A propos de la « percée électorale » du candidat Hamon…

par tribunemlreypa

 

.

.

.

.

.

.



A propos

de la « percée électorale »

du candidat Hamon…

 

 



« Anti électoralisme » ou « appel à voter x ou y »,

est-ce bien le fond du débat ?

Essayons plutôt de raisonner en termes de perspectives politiques, même si cela ne semble pas avoir d’écho, dans le contexte de l' »extrême-gauche » française actuelle…

 

Ceci dit, il y a deux aspects distincts, dans cette démarche:


__1_comprendre ce qui se joue dans le camp d’en face, en terme d’évolution du système, et quelles sont les forces sociales à l’œuvre derrière ses marionnettes.

 

__2_en fonction de notre analyse, quels sont les revendications et les thèmes d’agit-prop que nous voulons mettre en avant, et dans quelle perspective.

 

Évidemment, concrètement, il peut y avoir un lien dialectique entre ces deux aspects.
Cela parait même souhaitable, pour que notre expression soit comprise au moins d’un partie des masses.

 

Mais il reste , sur l’aspect 1, des divergences d’appréciation…


Voir Hamon comme « validant » le quinquennat Hollande, ça ne parait pas correspondre à la réalité.
(Et de plus, il n’est pas perçu comme tel, et donc manifestement pas comme « centriste »,  par l’électorat )


La « vague » médiatique qui continue de le porter semble attester de la puissance des intérêts qui sont derrière cette marionnette.


Intérêts qui ne sont pas ceux ayant téléguidé Hollande, que l’on retrouvera probablement, in fine, du côté de Macron, marionnette d’un autre groupe d’intérêts, mieux identifiés.

 

Actuellement, la « gauche de la gauche » se reconnait au moins autant, et même davantage, dans Hamon que dans Mélenchon, « ringardisé », médiatiquement parlant, notamment par son refus encore actuel du RU…

 

Cette question du RU n’est pas anodine, c’est un choix d’orientation du système.
Il n’y fait pas encore l’unanimité, manifestement, mais la « résistance » est plutôt formelle et sans grande détermination.
Le fait que Mélenchon cède ou non à Hamon sera une indication.


Mélenchon n’a (…n’avait) aucune qualité particulière, sauf de cumuler rejet de la loi EL Khomri et refus du RU.
A ce titre, et seulement sur ces deux revendications, il aurait pu faire un candidat de « barrage » sur la route de la droitisation extrême de la société en France.

 

Cette possibilité, à moins de 10% des intentions de vote, n’a plus de sens.
Pour indication, Poutou-NPA est à 0,5% et Arthaud-LO à 0,00% !!!


Reste donc Hamon et son RU…
Comment peut-on à la fois combattre frontalement le projet RU, qui est à la fois son cheval de bataille et la cause de sa popularité, et appeler à voter pour lui…

 

Cela n’a pas de sens non plus, et ne serait pas compris du tout, et pour cause…

 

Alors que le projet RU rencontre tout de même une certaine résistance, de bon sens, dans les classes populaires…

 

 

D’après les échanges sur Agoravox et d’autres plus directs, il semble possible d’avancer par le débat et la pédagogie, même si c’est une goutte d’eau dans l’océan. Essayons de faire en sorte qu’elle devienne tâche d’huile !!

 

Mais encore, cela n’a de sens que si nous voulons avancer une nouvelle perspective de partage du travail, fondée sur la valeur-travail et sur une perspective de pratique socialiste de la loi de la valeur.

 

Cette question est carrément clivante, dans la démarche actuelle de l' »extrême-gauche », influencée par une lecture « wertkritik » opportuniste de « gauche », mais réactionnaire, en fait, de la loi de la valeur. ( * )

Pourtant, on ne voit pas que l’unité sans base claire puisse mener quelque part, non plus.

 

Même si ce « créneau » est petit, il n’en est pas moins réel et permet de conserver un lien avec une partie, probablement la plus consciente, en fait, des masses.


 
Aspect 2 : Il nous semble que c’est ce créneau que doivent occuper les révolutionnaires prolétariens.

 

Luniterre

*****************

( *   Marx au banc d’essai de l’Histoire

Désormais disponible en PDF:

marx-au-banc-dessai-de-lhistoire   )

 

 

Capture_FM_TML

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж