A quand, le Retour de la Raison ??

 

 

 

 

 

RAPPEL AUX (+ de 16 ?) MILLIONS QUI ONT REFUSÉ DE TOMBER DANS LE PIÈGE.

ILS SONT LA RÉSISTANCE DE LA RAISON,

QUI REVIENDRA PEUT-ÊTRE,

PLUS TARD !!

 

Luniterre

 

 

 

 

 

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ; car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont. En quoi il n’est pas vraisemblable que tous se trompent : mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger et distinguer le vrai d’avec le faux, qui est proprement ce qu’on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes ; et ainsi que la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon, mais le principal est de l’appliquer bien. Les plus grandes âmes sont capables des plus grands vices aussi bien que des plus grandes vertus ; et ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage, s’ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent et qui s’en éloignent.

Pour moi, je n’ai jamais présumé que mon esprit fût en rien plus parfait que ceux du commun ; même j’ai souvent souhaité d’avoir la pensée aussi prompte, ou l’imagination aussi nette et distincte, ou la mémoire aussi ample ou aussi présente, que quelques autres. Et je ne sache point de qualités que celles-ci qui servent à la perfection de l’esprit ; car pour la raison, ou le sens, d’autant qu’elle est la seule chose qui nous rend hommes et nous distingue des bêtes, je veux croire qu’elle est tout entière en un chacun ; et suivre en ceci l’opinion commune des philosophes, qui disent qu’il n’y a du plus et du moins qu’entre les accidents, et non point entre les formes ou natures des individus d’une même espèce.

Mais je ne craindrai pas de dire que je pense avoir eu beaucoup d’heur de m’être rencontré dès ma jeunesse en certains chemins qui m’ont conduit à des considérations et des maximes dont j’ai formé une méthode, par laquelle il me semble que j’ai moyen d’augmenter par degrés ma connoissance, et de l’élever peu à peu au plus haut point auquel la médiocrité de mon esprit et la courte durée de ma vie lui pourront permettre d’atteindre. Car j’en ai déjà recueilli de tels fruits, qu’encore qu’au jugement que je fais de moi-même je tâche toujours de pencher vers le côté de la défiance plutôt que vers celui de la présomption, et que, regardant d’un œil de philosophe les diverses actions et entreprises de tous les hommes, il n’y en ait quasi aucune qui ne me semble vaine et inutile, je ne laisse pas de recevoir une extrême satisfaction du progrès que je pense avoir déjà fait en la recherche de la vérité, et de concevoir de telles espérances pour l’avenir, que si, entre les occupations des hommes, purement hommes, il y en a quelqu’une qui soit solidement bonne et importante, j’ose croire que c’est celle que j’ai choisie.

Toutefois il se peut faire que je me trompe, et ce n’est peut-être qu’un peu de cuivre et de verre que je prends pour de l’or et des diamants. Je sais combien nous sommes sujets à nous méprendre en ce qui nous touche, et combien aussi les jugements de nos amis nous doivent être suspects, lorsqu’ils sont en notre faveur. Mais je serai bien aise de faire voir en ce discours quels sont les chemins que j’ai suivis, et d’y représenter ma vie comme en un tableau, afin que chacun en puisse juger, et qu’apprenant du bruit commun les opinions qu’on en aura, ce soit un nouveau moyen de m’instruire, que j’ajouterai à ceux dont j’ai coutume de me servir.

Ainsi mon dessein n’est pas d’enseigner ici la méthode que chacun doit suivre pour bien conduire sa raison, mais seulement de faire voir en quelle sorte j’ai taché de conduire la mienne. Ceux qui se mêlent de donner des préceptes se doivent estimer plus habiles que ceux auxquels ils les donnent ; et s’ils manquent en la moindre chose, ils en sont blâmables. Mais, ne proposant cet écrit que comme une histoire, ou, si vous l’aimez mieux, que comme une fable, en laquelle, parmi quelques exemples qu’on peut imiter, on en trouvera peut-être aussi plusieurs autres qu’on aura raison de ne pas suivre, j’espère qu’il sera utile à quelques uns sans être nuisible à personne, et que tous me sauront gré de ma franchise.

René DESCARTES

DISCOURS DE LA MÉTHODE  (1637)

https://fr.wikisource.org/wiki/Discours_de_la_m%C3%A9thode_(%C3%A9d._Cousin)/Premi%C3%A8re_partie

.

http://classiques.uqac.ca/classiques/Descartes/discours_methode/Discours_methode.pdf

.

DERNIÈRE MINUTE…

 

 

 

Descartes

assassiné… !!

 

 

D’après un universitaire allemand, le philosophe français n’est pas mort d’une pneumonie, mais aurait été assassiné par un prêtre, à l’aide d’une hostie empoisonnée. Une théorie controversée.

L’affaire a tout d’une intrigue shakespearienne : le philosophe français René Descartes ne serait pas mort de maladie, mais aurait bel et bien été assassiné. C’est du moins la théorie exposée par l’universitaire allemand Theodor Ebert dans son ouvrage, Der rätselhafte Tod des René Descartes (La mort mystérieuse de René Descartes, non traduit). Officiellement, Descartes serait mort d’une pneumonie. Invité en 1650 à Stockholm par la reine de Suède, il aurait mal supporté le fait de devoir lui prodiguer des leçons tous les matins à cinq heures dans une pièce glacée. Mais pour Ebert, la vérité est toute autre. Le philosophe aurait été empoisonné par un prêtre catholique français, au moyen d’une hostie contenant une dose mortelle d’arsenic ! Pour étayer sa théorie, le chercheur a épluché les archives de l’époque à la recherche d’informations sur les derniers jours du philosophe en exil. Et sa conclusion est sans appel : vertiges, maux d’estomac, saignements dans les urines. Autrement dit, Descartes n’avait pas les symptomes d’une pneumonie, mais bien ceux d’un empoisonnement.

Mais pourquoi François Viogué, «missionnaire apostolique» pour les pays du Nord, aurait-il voulu la mort de l’auteur du Discours de la méthode ? Pour des raisons religieuses. En 1648, il informe ses supérieurs au Vatican que la reine Christine de Suède, protestante, est susceptible de se convertir au catholicisme. Or, Ebert explique que les idées de Descartes ne s’accordent pas totalement avec les dogmes catholiques. La transsubstantiation principe catholique selon lequel le corps du Christ se trouverait réellement dans les hosties consommées par les fidèles lors de la communion serait incompatible avec la pensée du philosophe. Viogué aurait donc vu en Descartes un obstacle à la conversion de la reine, affirme Ebert. Il aurait alors décidé de l’assassiner au moyen d’une hostie empoisonnée, le 2 février 1650. Neuf jours plus tard, Descartes rend l’âme. En 1654, la reine Christine abandonne sa couronne et se convertit au catholicisme.

Les preuves formelles sont minces

Ebert illustre son argumentation d’extraits de la correspondance de la reine de Suède et de l’ambassadeur de France à Stockholm. D’après lui, ces documents montrent clairement qu’ils ont cherché à étouffer l’affaire. Deux éléments troublants s’ajoutent à cela : dans une interview au magazine Books, Ebert explique que le malade s’était fait prescrire un vomitif, ce qui signifierait qu’il se savait empoisonné. Preuve supplémentaire de son forfait présumé, François Viogué aurait refusé l’extrême onction à un Descartes mourant…

D’après un universitaire allemand, le philosophe français n’est pas mort d’une pneumonie, mais aurait été assassiné par un prêtre, à l’aide d’une hostie empoisonnée. Une théorie controversée.

L’affaire a tout d’une intrigue shakespearienne : le philosophe français René Descartes ne serait pas mort de maladie, mais aurait bel et bien été assassiné. C’est du moins la théorie exposée par l’universitaire allemand Theodor Ebert dans son ouvrage, Der rätselhafte Tod des René Descartes (La mort mystérieuse de René Descartes, non traduit). Officiellement, Descartes serait mort d’une pneumonie. Invité en 1650 à Stockholm par la reine de Suède, il aurait mal supporté le fait de devoir lui prodiguer des leçons tous les matins à cinq heures dans une pièce glacée. Mais pour Ebert, la vérité est toute autre. Le philosophe aurait été empoisonné par un prêtre catholique français, au moyen d’une hostie contenant une dose mortelle d’arsenic ! Pour étayer sa théorie, le chercheur a épluché les archives de l’époque à la recherche d’informations sur les derniers jours du philosophe en exil. Et sa conclusion est sans appel : vertiges, maux d’estomac, saignements dans les urines. Autrement dit, Descartes n’avait pas les symptomes d’une pneumonie, mais bien ceux d’un empoisonnement.

Mais pourquoi François Viogué, «missionnaire apostolique» pour les pays du Nord, aurait-il voulu la mort de l’auteur du Discours de la méthode ? Pour des raisons religieuses. En 1648, il informe ses supérieurs au Vatican que la reine Christine de Suède, protestante, est susceptible de se convertir au catholicisme. Or, Ebert explique que les idées de Descartes ne s’accordent pas totalement avec les dogmes catholiques. La transsubstantiation principe catholique selon lequel le corps du Christ se trouverait réellement dans les hosties consommées par les fidèles lors de la communion serait incompatible avec la pensée du philosophe. Viogué aurait donc vu en Descartes un obstacle à la conversion de la reine, affirme Ebert. Il aurait alors décidé de l’assassiner au moyen d’une hostie empoisonnée, le 2 février 1650. Neuf jours plus tard, Descartes rend l’âme. En 1654, la reine Christine abandonne sa couronne et se convertit au catholicisme.

Les preuves formelles sont minces

Ebert illustre son argumentation d’extraits de la correspondance de la reine de Suède et de l’ambassadeur de France à Stockholm. D’après lui, ces documents montrent clairement qu’ils ont cherché à étouffer l’affaire. Deux éléments troublants s’ajoutent à cela : dans une interview au magazine Books, Ebert explique que le malade s’était fait prescrire un vomitif, ce qui signifierait qu’il se savait empoisonné. Preuve supplémentaire de son forfait présumé, François Viogué aurait refusé l’extrême onction à un Descartes mourant…

Les avis sur cette théorie sont mitigés. Jugée crédible par plusieurs universitaires allemands, elle ne séduit pas tous du tout les spécialistes français du philosophe. Pour l’académicien Jean-Luc Marion, «la question, purement anecdotique, n’a aucun intérêt». Michel Fichant, qui dirige avec lui le Centre d’études cartésiennes, va plus loin : «le journalisme à sensation de M. Ebert ne touche à rien d’essentiel ni même de simplement intéressant». Pour lui, rien ne justifie de «monter de toute pièce une histoire d’assassinat jésuitiques à l’hostie, dont il n’y a pas l’ombre d’un commencement d’une preuve». Les spéculations sur l’assassinat de Descartes ne datent pas d’hier : au lendemain de sa mort, cette hypothèse avait déjà été évoquée. Depuis, plusieurs ouvrages ont fait référence à un assassinat de Descartes par des catholiques… ou des protestants. Mais les preuves formelles qui accusent Viogué sont minces. Cette controverse fait plutôt sourire Xavier Kieft, doctorant en philosophie et très bon connaisseur de Descartes : «Il faut aimer les reconstitutions posthumes. Toute cette affaire est finalement assez drôle».

Les avis sur cette théorie sont mitigés. Jugée crédible par plusieurs universitaires allemands, elle ne séduit pas tous du tout les spécialistes français du philosophe. Pour l’académicien Jean-Luc Marion, «la question, purement anecdotique, n’a aucun intérêt». Michel Fichant, qui dirige avec lui le Centre d’études cartésiennes, va plus loin : «le journalisme à sensation de M. Ebert ne touche à rien d’essentiel ni même de simplement intéressant». Pour lui, rien ne justifie de «monter de toute pièce une histoire d’assassinat jésuitiques à l’hostie, dont il n’y a pas l’ombre d’un commencement d’une preuve». Les spéculations sur l’assassinat de Descartes ne datent pas d’hier : au lendemain de sa mort, cette hypothèse avait déjà été évoquée. Depuis, plusieurs ouvrages ont fait référence à un assassinat de Descartes par des catholiques… ou des protestants. Mais les preuves formelles qui accusent Viogué sont minces. Cette controverse fait plutôt sourire Xavier Kieft, doctorant en philosophie et très bon connaisseur de Descartes : «Il faut aimer les reconstitutions posthumes. Toute cette affaire est finalement assez drôle».

http://www.lefigaro.fr/culture/2010/02/18/03004-20100218ARTFIG00678-rene-descartes-est-il-mort-empoisonne-.php

 

 

…ASSEZ DRÔLE ??

 

MOINS DRÔLE, AUJOURD’HUI, 8 MAI 2017 !!

 

A quand,

le Retour

de la Raison ??

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s