Retraites : le spectacle syndical en marche !

Nouvelle édition remise à jour et mise en avant le 27/01/2020

 

 

 

 

 

Retraites :

le spectacle syndical en marche !

 

Retrait de l’âge pivot ou prétendu « retrait » du projet, le spectacle syndical est en marche au service du Capital !

« Dans une lettre envoyée aux organisations syndicales, samedi 11 janvier, le Premier ministre annonce que le gouvernement retire provisoirement l’âge pivot de l’avant-projet de loi sur les retraites. Les modalités de financement de cette réforme des retraites seront fixées en avril à l’issue de la conférence de financement où participeront les syndicats. Si cette conférence se solde par un échec, c’est le gouvernement qui décidera, par ordonnance. »

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/reforme-des-retraites-le-gouvernement-retire-provisoirement-l-age-pivot-de-l-avant-projet-de-loi_3780509.html

 

CFDT contre CGT ??? « Retrait de l’âge pivot » ou « retrait » du projet, la question décisive reste celle du financement, qui, pour le système, ne doit pas déborder les limites imparties par le Capital, et qu’aucun des acteurs actuels, tous partis et syndicats inclus, n’entendent nullement remettre en cause.

 

La pseudo « lutte de classe » cégétiste fait entièrement partie du spectacle médiatique pour tenter de valoriser politiquement les pseudos « concessions » prétendument « arrachées » par la tout aussi pseudo « résistance » de la CFDT…

 

Au final tout ce petit monde se retrouvera pour « négocier » le bout de gras du financement sans toucher réellement à un seul cheveu des revenus du Capital.

 

Et les prolos seront encore d’autant plus les dindons de la farce que toute la classe politique et syndicale aura encore trouvé le moyen de sauver la face et de réaffirmer son rôle dans le spectacle qu’organise en permanence le Capital pour survivre à sa propre crise.

 

Toute cette affaire est encore un cas typique et remarquable où les critères d’analyse marxistes-léninistes et situationnistes se recoupent quasi parfaitement!

 

Les critères « syndicalistes révolutionnaires » et anarcho-syndicalistes restent ceux de l’illusion d’une pseudo « lutte de classe » qui ferait l’économie d’une réelle stratégie politique, d’une réelle organisation politique révolutionnaire.

 

Dans le contexte de la pseudo « lutte de lignes » entre CFDT et CGT, cette voie « syndicale » a déjà atteint ses limites et participe désormais à la consolidation du rempart du système, en lui servant de nouvelle caution « de gauche » !

 

IMPORTANT >>> L’impasse telle que présentée par les médias du système, en vue d’embrouiller les consciences, y compris sur le prétendu « syndicalisme de lutte » CGT-FO >>>

 

Enregistré sur France 2 le 11 janvier 2020 vers 20 heures

 

Quel que soit le compromis « négocié », in fine, s’il reste dans les limites imparties par le Capital , il ne fera donc que compenser un problème insoluble par un autre…

Rallonger la durée du travail, que ce soit par l’âge de départ ou le nombre d’années pour une retraite « complète », cela ne change rien >>> dans un cas comme dans l’autre, avec la société et les carrières actuelles, très peu de travailleurs arriveront à compléter avant un âge canonique.

>>>Il faut donc fixer à la fois un âge légal assez bas à partir duquel liquider obligatoirement sa retraite, et donc fixer en même temps un système de « retraites planchers » pour les carrières incomplètes, et suffisantes pour une vie décente.

>>>Cela exige de taper dans les revenus du Capital, sous la forme de cotisations patronales plus élevées pour les grosses boites qui font des super-bénéfices.

Il faut donc sortir « par le haut » de la fourchette imposée >>>

« …d’un niveau de 13,8 % du PIB en 2022, les dépenses de retraite pourraient s’accroître légèrement jusqu’en 2040 (14,1 %), mais dans le seul scénario de croissance basse, tandis qu’elles atteindraient entre 11,8 % du PIB dans l’hypothèse de croissance la plus forte (une croissance de 1,8 % l’an), soit une réduction de 2 points de PIB, (de l’ordre de la progression enregistrée entre 2002 et 2017) et 13,8 % du PIB dans le scenario de croissance le moins dynamique (une croissance annuelle de 1 %).
Dans les scénarios intermédiaires (1,3 % et 1,5 % de croissance) les dépenses publiques de retraite dans le PIB passeraient respectivement à 13 % du PIB et 12,5 % du PIB (soit un recul de 0,8 point de PIB et de 1,3 point de PIB). »

https://www.senat.fr/rap/l19-140-324/l19-140-32413.html

Ce n’est pas du tout la stratégie actuelle des syndicats, qui restent donc tous dans la Kollaboration de classe, au delà de leur pseudos « divergences de lignes », en réalité un pur spectacle pour endormir le prolétariat, y compris par le leurre d’un « retrait total » qui ne règle donc en rien la question de fond d’une retraite décente à un âge qui permette encore de profiter un peu de la vie, tant qu’à faire !

 

PART DES RETRAITES EN % DU PIB (prévisionnel sénat)>>>

Dans la mesure où il est évident que la bourgeoisie monopoliste n’entend rien céder malgré les réserves financières colossales qu’elle a accumulé sur le dos des travailleurs, la prolongation des lutte syndicales ne fera que confirmer l’impasse du réformisme et du pseudo « syndicalisme de lutte de classe », qui ne construisent concrètement aucune alternative politique répondant réellement aux besoins sociaux des travailleurs et de leurs familles. C’est donc bien la nécessité de construire une telle alternative qui commence à apparaitre aux yeux du plus grand nombre. Une alternative révolutionnaire mettant en correspondance avec les besoins sociaux l’organisation du travail productif et des services, excluant donc le profit capitaliste, et c’est bien ce qui s’appelle véritablement une transition socialiste prolétarienne.

Construire une telle alternative, capable de recenser démocratiquement les besoins et les forces productives, pour les réorganiser en fonction, cela ne peut se faire sans construire une organisation politique révolutionnaire, de la Résistance prolétarienne jusqu’à la Révolution Socialiste.

Jusqu’en Mai 1968 le syndicalisme pouvait récupérer les luttes sociales pour les contrôler dans les limites du système et obtenir encore en échange quelques nouvelles avancées sociales.

Jusqu’en 1995 le syndicalisme a permis de freiner les reculs sociaux et de maintenir le système en l’état, avec l’aide politique de la sociale-démocratie. Mais il a déjà cessé d’être une arme de lutte pour le progrès social.

Les dernières illusions concernant la sociale-démocratie sont tombées avec les preuves multiples de son incapacité à enrayer le chômage et à revenir au plein emploi.

Désormais les luttes sociales sont confrontées à une alternative claire >>>

Passer à la Résistance politique prolétarienne et à la contre-offensive directe contre le capitalisme ou accepter d’être réduites à la Kollaboration de classe syndicale type CFDT.

Après plus d’un an de résistance, même si encore vaillante, le spontanéisme du mouvement GJ a également atteint ses limites et fait la preuve de l’impasse où il a enfermé la contestation sociale. Sans élévation du niveau de conscience collective, la démocratie directe rencontre vite ses limites dans la confrontation avec un système effectivement manipulatoire et parfaitement organisé à cette fin.

Sauf, si, au nom d’un « anti-productivisme » pseudo écolo type Greta Thunberg, on se contente d’avancer simplement le retour à l’âge de pierre auquel le système actuel nous mène déjà, une organisation de résistance politique prolétarienne est donc bien nécessaire… !

Le temps de la renaissance du mouvement Marxiste-Léniniste, c’est le temps de l’élévation du niveau de conscience collective, c’est le temps de l’organisation de la résistance prolétarienne, de la construction d’une alternative politique pour la transition révolutionnaire anticapitaliste.

Le temps du spontanéisme, c’est le temps que nous vivons en ce moment avec déjà plus d’un an d’impasse et d’échec du mouvement GJ, et bientôt deux mois de lutte syndicaliste et anarcho-syndicaliste contre la réforme des retraites, et pour l’instant un nouvel échec en vue.

C’est à ce temps de la mise en échec des luttes par le syndicalisme et le spontanéisme qu’il est temps de mettre fin, si l’on veut réellement avancer.

Luniterre

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/10/17/par-ou-commencer-lenine-sur-le-role-du-journal-nouvelle-traduction/

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/marxisme-leninisme-marx-lenine-ml-en-deux-mots-cest-quoi-partie-1/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/marxisme-leninisme-marx-lenine-ml-en-deux-mots-cest-quoi-partie-2/

 

 

 

 

 

 

3 commentaires

  1. Cette adresse au PCF est facile à situer dans le temps, je n’ai rien à y ajouter si ce n’est que Trump n’a pas fait pire que Hillary Clinton et s’est même montré plus précautionneux, soucieux vraisemblablement de ne pas être livré à la vindicte publique, à moins que le jugement, à postériori, de l’Histoire pèse sur sa conscience..QUI sait ? Les voies du Seigneur sont impénétrables…
    Ci après ma réponse au dossier qui m’a été adressé par la section économique du PCF et Denis Durand dont vous devez avoir eu connaissance. En tant que natif de la Creuse j’en ai transmis copie à la fédé du 87, elle reste en attente de modération mais il est vraisemblable qu’elle restera censurée.

    « Je n’ai pas attendu votre état comparatif des programmes du PCF et de la France insoumise pour tirer un trait sur Mélenchon, plus communiste que les communistes plus écolos que les écolos; qui multiplie les ambiguïtés et porte trop de casseroles à la queue pour être jugé crédible. C’est un opportuniste de première qui n’hésite pas, après avoir sans vergogne demandé à L’ONU d’autoriser le bombardement des forces libyennes pour laisser le champs libre aux « djihadistes » manipulés par l’occident, à l’époque principalement Cameron, Blair, Clinton, Obama, Sarkozi puis Holande) à se réclamer de Poutine pour ce qui concerne son action au Moyen Orient. Le moins qu’on puisse dire est que la lucidité n’est pas son fort.
    Comme tous les trotskistes, c’est un globaliste mondialiste, à l’image des néos cons étasuniens, défenseurs de la démocratie bourgeoise, mais il y en a aussi beaucoup chez nous, en réalité tous ceux ou presque qui peuvent encore surfer sur la « crise » environ 60 % de la population, pendant que les poussés vers le chômage, la précarité, l’exclusion crèveraient la gueule ouverte à défaut de faire appel à la charité publique. .
    Lors des manifestations anti Khomry j’ai rencontré suffisamment de militants du parti de gauche pour être convaincu qu’ils n’avaient rien dans le cigare au-delà du – y a qu’à faut qu’on –
    Je n’ai pas été déçu car je n’attendais rien de leur part sinon confirmation de mon analyse, d’ailleurs les communistes n’ont fait que seriner les antiennes sur l’Europe sociale, la leçon venues de plus haut, que comme soeur Anne nous ne verrons pas venir.

    En outre les uns et les autres ont débité le couplet sur le réchauffement climatique qu’ils prétendent d’origine anthropique ce qui, pour un observateur un tant soi peu informé, est manifestement faux. La meilleure solution en matière d’énergie est le recours au projet Myrrha et Guinevere voir https://www.youtube.com/watch?v=lvk4wj_T9v0&feature=youtube et au travaux de même type pour le développement de générateurs nucléaires à même de recycler le plutonium plutôt que de l’enfouir, effectués un peu partout dans le monde mais pour cela il faut chercher. Par ailleurs l’augmentation du co2 n’est pas un handicap mais un atout pour la végétation qui reverdit, les cultures en général…Consulter à ce sujet http://www.pensee-unique.fr Rédigé par un scientifique, ce site traque les nombreuses distorsions des connaissances scientifiques en matière de réchauffement climatique et d’autres sujets …Il vaut mieux commencer par les références de l’auteur.

    Votre état comparatif ne m’apprend rien de plus par rapport à ce que je savais déjà sur la dérive droitière
    de la direction du PCF. Une lecture rapide m’a permis d’y retrouver les thèses que vous défendiez dans votre bouquin Un autre crédit est possible le temps des Cerises 2005 (ISBN 2-84109-583-5).

    Nous sommes en 2016, la situation s’est encore aggravée. N’est-ce pas la preuve que votre argumentaire de l’époque était inopérant ou à tous le moins qu’il n’a pas été jugé crédible ? Et pendant ce temps là Marine Le Pen a fait son chemin à un point tel qu’au lendemain du premier tour lorsque vous demanderez à tous ceux et celles qui vous ont alerté de faire barrage au Front National, alors que vous partagez la responsabilité de sa montée en puissance en filant le train à la social démocratie, je vous rétorquerai tel Jean Sallem : « ELECTIONS PIEGES A CONS » Editions Flammarion Antidote.

    L’Union européenne supra nationale sous l’égide étasunienne a été créée pour conforter la main mise du Capital mondialisé (sens générique) sur les richesses de la planète et pour l’asservissement des peuples. Elle plonge ses racines bien avant la seconde guerre mondiale une première tentative de concrétisation fut L’Amgot (Allied Military Government of Occupied Territories ) qui prévoyait la mise de la France sous protectorat étasunien, Giraud pour remplacer De Gaulle ce que le poids de la résistance intérieure n’a pas permis avec le soutien des Soviétiques. Nous sommes aujourd’hui gouverné par les clones de ceux qui ont livré jean Moulin à la gestapo à cet effet.

    Que faire ? Sinon sortir de l’UE, quitter l’Otan, abandonner l’euro en tant que monnaie unique, retrouver notre souveraineté économique et monétaire, exiger le respect de la charte des nations unis bafouée par l’occident et ses valets, dénoncer la cour pénale internationale qui n’est qu’un instrument au service des pays riche de l’occident au détriment des autres ( Penchez vous sur les cas Bagbo et Milosevic) et laver notre linge sale en famille sur une base de classe que le la direction du PCF a déserté alors que les nantis (le 1%) accompagnés des mercenaires à leur solde sonnent la charge à chaque aube qui se lève.

    Le crédit est nécessaire, mais d’abord il faut contrôler tous les organismes financiers prédateurs, emprunter directement à la BCN, ensuite éviter les fuites en contrôlant les mouvements de capitaux inutiles. Ma grand-mère en son temps me disait « ne t’acharnes pas, tu ne rempliras jamais une passoire » affaire de bon sens…Des mesures protectionnistes sont indispensables mais incompatibles avec les traités européens. Que proposez-vous en la matière?

    De même il n’est pas possible de réduire le déficit de notre balance commerciale, essentiellement avec les pays de l’UE, hors énergie, sans relancer notre appareil productif et recourir aux droits de douane.
    Pour ce qui concerne les migrants il y a ceux qui fuient la misère, d’autres la guerre, il faut cesser de nous ingérer dans les affaires des autres pour y semer le désordre la mort et les exactions de toutes natures, les assassinats ciblés, chacun aspirant à vivre et travailler au pays, ils y resteraient très majoritairement surtout si nous les aidons dans leur développement plutôt que de piller leurs ressources naturelles et le fruit de leur travail. Originaire du centre de la France j’ai été très jeunes témoins direct du flux et reflux des gens du nord lors de la seconde mondiale, mes aïeux avaient fait le même constat de lors de la première.
    Les Africains ne tentaient pas de traverser la méditerranée dans des embarcations de fortune sous Kadhafi.
    Les exemples sont légion.

    La lutte des classes, dont l’enjeu pour les travailleurs est l’appropriation collective des moyens de productions et d’échanges, ne se décrète pas, elle se pratique au jour le jour, sur le terrain, dans les entreprises, personnellement j’y ai laissé mon déroulement de carrière, au sein de la vie associative, partout ou une occasion de dialoguer se présente. Le suffrage universel venant a posteriori valider les acquis consécutifs aux luttes que les contestataires du système, qui doivent comprendre que la condescendance ne leur sera d’aucun secours à priori, doivent mener pour sortir de ce qui n’est qu’un nouvel esclavage.

    Pour cela il faut revenir aux fondamentaux :
     » Dans la production sociale de leur existence, les hommes nouent des rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté; ces rapports de production correspondent à un degré du développement de leurs forces productives matérielles. L’ensemble de ces rapports forme la structure économique de la société, la fondation réelle sur laquelle s’élève un édifice juridique et politique, et à quoi répondent des formes déterminées de conscience sociale. Le mode de production de la vie matérielle domine en général le développement de la vie sociale, politique et intellectuel. Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. À un certain degré de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en collision avec les rapports de production existants, ou avec les rapports de propriété au sein desquels elles s’étaient mues jusqu’alors, et qui n’en sont que l’expression juridique. Hier encore formes de développement des forces productives, ces conditions se changent en de lourdes entraves. Alors commence une ère de révolution sociale…. » Karl Marx, Contribution à la Critique de l’Économie Politique, 1859 ( Repris sur Wikipédia)

    Nous vivons une période pré révolutionnaire, qui exige des changement fondamentaux encore faudrait-il populariser ce concept ce dont jadis le PCF se chargeait, aujourd’hui il n’en a plus, collectivement, ni la capacité ni la volonté, à de rares individualité près la classe Oeuvrière reste l’arme au pied, la plupart des salariés ne se réveillent que lors d’une délocalisation pour améliorer les plans sociaux, mais c’est déjà trop tard les emplois son perdus.

    A propos : la lutte des classes selon Staline http://jafreyvil.over-blog.com/2016/02/entretien-staline-hg-wells.html qui s’il n’avait jeté, a marche forcée, les bases d’un industrie lourde n’aurait pas été en mesure de résister aux hordes nazies que l’occident avait lancé vers l’est en juin 1941. Avait-il d’autre solution que de faire vite ?
    Toute pathologie, quelle que soit sa nature nécessite un bon diagnostic (un état des lieux et de leur environnement) incluant tous les paramètres à pendre en compte au sein de l’énoncé du problème posé. La thérapie doit être énoncée, pédagogiquement, le plus simplement possible de manière à être comprise du plus grand nombre, la plus brève possible pour de même être accessible. Pour les présidentielles un recto verso devrait y suffire. Le dossier que vous m’avez adressé est loin du compte, à mon humble avis votre remède s’apparente à un cautère sur une jambe de bois.
    Que diable comme Alexandre de Macédoine tranchez le noeud Gordion qui vous relie à la globalisation mondialisation via l’Union européenne sinon demain nous seront tous des grecs. Ne laissez pas le champ libre à la droite et à ses extrêmes prolongements, au fascisme rose qui les nourrit et s’accommode des nazis ukrainiens.
    Je reste bien entendu disponible pour débattre contradictoirement et prolonger la réflexion mais je n’est jamais été un béni oui oui et ne le serai jamais. Aux Etats-Unis entre l’extrême calamité Hillary Clinton folle va-t-en guerre, ne serait-ce que pour cela j’aurais opté sans hésitation pour Trump

    Published by jack Freychet dans Actualité
    commenter cet article

    Ajouts :
    1) Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Ce sont les masses qui font l’Histoire pas les exégètes. Arrêtez de baver sur ceux qui luttent et sont dans la rue et pour certains ont déjà perdu plus d’un mois de salaire. Si vous n’êtes pas satisfait des orientations de la direction de la CGT de martinez notez que je ne le suis pas non plus mais réservez vos coups aux opportuniste de la CFDT qui à l’instar de FO lorsque j’étais en activité était le syndicat prêt à toute les compromissions.

    2) Mon commentaire à gilles Questiaux : http://lesvraisamisdelurss.eklablog.fr/staline-et-la-revolution-par-gilles-questiaux-a178425582
    « Le texte d Mario Souza 1998 suffit à lui seul à rétablir ce que fut la réalité soviétique et devrait servir de livre de chevet à tous ceux qui aspirent à « changer le monde » ou plus humblement un environnement plus proche.
    Dénoncer les turpitudes, les déclarations mensongères des suppôts de la bourgeoisie capitaliste, et de leurs valets, à l’égard de la période soviétique est une chose reprendre les mêmes antiennes à l’intention de la Chine n’en est que plus irresponsable de la part d’ exégètes des textes sacrés, en l’occurrence marxistes, qui montrent qu’il n’en ont pas compris le sens, parmi eux Luniterre, POL de OCiI et bien d’autres.
    Vous même en écrivant  » La Chine n’est pas un pays socialiste » vous énoncez une évidence qui saute aux yeux de tout observateur averti et un peu lucide. Par contre elle est engagé dans une voie semée d’embuches, de chausse trappes dont elle espère qu’elle aboutira au socialisme si elle parvient à déjouer les pièges de l’occident capitaliste, les appétits des opportuniste et autres prévaricateurs de l’intérieur. Elle peut aussi telle l’Union Soviétique revenir à la case départ.
    Pour l’heure les dirigeants chinois et les 90 millions d’adhérents, selon plusieurs estimations, du PCC dont il faut bien sur retrancher quelques milliers de planches pourries, sont engagés dans un système d’économie mixte à capitaux publics et privés dont ils ont conservé la maîtrise de l’affectation intra et extra muros. C’est en sorte une dictature du prolétariat à la chinoise qui a permis une envolée de la croissance économique et par conséquent un progrès social sans équivalence, nul part ailleurs sur la même période. C’est là ou Luniterre, avec qui j’ai beaucoup échangé, a tout faux.
    Je m’interdis de faire de faux procès pour juger sur pièces c’est pour ça que je me suis écarté du PCF en 1998, 11 années plus tard de la CGT tout en restant disponible pour des luttes revendicatives et solidaire dans la mesure ou mon état de santé physique l’autoriserait.
    Notez également que partisan du frexit je ne souhaite pas tomber d’une dépendance dans une autre. »

    1. On ne va pas encore refaire ce débat sur le pseudo « frexit de gauche » sous régime capitaliste, alors que le véritable frexit ne sera donc possible qu’avec la prise du pouvoir par le prolétariat organisé en tant que nouvelle classe dominante, contre la bourgeoisie.

      LA RÉPONSE EST AUSSI ICI, AUJOURD’HUI MÊME >>>

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/2020/01/21/1992-2019-de-severn-a-greta-echo-logique-de-lecologie-politique-ou-le-retour-de-lobscurantisme/

      « Reste donc à rouvrir la seule véritable perspective révolutionnaire anticapitaliste >>> celle qui permet aux travailleurs de se réapproprier entièrement le produit de leur travail et donc de le gérer en fonction des besoins sociaux de la collectivité !

      Et donc aussi de réorganiser leur travail en vue de répondre réellement à ces besoins, et non aux nécessités du capital. »

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/marxisme-leninisme-marx-lenine-ml-en-deux-mots-cest-quoi-partie-1/

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/marxisme-leninisme-marx-lenine-ml-en-deux-mots-cest-quoi-partie-2/

      Luniterre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.