Tillerson fut abrupte, des rumeurs selon lesquelles le secrétaire d’État perdrait son siège au gouvernement circulaient depuis des mois à Washington, sur fond d’interventions répétées du président pour miner son supposé porte-parole dans le monde.

Dans une réprimande extraordinaire à son secrétaire d’Etat en octobre dernier, Trump avait tweeté depuis son club de golf du New Jersey que Tillerson « perdait son temps à négocier avec ‘le petit homme-fusée’ » surnom qu’il avait donné au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, ajoutant, « nous ferons ce qui doit être fait! », suggérant une action militaire. Le tweet était arrivé juste au moment où Tillerson avait des discussions avec les responsables chinois sur la crise dans la péninsule coréenne.

Au cours de la même semaine, on a appris que Tillerson avait qualifié Trump de «crétin» lors d’une réunion du Pentagone au sujet de la déclaration du président à ses conseillers qu’il voulait un décuplement des armes nucléaires américaines.

Quelles que soient les frictions entre le président américain et Tillerson, ancien PDG multi-millionnaire d’ExxonMobil, Trump a indiqué mardi un différent particulier sur la politique étrangère.

« En fait, je m’entendais bien avec Rex, mais il avait vraiment un état d’esprit différent, une pensée différente », a déclaré Trump aux journalistes au moment de quitter la Maison Blanche pour un voyage en Californie. « Si vous regardez l’accord sur l’Iran, je pense que c’est terrible. Je suppose qu’il pensait que ça allait.. . Donc nous ne pensions pas vraiment de la même façon. Avec Mike, Mike Pompeo, nous avons un processus de réflexion très semblable. Je pense que ça va très bien aller. »

Avec une fortune personnelle de plus de 300 millions de dollars et une carrière qui l’a amené au sommet de l’un des plus grands conglomérats pétroliers du monde, Tillerson est un défenseur dévoué des intérêts capitalistes américains. Il avait cependant d’importantes différences tactiques avec Trump et d’autres membres de l’administration, y compris sur la question de savoir si certains de ces intérêts pouvaient être obtenus par le biais de négociations diplomatiques plutôt que par une agression militaire.

Tillerson aurait été parmi ceux à la Maison Blanche qui le mois dernier ont dissuadé Trump de renverser l’accord nucléaire de 2015 négocié entre l’Iran et les P5 + 1 (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France et Allemagne) en ne signant pas la renonciation pendant quatre mois aux sanctions américaines imposées à propos du programme nucléaire. Trump se serait plaint en disant qu’il regrettait la décision et a promis de réimposer les sanctions en mai, la prochaine date limite de renonciation, à moins qu’il y ait un accord pour renégocier l’accord, y compris des termes que Téhéran ne peut pas accepter et n’acceptera pas.

Dans ce qui apparaît être une réponse au remaniement ministériel, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a tweeté mardi: « M. Trump a pris l’habitude d’être imprévisible et donc peu fiable pour quiconque avec qui il dialogue. Personne ne voudra conclure un accord avec la Maison Blanche si la signature des Etats-Unis n’est valable que pour 4 à 8 ans. »

Tillerson s’était également prononcé à plusieurs reprises pour des négociations avec la Corée du Nord, alors même que Trump la menaçait de «feu et de fureur» et disait vouloir «détruire totalement» ce pays et ses 25 millions d’habitants.

Finalement, Tillerson a été pris au dépourvu par Trump qui a déclaré soudainement la semaine dernière sa volonté de participer à des négociations directes avec la Corée de Kim Jong-un sur sa dénucléarisation et qui se tiendront en mai. Trump a fait son annonce juste un jour après que Tillerson avait dit aux journalistes en Éthiopie qu’il n’était pas clair « si les conditions sont bonnes pour commencer même à penser à des négociations. »

Le remplaçant proposé pour Tillerson, Mike Pompeo, a à maintes reprises affirmé sa détermination à mettre fin au traité nucléaire iranien et à poursuivre une stratégie de changement de régime à Téhéran. Après l’élection de Trump, il avait tweeté: « J’ai hâte de revenir sur cet accord désastreux avec le plus grand commanditaire du terrorisme au monde. »

En tant que directeur de la CIA, Pompeo qui s’est servi souvent d’une rhétorique anti-musulmane, a qualifié l’Iran de «théocratie despotique» et «d’empire pernicieux qui étend son pouvoir et son influence à travers le Moyen-Orient».

Ancien officier de chars de l’armée américaine et député « Tea Party » du Kansas, dont la carrière politique a été financée par les frères Koch, Pompeo s’est vanté en octobre dernier que sous sa direction, la CIA deviendrait une «agence beaucoup plus brutale». Il a déployé des commandos d’assassins de la CIA en Afghanistan pour éliminer les opposants au régime de Kaboul soutenu par les États-Unis.

Pompeo a aussi clairement exprimé son soutien au changement de régime en Corée du Nord, déclarant en juillet dernier qu’il « espérait que nous trouverions un moyen de séparer ce régime de ce système … Les Nord-coréens, j’en suis sûr, sont des gens adorables et aimeraient le voir partir. »

S’exprimant lors d’un talk-show dimanche, Pompeo a souligné que dans toute négociation entre Trump et Kim, « il n’y aura pas de concessions ».

Des sources à Washington ont indiqué que Trump voulait installer Pompeo comme secrétaire d’État avant que les négociations commencent.

La nomination de Pompeo suggère fortement que l’acceptation des pourparlers avec Kim est une ruse de la part de l’administration Trump, visant à ouvrir la voie à une action militaire américaine.

Interrogé dimanche lors d’une apparition sur ABC s’il était possible que les pourparlers n’aient pas lieu, le porte-parole de la Maison Blanche Raj Shah a répondu: « il y a une possibilité. Si c’est le cas, c’est la faute des Nord-Coréens, ils n’ont pas été à la hauteur des promesses qu’ils ont faites. »

Le remplacement de Tillerson par Pompeo a provoqué des réponses inquiètes des anciens alliés européens de Washington.

« Le limogeage de Rex Tillerson n’améliore en rien les choses », a déclaré le vice-ministre allemand des Affaires étrangères Michael Roth dans un tweet mardi.

Thomas Oppermann, le vice-président du parlement allemand, a lui, averti que le limogeage de Tillerson, qu’il a qualifié d ‘ « interlocuteur fiable et intelligent », entraînerait un « nouveau recul des relations germano-américaines ». Les brusques changements au sommet de l’administration américaine, a-t-il ajouté, était une manifestation des méthodes «capricieuses et erratiques» de Trump.

Les opposants politiques ostensibles de Trump au sein du Parti démocrate ont réagi au remaniement ministériel du seul point de vue de la campagne anti-Russie, dont ils ont fait le centre de leur opposition à l’administration.

Chuck Schumer, le porte-parole démocrate du Sénat, a déclaré que Tillerson « était beaucoup trop mou avec la Russie », et qu’il espérait que Pompeo « serait beaucoup plus dur et nous espérons qu’il peut persuader le président d’être plus dur ».

La porte-parole démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a quant à elle attribué le licenciement de Tillerson au fait qu’il avait impliqué la Russie dans l’empoisonnement d’un ex-espion domicilié en Grande-Bretagne. « Les actions du président Trump montrent que chaque responsable de son administration est à la merci de ses caprices personnels et de son culte de Poutine », a-t-elle tweeté.

Lorsque Tillerson a été nommé secrétaire d’État, les démocrates s’y sont opposés non par crainte qu’un PDG du pétrole n’assume la haute direction de la politique étrangère du gouvernement américain, mais plutôt du fait des accords qu’il avait conclu avec la Russie.

Désormais, loin de s’opposer à la poursuite du virage vers la guerre de l’administration Trump, ils demandent seulement qu’il se concentre plus directement sur une Russie dotée d’armes nucléaires.

Dans une déclaration mardi, Schumer a également précisé qu’il n’appelait pas les démocrates à s’opposer à la remplaçante de Pompeo comme directeur de la CIA, Haspel ; à la CIA depuis 30 ans elle est directement impliquée dans la torture de détenus sous l’administration Bush, ainsi que dans la destruction de preuves vidéo documentant ces crimes de guerre.

(Article paru en anglais le 14 mars 2018)

 

 

Trump’s firing of Tillerson signals further shift toward global war

By Bill Van Auken
14 March 2018

President Donald Trump’s sudden firing of Secretary of State Rex Tillerson Tuesday and the announcement of CIA Director Mike Pompeo as his replacement is bound up with the accelerating shift by the US administration toward a policy of global war as the solution to the deep-seated crisis of American capitalism.

Fired by a morning tweet from Trump, Tillerson was reported by his aides to have had no advance warning that he was to be removed from his post. The tweet came just hours after Tillerson had returned from a week-long trip to Africa, basically an apology tour over Trump’s reference to the continent as “shithole countries.”

Trump also announced that Pompeo will be replaced by Gina Haspel, an individual who is directly implicated in crimes of torture and forced disappearances.

While Trump’s method of removing Tillerson was abrupt, rumors that the secretary of state would lose his cabinet seat had circulated for months in Washington amid the repeated interventions by the US president to undercut his supposed spokesman to the world.

In an extraordinary rebuke to the US secretary of state last October, Trump tweeted from his New Jersey golf club that Tillerson was “wasting his time trying to negotiate with Little Rocket Man,” the nickname he had adopted for North Korean leader Kim Jong-un, adding, “we’ll do what has to be done!”, suggesting military action. The tweet came just as Tillerson was holding talks with Chinese officials on the crisis on the Korean peninsula.

During the same week, it emerged that Tillerson had referred to Trump as a “moron” at a Pentagon meeting over the president’s statement to advisors that he wanted a tenfold increase in US nuclear weapons.

Whatever the frictions between the US president and Tillerson, the multi-millionaire former CEO of ExxonMobil, Trump on Tuesday pointed to a particular difference over foreign policy.

I actually got along well with Rex but really it was a different mind-set, a different thinking,” Trump told reporters as he left the White House for a trip to California. “When you look at the Iran deal, I think it’s terrible. I guess he thought it was okay. . . So we were not really thinking the same. With Mike, Mike Pompeo, we have a very similar thought process. I think it’s going to go very well.”

With a personal fortune of over $300 million and a career that brought him to the top of one of the largest oil conglomerates in the world, Tillerson is a dedicated defender of US capitalist interests. He had significant tactical differences with Trump and others in the administration, however, including over whether some of these interests could be achieved by means of diplomatic negotiations rather than military aggression.

Tillerson was reportedly among those in the White House who last month dissuaded Trump from upending the 2015 nuclear agreement negotiated between Iran and the P5+1—the US, Russia, China, Britain, France and Germany—by refusing to sign the four-month waiver of US sanctions imposed over the nuclear program. Trump has reportedly complained that he regretted the decision and has vowed to reimpose the sanctions in May, the next waiver deadline, unless there is a deal to renegotiate the agreement, including terms that Tehran cannot and will not accept.

In an apparent response to the cabinet reshuffle, Iran’s foreign minister Mohammad Javad Zarif tweeted Tuesday: “Mr Trump has made habit of being unpredictable and thus unreliable for anybody to engage with. Nobody will be interested in reaching any agreement with the White House if US signature only good for 4-8 yrs.”

Tillerson had also repeatedly spoken in favor of negotiations with North Korea, even as Trump threatened “fire and fury” and to “totally destroy” the country of 25 million people.

In the end, however, Tillerson was caught off guard by Trump, who suddenly declared last week his willingness to participate in direct talks with Korea’s Kim Jong-un on the de-nuclearization of North Korea to be held by May. Trump made his announcement just a day after Tillerson had told reporters in Ethiopia that it was unclear “whether the conditions are right to even begin thinking about negotiations.”

Tillerson’s proposed replacement as secretary of state, Mike Pompeo, has repeatedly made clear his determination to scrap the Iran nuclear treaty and pursue a strategy of regime change in Tehran. After Trump’s election, he tweeted: “I look forward to rolling back this disastrous deal with the world’s largest state sponsor of terrorism.”

As CIA director, Pompeo, who has repeatedly engaged in anti-Muslim rhetoric, referred to Iran as a “despotic theocracy” and a “pernicious empire that is expanding its power and influence across the Middle East.”

A former US Army tank officer and right-wing Tea Party congressman from Kansas, whose political career was bankrolled by the Koch brothers, Pompeo boasted last October that under his leadership, the CIA would become a “much more vicious agency.” He directed the deployment of CIA assassination squads in Afghanistan to eliminate opponents of the US-backed regime in Kabul.

Pompeo has also made clear his support for regime change in North Korea, declaring last July that he was “hopeful we will find a way to separate that regime from this system … The North Korean people, I’m sure, are lovely people and would love to see him go.”

Speaking on a news talk show Sunday, Pompeo stressed that in any negotiations between Trump and Kim, “there will be no concessions made.”

Sources in Washington have indicated that Trump wanted to install Pompeo as secretary of state before any negotiations began.

The appointment of Pompeo strongly suggests that the acceptance of talks with Kim is a ruse on the part of the Trump administration, aimed at paving the way to US military action.

Asked on Sunday in an appearance on ABC where there was a possibility that the talks would not take place, White House spokesman Raj Shah responded, “there’s the possibility. If it does, it’s the North Koreans’ fault, they have not lived up to the promises that they made.”

The replacement of Tillerson by Pompeo provoked worried responses from Washington’s erstwhile European allies.

The dismissal of Rex #Tillerson does not make anything better,” German Deputy Foreign Minister Michael Roth said in a tweet Tuesday.

Thomas Oppermann, the deputy speaker of the German parliament, meanwhile, warned that the removal of Tillerson, whom he described as “a reliable, intelligent interlocutor,” would result in a “further setback for German-American relations.” The sudden changes at the top of the US administration, he added, was a manifestation of Trump’s “capricious and erratic” methods.

Trump’s ostensible political opponents within the Democratic Party responded to the cabinet reshuffle entirely from the standpoint of the anti-Russia campaign that they have made the focus of their opposition to the administration.

Chuck Schumer, the Senate Democratic leader, said that Tillerson “was not close to tough enough on Russia,” and that he hoped that Pompeo “will be a lot tougher and we hope he can persuade the president to be tougher.”

House Democratic leader Nancy Pelosi, meanwhile, attributed Tillerson’s firing to his having implicated Russia in connection with the poisoning of an ex-spy living in Britain. “President Trump’s actions show that every official in his Administration is at the mercy of his personal whims and his worship of Putin,” she tweeted.

When Tillerson was nominated as secretary of state, Democrats opposed him not out of concern that a top oil CEO would be taking over the senior foreign policy position in the US government, but rather over his deals he struck with Russia.

Now, far from opposing the further turn toward war by the Trump administration, they are only demanding that it focus more directly on nuclear-armed Russia.

In a statement on Tuesday, Schumer also made it clear that he was not calling on Democrats to oppose Trump’s nominee to replace Pompeo as director of the CIA, Haspel, a 30-year CIA veteran who was directly involved in the torture of detainees under the Bush administration, as well as in the destruction of video evidence documenting those war crimes.

 

Sources:

http://www.wsws.org/fr/articles/2018/03/15/tile-m15.html

https://www.wsws.org/en/articles/2018/03/14/till-m14.html

 

 

Alerte !! USA-RUSSIE : Kissinger reprend du service !!

.

ALERTE !!

retour-k

 

 

Le criminel de guerre Kissinger

 

sort de sa tombe pour

 

marchander l’avenir du Donbass !

on: décembre 29, 2016

Kissinger, 93 ans, veut laisser son empreinte sur l’avenir du monde avec la Russie, l’Ukraine et le Donbass et intervient encore dans la diplomatie entre les Etats-Unis et la Russie. Kissinger, le conseiller des nombreuses guerres américaines, ami de McCain, de Merkel… l’invité régulier de la fondation Bertelsmann, qui a provoqué des millions de morts au Vietnam en conseillant Nixon, au Chili et dans d’autres pays en soutenant des dictatures, a été ressorti par l’élite mondialiste pour organiser un plan pour l’Ukraine et pour donner des ordres au peuple libre et souverain du Donbass ! «La Crimée contre le Donbass», propose Kissinger à Poutine !

Une élite mondiale à l’agonie. Pendant que les Etats-Unis s’enfoncent dans une société  tiers-mondiste avec les mouvements Black Lives Matter  comme en Afrique du Sud (où les infrastructures de la civilisation sont détruites) le Pentagon et ses experts sont allés sortir de son tombeau Henry Kissinger, lui, qui a mené la politique de destruction des Etats-Unis depuis qu’il est employé comme conseiller auprès des présidents américains. Kissinger est aussi un grand ami de la fondation Bertelsmann qui fait la pluie et le beau temps en Allemagne et qui a organisé la grande politique d’import de migrants en Allemagne et qui soutient le régime de Porochenko pour massacrer les russophones et les enfants dans le Donbass.

Master-Plan. «Kissinger doit organiser un plan pour l’Ukraine», explique le journal Bild ! A 93 ans Kissinger doit donner son avis et marquer la politique future en Ukraine et pour l’avenir du monde ! La presse anglo-saxonne nous explique que Kissinger a évoqué une nouvelle course à l’armement avec la Russie et que Kissinger est devenu le conseiller de Trump auprès de Poutine. Il faut rappeler que si Bild reste un tabloïd, c’est avant tout un journal officiel du pouvoir qui montre les directives officielles du gouvernement actuel de Berlin.

Le Donbass en échange de la Crimée. Kissinger, qui conseillerait à Trump de reconnaître la Crimée, demande à Poutine de livrer le Donbass au régime de Porochenko contre la reconnaissance de la Crimée. Le marchandage vient de commencer. «La Russie retire ses aides et son soutien au Donbass, Washington devrait reconnaître la Crimée comme étant un territoire russe», explique Kissinger. Mais, Kissinger oublie que la Crimée est russe et que la Russie n’a pas à accepter un tel marchandage de marchand de tapis. La Crimée est, par les faits historiques, russe et c’est par un référendum que les habitants de la Crimée ont décidé de faire sécession ce qui est un acte légal du droit international. Même l’expert allemand du droit international, Karl Albrecht Schachtschneider, explique dans ses écrits que la Crimée est russe et que l’action de la Russie avec la Crimée n’a rien à voir avec une annexion. Ce sont les Etats-Unis et leurs alliés qui bafouent le droit international en refusant de reconnaître la Crimée comme étant un territoire russe. Le plan de Kissinger sent la déroute des Etats-Unis ou encore le piège. Les Etats-Unis sont en train de tenter de trouver des solutions en tentant de caresser dans le sens du poil l’ours russe. Est-ce Poutine va accepter le marchandage proposé par Kissinger est livrer la population du Donbass à la politique de génocide antirusse de Kiev ? Pourquoi Trump, qui se présente comme l’ami de la Russie pour un monde meilleur vient d’employer Kissinger qui n’est qu’un homme du passé ?

Olivier Renault

 

POUR NOUS, SUR TML, LA RÉPONSE EST EN FAIT DÉJÀ DONNÉE EN GRANDE PARTIE ICI:

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/12/19/1972-2017-usa-chine-russie-survol-au-dessus-dun-nid-de-vautours/

charognards

1972-2017 USA Chine Russie, Survol au dessus d’un nid de vautours…

 

**************************************

Source de l’article d’Olivier Renault:

http://novorossia.today/le-criminel-de-guerre-kissinger-sort-de-sa-tombe-pour-marchander-lavenir-du-donbass/

 

NR FLAG OK

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Nuit Américaine: l’obscurantisme US va-t-il encore s’étendre sur le Monde?

.

.

 

US democracy

 

 

 

 

La démocratie US vue par le Camarade Do…

 



Si tu ne vas pas à la démocratie, la démocratie ira à toi

Bonjour à toutes et à tous,

Faisons semblant de croire que le modèle de la démocratie, c’est les USA. Si c’est vrai, cela veut dire que le futur président des USA sera vraiment le chef de ce pays.

Or, la mondialisation, c’est la mondialisation de l’empire américain ; par conséquent, le futur chef des Américains voudra être le maître du monde.

Dans ce cas, je pose la question : comment se fait-il que celui qui sera désigné pour devenir le chef d’un monde de 7 milliards d’habitants soit élu par seulement 200 millions d’électeurs ? Est-ce cela qu’on veut nous faire passer pour un modèle de démocratie ?

Autre façon de voir, les Amerloques vont devoir choisir entre Hillary Clinton, une ordure sioniste qui veut balancer des bombes atomiques sur la Russie afin de la mettre au pas ; et Trump, un abruti ultra-raciste qui veut construire un mur étanche entre le Mexique et les USA. C’est vraiment ça, la démocratie ?

Franchement, ça fait pas envie d’être américain !

Si j’avais la malchance d’être un Américain, je crois bien que je prendrais une forte dose de somnifère pour être bien sûr de pas aller voter au dernier moment. Car la seule vraie solution pour ces pauvres Amerloques, c’est que tout le monde refuse de participer à cette mascarade !

Ce qui est rassurant, toutefois, c’est que qui que ce soit qui sera élu, il ne fera pas ce qu’il a dit pendant sa campagne électorale. Car la démocratie bourgeoise, c’est ça, la campagne électorale se résume à une succession de mensonges. Et Trump n’est certainement pas le seul à tromper ses électeurs. Et, sûrement qu’elle a rit, Clinton, en calculant tous les mensonges qu’elle allait dire à ses futurs électeurs.

Trump sera contrôlé et par ceux qui sont en dessus de lui, et par ceux qui sont en dessous. Ce qui fait que sa politique raciste et phallocrate sera très atténuée. Et il n’aura pas les moyens de s’opposer vraiment à une politique guerrière de soutien à Israël s’il ne veut pas se faire descendre comme quatre autre présidents américains, dont Kennedy. Car c’est ça, la démocratie américaine : quand on veut se débarrasser d’un président, on l’assassine. Rappelons qu’en comparaison, quand les soviétiques ont voulu se débarrasser de Kroutchev, ou de Gorbatchev, ils n’ont pas éprouvé le besoin de les assassiner pour autant.

Quant à Hillary la folle, elle n’aura jamais l’occasion de faire une guerre ouverte contre la Russie, et encore moins celle de lui balancer des bombes atomiques sur la gueule, car les militaires américains ne sont certainement pas aussi tarés qu’elle. Et ils refuseront de lui obéir, et ils la tueront s’il le faut, pour éviter la fin du monde atomique.

Mais la démocratie n’a rien à voir avec tout ça, n’est-ce pas ?

Bien à vous,
do
8 novembre 2016
http://mai68.org/spip

 

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article11584

 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Déroute impérialiste : ils n’auront pas la Syrie !!

.

.

.

.

 

la déroute des impérialistes

.

se confirme … !

.

Ils n’auront pas

.

la Syrie !!

 DEROUTE

 

 

 

Arrivés aux pourparlers de Genève avec l’espoir de négocier la reddition de la Syrie indépendante et du gouvernement légitime de Bachar El Assad, les parrains de la coalition terroriste-impérialiste s’y voyaient rapidement contraints de négocier celle de leurs tueurs à gages en train de reculer sur tous les fronts. Ils ont donc préféré rompre ces négociations, spéculant sur une intervention encore plus ouverte et délibérément affirmée de leurs vassaux dans la région, Turquie et Arabie Saoudite.

Ce qui, au passage, enterre définitivement le mythe d’une « révolution démocratique » qu’ils prétendaient soutenir!

Aveu on ne peut plus clair de cette réalité incontournable de l’interventionnisme systématique mis en place pour étrangler la Syrie, ce « schéma » fort bien réalisé par « Le Parisien », qu’on ne saurait soupçonner de « complotisme » … :

 

 

Le Parisien

http://atelier.leparisien.fr/widgets/svg/relations-syrie/

 

 

 

Après avoir dépecé la Libye et semé le chaos et la mort dans bien d’autres nations qui tentaient, si peu que ce soit, de leur résister, les impérialistes, bestialement déchainés par leur propre crise, se heurtent  en Syrie à la résistance d’un peuple lassé de leurs promesses mensongères qui se terminent dans la déchéance et dans le sang des populations civiles.

 

Cette semaine, un des articles de la presse « officielle » illustrant le mieux cet aveu de déroute se trouvait sur « France 24 ». Le voici, tel quel:

 

 

La bataille d’Alep, sans doute un tournant majeur

dans la guerre en Syrie

 

 


(Texte par Marc DAOU__Dernière modification : 06/02/2016)


Les succès militaires du régime syrien, qui mène une offensive de grande ampleur dans la région d’Alep, d’où les rebelles risquent d’être balayés, pourraient changer la donne du conflit en Syrie.


L’étau se resserre sur les groupes rebelles (par « rebelles », il faut entendre mercenaires stipendiés par l’impérialisme. NDTML) dans le nord de la Syrie, qui sont en passe d’être chassés du champ de bataille par l’offensive éclair de l’armée syrienne dans la province d’Alep.  Appuyées par des milices chiites pro-iraniennes, dont le Hezbollah libanais, et par une campagne de raids aériens russes aussi intense que décisive, les troupes du président Bachar al-Assad sont en train de changer la donne du conflit syrien.


Les formations rebelles, composées de groupes modérés (?), de combattants islamistes et de jihadistes du Front al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, (aveu on ne peut plus clair de cette alliance immonde qu’ils ne peuvent plus dissimuler…NDTML) sont désormais menacées d’un siège total à Alep, la principale route d’approvisionnement entre l’ancienne capitale économique de la Syrie et la Turquie voisine ayant été coupée en milieu de semaine par les forces gouvernementales.


Outre les conséquences humanitaires de cette opération militaire majeure, lancée en début de semaine, qui a vu des milliers de civils fuir en direction de la frontière turque, les retombées sont aussi diplomatiques. En effet, les critiques pleuvent contre Moscou accusée de torpiller les négociations de sortie de crise. Mais c’est bel et bien sur le plan militaire que cette bataille risque sans doute de constituer un tournant.


L’exode des civils d’Alep s’accélère


Le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a indiqué samedi que son pays s’attendait à devoir accueillir dans les prochains jours jusqu’à 55 000 réfugiés syriens, après l’offensive dans la région d’Alep.
« Nous maintenons notre frontière ouverte pour les gens qui fuient. Nous en avons déjà accueilli 5 000, 50 à 55 000 autres sont en route et nous ne pouvons pas les abandonner car les bombardements (russes) ne s’arrêtent pas. Ils bombardent les écoles, les hôpitaux et les civils », a-t-il déclaré.


De lourdes conséquences en vue pour les rebelles


« Les rebelles sont sur une trajectoire descendante et la descente est de plus en plus raide », avertit Emile Hokayem, chercheur à l’Institut international pour les études stratégiques, basé à Londres, interrogé par l’AFP.


Et pour cause, si à terme Damas parvient à reprendre la province d’Alep, toute la bande frontalière avec la Turquie tombera aux mains du régime et des combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), qui contrôlent une bonne partie du nord de la Syrie. Attaquée sur deux fronts et privée de ravitaillement en vivres et en armes, la rébellion risque fort de perdre pied dans cette région, où elle est très active depuis 2012.


Pour les experts Faysal Itani et Hossam Abouzahr du centre de réflexion américain Atlantic Council, l’avancée du régime est un « coup dur » asséné aux rebelles et démontre à quel point l’intervention de Moscou a grandement bénéficié au pouvoir à Damas. « En comparaison avec ses revers il y a tout juste cinq mois, le régime est aujourd’hui bien placé pour diviser, isoler et avancer sur les positions de l’opposition dans plusieurs secteurs-clés », écrivent-ils sur le site du centre de réflexion.


Stratégiquement, selon les experts, les troupes gouvernementales pourraient même se contenter d’assiéger les rebelles toujours présents dans certains quartiers d’Alep, sans prendre le risque d’essuyer des pertes dans des zones urbaines où les combats seraient meurtriers, afin de se concentrer sur la reprise des localités situées plus au nord dans la province.


Une victoire qui aurait des conséquences sur d’autres territoires qui échappent encore au contrôle de Damas. « Outre le symbole fort que constituerait un succès militaire dans la province d’Alep, l’enjeu est très stratégique car cela aura pour conséquence d’isoler la zone d’Idleb, [situé au sud d’Alep et autre fief des rebelles en Syrie, NDLR], qui sera elle aussi encerclée et donc coupée des voies de ravitaillements depuis la Turquie, ce qui aurait pour conséquence d’asphyxier la rébellion dans ce territoire également », remarque Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes à France 24.


Un revers stratégique pour la Turquie et l’Arabie saoudite


Pour l’instant, rien ne semble pouvoir enrayer l’offensive d’une ampleur inédite du régime syrien, couvert d’un point de vue diplomatique par la Russie, qui n’a pas hésité malgré les pressions à intensifier ses raids aériens contre les rebelles. Damas, qui est en position de force sur la table des négociations, a même décidé de jouer carte sur table en dévoilant ses intentions, samedi 6 février, par la voix de son ministre des Affaires étrangères. Lors d’une conférence de presse organisée à Damas et retransmise à la télévision d’État, Walid Moualem a jugé « impossible » de mettre en œuvre un cessez-le-feu en Syrie tant que les frontières avec la Turquie et la Jordanie ne seraient pas bouclées.


Ces développements irritent grandement l’Arabie saoudite et la Turquie, principaux soutiens des groupes rebelles du nord de la Syrie, qui assistent jusqu’ici passivement aux succès militaires de Damas.


Toutefois, à Riyad, le ministère de la Défense a fait savoir que le royaume wahhabite était prêt à participer à des opérations terrestres en Syrie, si la coalition conduite par les États-Unis décidait d’en mener, sans préciser contre qui seraient envoyées ces troupes.


Quant à la Turquie, l’armée russe l’a accusée le 4 février de se préparer à une « intervention militaire » en Syrie, alors que les deux pays traversent une grave crise diplomatique depuis novembre. Des propos jugés risibles par le président turc Recep Tayyip Erdogan qui a dénoncé en retour « l’invasion » conduite par la Russie dans ce pays, et qui redoute plus que tout des gains kurdes le long de la frontière.


« Ces évènements constituent un revers stratégique pour la Turquie, car ces développements remettent en cause tout ce que le pouvoir turc a entrepris ces dernières années pour soutenir les rebelles dans cette région, explique à France 24 Khalil Hélou, ancien général de l’armée libanaise et expert des questions militaires et stratégiques. Ce qui peut pousser Ankara à entrer dans le conflit d’une façon directe, avec l’aval des États-Unis, en envoyant des troupes au sol ou en d’une façon indirecte, en fournissant aux rebelles des armes et des missiles sol-air pour résister à la puissance de feu russe ».


Une livraison qui semble très compromise si les troupes gouvernementales syriennes parviennent à reprendre le contrôle des frontières avec la Turquie.

 

 

*******************************

****************

Blason

prise-de-la-ville-de-salma-dans-la-province-de-lattaquie-le-12-janvier-

Drapeau

 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

 

 

En Syrie, le front impérialiste s’effondre !

.

.

.

.

 

Blason

.

.

Vers une défaite

.

de l’impérialisme

.

et du terrorisme

.

en  Syrie  !!

.

Drapeau

.

Tel quel, cet article emprunté au site RFI … La presse au service de l’impérialisme ne peut empêcher la  réalité de s’imposer tôt ou tard… Après quatre ans de terreur, de mensonges et d’interventionnisme à peine déguisé, elle ne peut plus faire croire à une prétendue « guerre civile » qui serait née de quelques manifestations « populaires » largement manipulées et instrumentalisées afin de rééditer l' »expérience » libyenne et livrer ce pays au chaos dans l’espoir d’un nouveau dépeçage impérialiste de ses ressources.

L’intervention russe, si elle a bien permis le renversement de la situation militaire, ne change rien quant aux données politiques fondamentales de la situation. Elle se fait en accord avec le gouvernement légitime et légitimement élu de Syrie, en dépit des conditions dramatiques imposées à ce pays, comme à tous ceux qui refusent le dictat impérialiste.

Cette intervention, comme celle du Hezbollah libanais et comme l’aide de l’Iran, est donc conforme au droit des peuples et des nations à disposer d’eux-même, et donc aussi à choisir leurs alliés et à combattre les interventions extérieures non souhaitées. De ce point de vue, il y a lieu de se réjouir de l’évolution de cette situation, qui vient en  résistance aux précédentes avancées de l’impérialisme sur tous les continents.

 

D’un point de vue plus analytique, cette résistance provient en grande partie de bourgeoisies nationalistes et/ou monopolistes d’état en voie de reconstitution, à des degrés divers de développement, mais qui n’ont pas encore atteint le stade caractérisé impérialiste . Bien évidemment, ce sont, pour tous les peuples concernés, des situations instables et dont ils sont les premières victimes. C’est pourquoi, tout en soutenant le front de lutte anti-impérialiste, nous devons privilégier le soutien à toutes les forces populaires et prolétariennes qui parviennent à s’organiser et à intervenir dans la lutte.

.

Syrie: de nouveaux rapports de force favorables au régime Assad

mediaDes soldats du régime syrien, le 27 janvier 2016 dans la ville de Rabia.REUTERS/Omar Sanadiki
.
.

Quatre mois de raids aériens russes contre les jihadistes et les rebelles en Syrie ont permis à l’armée gouvernementale syrienne et à ses alliés de reprendre l’initiative sur le terrain. Les forces de Bachar el-Assad avancent sur presque tous les fronts, imposant de nouveaux rapports de force qui se traduiront par un durcissement des positions du régime lors des négociations de Genève, supposées trouver une issue politique à la tragédie syrienne.

De notre correspondant à Beyrouth,

Certains spécialistes, notamment américains, ont beau minimiser les conséquences de l’intervention des forces aériennes russes en Syrie, les développements sur le terrain leur donnent tort. Depuis que le président Vladimir Poutine a ordonné à son aviation de soutenir directement les forces de Bachar el-Assad, les rapports de force ont été inversés.

Au printemps dernier, l’armée gouvernementale syrienne subissait de graves défaites et reculait presque partout. Le groupe Etat islamique avait pris la ville de Palmyre et se rapprochait de Homs et de Damas, la capitale. « L’Armée de la conquête », dont le Front al-Nosra – la branche syrienne d’al-Qaïda – constitue une des principales composantes, occupait Idleb et Jisr al-Choughour, menaçant Lattaquié, région natale et fief du président syrien.

Dans le sud, la situation n’était pas meilleure. L’armée syrienne perdait de vastes territoires dans les provinces de Quneitra, limitrophe du Golan occupé par Israël, et de Deraa, frontalière de la Jordanie. De nombreux experts pensaient que la défaite militaire du régime n’était plus qu’une question de temps, d’autant que son armée était très affaiblie par les défections, les insoumissions et les lourdes pertes (plus de 46 000 morts jusqu’à mars 2015, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme).

Quatre mois et des milliers de raids russes après, la situation a radicalement changé. Certes, l’armée syrienne rencontre une résistance acharnée de la part des rebelles – islamistes en majorité –, et sa progression est plus ou moins lente. Mais nul ne peut nier que les forces loyalistes sont désormais dans une dynamique offensive, qu’il sera difficile de stopper.

Cinq offensives simultanées

Appuyée par l’aviation russe, l’armée syrienne, soutenue au sol par les troupes supplétives de l’armée de défense nationale, par le Hezbollah libanais et par des instructeurs iraniens, a lancé simultanément cinq offensives majeures : à Lattaquié (ouest), au sud et à l’est d’Alep (nord), autour de Damas et dans la province de Deraa (sud). D’autres offensives de moindre envergure sont en cours à Quneitra (sud), au nord et à l’est de Homs (centre), à l’est et au sud de Hama (centre). Dans la province de Deir Ezzor (est), l’armée syrienne est sur la défensive face au groupe Etat islamique (EI).

Lattaquié est une priorité, car cette province abrite la base aérienne russe de Hmeimim, menacée par les rebelles, qui se trouvaient dans les montagnes, à 50 kilomètres. Après trois mois de combat, l’armée syrienne et ses alliés ont repris les deux principaux bastions rebelles de Salma et de Rabiha, défendus par des islamistes turkmènes d’obédience turque, par le Front al-Nosra et d’autres groupes.

Fin septembre 2015, les rebelles occupaient 750 kilomètres carrés de cette province de 2 300 kilomètres carrés. Aujourd’hui, ils n’en contrôlent plus que 190. L’armée syrienne est en passe de reprendre toute la province ainsi que les 15 kilomètres de frontière avec la Turquie, contrôlés par les rebelles depuis 2012. La prochaine cible de l’armée syrienne dans cette région est la localité de Kansabba, qui lui permettra de lancer la bataille de Jisf al-Choughour, verrou stratégique entre Idleb et Lattaquié, à la frontière avec la Turquie. Autre objectif, la localité de Kabina, qui ouvrira la bataille de Sermaniyé, principal fief d’al-Nosra dans la province voisine d’Idleb.

 

media

Des soldats syriens dans la ville de la Salma, prise le jour-même, le 16 janvier 2016. AFP

 

 

L’encerclement d’Alep

Simultanément, l’armée syrienne lançait, avec la participation du Hezbollah, une vaste offensive au sud d’Alep. Après deux mois de combats, elle a reconquis 800 kilomètres carrés et une soixantaine de localités, dont les villes de Hader, al-Is et Khan Toumane. Cette opération lui permet de procéder au désenclavement des quartiers ouest de la ville même d’Alep, qui sont sous son contrôle, et d’engager la bataille de la campagne à l’ouest de la grande métropole.

Dans le même temps, l’armée syrienne a ouvert un autre front, à l’est d’Alep, contre l’EI. Après une bataille qui a duré un mois, elle a brisé, le 10 novembre 2015, le siège de l’aéroport militaire de Kweirès, encerclé par les jihadistes depuis deux ans. Elle a ensuite poursuivi sa progression dans toutes les directions autour de l’aéroport, en concentrant ses efforts sur al-Bab, à 22 kilomètres à l’est d’Alep. L’armée syrienne n’est plus qu’à sept kilomètres de cette ville, qui est l’un des principaux bastions de l’EI en Syrie. En remontant vers le nord, elle pourra encercler les quartiers à l’est de la ville d’Alep, aux mains des rebelles.

Le régime a également lancé, il y a un mois, une vaste offensive dans la province de Deraa, dans le sud du pays. Après des combats féroces, qui ont fait des centaines de morts dans les deux camps (les rebelles ont reconnu la mort de 210 de leurs combattants), l’armée gouvernementale a repris la ville stratégique de Cheikh Meskin. Située à 70 kilomètres au sud de Damas, cette ville se trouve non loin de l’autoroute Damas-Deraa (la ville), et constitue un carrefour entre les provinces de Soueida, à l’est, et Quneitra, à l’ouest. Cette victoire permet de couper les voies de ravitaillement entre le sud et l’ouest de la province de Deraa et donne un précieux avantage à l’armée syrienne dans la prochaine bataille du sud syrien, avec pour ultime objectif la sécurisation de la frontière avec la Jordanie.

L’armée syrienne progresse aussi dans le fief rebelle de la Ghouta orientale, à l’est de Damas. Fin 2015, elle a repris l’aéroport de Marj al-Sultan et le village éponyme. Cette semaine, elle a procédé à l’encerclement total du fief rebelle de Daraya, au sud de la capitale, après avoir séparé cette ville de la localité de Mouadamiyat al-Cham, un autre bastion de l’opposition armée.

Sécuriser les frontières

La seule offensive qui a échoué, et que l’armée syrienne a dû interrompre, est celle de la plaine stratégique d’al-Ghab, entre les provinces de Hama (centre) et d’Idleb (nord). Après quelques succès initiaux, l’armée syrienne a reculé devant une contre-offensive des rebelles, qui ont repris les localités perdues ainsi que la ville de Morek. Mais après la reprise de Lattaquié, l’offensive d’al-Ghab devrait reprendre dans des conditions nettement plus avantageuses pour l’armée syrienne, selon un général libanais qui suit de près les développements militaires en Syrie.

Depuis l’intervention russe, l’armée syrienne a repris quelque 250 villes et villages, sur une superficie de près de 2 500 kilomètres carrés. Elle a durablement éloigné toute menace contre Damas et renforcé son contrôle sur la « Syrie utile », cette ceinture qui s’étend de Lattaquié à Deraa, en passant par les principales villes du pays. Pour écarter définitivement le danger de cette région vitale, il est impératif pour le régime de sécuriser la frontière avec la Turquie et la Jordanie. Un objectif qui n’est plus impossible à réaliser avec le soutien de la Russie, de l’Iran et du Hezbollah.

Ces nouvelles réalités militaires vont sans doute se traduire par un durcissement des positions du régime syrien lors des négociations de Genève. Il est en effet peu probable qu’il présente des concessions qu’il avait refusé de faire lorsqu’il était dans une situation beaucoup moins confortable.

Source:

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20160130-syrie-nouveaux-rapports-force-favorables-regime-bachar-el-assad-vladimir-pouti

 

Voir aussi:

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20160127-syrie-regime-regagne-terrain-plusieurs-regions-etat-islamique-iran

 

жжжжжж

 

 жжж   жжж

 

Russie, 1941-2015 : Un peuple se souvient !!

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖMMЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖMMMMMMMMЖЖ

 

.

.

.

Russie, 1941-2015:

.

.

Un peuple se souvient!!

.

.

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

parade

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

 

Il n’est pas dans nos habitudes de relayer des articles qui ressemblent à des communiqués officiels, et encore moins sans les commenter


Dans le contexte actuel, celui-ci nécessite d’être relayé, et appelle quelques commentaires…


http://fr.sputniknews.com/russie/20151107/1019352612/moscou-parade-celebration-anniversaire-guerre.html


« Le premier défilé a eu lieu le 7 novembre 1941.


La majorité de soldats ayant participé à la parade sur la place Rouge (28.500 soldats, ndlr) sont partis directement sur le front afin de défendre Moscou des troupes nazies.


La parade a eu un rôle crucial en contribuant à encourager les militaires russes. L’événement a montré au monde entier que Moscou refusait de capituler et que l’esprit combatif des soldats soviétiques était intact.


A présent, le 7 novembre marque en Russie la journée de la gloire militaire. »


Actuellement, la campagne de propagande russophobe occidentale, et notamment française, avec les nouvelles « caricatures » de Charlie Hebdo, ne parait pas connaitre de limites…


Et un quart de siècle après la chute de l’URSS, elle se double encore d’une campagne « antisoviétique » comme si demain une horde fantomatique de chars T34 surgis des boues glacées de Stalingrad risquait de déferler sur nos Champs Élysées…


Ce qui hante la bourgeoisie française c’est le spectre de sa propre veulerie face au nazisme et l’humiliation d’avoir du reconstituer son « empire » comme simple vassal de l’Oncle Sam, réalité qu’elle n’a fait qu’escamoter très provisoirement avec les rodomontades gaullistes.


A présent contrainte de jouer très ouvertement les seconds couteaux, elle tente de faire du zèle pour se placer à l’ »avant-garde » des larbins de l’impérialisme US, y compris dans le domaine de la lutte idéologique. Une de ses tentatives particulièrement grotesque était la série « Apocalypse Staline »…


Mais la ficelle en était si grosse qu’elle n’est pas passée sans susciter quelques réactions et débats.


Il y a eu l’article d’Annie Lacroix-Riz, repris sur de nombreux médias « alternatifs », et notre modeste contribution, « En réponse au mensonge médiatique » . Les interrogations historiques se sont finalement croisées dans le débat qui s’est développé en marge de la publication de l’article d’Annie Lacroix-Riz sur le site « Le Grand Soir ».


Cela a donc été l’occasion d’entrevoir de nouvelles pistes de recherche, notamment et simplement avec l’étude des statistiques de mortalité, qui tendent à remettre radicalement en cause la « légende noire » des purges de 1937-38. Il ne s’agit pas de nier les aspects répressifs du système soviétique, mais de les remettre en proportion et dans leur contexte historique.


Il ne s’agit pas d’être « stalinien » ou pas, mais de chercher à comprendre le décalage entre la vision cauchemardesque dans laquelle nos médias se complaisent, et la perception de leur propre histoire qu’ont eux-même, les russes…


Luniterre


Un lien vers les derniers éléments apportés au débat :


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/11/11/lacroix-riz-histoire-sovietique-suite-du-debat-sur-lgs_1936-38_les-purges-expurgees/


« En réponse au mensonge médiatique », version augmentée de nouveaux éléments :


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/11/06/en-reponse-au-mensonge-mediatique/


La première version, ici :


http://www.mai68.org/spip/spip.php?article9419


Le lien direct vers l’article d’Annie Lacroix-Riz sur LGS :


http://www.legrandsoir.info/la-question-prealable-des-sources-de-la-serie-apocalypse-staline-sur-france-2.html#forum120245


**********************

FM_TML_2J_

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

 ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

Indonésie:les ravages de l’économie impérialiste

A lire
 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

 

 жжжжжжж

жжж

ж

 Indonésie:

les ravages de l'économie impérialiste

https://zerhubarbeblog.files.wordpress.com/2015/11/kalimanta-3.jpg?w=599&h=337&crop=1

 

жжжжжж

жжжж 

El Niño, corruption et huile de palme, 

la recette infernale 

qui enfume l’Indonésie  

 

(Vincent Verschoore  05/11/2015 )

 

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/11/11/indonesieles-ravages-de-leconomie-imperialiste/

 

L’huile de palme, produit à haut vandalisme ajouté, reste un bien d’exportation majeur de l’Indonésie. Ce pays et la Malaisie détiennent à eux deux 80% de cette production (52 millions de tonnes en 2012, l’huile la plus consommée, devant le soja), très prisée pour son faible coût…

https://zerhubarbeblog.files.wordpress.com/2015/11/orang.jpg?w=500

….Je ne m’étendrai pas ici sur le massacre « collatéral » des animaux qui résident dans ces forêts,…

 жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Tous sur la Syrie…Mais qu’est-ce qui fait bouger le panier de crabes impérialistes?

En annexe, un débat sur la question ancienne mais connexe du « social-impérialisme soviétique », avec le groupe « ROCML ».

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

BOMbes J

ЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖ

ЖЖЖ

Tous sur la Syrie… 

ЖЖЖЖЖ

ЖЖЖ

ЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖ

Mais qu'est ce qui fait bouger

ЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖle panier de crabes impérialistes…?

ЖЖЖЖЖ

ЖЖЖ

ЖЖЖ

ЖЖ

 

Tous sur la Syrie…   USA, France, Arabie Saoudite, Turquie, Iran, et maintenant la Russie… Le monde entier semble s’être donné rendez-vous pour régler des comptes sur le dos de la pauvre Syrie…

Mais qu’est-ce qui fait bouger le panier de crabes impérialistes?


L’intervention russe semble redistribuer les cartes des enjeux géopolitiques…


Dans un contexte régional passablement embrouillé, de plus en plus illisible, et dont les populations civiles font déjà les frais depuis 4 ans, cette intervention révèle une nouvelle fois l’instabilité des rapports de force, et la vitesse accrue à laquelle ils changent avec l’enracinement des causes de la crise et son approfondissement chronique continu.


Si la Syrie est devenue le théâtre le plus spectaculaire de tous les affrontements, il ne doit pas nous faire oublier les autres brasiers allumés sur la planète par l’interventionnisme impérialiste.


Si l’on veut y comprendre quelque chose, à l’heure de la « mondialisation », c’est dans leur ensemble qu’il faut les considérer.


Il est de plus en plus d’usage courant de parler d' »impérialisme US », bien au-delà des cercles idéologiques marxistes-léninistes qui ont tendance à se réduire de manière inversement proportionnelle à l’extension de cet usage, auquel ils ont pourtant donné naissance…


Les USA, qui se trouvent impliqués dans la plupart des lieux d’affrontement, sinon quasiment tous, de manière indirecte, peuvent difficilement se débarrasser de ce qualificatif « impérialiste » qui leur colle à la peau au point qu’on le requalifierait presque de pléonasme…


Pourtant on voit bien, aujourd’hui, qu’ils ne sont plus seuls sur ce terrain de jeu mortifère…


Tous les belligérants sont-ils pour autant « impérialistes »?

Qu’est ce qui pousse une nation à se comporter en « impérialiste »?


Le seul fait d’intervenir militairement à l’extérieur de ses frontières fait-il « l’impérialiste »?


N’y-a t-il pas plusieurs définitions de l’impérialisme?


Il ne s’agit pas ici d’ébaucher un traité fondamental sur la question, mais simplement de revenir rapidement sur l’histoire du vocable et d’en relativiser les différents usages dans le contexte actuel.


Lénine distinguait déjà deux types d’impérialisme, l’ancien, avec Rome comme modèle, fondé essentiellement sur la conquête de territoire, et le nouveau, qui est d’abord une extension et une évolution du capitalisme, son « stade supérieur »…(1)


A son époque les deux types se conjuguaient encore très bien ensemble, sous la forme du colonialisme, mais il entrevoyait déjà très clairement l’avenir du système vers le néocolonialisme, avec ce qu’il nommait précisément les « semi-colonies », soumises à une domination financière et économique, sans occupation territoriale militaire.


Il nous expliquait déjà pourquoi la force de l’impérialisme réside d’abord et davantage dans l’exportation de capitaux, bien plus que dans l’interventionnisme militaire.


En période de crise, il n’en reste pas moins que l’interventionnisme vient au secours de l’investissement, et en phase de crise aigüe, ce jeu mortifère se transforme en embrasement généralisé, comme lors des deux premières guerres mondiales.


Mais si Lénine semble clairement être à l’origine de l’usage moderne du vocable « impérialisme », c’est précisément parce qu’il n’avait rien d’un marxiste dogmatique, et que loin de rabâcher des formules tirées des livres pour tenter de les faire coller à la réalité, il n’hésitait pas à s’approprier le meilleur des analyses économiques et financières « bourgeoises », pour en faire une relecture et une analyse concrète et authentiquement marxiste, dans la dynamique de l’idée, et non dans la forme.


C’est notamment à John Atkinson Hobson qu’il se réfère comme analyste bourgeois critique de l’impérialisme (2).


Pour ce qui nous concerne aujourd’hui, il est remarquable de voir qu’il emprunte à Hobson, quasiment telle-quelle, sa vision de l’insertion de la Chine à l’économie mondiale sous forme de semi-colonie des flux financiers « occidentaux », même si, à l’époque, ces flux n’étaient pas encore totalement dominés par celui du dollar…


Si un chroniqueur économique l’insérait encore telle quelle dans un bulletin radiophonique, très peu de gens s’apercevraient réellement du décalage temporel…


Il semble exactement nous parler de la Chine telle qu’elle s’est progressivement intégrée au marché mondial, à partir de 1972 et de la fameuse rencontre Mao-Nixon. (3)


Mais ce qui caractérise la mondialisation moderne, c’est précisément la vitesse du changement, et qui s’accélère encore dans la phase de crise que nous connaissons.


D’une certaine manière on peut dire que cette vision arrive déjà à sa fin précisément ces jours derniers, avec l’affrontement potentiel de la marine US et des forces militaires chinoises, autour des iles Spratleys.


Il est clair que les investissements massifs des chinois pour tenir et occuper ces ilots de sable ne sont pas destinés à l’organisation d’un tournoi de beach-volley…


Il est non moins clair que si la marine US y fait précisément une incursion ces jours ci, dans le contexte international actuel, ce n’est pas non plus un hasard…

Spratleys 1

Chine-iles-mer-de-Chine-bases-militaire-1

Chine-iles-mer-de-Chine-bases-militaire-2


L’occupation et l’accaparement de ces ilots, parfaitement stériles en eux-même, mais d’importance géostratégique considérable, est une des marques de la mutation du capitalisme chinois de semi-colonie financière en capitalisme monopoliste d’État ayant sa propre dynamique d’exportation de capitaux, et à l’occasion, sa propre force d’expansionnisme.


Cet affrontement en Mer de Chine, qui pour l’instant se limite à un round d’intimidation, traduit ce fait: si elle s’est développée en tant que semi-colonie financière de l’occident, et surtout des USA, la Chine n’en constitue pas moins la seconde économie mondiale, et par la dynamique même d’accumulation du capital elle tend à constituer sa propre autonomie en tant que pôle financier et impérialiste.


Le processus de cette mutation, pour spectaculaire qu’il soit dans le cas de la Chine, se retrouve à différentes échelles chez tous les pays « émergents » ou en voie d’émergence.


Avec la fin du colonialisme au sens strict, le statut de la très grande majorité des pays du monde, dans le contexte actuel, évolue entre rester simplement une semi-colonie disputée entre les grandes puissances, souvent à travers des conflits « locaux » particulièrement sanguinaires et alimentés par les marchands d’armes, ou bien tenter d’évoluer un capitalisme « national », parfois, mais rarement, à connotation « sociale » (Vénézuela) qui s’affronte ou s’intègre plus ou moins aux flux financiers internationaux, avant soit de se transformer en impérialisme secondaire,(Brésil), soit de sombrer sous la répression (Lybie).


Le cas de la Russie, pour plus complexe qu’il soit à cause de son passé soviétique qui marque encore les esprits, n’en est pas moins tout à fait comparable du point de vue de la dynamique du capitalisme.

Mais comparaison n’est pas raison, et comparable ne veut pas dire similaire…


Comme nous l’explique Lénine, et comme le montre précisément l’exemple de la Chine, l’émergence d’une puissance impérialiste repose sur sa capacité d’accumulation et d’exportation du capital.


Celle de la Chine a donc commencé à se constituer dès 1972, avec l’afflux financier autour des « Red chips » vendues à la bourse de Hong-Kong (4).
Lorsque les places financières chinoises continentales ouvrent au début des années 90, les capitalistes chinois ont déjà 20 ans d’expérience de la finance internationale derrière eux…


Lorsque les places financières russes ouvrent, exactement à la même époque, l’oligarchie russe est encore en train de se constituer, à partir d’anciens bureaucrates maffieux et autres caïds du « marché noir » qui n’avaient, précisément, aucune expérience réelle de la finance internationale.


Cette bureaucratie maffieuse qui avait déjà causé la stagnation de l’économie soviétique depuis l’ère Khrouchtchev, puis son effondrement sous Gorbatchev et Eltsine, n’a su que constituer, sur les ruines de l’Union Soviétique, un capitalisme archaïque et incapable d’une réelle dynamique de développement.


Il est clair que l’action de Poutine,notamment dans ses première luttes contre les « oligarques », visait à démarrer un véritable processus de constitution d’un capitalisme monopoliste d’État russe, doté de capacité financière réelle.


Si l’intervention spectaculaire en Syrie marque une étape dans ce processus, elle n’en est qu’une manifestation extérieure.


Le vrai changement s’est produit à peu près dans un grand silence médiatique, à quelques articles près, dans le domaine des relations économiques et financières.


Chacun peut constater que la Russie, faute d’exportation d’une production industrielle défaillante, vit de la vente de ses matières premières et ressources énergétiques, que son industrie est encore incapable d’utiliser autrement.


Elle est donc tout à fait dépendante des marchés extérieurs, et à ce titre son statut s’apparente en réalité à celui d’une semi-colonie. De part l’écart de développement entre elle et la Chine, les accords passés l’an dernier au sein des BRICS concrétisaient cet état de fait dans les rapports entre les deux économies.


Devenir une semi-colonie de la Chine était pratiquement une alternative incontournable pour la Russie, face à l’agressivité US et au blocage des débouchés en Europe.


Mais en quelques mois la situation a encore changé…


La crise de « mondialisation » a logiquement fini par frapper à son tour la Chine, comme un boomerang…


La chute du cours des matières premières et des ressources énergétiques, à l’origine en partie orchestrée pour compléter l’encerclement géostratégique de la Russie, est devenu un état de fait endémique de la crise.


L’Union Européenne, réticente à voir se développer un conflit sur son propre continent, et qui, de plus, ne bénéficierait qu’aux USA, désirait donc à la fois sérieusement temporiser sur le conflit ukrainien, et surtout retrouver accès au gaz russe à un prix « raisonnable pour les deux parties »… Les deux allant nécessairement ensemble, vu que les tuyaux du gaz russe passent essentiellement par l’Ukraine…


La base d’un compromis politico-économico-financier était donc toute trouvée, même si d’aucuns, comme le petit peuple du Donbass, devaient en faire les frais…(5)


Cet accord « gazier », même s’il ne suffit pas à transformer la Russie en puissance impérialiste réelle, réintègre au moins, par différentes conditions, son capitalisme monopoliste d’État renaissant dans les flux de la finance internationale.


Et en contre-partie du « gel » du conflit ukrainien, elle a décidé qu’elle pouvait bien s’autoriser cette petite escapade en Syrie, dont elle a le plus grand besoin pour desserrer l’étau US, qui continuait néanmoins à se resserrer autour d’elle.


Encore un coup de maitre de Vladimir Poutine, qui vient effectivement bousculer l’échiquier…

US NAVY FLAG 2

 

zincs

bombardement


Un échiquier où les tensions montent inexorablement,

et où les peuples sont les pions…


Quelques ilots de résistance héroïques, comme Cuba ou le Donbass, sont inexorablement destinés à être submergés, s’ils ne sont pas reliés entre eux par la solidarité internationale.


En France, de nouvelles luttes sociales ne font encore qu’affleurer sous la surface du marigot politique boueux.

жжж
ж
Et si on construisait les "Spratleys" 
жжж
ж
de la Résistance Populaire...?

MANIF 15-10-15____1

ЖЖЖЖ

ЖЖЖЖ

ЖЖЖЖ

***************
NOTES :


(1_ Lénine, L’IMPERIALISME, STADE SUPREME DU CAPITALISME,


http://www.marx.be/fr/content/limp%C3%A9rialisme-stade-supr%C3%AAme-du-capitalisme-i-l%C3%A9nine


**********************


(2_ John Atkinson Hobson, (1858-1940), »Imperialism. A Study » (1902)


*********************


(3_ Pour l’accès direct à ce texte de Lénine, dans « L’impérialisme, stade suprême du capitalisme » aller directement aux paragraphes référencés 12 et 13, dans l’e-édition INEM :


http://www.marx.be/fr/content/viii-le-parasitisme-et-la-putrefaction-du-capitalisme


(§12-13)


Pour différentes études sur l’économie chinoise, voir plus bas, une liste de liens.


**************************


(4_ De la structuration « maoïste » de la bulle chinoise…


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/09/01/de-la-structuration-maoiste-de-la-bulle-chinoise/


« Red Chips » : parts des entreprises « étatiques » chinoises vendues à Hong Kong dès cette époque, et très prisées des boursicoteurs US…


**************************


(5_ De Paris à Minsk : y’a de l’eau dans le gaz ukrainien !!


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/10/23/de-paris-a-minsk-y-a-de-leau-dans-le-gaz-ukrainien/


*************************************************


Pour différentes études sur l’économie chinoise, quelques liens :


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/08/22/le-capitalisme-peut-il-mourir-par-arret-du-coeur-rouge-de-la-chine/


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/08/28/chine-assechement-de-la-riviere-des-perles-de-la-speculation/


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/09/01/de-la-structuration-maoiste-de-la-bulle-chinoise/


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/03/08/en_relisant_lenine_qui_parlait_deja_de_chine/


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/07/29/1385_chine_yuan_dollar_/


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/11/01/1968_table_tml_chapitre_1_/


**************************************************


Pour différents points de vue sur les « incidents » en Mer de Chine :


Sur l’Express, un « écho médiatique » significatif de la tension, et une carte, qui situe l’archipel des Spratleys, et par voie de conséquence, l’aspect « expansionniste » des « constructions » chinoises…


http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/la-chine-n-a-pas-peur-de-faire-la-guerre-aux-etats-unis_1730423.html


Sur Atlantico, ce très long interview (3 pages du blog…)


http://www.atlantico.fr/decryptage/guerre-entre-etats-unis-et-chine-est-elle-inevitable-dans-12-cas-historiques-similaires-16-selon-harvard-reponse-etait-oui-2410418.html


Un autre schéma, pour mieux comprendre :


https://i1.wp.com/www.45enord.ca/wp-content/uploads/2015/10/151027-infographie-zones-dispiutes-mer-de-chine.jpg


Le point de vue du Vietnam, à nouveau victime potentielle de l’impérialisme chinois « pacifique »…. :


http://lecourrier.vn/un-navire-americain-pres-des-ilots-construits-illegalement-par-la-chine/186841.html


Le point de vue des Russes :


http://fr.sputniknews.com/international/20151017/1018906269/mer-iles-chine-litige-usa.html


*****************************************************

ЖЖЖ

ЖЖЖ

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

FM_TML_2J_

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

 

Débat en annexe, sur la question du « social-impérialisme:

 

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖ

Sept questions

жжжжжжжжж

au groupe ROCML

жжжжжжжжж

à propos de sa « Résolution sur l’impérialisme »

жжжжжжжжж

жжж

жжжжжжж

En complément de cet article qui reprend en les résumant quelques notions de bases sur l’impérialisme, il nous parait approprié de publier un bref échange de correspondance que le camarade Pablo Leonidas a tenté avec le groupe dénommé ROCML, à propos de la notion de « social-impérialisme » appliqué à l’histoire de l’URSS. Sur 7 questions posées sur ce thème, le débat s’est arrêté dès la première.

Mais comme les questions évoquées vont déjà assez loin au fond du problème, on est logiquement tenté  de penser que personne, dans ce groupe ROCML, n’est capable d’y répondre de manière cohérente.

 

Sept questions au ROCML à propos de sa « Résolution sur l’impérialisme »

***************************

Pièces jointes au débat:

Résolution_rocml

DOC ROC

***********************************

De Pablo Leonidas à ROCML:

Envoyé : jeudi 2 juillet 2015 09:46

Bonjour, camarades,


En étudiant votre document:

http://rocml.org/resolution-imperialisme/
« Conférence du 6/7/12/2014 : Résolution sur l’impérialisme aujourd’hui »


Me viennent à l’esprit quelques interrogations, que je vous soumets, dans l’attente de votre réponse:


Il apparait clairement, en relisant le bouquin de Lénine, et pas seulement la citation « brève définition », que la transformation du capitalisme industriel « ancien » en impérialisme repose essentiellement sur les banques et le capital financier, et même spéculatif (Chap 1, §28-29-30, et 38 ds l’édition INEM ).


Il est clair que dans la fusion des deux, c’est le capital financier qui reste dominant, parce qu’il est le seul capable de réaliser non seulement les grosses concentrations monopolistes, mais aussi de tenter les exportations massives de capitaux qui conservent précisément un risque spéculatif élevé, dont le but reste le profit maximum, la rentabilité financière, l’accumulation du capital, le renouvellement et l’élargissement du cycle.


D’où déjà deux premières questions, qui portent donc sur la notion de de Capitalisme monopoliste d’état et de social-impérialisme appliquées à l’URSS:


1)Où trouve-t-on, dans l’histoire de l’URSS, ces phénomènes de fusion et de concentration, d’exportation de capitaux financiers spéculatifs, de renouvellement et d’élargissement du cycle, et en fin de compte d’accumulation du capital financier?


2)N’y aurait-il pas là, déjà, un décalage sérieux par rapport à l’analyse marxiste-léniniste de l’impérialisme?


En ce qui concerne les puissances actuelles, il ne fait aucun doute que ces critères continuent de s’appliquer aux puissances anciennes qui étaient déjà impérialistes en 1916, ainsi et surtout qu’aux USA, qui ont connu le développement exponentiel que l’on sait.


En ce qui concerne les BRICS, il ne fait aucun doute que l’on a affaire à des puissances capitalistes montantes, et comme telles, amenées à s’intégrer aux flux financiers impérialistes, et, selon leurs capacités de développement, à devenir impérialistes elles mêmes.


Mais elles ne peuvent le faire qu’en acquérant cette capacité de dominer d’autres nations par la puissance de leur propre capitalisme financier, de leurs propres exportations de capitaux, etc…


Évidemment, cela ne va pas sans un développement économique suffisant, mais cela dépend aussi de la nature de ce développement et de son degré d’autonomie financière.


Or il apparait clairement que au sein même des BRICS, au delà des parades diplomatiques, il y a déjà des relations très fortes d’interdépendance et même de domination.


Dans ce « cartel », c’est clairement la Chine qui est la puissance dominante, et tout à fait selon les critères léninistes, peut être qualifiée d’impérialiste, et même de « social-impérialiste », vu son discours idéologique officiel.


Cette catégorisation pourrait être renforcée par le fait de son hyper-développement économique et industriel, mais là se pose une nouvelle question. En effet, cette « richesse » repose essentiellement sur le commerce extérieur, qui est financé à 60% par des capitaux étrangers, et notamment US… En fait, avec un siècle de décalage, elle s’est retrouvée dans la situation décrite par Hobson dans sa prospective, et reprise par Lénine dans son livre… (Chap 8 §12) Par bien des aspects, elle est encore une semi-colonie…


D’où la 3ème question :


3)Pourquoi cette question de la domination du capital financier US n’est-elle pas abordée dans votre exposé?


En ce qui concerne le développement de la Russie actuelle, il repose essentiellement sur l’exportation de matières premières qu’elle ne peut plus utiliser elle même, vu l’état désastreux de son industrie, à la suite de l’effondrement de l’URSS. Elle en vend donc essentiellement à la Chine et à l’Europe, avec les difficultés que l’on connait, et de fait, elle se trouve dans une grande dépendance vis a vis de cette « clientèle » avide de créer les conditions d’une baisse des cours, et qui y arrive fort bien…


D’où questions 4 et 5:


4)En quoi cette situation, pour la Russie, serait la caractéristique d’une nation impérialiste?


5)Ne s’apparenterait-elle pas plutôt, elle aussi, et même davantage, à une situation de semi-colonie?


(Notamment par rapport à la Chine, au sein des « BRICS »)


De plus, sur cette base extrêmement malsaine, et en dépit du comportement extraverti de quelques « oligarques », la capacité du capital financier russe est particulièrement dérisoire, notamment à l’international, d’où, en partie l’inefficacité relative des fameuses « sanctions ». Là encore, on est loin des critères léninistes…


Il y aurait encore la question des rapports Chine-Afrique du Sud à développer, etc…


Bref, questions 6 et 7 :


6)Comment pouvez vous mettre d’un trait de plume, ou plutôt, d’un coup de clavier, les cinq « BRICS » dans le même panier « impérialiste » sans plus de discernement?


7)Et en quoi croyez vous que c’est bien là une approche dialectique marxiste-léniniste?


D’avance, merci de votre réponse.


Pablo Leonidas

**********************************

 *******************

Envoyé: samedi 4 juillet 2015 à 16:59

Objet : RE: Sept questions au ROCML à props de sa « Résolution sur l’impérialisme »


Camarade,


Nous avons bien reçu tes questions critiques sur notre document « résolution sur l’impérialisme ». Bien sûr, tes questions montrent des différences ou des incompréhensions entre nous, mais ton message est fraternel et porte sur des questions réelles qui animent le mouvement communiste aujourd’hui. Nous y répondons donc volontiers dans le cadre de la lutte idéologique correcte qui doit exister entre communistes. Nous t’envoyons ici une première approche du débat. De même qu’un autre document plus développé, bien qu’antérieur. Car le document que tu interroges est une « Résolution ». Pas une analyse exhaustive. C’est un résumé de notre position. L’ analyse exhaustive, nous ne prétendons d’ailleurs pas la détenir. Cette résolution est un document politique qui affirme un positionnement général.


Sur le fond, la question principale que tu poses vient selon nous d’une confusion entre le processus du passage du capitalisme pré-monopoliste au capitalisme impérialiste tel que l’a analysé Lénine, et le processus du passage du socialisme au social-impérialisme capitaliste après la restauration des lois du profit en URSS ( début des années 1960 ).
Le socialisme en URSS ( et dans toute économie socialiste ) est caractérisé par la concentration de plus en plus totale ( compte tenu des étapes dans l’édification du socialisme ) des forces productives ( industrielles et financières. ) Financières, signifie sous le socialisme, la partie du surtravail destinée à l’élargissement des forces productives, les salaires individuels et les besoins sociaux collectifs. Les plans quinquennaux furent la concrétisation de cette économie politique socialiste.


Le processus qui a conduit du capitalisme pré- monopoliste au capitalisme monopoliste n’a rien à voir avec le processus qui a conduit du socialisme au social-impérialisme soviétique dans les années 1960 en URSS. Ce sont deux processus historiques différents.
En URSS, la concentration des forces productives socialistes était totale jusqu’au XX ème congrès du PCUS. Ce qui garantissait le caractère socialiste de la propriété des moyens de production et le caractère socialiste des rapports de production, c’était la dictature du prolétariat et l’application de l’économie politique socialiste.


La contre-révolution révisionniste kroutchévienne et l’introduction dans l’économie politique des critères de l’économie politique capitaliste a renversé les rapports sociaux et le caractère socialiste de la société. Il est alors tout à fait logique que le « monopole » du prolétariat sur les rapports de production se transforme RAPIDEMENT en monopole de la nouvelle bourgeoisie sur les moyens de production déjà concentrés. L’Etat révisionniste est devenu alors l’instrument de ces nouveaux monopoles capitalistes ( industriels, commerciaux, bancaires ). Cela s’appelle capitalisme monopoliste d’Etat. Sous une forme synthétique économico-politique, IMPERIALISME. L’Etat russe n’a fait que suivre les intérêts des monopoles issus de l’ URSS dénaturée par le capitalisme. Même affaiblis par l’éclatement de l’ex-URSS, ces monopoles sont toujours vivants et dominent l’économie et la politique intérieure et extérieure de l’Etat Russe.


Une question, camarade : Qu’y a-t-il là d’inconcevable ? Le matérialisme dialectique, c’est l’analyse concrète de la situation concrète. Le processus concret qui a mené du capitalisme pré-monopoliste à l’impérialisme ( le stade monopoliste du capitalisme ) n’est pas le même qui à mené du socialisme ( concentration des forces productives dans la propriété de l’Etat prolétarien ) en capitalisme monopoliste d’Etat ( impérialisme ).
Si tu es d’accord, nous pensons que nous devons d’abord discuter de cette question-là. Car tous le reste en découle.


ROCML

**********************************

****************************

De Pablo Leonidas à ROCML:

Envoyé: 05/07/15 à 11:17


Bonjour, camarades!


Je vous remercie d’avoir fait l’effort de répondre, même si vous semblez d’abord vouloir limiter le débat à la question 1).


Cela se comprend, dans la mesure où vous y voyez une confusion de ma part, alors que précisément j’essaye d’en revenir aux concepts basiques pour éviter les polémiques stériles.


Je reprends donc votre texte (italiques), en annotant ce que j’ai moi-même du mal à y comprendre:
« (…)Sur le fond, la question principale que tu poses vient selon nous d’une confusion entre le processus du passage du capitalisme pré-monopoliste au capitalisme impérialiste tel que l’a analysé Lénine, et le processus du passage du socialisme au social-impérialisme capitaliste après la restauration des lois du profit en URSS ( début des années 1960 ). »


La confusion n’est-elle pas plutôt ici, à la suite immédiate, dans votre réponse:
« Le socialisme en URSS ( et dans toute économie socialiste ) est caractérisé par la concentration de plus en plus totale ( compte tenu des étapes dans l’édification du socialisme ) des forces productives ( industrielles et financières. ) « 


Des « forces productives financières » !!!?
Cela semble être un concept tout à fait original…
Et la « concentration des forces productives financières »
en est donc un autre qui en découlerait, selon vous…
Et en régime socialiste…:
« Financières, signifie sous le socialisme, la partie du surtravail destinée à l’élargissement des forces productives, les salaires individuels et les besoins sociaux collectifs. »


« la partie du surtravail destinée à l’élargissement des forces productives »
Cette définition correspond plutôt au capitalisme industriel et au capital productif, et non au capital financier, précisément.


Mais explicitement, telle que vous la présentez, votre définition du socialisme repose donc en grande partie sur le développement du capital financier (par la « concentration des forces productives financières »…!) Étrange…


« Les plans quinquennaux furent la concrétisation de cette économie politique socialiste. »
Il me semble pourtant que Staline a tenté d’éclaircir ces questions dans son ouvrage:
« Les problèmes économiques du socialisme en URSS »


« Le processus qui a conduit du capitalisme pré- monopoliste au capitalisme monopoliste n’a rien à voir avec le processus qui a conduit du socialisme au social-impérialisme soviétique dans les années 1960 en URSS. Ce sont deux processus historiques différents. »


Ce qui semble indiquer que le « social-impérialisme soviétique » n’aurait donc rien à voir avec la définition léniniste du social-impérialisme, qui, elle, ne se distingue pas de la définition basique de l’impérialisme, telle que résumée dans ma lettre, sinon, par une référence purement et précisément opportuniste à une approche réformiste du socialisme.


« (…)La contre-révolution révisionniste kroutchévienne et l’introduction dans l’économie politique des critères de l’économie politique capitaliste a renversé les rapports sociaux et le caractère socialiste de la société. Il est alors tout à fait logique que le « monopole » du prolétariat sur les rapports de production se transforme RAPIDEMENT en monopole de la nouvelle bourgeoisie sur les moyens de production déjà concentrés. L’Etat révisionniste est devenu alors l’instrument de ces nouveaux monopoles capitalistes ( industriels, commerciaux, bancaires ). Cela s’appelle capitalisme monopoliste d’Etat. Sous une forme synthétique économico-politique, IMPERIALISME. »


Incontestablement, la restauration du capitalisme a pris une tournure accélérée sous la ligne politique révisionniste de Khrouchtchev. S’en est-il suivi pour autant un capitalisme monopoliste d’état?


La définition ML du CME ne va pas sans la domination du capital financier, même au sein de la fusion monopoliste. C’est la base dialectique de l’analyse du fonctionnement du CME.


Pour le processus de restauration « rapide » du capitalisme que vous décrivez, il faudrait donc que le capitalisme financier ait survécu sous le socialisme, suffisamment, en tous cas, pour que le capital financier reprenne sa domination « RAPIDEMENT »…


En un sens, c’est peut-être ce que suppose votre concept de « forces productives financières » et de leur « concentration » sous le socialisme!


« Sous une forme synthétique économico-politique, IMPERIALISME »
Que peut bien signifier cette « formule »?
« IMPERIALISME » ou « social-impérialisme soviétique » ? Dans ce passage, les deux concepts, à nouveau, n’en feraient plus qu’un…


Quoi qu’il en soit, je cherche en vain une définition précise de ce que vous entendez par « social-impérialisme ». Là où ce concept est le plus « défini », c’est apparemment dans le PDF, page 5, et en fait il s’agit toujours de cette approche de la restauration du capitalisme qui est la votre, et donc, tout à fait limitée à sa contradiction interne, n’expliquant en rien en quoi l’URSS aurait été une puissance impérialiste, sinon par son « influence » ou sa « zone d’influence », ce qui ne caractérise en rien la conception ML d’exportation de capitaux spéculatifs et d’élargissement et d’accumulation du capital financier.


« L’Etat russe n’a fait que suivre les intérêts des monopoles issus de l’ URSS dénaturée par le capitalisme. Même affaiblis par l’éclatement de l’ex-URSS, ces monopoles sont toujours vivants et dominent l’économie et la politique intérieure et extérieure de l’Etat Russe. »


De même que dans le PDF, pages 5 et 6, vous introduisez ici une certaine confusion, et même carrément un raisonnement de type « tautologique », en parlant en même temps de l’URSS dans sa période révisionniste-capitaliste et de la Russie sous sa forme néo-capitaliste post-soviétique.


Si l’on admet que l’URSS était « sociale-impérialiste », il en découlerait donc, selon vous, que la Russie post-soviétique est forcément « impérialiste »…
(et réciproquement?)
Alors que rien ne démontre ni l’un ni l’autre…


Et, en tout état de cause, il n’y aurait, de toutes façons, pas de raison particulière à suivre cette « logique », alors que vous admettez le recul économique considérable lié à l’effondrement de l’URSS, et encore accentué dernièrement.


Et en fin de compte, cette « tautologie » est notamment cohérente, en tant que telle, par le fait que vous ne répondez pas aux autres questions posées, dont, évidemment, sur ce sujet, la 4) et la 5), qui s’appuient sur le contexte économique de la Russie, et non sur un présupposé idéologique ( et tautologique…).


« Une question, camarade : Qu’y a-t-il là d’inconcevable ? Le matérialisme dialectique, c’est l’analyse concrète de la situation concrète. Le processus concret qui a mené du capitalisme pré-monopoliste à l’impérialisme ( le stade monopoliste du capitalisme ) n’est pas le même qui à mené du socialisme ( concentration des forces productives dans la propriété de l’Etat prolétarien ) en capitalisme monopoliste d’Etat ( impérialisme ). »


Jusque là, on tourne donc en rond autour de la question 1):


« 1)Où trouve-t-on, dans l’histoire de l’URSS, ces phénomènes de fusion et de concentration, d’exportation de capitaux financiers spéculatifs, de renouvellement et d’élargissement du cycle, et en fin de compte d’accumulation du capital financier? »


…Et de domination du capital financier, faut-il repréciser?
Mais cela, évidemment, est implicite dans la question, vu le § précédent:


« Il est clair que dans la fusion des deux, c’est le capital financier qui reste dominant, parce qu’il est le seul capable de réaliser non seulement les grosses concentrations monopolistes, mais aussi de tenter les exportations massives de capitaux qui conservent précisément un risque spéculatif élevé, dont le but reste le profit maximum, la rentabilité financière, l’accumulation du capital, le renouvellement et l’élargissement du cycle. »


Car il faudrait donc donner une autre définition du CME et de l’impérialisme, pour que le raisonnement que vous développez reste cohérent!


Mais une définition tout à fait « nouvelle », en quelque sorte…


Telles quelles, vos conceptions sur la « concentration des forces productives financières sous le socialisme » qui seraient en quelque sorte la base de la « restauration rapide » du capitalisme, c’est un peu le « Mac Do du marxisme », en quelque sorte…


« Si tu es d’accord, nous pensons que nous devons d’abord discuter de cette question-là. Car tous le reste en découle. »


Précisément, on vient de le voir…


Le seul (gros) problème est que la méthode consistant à isoler ce problème ne me parait pas dialectique du tout, car elle s’enferme dans cette tautologie dont on ne sort pas… (sauf, évidemment, par la « concentration des forces productives financières »…)
Dans l’attente de votre réponse, je pense utile de conclure provisoirement par cette citation, texte original et traduction:


« Поэтому диалектический метод считает, что ни одно явление в природе не может быть понято, если взять его в изолированном виде, вне связи с окружающими явлениями, ибо любое явление в любой области природы может быть превращено в бессмыслицу, если его рассматривать вне связи с окружающими условиями, в отрыве от них, и, наоборот, любое явление может быть понято и обосновано, если оно рассматривается в его неразрывной связи с окружающими явлениями, в его обусловленности от окружающих его явлений. »
Источник: Сталин И.В. Cочинения. – Т. 14. –


« C’est pourquoi la méthode dialectique considère qu’aucun phénomène de la nature ne peut être compris si on l’envisage isolément, en dehors des phénomènes environnants ; car n’importe quel phénomène dans n’importe quel domaine de la nature peut être converti en non-sens, si on le considère en dehors des conditions environnantes, si on le détache de ces conditions : au contraire, n’importe quel phénomène peut être compris et justifié, si on le considère sous l’angle de sa liaison indissoluble avec les phénomènes environnants, si on le considère tel qu’il est conditionné par les phénomènes qui l’environnent. »


En espérant que vous parviendrez à éclaircir l’ensemble de ces questions, qui sont, à l’évidence, dialectiquement liées pour une compréhension du monde actuel, et dont vous admettez vous-même qu’elles sont « des questions réelles qui animent le mouvement communiste aujourd’hui »

жжжж

 

Pablo Leonidas

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

LOGO LCЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

LOGO R LC

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

 жжжж

жжжж

жжж

Quelques articles récents, 


Sur TML et Solydairinfo:


жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

FOIN MAIL 2

ЖЖ
Ce qui a fait du foin cet été...
ЖЖ

foin jpg ok

ЖЖЖЖ
... et autres articles d'automne !  


Cette année, rentrée sociale en France signifie aussi réveil social, réveil des luttes de classes…

ЖЖЖЖЖ

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/10/21/petition-liberation-des-6-dair-france-mise-a-jour-halte-aux-poursuites/

ЖЖЖЖЖ

Mais ces combats sociaux s’effectuent aussi dans un climat de tension internationale non seulement persistante, mais même accrue, avec l’imbroglio sanguinaire des interventionnismes « extérieurs » multiples, en Syrie et dans ce qui devrait être le Kurdistan, notamment.


Au point que certains conflits, plus proches de nous à tous points de vue, en réalité, semblent quelque peu oubliés, alors que sur place, la souffrance des peuples n’y est pas moindre, et appelle aussi notre solidarité.

Cette solidarité « humaniste » que certains s’emploient à dévoyer au profit, et comme « couverture », précisément, de leurs intérêts géostratégiques.
En réalité, sur le terrain, ils coïncident rarement avec ceux des peuples concernés…

FOIN MAIL


Anecdote symboliquement bucolique de la relative indifférence dans laquelle s’est déroulée cette offensive « estivale » de l’impérialisme, ces images de notre « Obelix » national faisant les foins en Biélorussie, pendant que l’Ukraine fasciste décrétait une censure officielle sur tout ce qui peut rappeler de près ou même de très loin le monde russe et le passé soviétique… Censure grotesque dans laquelle l’acteur s’est trouvé inclus pour l’ensemble de son œuvre, lui qui se contente de manifester une sympathie somme toute assez naturelle pour sa nouvelle terre d’accueil.


Récemment, la transformation d’une statue de Lénine en « Dark Vador » résume assez bien l’essentiel de l’absurdité du projet politique « ukrainien » actuel et de ses sponsors US…!


Mais cette « manifestation culturelle » de bas niveau ne doit pas nous faire oublier le blocus politico-économique auquel se trouvent confrontées les Républiques Populaires du Donbass…


Récemment, alors qu’un hiver froid débute au Donbass, elles se sont vu pratiquement privées de gaz, suite à l’application des accords Russie-Union Européenne.

ЖЖЖЖ

МИТИНГ_9_151015____3-3

ЖЖЖЖ

Pour l’instant, le seul vrai vainqueur de ce conflit semble bien être le goupe « Gazprom », au profit du quel ont été renégociés tous les contrats, et par voie de fait, les accords politiques, dans la foulée… 

ЖЖЖЖ
Conflit « gelé », au propre comme au figuré, mais les populations démunies n’ont encore une fois pas décidé de capituler…

ЖЖЖЖЖЖ

днр бабу


Le réveil social, au Donbass, s’exprime massivement…:

ЖЖЖЖЖ

De Paris à Minsk : y’a de l’eau dans le gaz ukrainien !!

ЖЖЖЖЖ

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/10/19/de-paris-a-minsk-y-a-de-leau-dans-le-gaz-ukrainien/

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

Sur AGORAVOX:

 

ЖЖЖ

De Paris à Minsk : y’a de l’eau dans le gaz ukrainien !!

 De Paris à Minsk : y'a de l'eau dans le gaz ukrainien !!

Alors qu’un hiver froid commence au Donbass, la pression du gaz y a brutalement chuté de moitié, ces jours derniers От (…)

 

 
Et ce réveil populaire vient perturber le jeu politique récemment établi, par ceux qui espéraient créer un climat propice à la capitulation sans conditions autres que purement formelles…

ЖЖЖЖ
https://solydairinfo.wordpress.com/2015/09/21/donetsk-sous-pouchiline-litteralement-une-republique-de-mmm/

ЖЖЖЖЖЖ

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/09/11/guerre-etou-paix-en-europe-6-mois-apres-minsk-2-le-donbass-a-un-tournant-decisif/


L’évolution actuelle réalise assez précisément tous les paramètres de l’évaluation tentée par Alexeï Alexandrov au début de l’été, dans le but de sauver ce qui pouvait l’être encore, au Donbass.

ЖЖЖЖЖ

 

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/10/04/aleksej-aleksandrov-son-testament-politique-ou-bien-celui-de-la-nouvelle-russie/


Il avait alors le soutient, dans ce travail, du Président du Conseil Populaire (l’Assemblée des Députés), Andreï Pourguine.


Mais avec le « coup d’état » du 4 Septembre, Pourguine a été démis de ses fonctions, et Alexeï Alexandrov a « mystérieusement » disparu, à tel point qu’on ne sait s’il est encore ne vie, ou bien « en fuite », selon la version officielle, que pour une fois, on voudrait bien croire … sans trop d’illusion !

ЖЖЖЖЖ

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/09/14/urgence/


Pour compléter cette « revue de blog », rappelons que l’été, même en France, n’a pas été sans réactions populaires contre les exactions impérialistes.
Même si la motivation immédiate était plutôt locale, le Roi d’Arabie Saoudite a bel et bien été chassé par une pétition populaire massive de la « plage privée » que lui avait abusivement octroyé Hollande….

ЖЖЖЖЖЖ

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/08/01/sur-la-plage-de-la-mirandole-danserons-nous-la-carmagnole/


https://solydairinfo.wordpress.com/2015/08/03/un-ptit-tour-et-puis-sen-va-sa-majeste-boutee-hors-de-france-par-les-manants/


Cette pétition était aussi l’occasion de rappeler cette autre terrible « guerre oubliée », où l’Arabie Saoudite intervient directement, à la tête d’une coalition meurtrière soutenue là encore par les USA et très largement et très ouvertement « encouragée » par le gouvernement de François Hollande, laquais fidèle des USA et du Roi d’Arabie…


La violence, loin de s’atténuer, redouble là bas, dans l’attente de nouvelles négociations directes entre les parties locales actrices du conflit.

ЖЖЖЖЖ

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/09/28/pour-ne-pas-oublier-le-yemen/

 

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/10/25/pour-ne-pas-oublier-le-yemen-2-non-toujours-pas/


Autre lieu de conflit sans fin prochainement possible, la Palestine s’est trouvée symboliquement « transportée » à Paris, en résistance à la la propagande « touristique » sioniste de la Mairie de Paris, « Tel Aviv-Plage », qui s’est vue battue en brèche par la solidarité autour de « Gaza Plage à Paris ».


 
Classé sans suite…? 2014-2015 : Tel-Aviv à Paris-Plage

ЖЖЖЖЖЖ

GAZA PLAGE : le combat continue !


Gaza Plage à Paris, le Combat continue !!


Un autre événement majeur, et aux conséquences durables dans la crise mondiale a également pris de l’ampleur cet été.

Les ravages de la nouvelle « mondialisation », inaugurés voici déjà quelques décennies avec l’ouverture du marché chinois, y retournent maintenant comme un boomerang, plombant ce « moteur économique » de la finance impérialiste internationale.

ЖЖЖЖЖ

ЖЖ

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/09/01/de-la-structuration-maoiste-de-la-bulle-chinoise/

ЖЖ

ЖЖ

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/08/28/chine-assechement-de-la-riviere-des-perles-de-la-speculation/

ЖЖЖ
ЖЖЖЖЖ

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/08/22/le-capitalisme-peut-il-mourir-par-arret-du-coeur-rouge-de-la-chine/

ЖЖЖ

ЖЖЖ

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/07/01/finance-mondiale-ca-krach-aussi-en-chine/ 

ЖЖЖЖ

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/10/21/en-reponse-a-un-adepte-de-deng-xiaoping-et-successeurs/

ЖЖЖ

ЖЖЖЖЖ

BULLE JPG

ЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖ

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ