Retraites en peau de chagrin : Le Capital comprime et tue pour sauver ses bénéfices !

 

https://s3.reutersmedia.net/resources/r/?m=02&d=20180704&t=2&i=1279498926&r=LYNXMPEE6313V-OFRTP&w=1200

 

 

Retraites 

en peau de chagrin :

.

.

 

Régression

de l’espérance de vie,

Allongement du temps

de travail nécessaire,

Le Capital

comprime et tue

pour sauver ses bénéfices !

 

 

 

 

« Il faut reporter l’âge de départ à la retraite », selon les sénateurs…

PARIS (Reuters) –

La réforme systémique des retraites annoncée par le gouvernement ne peut esquiver le relèvement de l’âge de départ à la retraite, estime un rapport sénatorial présenté mercredi, tirant des enseignements des expériences italienne, allemande et suédoise.  

Les sénateurs Jean-Marie Vanlerenberghe (Union centriste) et René-Paul Savary (Les Républicains) se sont rendus avec le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, dans ces trois pays pour observer les “conditions de réussite” des réformes qui y ont été engagées dans les années 1990.

Dans les trois pays que nous avons visités, la question des âges de la retraite demeure centrale”, écrivent-ils dans le rapport présenté devant la commission des Affaires sociales du Sénat. “La réforme des retraites ne pourra pas éluder cette question. La position de notre commission, appelant depuis plusieurs années au relèvement de l’âge minimum légal à 63 ans, demeure plus que jamais d’actualité.”

La réforme vise à unifier les 42 régimes existants et faire en sorte qu’”un euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé”. Emmanuel Macron a exclu pendant la campagne présidentielle de modifier l’âge légal de départ à la retraite.

En Italie, en Allemagne et en Suède, l’âge moyen de départ se situe autour de 64 et 65 ans, plutôt qu’à 62 ans comme en France. En Suède, “les femmes et les travailleurs moins qualifiés partent plus tôt avec des niveaux de pension insuffisants”. Une réflexion est donc en cours pour augmenter l’âge minimum de 61 à 64 ans.

Pour les sénateurs, “la difficulté qui consisterait à ne pas augmenter l’âge minimum légal, pour respecter la promesse de campagne du président de la République (…) aurait pour conséquence de ‘fabriquer’ des retraités plus pauvres”.

PAS DE RÉÉQUILIBRAGE AUTOMATIQUE

On n’échappera pas, comme ont fait les autres, à lier l’âge de la retraite et l’espérance de vie”, a-t-il dit à Reuters. “Ce qu’ont fait les partenaires sociaux de manière assez courageuse, c’est de faire en sorte que pour avoir sa retraite complémentaire à taux plein, on a besoin de cotiser plus. Il y a une décote quand on prend sa retraite à 62 ans.”

Il est déjà établi par le haut-commissaire que le nouveau système serait géré par points, c’est-à-dire que chaque actif cumulerait des points tout au long de sa carrière. Ces points seront ensuite convertis en fonction d’un coefficient au moment de la liquidation de la retraite. L’Allemagne a fait le choix de ce type de régime en 1992.

La Suède et l’Italie ont opté pour un système en comptes notionnels, dans lequel chaque actif alimente un capital de retraite virtuel en euros (ou couronne suédoises).

Ce capital, revalorisé chaque année en fonction de l’évolution des salaires, est converti par un coefficient (comme dans le système à points) au moment de la liquidation de la retraite. La pension versée dépend toutefois de l’espérance de vie de la génération à laquelle cet actif appartient ainsi que du montant total des cotisations versées par cette génération.

Les sénateurs estiment que, comme pour ces pays, “il est nécessaire de définir clairement un mécanisme d’alerte” lorsque la pérennité financière du système est à risque, mais souhaitent éviter tout rééquilibrage automatique.

Confrontée à une baisse de la croissance et à une hausse du taux de chômage en 2010, la Suède, qui est dotée d’un tel rééquilibrage, aurait pu voir ses pensions diminuer de 4,2%. Le gouvernement a toutefois décidé de limiter la baisse à 3% en la lissant sur trois ans et en mobilisant des fonds de réserve.

Les parlementaires précisent également que les systèmes visités combinent de façon équilibrée une gestion par répartition pour leur régime de base et par capitalisation pour leur régime complémentaire.

Aucun débat d’émerge pourtant à ce stade sur la question de la capitalisation en France. Les esprits, en particulier des partenaires sociaux, ne semblent pas encore assez mûrs”.

Ils préconisent par ailleurs une période de transition pour passer d’un régime à l’autre de 20 ans, comme en Suède.

 

https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN1JU1MC-OFRTP

 

Retraites – Vieillit-on plus longtemps ?

NON ! On nous ment !

en voici la preuve

 

 

jeudi 5 juillet 2018 (Date de rédaction antérieure : 19 octobre 2010).

Note de do du 3 novembre 2016 à 20h20 : Comme France 2, tout en prenant un air narquois, vient de faire de la propagande pour la retraite à 70 ans, je remets à nouveau cet article tout en haut.

Note de do du 20 janvier 2016 : comme pour la première fois le pouvoir vient de reconnaître que l’espérance de vie n’augmentait pas mais baissait, je remets cet article tout en haut.

VIEILLIT-ON PLUS LONGTEMPS ?


Voici la preuve que
L’argument fondamental du pouvoir pour détruire nos retraites
est un mensonge éhonté, une gigantesque manipulation,

que tout le monde doit dénoncer partout où il peut.

 

Bonjour à toutes et à tous,

Souvenez-vous : avant la « crise », le pouvoir nous faisait une propagande gigantesque pour nous imposer les fonds de pension en lieue et place de notre bon vieux système de retraites par répartition.

 

Bien sûr, avec la « crise », tout le monde a dû admettre qu’il était bien peu prudent de jouer nos retraites à la bourse. Aussi, pour imposer par la force ses fonds de pension, le pouvoir détruit autant qu’il le peut nos retraites par répartition.

 

Le 7 septembre 2010, j’écrivais un article que voici :

« On vieillit plus longtemps ! on vieillit plus longtemps ! », ils n’ont que ça à la bouche, tous ceux qui sont en train de nous détruire notre sécu, et nos services publics, et nos retraites, etc.

Mais, quand ils auront tout détruit, l’espérance de vie va très vite cesser d’augmenter pour se mettre à diminuer très rapidement.

Pour preuve, s’il en fallait une, regardez en Russie :

Quand l’URSS a été détruite et que tous les avantages acquis (vraie sécu, vraies retraites, etc.) ont disparu les uns après les autres, l’espérance de vie s’est mise à baisser énormément. À tel point, qu’après 1992, en 10 ans, l’espérance de vie des Russes a baissé de 10 ans !

Le 10 septembre 2010, le comité Valmy publiait sur son site un article de Jean-Yves Crevel confirmant tout à fait ce que j’avais prévu, à ceci près que ça fait déjà au moins deux ans que l’espérance de vie a commencé à reculer. Cet article est essentiel. Il est l’argument massue pour motiver la population à se battre pour sauver son système de retraites. Voici cet article :

L’argument pour reculer l’âge de départ à la retraite bientôt périmé – Jean Yves Crevel

Le grand secret : L’espérance de vie recule !

Dans un même ensemble, tous les pays de l’UE reculent l’âge de départ à la retraite. Cela ne signifie évidemment pas qu’ils auraient tous été incompétents, en même temps, au point que tous auraient négligé de s’assurer du financement de leurs systèmes de retraite. Aussi grotesque soit-elle, c’est pourtant la version officielle, le dogme.

La vraie raison de cette précipitation tient simplement à cette courte péremption, à la terrible faiblesse de l’argument massue, répété en boucle : il faudrait travailler plus longtemps parce que l’espérance de vie augmente… Imparable ! Que répondre à cet argument chic et choc ? Rien, il faudrait donc se soumettre à défaire en 2010 ce qui a été mis en place en 1945, parce qu’on ne pourrait plus assurer dignement les vieux jours ni de nos parents, ni de nos grands-parents, alors que la productivité a été multipliée par trois entre 1945 et 2010 ?

L’argument de l’allongement de l’espérance de vie est indispensable pour masquer le scandale de cette incohérence économique. Le hic, c’est que tous les indicateurs sont au rouge pour signaler qu’il est parfaitement mensonger : en réalité, l’espérance de vie a cessé de s’allonger depuis au moins deux ans pour maintenant amorcer un recul qui risque de s’accélérer.

A titre d’illustration, voici trois informations très peu relayées :

En France : La Croix du 23/12/2009 : L’espérance de vie des femmes a légèrement reculé en 2008. L’an dernier, 542 575 décès ont été constatés en France selon l’Insee, un chiffre en hausse de 2,1 % par rapport à 2007.

Aux USA : WASHINGTON POST du 22/04/2008 : Pour la première fois depuis 1918, une proportion significative des femmes américaines voient leur espérance de vie diminuer », rapporte le quotidien. Telle est la conclusion d’une étude menée par l’université de Washington dans mille comtés du pays, représentant 12 % de la population féminine.

En Afrique : « RFI du mardi 24 novembre 2009 : la durée de vie moyenne d’un Africain ne dépasse pas les 53 ans. Et elle n’est plus que de 50 ans en Afrique du Sud où l’espérance de vie a reculé de 12 ans en moins de vingt ans.

L’allongement de l’espérance de vie n’a donc concerné que les quelques générations qui ont bénéficié des progrès de la médecine sans que ce bénéfice ne soit annulé par les conséquences de la malbouffe, de la pollution, des pandémies modernes et juteuses, sans parler des expérimentations pharmaceutiques en vraie grandeur…

C’est fini ! Désormais, la durée moyenne de vie recule. Voilà pourquoi il est indispensable aux financiers, ceux qui contrôlent par la corruption les institutions européennes, d’utiliser l’argument fallacieux de l’allongement de la durée de vie, avant que la vérité n’éclate.

Enfin, le recul de l’âge de départ à la retraite ne signifie pas un allongement de la durée du travail, mais globalement, un transfert de charges du système de retraite vers l’assurance chômage ou la protection sociale. Pour que la réforme produise réellement un allongement du travail, il faudrait… du travail, ce qui impliquerait de relancer l’activité. Quand le FMI  et l’UE imposent un ralentissement de l’activité et une réduction massive du pouvoir d’achat, on ne voit pas comment le travail reviendrait dans ces conditions.

La constitution européenne a été rebaptisée « Traité TUE ». Faut-il y voir un clin d’œil ? Un message codé ? Une sinistre blague ?

Ce qui est certain, c’est qu’il est urgent d’en sortir !

Note de do : Cet article serait parfait s’il ne s’y était glissé une légère erreur. Je cite : « la productivité a été multipliée par trois entre 1945 et 2010 » Bien mieux que ça : en ce moment, grâce au progrès scientifico-technique, notamment les ordinateurs, la productivité du travail double tous les dix ans ! La productivité a été multipliée par quatre en 20 ans ! (entre 1990 et 2010).

Bien à vous,
do
19 octobre 2010
http://mai68.org

Post-scriptum :

1°) Et de toutes façons, il n’y a aucun problème de retraites :

http://mai68.org/spip/spip.php?article959

2°) Nous ne nous battons pas seulement pour les retraites, nous voulons aussi retrouver une vrai Sécurité Sociale digne de ce nom, comme après mai 68. Nous voulons retrouver aussi de vrais services publics. Nous revoulons nos vieux PTT, notre EDF-GDF, notre bonne vieille SNCF, etc. Par conséquent, nous devons refuser que les directions syndicales amenuisent notre mouvement de contestation en le limitant aux retraites. Nous devons imposer nos slogans. La retraite ne suffirait bien sûr pas à nous motiver comme nous sommes motivés. En fait, c’est un ras-le-bol général. Et cela doit se savoir, cela doit être officiel, nos slogans ne doivent pas parler que de nos retraites. Ils doivent aussi parler de tout le reste. Mais pour cela, il nous faut retrouver la parole. cette parole ne doit pas être laissée entre les mains des directions syndicales.

3°) Pour gagner vraiment, et sur tous les tableaux, nous ne pouvons pas nous contenter de faire confiance aux directions syndicales. Nous devons diriger nous-mêmes notre mouvement de contestation. Pour cela, il nous faut l’auto-organiser en une coordination commune à tous les secteurs en lutte. Ainsi nous reprendrons aussi la parole au lieu de la laisser exclusivement aux grands chefs syndicaux. Autre avantage d’une coordination : dans une intersyndicale, les non-syndiqués ne sont pas du tout représentés ; or, ce sont eux les plus nombreux, et de loin ; dans une coordination, les non-syndiqués sont représentés, et selon leur juste poids !

COORDINATION MODE DEMPLOI :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1081

ou : http://vlr.chez.com/textes/coordination.htm

ou : http://lacarmagnole.free.fr/textes/coordination.htm

Faire circuler ce message partout où vous pouvez. Il y a urgence. Merci !

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article1591

 

***************************************************************************

 

 

Dans l’Angleterre

où l’espérance de vie recule

 

Pour la première fois depuis un siècle,

l’espérance de vie baisse

dans certaines régions du Royaume-Uni.

 

Pauvreté, mode de vie mais aussi

coupes budgétaires sont responsables.

 

Reportage à Hartlepool

 

Paul Edmonson-Jones sourit quand on lui mentionne l’étrange concept développé par quelques médecins pour résumer le problème de leurs patients: shit life syndrom, littéralement «le syndrome d’une vie de merde». «Oui, j’en ai entendu parler», confirme le directeur de la santé publique de la mairie de Hartlepool, une ville du nord-est de l’Angleterre. «C’est vrai: ces gens sont malades parce qu’ils ont une vie de merde, qui va en empirant. Ils n’ont pas d’emploi, pas d’espoir, et trouvent consolation en allant boire des bières, fumer des cigarettes, et ils s’abîment la santé.»

Hartlepool est la 18e ville la plus pauvre d’Angleterre. Les chantiers navals, les mines et les usines chimiques ont fermé depuis bien longtemps. La dernière aciérie proche s’est éteinte en 2015. Voilà des générations que la pauvreté et les difficultés sociales sont généralisées.

Hartlepool, février 2018. PHIL HATCHER-MOORE

 

Mais depuis quelques années, un nouveau phénomène est venu s’ajouter: les gens meurent plus jeunes. Pour la première fois depuis un siècle, l’espérance de vie diminue. Jusqu’à récemment, même des endroits comme celui-ci voyaient la population vivre plus longtemps, malgré un fort retard sur les régions riches. C’est désormais fini.

 

 

«Si vous atteignez 60 ans, c’est déjà pas mal»

Si dans l’ensemble du Royaume-Uni, l’espérance de vie progresse encore, la tendance s’est inversée dans des dizaines de régions d’Angleterre. A Hartlepool, pour les hommes, elle a chuté de plus d’un an, à 76 ans, de 2011-2013 à 2014-2016. Dans les quartiers les plus pauvres, elle n’est que de 71 ans.

«Dans le quartier, si vous atteignez 60 ans, c’est déjà pas mal.» Sacha Bedding prononce cette phrase le plus sérieusement du monde. Avec Teresa Driver, il dirige l’Annexe, une association plantée au cœur de Dyke House, l’un des endroits les plus pauvres de Hartlepool. «Ici, pendant les vacances scolaires, beaucoup d’enfants qui bénéficient de repas à la cantine gratuits ne sont pas vraiment nourris le midi. Souvent, leur seul vrai repas est un take-away le soir venant du kebab du coin.» La malnutrition mène souvent à l’obésité, ouvrant un cycle vicieux de problèmes de santé.

Campagne de santé publique dans les rues de Hartlepool. PHIL HAT

Se nourrir bien coûte

«Le problème est que la nourriture saine est bien plus chère», réplique Julie Foster, une mère célibataire d’une petite fille de 2 ans, qui habite le quartier. «Il faut pouvoir aller jusqu’au supermarché, ce qui nécessite une voiture. Il faut avoir de quoi payer le gaz pour cuisiner.» Elle-même a un problème de surpoids, après des années à manger des take-away le soir au retour de ses journées de douze heures à faire des ménages.

Un restaurant «tout ce que vous pouvez manger», à Hartlepool, février 2018. PHIL HATCHER-MOORE

A la mairie, Paul Edmonson-Jones voit ces histoires se traduire dans ses statistiques. «Les causes directes de la baisse de l’espérance de vie sont les cancers, les maladies cardiovasculaires et respiratoires. Mais derrière cela se trouve le mode de vie: l’alcool, la cigarette, l’obésité…» Il insiste sur un point: l’espérance de vie saine (sans maladie chronique) n’est que de 55 ans pour les femmes, à peine plus chez les hommes. «Ensuite, la population porte le fardeau du handicap. Regardez au centre-ville, on voit partout des fauteuils roulants, des gens avec des béquilles, des handicaps mentaux…»

Conséquence de l’austérité?

Michael Marmot, professeur de santé publique à l’University College London, a été l’un des premiers à tirer la sonnette d’alarme sur la chute de l’espérance de vie. Selon lui, l’explication se trouve à la jonction entre la pauvreté, le problème d’accès aux soins, le mode de vie, les logements insalubres… Mais il ajoute une théorie supplémentaire: «Jusqu’en 2010, l’espérance de vie au Royaume-Uni progressait à la même vitesse qu’ailleurs en Europe. Ensuite, on a décroché. Cette période semble correspondre aux conséquences non seulement de la crise financière mais aussi de l’austérité.»

Au Trussell Trust, banque alimentaire, Hartlepool, février 2018. PHIL HATCHER-MOORE

A Hartlepool, les coupes budgétaires ne sont pas un concept financier théorique. Le service d’urgence de l’hôpital a fermé. La liste d’attente pour voir un médecin s’allonge, parfois à plusieurs semaines. Le budget de la ville a baissé d’un tiers en valeur réelle depuis 2010. Toutes les associations caritatives de Hartlepool le disent: la mairie se démène de son mieux. Mais avec de telles coupes, impossible de ne pas souffrir de conséquences. Il ne reste plus que quatre infirmières scolaires pour 40 établissements, les aides pour arrêter de fumer ont presque toutes été supprimées et le travail pour pousser à faire plus de sport est réduit à quelques campagnes d’affichage.

Pour Susan Rowley, les conséquences ont été directes. Le visage profondément ridé et les dents abîmées traduisent une vie difficile. Sa fille, droguée, lui a laissé son petit-fils à élever. Ce dernier a désormais 25 ans et a lui-même de sérieux problèmes d’addiction. «La drogue est vraiment difficile à éviter dans le quartier. A tous les coins de rue, on voit des dealers.» Skunk, une forme dure de marijuana, héroïne, cocaïne, tranquillisants, toute la pharmacopée est disponible… «Avant, il y avait trois ou quatre groupes de soutien pour les problèmes de drogue. Aujourd’hui, il n’en reste qu’un seul.»

Au pub. PHIL HATCHER-MOORE

Absurdité du système d’allocations sociales

Son sens de l’humour décapant et son énorme énergie lui ont permis de tenir, malgré tout. A 62 ans, elle travaille au Belle Vue Centre, un centre d’aide social. Mais il y a quelques mois, elle a eu son «moment Daniel Blake», comme elle le surnomme, en référence au film de Ken Loach sur l’absurdité du système d’allocations sociales (Moi, Daniel Blake, 2016).

A ce propos: Ken Loach: «La Palme d’or nous aide à supporter la haine de la classe dirigeante britannique»

Son petit-fils avait enfin décroché un premier vrai emploi à Liverpool, de l’autre côté du pays, mais était convoqué à son centre de sécurité sociale, à Hartlepool. «S’il n’y allait pas, il perdait ses allocations. Mais s’il y allait, il risquait de perdre son emploi. Je suis allée les voir, pour leur expliquer la situation. Ils m’ont répondu que c’était comme ça, qu’il n’y avait rien à faire. J’ai fini par leur dire d’aller se faire foutre, et ils m’ont jetée dehors.» A 62 ans, elle en paraît dix de plus. On vieillit beaucoup plus vite à Hartlepool.

Devant un commerce, Hartlepool, février 2018. PHIL HATCHER-MOORE

 

https://www.letemps.ch/monde/langleterre-lesperance-vie-recule

 

 

Publicités

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.