De la fin de l’Empire à la libération prolétarienne…

 

Nouvelle mise à jour du 28/06/2018 :

reprise de la polémique avec M.Bibeau,avec une intervention de M. Hervé Hum, également déjà bien connu de nos lecteurs, suite aux polémiques sur la Loi de la Valeur:

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/04/18/loi-de-la-valeur-socialisme-une-autre-suite-au-debat/

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/04/26/debat-sur-la-loi-de-la-valeur-vers-une-premiere-synthese-utile/

 

A noter également que le débat sur le fond a repris et se poursuit, avec M. Hume, à la suite de:

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/24/comment-la-chine-pourrait-bientot-rafler-la-mise-au-casino-mondial/

 

 

 

 

 

 

En commentaire à un récent article republié par M. Bibeau, notamment sur VLR, ( http://mai68.org/spip2/spip.php?article1829#forum1129 ) à propos du « déclin », pour le moins relatif, de l’empire US, qui annoncerait, selon lui, une crise non seulement majeure mais très prochaine…

A noter que ce goût d’une « USA catastrophe » est tout à fait à la mode…

Sur Agoravox, le même jour, est paru un article d’origine russe sur le même thème et avec un titre similaire, le tout évidemment encensé par M. Bibeau. Le fait que l’impérialisme continue de susciter une résistance de la part de peuples aux cultures pourtant très diverses est le seul constat évident que l’on peut encore faire, alors que les luttes sociales au cœur des citadelles impérialistes sont loin d’être à la hauteur de la crise économique durable que le système est pourtant loin de maitriser complètement, et en tous cas, effectivement, pas sans contradictions internes de plus en plus conflictuelles…

 

 

L’empire romain est-il vraiment tombé le 4 Septembre 476 parce qu’un quarteron de mercenaires sous-payés ont déposé un ridicule Romulus Augustule, gamin de 14 ans placé là comme prête-nom de son chef milicien de père, depuis moins d’un an?

 

Alors qu’il est en réalité évident que le processus de « décadence » durait déjà depuis plusieurs siècles, sous la pression des nations « barbares »…

 

Ce ne sont donc pas les révoltes d’esclaves qui y ont mis fin pour instituer un mode de production « supérieur » sous la forme des rapports sociaux féodaux…

 

De plus, l’esclavage a encore duré massivement plusieurs siècles et n’est même pas encore tout à fait éteint, avec, notamment, la résurgence libyenne.

 

En un sens, la vraie « révolution » qu’a permis la féodalité, bien plus que le passage de l’esclavage au servage, qui reste néanmoins une évolution importante, c’est l’apparition de la bourgeoisie en tant que classe relativement indépendante, et de plus en plus, économiquement, avec un nouveau mode de production, et les nouveaux rapports de production qui lui sont propres.

 

La révolution, là encore, n’est finalement pas venue des jacqueries paysannes…

 

Les processus révolutionnaires, tout comme les processus évolutifs, ne sont ni linéaires ni mécaniques.

 

D’où l’utilité de l’analyse dialectique…

 

Le processus d’évolution du capitalisme, en tant que phénomène d’accumulation basé sur l’extraction de la plus-value, peut certes suivre inexorablement son cours, mais il ne le suit que dans ses propres limites, précisément.

 

Une limite que Marx avait précisément défini dans ses « Grundrisse ».

 

Marx n’avait pas réellement envisagé que cette limite puisse être atteinte en amont d’une révolution communiste, sous une forme ou sous une autre, mais il n’en avait pas non plus exclu le principe et considérait donc que cette limite était bien réelle, indépendamment de tout processus révolutionnaire conscient.

 

La désuétude de l’esclavage pour la féodalité et l’apparition de la bourgeoisie comme classe indépendante ont été à peu près tout ce qu’on veut sauf des processus révolutionnaires conscients.

 

Il peut donc en être de même pour la fin du capitalisme, et cela peut n’être en rien la fin d’un système de domination de classe.

 

Une simple mutation des classes dominantes, en fait, plus ou moins conflictuelle, mais pas forcément réellement violente non plus…

Probablement déjà en cours, du reste…

 

 

Le mode de production capitaliste, au stade « suprême » de l’impérialisme, est en quelque sorte en état de stase, avec des crises spasmodiques qui semblent néanmoins limiter toujours plus ses capacités de régénération, et en même temps, il n’a pas encore fini d’étendre complètement ses rets sur la planète, malgré les ravages déjà exercés.

 

En un sens, les nations et les peuples qui résistent à l’emprise de l’impérialisme sont en quelque sorte les « nations barbares » de notre époque…

 

Le fait qu’elles soient potentiellement porteuses d’un nouveau mode de production n’est pas plus évident qu’il ne l’était à l’époque de Rome, pour autant…

 

Le fait est néanmoins que les contraintes de violence et de blocus imposées par l’impérialisme sont, par la force des nécessités, une source de créativité pour la survie de ces nations et c’est déjà une contre-partie utile pour cette résistance.

 

A la différence de l’époque romaine, les acquis de lutte de la classe laborieuse peuvent, éventuellement, rester du domaine du conscient et de la culture populaire. C’est pourquoi la bourgeoisie fait le maximum pour en effacer et/ou salir la mémoire.

 

Au stade actuel encore persistant du capitalisme-impérialisme, la fusion synergique des deux mouvements de résistance, sociale et anti-impérialiste, devrait s’imposer, comme objectif politique, pour tous les éléments conscients et sincèrement révolutionnaires.

 

Luniterre

 

SUR LE MÉMÉ THÈME VOIR ÉGALEMENT:

Comment la Chine pourrait bientôt

rafler la mise au casino mondial… !

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/24/comment-la-chine-pourrait-bientot-rafler-la-mise-au-casino-mondial/

*********************************************************

L’article republié par M. Bibeau sur VLR:

SIX INDICES ÉCONOMIQUES ANNONÇANT LA RÉCESSION

Un texte de Nuevo-curso (Espagne) traduit et augmenté par Robert Bibeau. Le 20.06.2018. Sur le webmagazine

http://www.les7duquebec.com/7-au-front/six-indices-economiques-annoncant-leffondrement/

 

Le PIB par habitant aux États-Unis

La tendance générale de l’économie capitaliste est à la baisse du taux moyen de profit, qui s’exprime notamment par une tendance à la baisse du taux de croissance du PIB par habitant. On constate d’année en année que le PIB par individu augmente de moins en moins au cours des périodes de croissance (trait rouge sur la Figure 1) et qu’il plonge de plus en plus profond sous zéro (décroissance) au cours des périodes de récession (trait rouge sur la Figure 1). La politique de Trump, obsédée par la balance commerciale et la balance des paiements, au point de lier la stratégie militaire de l’Amérique à l’inversion du déficit, se révèle une tentative désespérée d’inverser cette tendance générale. Ainsi, depuis 1945 on observe 10 périodes de récession dont la plus sévère date de 2008.

Figure 1

La croissance du PIB par habitant aux États-Unis ajustée à l’inflation. On constate l’approfondissement des périodes de récession (sous la barre zéro), alors que les phases de croissance sont de plus en plus courtes et balbutiantes (au-dessus de la barre zéro).

Aux États-Unis, depuis la reconstruction d’après-guerre, la durée des phases d’expansion raccourcit et les périodes de récession s’approfondissent. C’est ce que les États-Unis tentent d’inverser et de faire payer à leurs alliés et concurrents via l’augmentation des tarifs douaniers.

La part des salaires dans le PIB national

Cette tendance générale est corroborée par la part des salaires dans le PIB total. Entre 1960 et 2015, la proportion des salaires dans le PIB national étatsunien est passée de 51% à 43% alors que le nombre de salariés a augmenté, ce qui implique une baisse importante du pouvoir d’achat des ménages américains (Figure 2).

Figure 2

Ce que confirme la Figure 3 indiquant que les ventes réelles par habitant aux États-Unis sont en décroissance constante depuis plusieurs décennies indice d’un appauvrissement général des prolétaires, malgré l’enrichissement exponentiel d’une caste de multimilliardaires (585 impétrants étatsuniens sur 2208 recensés dans le monde) aujourd’hui représentée par l’un des leurs à l’exécutif de l’État moribond. (2)

Figure 3

La balance commerciale allemande

L’économie allemande ne tremble que sous la menace d’une guerre commerciale. À l’inverse des prévisions officielles, les commandes de l’industrie germanique ont chuté de 2,5% en avril. C’est le troisième mois consécutif de réduction des commandes. Historiquement, une succession de trois réductions présage une récession (Figure 4).

Figure 4

Tout comme la simple menace d’une guerre dans la région du Golfe persique, suite aux guerres syrienne et yéménite, a suffi à faire grimper le prix du baril de pétrole, la menace américaine d’enclencher une guerre commerciale mondiale a suffi à provoquer une baisse des commandes industrielles en Allemagne pendant trois mois consécutifs comme le montre la Figure 4. (3)

Ces dernières années, certains pays comme l’Espagne et le Brésil ont sauvé leurs mises grâce à l’investissement étranger (Figure 5). Même en oubliant le caractère fondamentalement improductif de ces investissements (spéculation immobilière et boursière), la simple menace d’une guerre commerciale entrave la croissance du PIB de chaque pays capitaliste. Conjoncturellement, certains pays comme la France bénéficient temporairement de la délocalisation du capital suite à la menace du Brexit britannique. Mais la tendance mondiale annonce une chute brutale des investissements à commencer par le capital chinois : on parle déjà d’une baisse globale de 23% des investissements internationaux (Figure 5). Notamment, les capitaux fuient les États-Unis (- 39,8%) et c’est pour inverser cette tendance que Donald Trump intensifie sa guerre commerciale, encourage l’inflation et appel à une hausse des taux d’intérêt sur les prêts (Figure 5).

Figure 5

La chute des investissements étrangers suivie d’une guerre commerciale a d’abord touché certains pays plus faibles, mais elle frappera bientôt tous les pays capitalistes. La Chine a coupé le robinet des investissements étrangers (+ 1,5% en 2017). La Figure 5 montre que les États-Unis ne jouent plus le rôle moteur dans l’économie mondialisée, ce qui force ses alliés à se chercher un nouveau mentor comme le dernier sommet du G7 l’a démontré. (4)

Le sommet du G7 au Canada, torpillé par Donald Trump, implique bien plus que le début de la guerre commerciale, il marque la fin de l’ordre commercial mondial établi après la Seconde Guerre, puis rééquilibré en 1990 suite à l’effondrement de l’URSS. Les analystes ont calculé l’effet de cette nouvelle guerre commerciale sur le PIB selon quatre scénarios. Dans le « meilleur » des cas, les États-Unis augmentent les tarifs et les autres pays ne répliquent pas ce qui réduirait l’effet inflationniste appréhendé. Ce scénario est déjà périmé puisque tous les pays visés ont annoncé qu’ils riposteront aux réclamations de « rançons » américaines. Le 16 juin le FMI publiait un communiqué où il était spécifié que : « Le FMI exhorte ces pays à « résoudre les désaccords commerciaux sans recourir aux droits de douane et à d’autres barrières ». Washington a imposé, au nom de sa « sécurité nationale », des tarifs douaniers aux importations d’acier et d’aluminium, venant notamment de Chine, d’Europe du Canada et du Mexique. Ce bras de fer risque de « créer un cycle de représailles », s’alarme le FMI, d’encourager « les pays à justifier les restrictions aux importations au nom de leur sécurité nationale », de perturber l’approvisionnement des multinationales américaines et d’affecter « les pays émergents les plus vulnérables ». (5)

Dans le second et le troisième scénario présentés par les experts, l’Europe et la Chine répondent aux États-Unis par des représailles tarifaires modérées et ne s’attaquent pas mutuellement. L’effet inflationniste sur les prix en général et sur le loyer de l’argent est important, mais est contenu. Ces deux hypothèses semblent disqualifiées, l’Europe ayant annoncé des mesures de rétorsions contre les USA et des mesures préventives contre le dumping probable des produits chinois en surcapacités.

Dans le quatrième scénario, les représailles vont crescendo suivis d’attaques croisées entre l’Europe et la Chine. Ainsi l’Europe et le Canada ont déjà amorcé leur guerre commerciale contre la Chine. Ce dernier scénario, d’une spirale de représailles tarifaires croisées, le pire de tous et le plus probable, hypothèquera directement la croissance du PIB et appelle une récession mondialisée (puisque l’économie est globalisée). Selon les spécialistes la guerre commerciale entre les États-Unis, la Chine et l’Europe, aura pour effet sur deux ans de réduire à néant la croissance de la zone euro, et de l’Amérique et d’affecter également l’économie chinoise et mondiale comme l’indique la Figure 6.

Figure 6


NOTES

1. Nuevo-curso Juin 2018.

https://nuevocurso.org/4-graficos-que-pronostican-una-recesion-mundial/

2. http://www.journaldemontreal.com/20…

3. http://www.les7duquebec.com/7-au-fr…

4. http://www.les7duquebec.com/7-au-fr…

et aussi http://www.les7duquebec.com/actuali…

5. http://www.les7duquebec.com/actuali…

 

 

*********************************

 

Suite à republication de notre commentaire,

une nouvelle polémique sur le site de M. Bibeau :

 

robert bibeau

24 juin 2018 à 22 10 40 06406

Permalink

@ Luniterre

je ferai deux remarques

1) La première : « En un sens, les nations et les peuples qui résistent à l’emprise de l’impérialisme sont en quelque sorte les « nations barbares » de notre époque…

Les nations et les peuples ne résistent pas à l’impérialisme. Car une nation – un peuple est un amalgame de classes sociales qui inclut la classe bourgeoise nationale qui ne peut en aucun cas être anti-impérialisme car l’impérialisme en tant que mode de production est sa raison de vivre. Seul la classe prolétarienne – incluant son fer de lance ouvrier – est et ne peut-être qu’anti-impérialiste en tant que mode de production parasitant la classe prolétarienne. L’un des deux devra périr l’impérialisme ou la classe prolétarienne. Nous savons tous les deux que ça ne peut être cette dernière.

2) Tu écris : « la fusion synergique des deux mouvements de résistance, sociale et anti-impérialiste » Je pense que les deux mouvements de résistance n’en sont qu’un seul. Le mouvement de résistance sociale de la classe contre sa déperdition est la forme spécifique du mouvement anti-impérialiste dans les pays impérialistes, c’est-à-dire dans les pays vivants sous le mode de production impérialiste c’est-à-dire tous les pays du monde.

Merci de ton commentaire

Robert Bibeau

Répondre

 

 

Luniterre

25 juin 2018 à 8 08 06 06066

Permalink

A voir, sur SOLYDAIRINFO, cette info qui montre qu’en Syrie le retour à l’unité nationale brisée par les manipulations terroristes-impérialistes peut être une revendication populaire d’intérêt immédiat bien réel, même si évidemment relatif…

TITRE:

Raqa, Syrie : manifestations pour le retour à l’unité nationale (la vraie…)!

C’est une illustration pratique et concrète, un situ.

« la vraie » s’entend évidemment par rapport aux fausses « solutions » avancées par les FDS et autres forces supplétives de l’impérialisme.

La vraie de vraie (solution), c’est évidemment la révolution socialiste, mais la reconstruction d’une nation laïque et indépendante est déjà manifestement perçue comme un soulagement et un progrès social relatif par les populations épuisées par l’agression impérialiste.

Une étape nécessaire dans ce type de pays et de situation.

On ne va pas refaire encore ce débat, nos divergences profondes à ce sujet étant actées, en quelque sorte.

(Je ne mets pas de lien, le titre du blog et de l’article devant suffire, pour passer sans être « censuré » sur ce site.)

Luniterre

Répondre

 

 

robert bibeau

25 juin 2018 à 8 08 29 06296

Permalink

@ Luniterre

Nous n’apprécions pas votre remarque à propos de censure sur ce site.

Nous ne vous avons jamais censuré. Nous vous avons simplement avisé que notre application ANTISPAM – rejetait systématiquement les POST qui contenaient TROP (4-5-6-10) d’hyperliens les assimilant possiblement à des publicités non sollicitées sur ce site.

Un ou deux hyperliens ne font aucun problème à notre connaissance.

Pour ce qui concerne votre intervention sur la SYRIE placé ici dans notre texte sur LES INDICES ÉCONOMIQUES ANNONCANT LA RÉCESSION – Je n’en comprends pas la pertinence.

Je vous annonce cependant que nous allons publié un article traitant du réformiste – gauchiste – Noam Chomsky et de son appel à l’armée américaine pour qu’elle poursuive ses agressions et ses massacres contre le peuple syrien sous le prétexte que l’impérialisme américain serait un soutien au nationalisme chauvin kurde que le grand capital a instrumentalisé – article où je serai heureux de débattre avec vous.

Merci de votre post

Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

Répondre

 

 

Luniterre

25 juin 2018 à 18 06 19 06196

Permalink

Je ne vais pas mentionner la longue liste de nos démêlés polémiques, simplement ces deux traces rappelant un «oubli » de post :

(  

https:tribunemlreypa.wordpress.com/2014/10/13/1746_tract_tml_du_16_octobre_2014/#comments

 >>>

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/04/07/mise-au-point-a-propos-du-site-les-7-du-quebec/

Il est d’ailleurs symptomatique que ce post, initialement destiné au site VLR se retrouve ici sans sollicitation, mais c’est dans la mesure où cela permet de communiquer sur la réalité des luttes en Syrie, précisément, par exemple, que cela peut être utile.

Le problème est justement que M. Bibeau ne voit pas le rapport…

Cécité également symptomatique !

En très court, le thème du post :

__1_relativiser la notion de « déclin » de l’impérialisme US, qui continue à dominer largement et à écraser le reste de la planète, même s’il ébauche quelques reculs tactiques, comme avec la RPDC, par exemple.

__2_souligner la vacuité des luttes sociales actuelles dans les métropoles.

__ 3_souligner que la seule force de résistance active et déterminée est celle des bourgeoisies nationales, comme c’est le cas en Syrie, précisément. C’est cette force qui mobilise encore des mouvements de résistance populaire, comme en Syrie, également.

C’est ce qu’illustre l’article republié sur SOLYDAIRINFO, qui est, à la base, un simple communiqué AFP sur la situation actuelle à Raqa (Raqqa, sur les autres médias).

Autrement dit, l’ensemble est un simple constat de la cohérence d’une analyse ML avec la réalité.

Dans un récent post sur VLR, M. Bibeau écrit :

« le peuple syrien est seul dépositaire de sa légitimité. Et il est clair que quoique l’on pense de Bachar – il est le dirigeant à qui il accorde son soutien depuis 7 ans de guerre impérialiste d’agression »

Mais si l’on suit le «raisonnement » de M . Bibeau dans son post ci-dessus :

« une nation – un peuple est un amalgame de classes sociales qui inclut la classe bourgeoise nationale qui ne peut en aucun cas être anti-impérialisme car l’impérialisme en tant que mode de production est sa raison de vivre.  »

Il faut donc en conclure, en le suivant, que Bachar est certainement un grand leader prolétarien, vu que le bourgeois national ne saurait « en aucun cas être anti-impérialisme » !!!

Bien entendu, c’est effectivement assez différent du raisonnement ML qui constate que le clan national bourgeois autour de Bachar a simplement su jouer d’alliances tactiques et stratégiques avec d’autres clans du même type, russes et iraniens, pour se tirer du guêpier où il s’était retrouvé en 2011 et que cela, au fil des ans, s’est avéré concordant avec l’intérêt immédiat des populations syriennes.

C’est donc bien ce qu’illustre concrètement ce communiqué AFP sur la situation actuelle à Raqa.

Une organisation révolutionnaire prolétarienne, dans ces circonstances, ne pourrait à la fois combattre la bourgeoisie nationale et l’agression impérialiste. Elle pourrait éventuellement en profiter pour se renforcer, par contre. Il en existe peut-être, du reste, mais nous ne disposons pas de suffisamment d’info sur ce sujet.

Faire saisir un raisonnement ML à M. Bibeau apparaît donc comme une tâche sans espoir, mais il reste à espérer que ces quelques précisions puissent être utiles à quelques lecteurs de ce site.

Luniterre

 

 

 

robert bibeau

25 juin 2018 à 21 09 51 06516

Permalink

@ Luniterre

1) J’ai une vison très différente sur le déclin américain et seul le futur nous dira si vous avez raison. Personnellement je maintiens que les statistiques que je présente ci-haut, dans le texte objet de la discussion, atteste du déclin évident MÊME SI LES MÉDIAS BOURGEOIS N’EN PARLE PAS – de la puissance américaine qui jappe très fort mais ne mène que des guerres désespérées et perdues d’avance Nous publions sur notre webmagazine ABONDANCE DE STATISTIQUES qui confirment toutes ce déclin évident et irréversible des USA.

2) Un révolutionnaire prolétarien ne se permet pas de traiter de vacuité les luttes du prolétariat dans les métropoles impérialistes. Ces luttes n’ont pas le retentissement des guerres tiers-mondistes du point de vue médiatique c’est vrai. Les médias et les bureaucraties syndicales bourgeoises liquident ces luttes prolétariennes c’est vrai mais elles n’en ont pas moins de réalité. L’expérience se gagne durement. Elles iront en s’amplifiant soyez sans crainte. Le matérialisme dialectique nous enseigne qu’inexorablement au fur et à mesure que la situation concrète s’envenimera les prolétariat sera forcé de s’engager ou il périra … comme ce sont eux qui y gageront leur vie soyez patient SVP.

3) Évidemment que la guerre qui se mène en Syrie est une guerre interimpérialiste entre l’impérialisme russe et l’impérialisme occidental avec divers acteurs locaux tous à la solde d’une grande puissance ou d’une autre. Ainsi Bachar qui n’est évidemment pas un révolutionnaire prolétarien dirige la faction de la bourgeoisie syrienne alignée sur Moscou et Téhéran. Mon propos n’est pas de le glorifier mais de signifier que son soutien est assez clair parmi sa classe et que les révolutionnaires occidentaux doivent dénoncer les interventionnistes qui provoquent la guerre où des prolétaires meures d’un côté comme de l’autre. Ils doivent aussi dénoncer les bourgeoisies qui font de l’aventurisme (exemple en Palestine) avec la vie des prolétaires. Nous disons donc ÉTRANGERS HORS DE SYRIE ET LAISSER LES SYRIENS résoudre leurs problèmes nationaux entre eux. Et contrairement à Chomsky nous n’encourageons pas l’intervention USA en Syrie sans encenser Bachar pour autant. Leur lutte est nationale dans le cadre actuel c’est l’impérialisme qui leur impose = il est NORMAL que ce soit la bourgeoisie syrienne qui soit aux commandes – que nous aimions ou pas = la révolution prolétarienne mondiale ne viendra pas de Syrie – ni d’aucun pays du tiers-monde mais elle émergera des pays les plus industrialisés donc des USA possiblement ou d’Europe de l’Ouest.

Nous sommes je le conçois aisément en désaccord avec les thèses léninistes et maoïstes sur le tiers-mondistes, que voulez-vous je tiens à comprendre le monde et je ne tiens pas à radoter sur Lénine – si Lénine s’est trompé tant pis pour lui, on passe au suivant = seul la révolution m’importe et aucun gourou ne m’importe.

Merci de votre infini patience

robert bibeau

 

 

 

Luniterre

26/06/2018

Le dernier post envoyé :

Ce que les chiffres révèlent, c’est l’état général de la crise, qui, effectivement, ne trouve pas de solution radicale de « relance » suffisante encore actuellement, pour réellement justifier un langage de « sortie de crise »…

Cela modifie évidemment les relations économiques et influe aussi sur l’évolution des rapports de force, mais de façon relativement marginale, en réalité.

Le capitalisme chinois cherche toujours à se libérer de la tutelle US, mais reste dans l’incapacité de prendre des mesures décisives dans ce sens, malgré les possibilités qui s’ouvrent à lui. C’est ce que montre cet autre article intéressant repris de « Capital » et assorti d’une présentation dans le cadre d’une analyse plus générale sur le capitalisme chinois :

« Comment la Chine pourrait bientôt rafler la mise au casino mondial… ! »

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/24/comment-la-chine-pourrait-bientot-rafler-la-mise-au-casino-mondial/

L’économie chinoise est elle même impactée par la crise, ce qui rend les capitalistes chinois particulièrement prudents. Manifestement, ils craignent d’être entraînés dans la crise majeure qu’ils pourraient eux-même déclencher pour saper les finances de l’Oncle Sam.

Militairement, il y a déjà plusieurs décennies que les USA ont renoncé à chercher la victoire militaire territoriale au sens strict du terme, même dans des guerres très « asymétriques »…

Ils ont simplement retenu la leçon du Vietnam et se sont adaptés…

Pour le reste votre confusionnisme est donc total concernant les luttes anti-impérialistes actuelles, dont vous tenez à nier à nouveau la réalité, après ce lapsus, « malencontreux » mais révélateur, de votre part !

Il ne s’agit toujours pas, ici, de défendre le ML comme un dogme, mais simplement de l’utiliser comme méthode dialectique.

Le constat évident est que la lutte sociale n’avance pas en Occident, voire même, continue d’y reculer, malgré la crise. « Se permettre » ou pas de faire ce constat ne change rien à la réalité de ce fait, et la méthode dialectique, tout comme la lucidité la plus élémentaire, invite à faire le constat.

Luniterre

 

Hervé Hum

26 juin 2018 à 7 07 40 06406

Permalink

@Luniterre

si la lutte n’avance pas, c’est que d’une part la majorité des citoyens ayant une nature grégaire, s’accrochent à ce qu’ils possèdent par peur de l’inconnue et d’autre part, parce qu’aucune alternative crédible n’émerge vraiment. Faut dire que pour cela, il faut surtout compter avec les opposants du système pour l’interdire, bien plus que les tenants du système.

Ceci, parce que personne ne cherche à suivre la raison, mais à imposer la sienne propre, toujours biaisé parce que soumise à sa propre passion.

Que ce soit les capitalistes chinois ou russes pour ne citer que les plus aptes à faire tomber le dollar et créer une situation de paralysie momentanée de l’économie mondiale, ils ont bien compris le principe du jeu de la barbichette où l’important est de ne surtout pas apparaître comme celui qui est responsable de l’écroulement aux yeux de l’opinion mondiale, mais surtout, aux yeux de sa propre opinion, à commencer par sa propre bourgeoisie. Comme je l’écris plus haut, Trump s’emploi à faire rire les autres, mais personne ne se laisse avoir pour l’instant.

Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que l’effondrement du dollar entraîne la perte de son capital monétaire et que toute personne qui en possède ne souhaite pas sa perte ! c’est du simple bon sens capitaliste et il n’y a pas besoin de faire des études pour le comprendre. Sauf qu’à un moment donnée, il n’y aura pas d’autres alternatives, mais encore une fois, l’important est de désigner l’ennemi extérieur pour se prémunir d’une guerre civile, toujours infiniment plus dommageable.

Marx n’a fait que comprendre le capitalisme sous sa forme bourgeoise, quant à Lenine, il n’a fait que singer Marx et surtout fait semblant de le comprendre. Bref, utiliser la dialectique ML, c’est rester sur une vision étriqué de la réalité du monde. Ici, c’est la passion qui commande et se moque de la raison pure, alors que Marx lui même, avait bien pris conscience que seule la raison pure peut servir de guide et est le propre de la dialectique matérialiste. Mais qui pour ses adeptes, devient culte de la personnalité et confondent alors raison avec passion. Et qui donc, ne sont pas marxiste au sens de respecter sa philosophie, mais s’opposent à elle par le simple fait d’affirmer qu’il faut croire Marx, alors que ce dernier dit qu’il ne faut pas le croire lui, mais uniquement la raison. C’est d’ailleurs ce qui fait la valeur de Marx, son honnêteté intellectuelle à distinguer entre son analyse et la raison pure, la première pouvant être différente de la seconde, mais où c’est la seconde qui s’impose à la première.

alors écrire « comment la Chine pourrait rafler la mise au casino mondial » est un contre sens marxiste, puisque seuls les capitalistes peuvent rafler la mise, or, un vrai capitaliste se contrefous des nations, sinon pour manipuler les prolétaires. Quand on se dit communiste, on combat tous les capitalistes, de chine ou des USA. Ce genre de titre, participe au maintien des cogito dans l’impasse, puisqu’il soutient la confusion entre une nation et ses dirigeants. Non, dans le contexte d’une économie mondialisée, la Chine en tant que nation ne peut pas rafler la mise et la chute de l’empire US ne peut plus faire gagner un autre empire en tant que considérant tous ses citoyens, mais uniquement ses seuls capitalistes. Pour les capitaliste, chinois ou autres, l’important n’est donc pas la chute de l’empire US, mais le maintient du principe nationaliste, donc, des empires, donc, de la division du monde en au moins deux blocs concurrents. Non pas au niveau économique, mais uniquement sur le plan social.

Répondre

robert bibeau

26 juin 2018 à 11 11 03 06036

Permalink

@ Hervé

C’est pas juste Hervé – tu écris tout ce que j’aurais voulu écrire à ma place et mieux que moi

BIS à tout ce que tu as écris sauf quelques précisions que j’apporterais sur ta conclusion à propos de la Chine et des deux blocs concurrents.

Le système tend vers l’unité – l’unité n’étant pas un objectif mais un moyen – une méthode par laquelle le système accomplit sa mission – assurer la reproduction de l’espèce – ne jamais perdre le but – la mission globale – alors si la méthode de l’unité facilite l’atteinte de l’objectif – le système dans son fonctionnement tendra vers L’UNIFICATION. Ainsi, le prosélytisme économique capitaliste a submerger le monde entier Lénine l’a appelé L’IMPÉRIALISME, pourquoi pas – cette expression me va. MAIS, si l’unité – l’unification – entrave l’atteinte de l’objectif du système – la reproduction de l’espèce – alors sans que le système ne le sache ou ne le veule – son fonctionnement aura tendance à briser l’unification – à maintenir la concurrence stimulante – à entrainer les électrons libres nationaux à s’agglutiner par paquets – clans – camps opposés – alliances concurrentes et la tendance à l’unité sera contrecarrer par son antithèse

On obtiendra ainsi l’UNITÉ DE LA STRUCTURE OPPOSITIONNELLE – ou le négatif et le positif s’attire et se repousse tout à la fois l’accaparement du temps de vie d’autrui n’étant que la forme matérielle – observable – de cette unité du système et de sa capacité à remplir sa mission qui est la reproduction de l’espèce.

Il y a RÉVOLUTION SOCIALE – ÉCONOMIQUE ET POLITIQUE qu’à l’instant ou le système par son fonctionnement mécanique instinctif ne parvient plus à maintenir l’équilibre – unité – concurrence – et que cette perte d’équilibre met en péril l’espèce – sa reproduction. Ce que Marx génial a décrit comme LA contradiction entre le développement des forces productives et les capacités – aptitudes – des rapports de production à assurer la cohésion-du système- pour la reproduction.

Étant donné l’intelligence de l’espèce humaine – sa capacité à s’auto-réfléchir et son immense emprise sur la nature – la source de LA contradiction ne peut être qu’interne – Intra-infrastructure. J’écarte donc la possibilité que la destruction écologique de l’espèce humaine qui aurait sur-exploité la nature – l’écosystème. Dans une telle éventualité, le système générera parmi l’espèce humaine un fort stimulant à modifier le comportement – à rationaliser l’exploitation – à récupérer les intrants – bref à enrayer – non pas le développement comme le pense les écologistes – aller expliquer aux affamés qu’il y a trop de développement – salaud de BOBO – mais à enrayer le gaspillage – la surexploitation et la destruction irrémédiable.

Il est indéniable que le facteur RESSOURCE NATURELLE dans le procès de reproduction de l’espèce sera un facteur d’éclatement du système capitaliste qui appellera une révolution sociale – ce sera l’une des variables du déclenchement de la révolution prolétarienne.

Merci pour ton post fort intéressant

robert Bibeau

Répondre

Luniterre

26 juin 2018 à 14 02 12 06126

Permalink

Évidemment, « La Chine », dans le titre et dans le contexte, cela signifie le capitalisme financier chinois, la puissance financière chinoise…

Un titre est nécessairement elliptique, et se comprend ainsi, à moins d’être particulièrement borné et de n’avoir rien d’autre à faire que de pinailler là dessus.

Si le sujet intéresse, le mieux est de lire l’article et de suivre les liens à la suite, afin de savoir de quoi il retourne, et, éventuellement, de comprendre et échanger sur le sujet.

D’ici là, l’échange entre MM. Bibeau et Hum a au moins le mérite d’être assez désopilant…

Par les temps qui courent, c’est déjà ça !

Avec mes remerciements, donc,

Sincèrement, à vous deux.

Luniterre

Répondre

Hervé Hum

27 juin 2018 à 1 01 15 06156

Permalink

@Luniterre

notre échange peut être « désopilant », mais il est toujours mieux que le tient qui est désolant. Ne sert pas la cause qu’il prétend défendre, mais l’interdit par son dogmatisme aveugle.

Singer un auteur ne fera jamais que réduire sa pensée et surtout, s’interdire de comprendre que ce n’est pas un auteur qu’il faut suivre, mais le raisonnement. Dans le premier cas, tu reste dans le culte de la personnalité et c’est un des éléments de manipulation des capitalistes, le communisme, par définition, refuse tout culte de la personnalité.

quand au titre « forcément elliptique », ben c’est justement ce genre d’ellipse qui maintien la confusion entre le capitaliste et le prolétaire, puisque parler de la Chine ou tout autre pays en tant que tel, ne distingue pas l’un de l’autre. La Chine ou tout autre pays en tant que tel, ne saurait être détruit, là n’est pas la question, mais que les nations restent sous l’emprise d’une même classe dominante, si.

Luniterre

27 juin 2018 à 12 12 57 06576

Permalink

@Hervé Hum
@Robert Bibeau

Cette formule « culte de la personnalité » n’a pas cours sur TML, vous le savez pertinemment, et le mieux serait de répondre enfin sur le fond, si vous avez des arguments réels pour rectifier ou invalider les analyses développées sous les titres, concernant le capitalisme financier chinois, au lieu de continuer à ergoter sur un seul mot, une seule formule.

Je ne remets pas ici les liens, ils sont tous dans l’article et à la suite….

« Comment la Chine pourrait bientôt
rafler la mise au casino mondial… ! »

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/24/comment-la-chine-pourrait-bientot-rafler-la-mise-au-casino-mondial/

D’ici là, je ne vois pas d’inconvénient à apprécier, éventuellement, la suite de votre plaisante conversation…

Avec mes remerciements sincèrement renouvelés pour ce plaisir,

Luniterre

Répondre

robert bibeau

27 juin 2018 à 13 01 57 06576

Permalink

@ Luniterre
@ Hervé
@ Tous

Si quelqu’un souhaite un débat à propos de la crise économique – pour ma part je propose le thème suivant (pour lequel les articles proposés par LUNITERRE peuvent être des sources d’information) : la question : Comment se fait-il que le grand capital US se lance dans une guerre commerciale qui ne peut que lui faire du mal ??? Comme si ces gens étaient pris d’une frénésie suicidaire (:-???

Évidemment que le grand capital US n’est pas suicidaire mais je ne comprends pas le déroulement de l’arnaque ???

Merci pour votre concours. En effet les deux articles attachés à ce texte fournissent des données pour trouver la réponse : https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/24/comment-la-chine-pourrait-bientot-rafler-la-mise-au-casino-mondial/

Oublions la métaphore du casino et de la mise à rafler…

Robert Bibeau

Répondre

robert bibeau

27 juin 2018 à 15 03 01 06016

Permalink

@ hervé.

Je sais que tu appliques les préceptes des partis gauchistes et droitistes et aussi de la morale religieuse dans ton dernier message. Mais pour ma part j’ai rompu totalement avec cette morale idéaliste humaniste que tu résumes si bien ici : « c’est l’être qui décide de la finalité et non l’objet ou l’outil ou ici, le système. C’est à dire, que sous un régime capitaliste, si la mission du système est d’assurer la reproduction, la notion de reproduction n’est pas la même que sous un régime véritablement communiste. Dans le premier cas, c’est la reproduction du capitaliste qui importe et donc, n’a aucun scrupule à supprimer autant de prolétaires qu’il faut pour assurer le maintient de sons système. Dans ce contexte, la résolution des problèmes passe par la mise en place de moyens de destruction des masses laborieuses, mais sans en avoir l’air, car bien évidemment, cela pose un sacré problème d’ordre éthique et moral pour les exécutants ! »

Mon argumentaire est assez clair il me semble. NON L’être ne décide rien en terme de finalité de l’espèce et de la stratégie de sa reproduction. Je dénonce ce moralisme religieux ainsi que LE LIBRE ARBITRE – concept théocratique prétentieux d’humains orgueilleux. Ainsi personne ne semble comprendre quand j’explique que gauche populiste ou droite populiste c’est du pareil au même au bout du circuit en phase finale. Ce sont deux faces du même système et qui mène à la même impasse.

Va lire mon édito de cette semaine ICI : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/le-cirque-electoral-entretien-avec-robert-bibeau-sur-la-democratie-aux-etats-unis/ sur cette question justement.

Personne ni capitaliste – ni communiste – ni bourgeois – ni prolétaire ne peuvent empêcher le rafiot capitaliste de s’échouer = impossible de l’empêcher on peut le retarder mais pas l’empêché = car les règles sur lesquelles reposent le système = se sont imposées d’elles mêmes par le jeu des forces concurrentes – contradictoires selon la dialectique matérialiste ou la part de DIEU est NUL.

Peu de gens se rendent compte que je propose de revenir au matérialisme fondamental dans lequel la volonté de l’homme est dirigée – orientée par la réalité.

TU AS TORT totalement quand tu prétends qu’un mode de production a pour mission de ne reproduire que la classe hégémonique TU ÉCRIS CECI : « Mais le coeur du système capitaliste, sa raison d’être dans son mode de fonctionnement, est uniquement de permettre l’appropriation du temps de vie d’autrui à son profit exclusif, quand le communisme, l’anarchisme, le socialisme et enfin, le libéralisme véritable, l’interdisent.  »

1) Ce que seront le mode de production anarchiste – communiste ou socialiste – tu le sauras quand un premier mode de production COMMUNISTE aura fonctionné réellement sur terre. Pour le moment tu n’as que de pauvres caricatures avortées à te mettre sous la dent. AINSI, prenons ce point précisément POURQUOI TOUTES LES TENTATIVES DE CRÉER LE MODE DE PRODUCTION ANARCHISTE – SOCIALISTE – COMMUNISTE ONT-ELLES TOUTES SYSTÉMATIQUEMENT TOUTES ÉCHOUÉES LAMENTABLEMENT ??

Un ML, un mao, un trot, un communiste, te répondra par un argument idéaliste – moraliste – à savoir que partout des traitres ont trahis et ont détourné le projet (sic). POURQUOI des millions de traitres partout – et les prolétaires qui ne se lèvent même pas pour défendre leurs conquêtes socialiste ???? FAUX – faux-curés et faux-culs.

LA raison c’est qu’a aucun moment les conditions objectives des forces productives n’ont été suffisamment développés pour permettre de construire le mode de production communiste. On ne construit pas le communisme sur la misère paysanne. ACTUELLEMENT NOUS APPROCHONS DE CES CONDITIONS mais nous n’y sommes pas encore alors pensez dans la Russie misérable de Lénine – pauvres paysans bolchéviques… et ils auront été des millions à périr pour ça – NOTA les trots ne sont pas mieux – ils voulaient juste que ce soient leur gourou qui mène le bal des vampires.

LES BOURGEOIS – CAPITALISTES ne désirent pas exterminés les prolétaires – ou s’emparer de leur temps de vie sans compensation etc… ENCORE DU MORALISME THÉOCRATIQUE… L’HOMME NAIT BON C’EST LE SYSTÈME QUI LE CORROMPT.
Ils le font parce que sous le mode de production capitaliste s’ils ne le font pas ils n’accompliront pas leur mission de créer les conditions de reproduction de l’espèce = CE QU’ILS RÉALISENT SANS LE SAVOIR – INCONSCIEMMENT. À leur sens cet échec de leur part se révélera sous la forme que le capital (le temps de vie d’autrui) leur échappera des doigts pour être accaparés par leurs concurrents plus futés. ET ILS SERONT ÉLIMINÉS sans état d’âme pour le système. L’objet de la vie n’est pas L’EGO, LE BONHEUR, LE COIT VAGINAL, L’EXTASE, LE NIRVANAH, LE CIEL OU LA LÉVITATION L’objet de la vie est de se reproduire. TU disais plus haut que la vi évolue continuellement = YES = VRAI = elle s’adapte constamment aux modifications de l’environnement. Elle devra même déménagé de planète un jour quand elle aura surexploitée celle-ci pour assurer sa reproduction élargie.

Je termine, un camarade me signale que le capital tend à réduire – et même à éliminer le prolétariat et que cela serait un signe de VITALITÉ QUAND LE CAPITALISME RÉUSSIT CETTE PROUESSE DE PRODUIRE PLUS DE CAPITAL AVEC MOINS DE PROLÉTAIRES ( = hausse de productivité). La subtilité est grande ici. EN EFFET, les lois inexorables de fonctionnement du mode de production capitaliste sur lesquelles l’homme n’a aucun LIBRE ARBITRE en ce sens que s’il n’applique pas ces lois la chute sera plus rapide – ces lois dis-je tendent à provoquer la surexploitation du prolétariat qui permet de produire PLUS avec MOINS de bras et moins de tête MAIS JUSTEMENT LA STRICTE APPLICATION DE CETTE LOI mène le système à sa perte, c’est ce que l’on appelle un paradoxe – LE PARADOXE FONDAMENTAL DÉCOUVERT PAR MARX. C’est son grand mérite.

Plus le capitalisme se développe plus il se dirige vers sa perte et son autodestruction. Je ne comprends pas ces militants qui s’agitent pour détruire le capitalisme – le capitalisme se détruit lui-même. LA QUESTION à résoudre pour les prolétaires révolutionnaires n’est ni de détruire le capitalisme ni d’imaginer le communisme MAIS DE savoir comment nous pourrons empêcher qu’une nouvelle forme du capitalisme appelé SOCIALISME (pourquoi pas) – ne leurre les prolétaires et retardent la construction du mode de production communiste véritable pour des siècles à venir.

robert bibeau

Répondre

Luniterre

27 juin 2018 à 22 10 51 06516

Permalink

En deux mots, il me semble clair que le matérialisme dialectique porte aussi son nom du fait du fonctionnement dialectique de l’interaction entre infrastructure et superstructure (schématiquement :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/09/24/definition-of-base-and-superstructure-core-concepts-of-marxist-theory/ ).

Autrement dit, même si l’action consciente des humains est essentiellement conditionnée par la base (infrastructures), elle agit également dessus en retour, même si effectivement dans les limites du possible.

Une illustration réaliste de ce fait se trouve dans la comparaison entre deux épisodes généralement considérés comme tragiques des révolutions russes et chinoises : la collectivisation des terres au moment de la « dékoulakisation » en URSS et le « Grand Bond en avant », en Chine.

En 1928, suite à la « crise des grains », la NEP tournait à la catastrophe. Continuer avec aboutissait à un rétablissement rapide du capitalisme et n’aurait rien résolu, ni le problème de la spéculation, ni celui de la famine qui en était, pour une part essentielle, la conséquence.

Staline aurait pu suivre son aile droite et les critiques trotskystes, et tenter relancer la NEP, ce qui aurait manifestement empiré le problème. Il aurait pu aussi ne rien faire et simplement tenter de défendre le pouvoir du parti au jour le jour, ce qui n’aurait fait que retarder l’issue catastrophique déjà en gestation.

Avec toutes les conséquences possibles en vue, la collectivisation était un autre choix conscient.

Malgré tout les drames qu’elle a occasionné, elle a permis de relancer l’économie soviétique et de mettre fin aux famines cycliques qui se reproduisaient depuis le 19ème siècle. C’est ce que montrent les études russes actuelles sur l’histoire de l’économie russe, et notamment celles de Nikolaï Starikov, dont les grands traits nous sont résumés par Ekaterina Blinova :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/11/15/encore-une-legende-noire-demythifiee-lholodomor/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/28/holodomor-hoax-joseph-stalins-crime-that-never-took-place/

https://sputniknews.com/politics/201510191028730561-holodomor-hoax-invented-hitler-west/

En ce qui concerne 1958 en Chine, tout à fait à l’opposé de la situation russe, où, en plus, les conditions climatiques étaient déjà désastreuses pour les récoltes, celles de Chine, en 58, étaient très favorables et la récolte a été délibérément gaspillée par l’initiative du GBA. C’est le choix de la politique « communaliste » qui a, de plus, compromis pour longtemps le développement agricole chinois, notamment en matière de mécanisation, au point que les experts agricoles d’aujourd’hui considèrent son impact comme encore perceptible dans ses conséquences. ( http://www.lafranceagricole.fr/actualites/chine-modernisation-de-l-agriculture-aboutissement-prevu-en-2050-selon-un-rapport-1,0,85385509.html )

La politique « communaliste » est une absurdité économique pourtant déjà caractérisée par Engels, en son temps, et par le simple bon sens, en tous temps.

Mais Mao la voyait comme un moyen de contourner et de dépasser la problématique du retard chinois, par rapport à l’URSS, notamment, ce qu’il a même tenté de justifier théoriquement, alors que le processus était déjà en situation d’échec irrémédiable. (Hu Chi-hsi,
Mao Tsé-toung et la construction du socialisme – Modèle soviétique ou voie chinoise, Seuil, 1975 )

Deux situations similaires en apparences, deux décisions politiques souvent considérées de manière équivalentes, alors qu’elles sont au contraire tout à fait opposées, tant dans leurs prémisses que dans leurs conséquences durables.

Deux décisions conscientes qui ont changé le cours de l’histoire, quoi qu’on en pense.

Deux actions que l’on peut également considérer comme en retour de la superstructure vers l’infrastructure, en termes de dialectique.

Luniterre

Répondre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.