PRÉSIDENTIELLE 2017: RECOMPOSITION ET DIVISION POUR SAUVER LA SOCIAL-DÉMOCRATIE

.

.

Communiqué du Collectif Défense :

PRÉSIDENTIELLE 2017:

RECOMPOSITION ET DIVISION

POUR SAUVER LA SOCIAL-DÉMOCRATIE

10 décembre 2016 9 h 39 min

Valls est le diviseur idéal pour sauver la social-démocratie. C’est un socialiste sans la «synthèse» social-démocrate, qui réconcilie politiquement les courants, toujours au profit d’un maintien de l’idéologie capitaliste. Lors de la primaire de 2011, il était déjà pour la suppression des 35 heures et de l’ISF. Comme premier ministre, il pousse avec virulence à la déchéance de la nationalité. Valls choque également d’autres ministres de son gouvernement avec ses positions sur l’interdiction du port du «burkini». Il échoue pour interdire les manifestations syndicales contre la loi El Khomri. En allant toujours plus loin, il déclare «les gauches sont irréconciliables». Ainsi, selon Valls, ceux qui tout en restant dans la majorité gouvernementale PS font mine de se prononcer pour une orientation plus à gauche, sont sur des positions irréconciliables avec la politique social-libérale que la bourgeoisie impose au gouvernement Hollande. Ce que Valls refuse de reconnaître, c’est que son gouvernement n’a pas fait une politique de gauche et que le social-libéralisme, tout comme lui et Macron, n’est pas à gauche mais à droite. La trahison centenaire et permanente du PS consiste à se plier aux exigences de l’État bourgeois lorsqu’il est aux affaires, mais de revendiquer un point de vue de gauche, quelle que soit sa situation, pour continuer à exister. Valls, lui, veut placer le social-libéralisme à gauche, tout en exprimant un soutien de droite au bilan politique du gouvernement Hollande par exemple.

Hollande laisse le champ libre à Valls

L’impopularité à laquelle le gouvernement Hollande-Valls est confronté pousse le Président de la République à laisser le champ libre à son Premier ministre pour qu’il présente sa candidature aux présidentielles de 2017. Hollande essaie ainsi de sauver le PS, car de cette façon les autres candidats du PS lors de la primaire socialiste n’auront aucun mal à se démarquer du bilan du gouvernement que Valls soutiendra comme candidat, mais qui est entaché par la soumission au patronat et le développement de la précarité sociale. L’objectif réel du PS n’est pas de gagner l’élection présidentielle, car depuis Sarkozy les présidents ne font plus que 5 ans à cause des aggravations économiques et crises du système. Il s’agit, pour le PS, de sauver les meubles au moins aux législatives pour assurer l’alternance tout en se démarquant du soutien au gouvernement impérialiste Hollande–Valls.

Bilan gouvernemental que Valls s’engage à défendre à la primaire PS – un véritable choix de société:

-déchéance de la nationalité

-Menaces de guerres contre la Syrie et la Russie

-Loi El Khomri contre le Code du travail

-Loi Macron avec le travail du dimanche

-Loi sur le renseignement

-Attaques contre la Sécurité Sociale et le droit à la santé (actes médicaux et médicaments non remboursés)

-Privatisation des services de la poste et des transports…

-Accord national interprofessionnel sur la concurrence et la «sécurisation de l’emploi» (A.N.I.)

-Loi sur l’état d’urgence prolongé

-Pacte de responsabilité 40 milliards de cadeaux supplémentaires au patronat

-Cadeaux aux entreprises et défiscalisation 240 milliards par an, cadeaux aux monopoles qui licencient, CICE…

-Retraite à 62 ans, allongement de la durée du travail et remise en cause des 35 heures…

Conséquences: profits relancés, mais 10 millions de précaires et de sans-emplois, pouvoir d’achat général en baisse, droit du travail dévalorisé et 2200 milliards de dettes.

Une social-démocratie émergente et renaissante

Selon ses intérêts politiques, l’État bourgeois veut pérenniser la bipolarisation électorale entre la droite et la social-démocratie afin de sécuriser le système capitaliste dans le pays. Le PS a donc pour mission de reconstruire et d’élargir la social-démocratie (de Macron à Mélenchon). Ainsi, pendant que les «frondeurs» jouent leur partition à l’intérieur de la majorité gouvernementale, le Front de Gauche avec le PCF, qui veulent juste aménager le système sans le renverser, travaillent sur l’extérieur du PS. L’accord entre le PS et la gauche (PCF-Mélenchon) repose sur le fait que personne ne veut exproprier les capitalistes de leurs moyens de production pour passer au socialisme. Ainsi, le contexte économique de crise permanente du capitalisme favorisera tôt ou tard les rapprochements politiques entre le PS et les réformistes car, dans la réalité, malgré les luttes, les acquis sociaux reculent sans cesse dans notre histoire contemporaine et dans le monde. Cela démontre que le capitalisme n’est pas aménageable et si hier, il était en recul à l’époque de la présence des pays socialistes avec l’URSS, aujourd’hui le rapport des forces lui est favorable. La régression sociale n’est pas pour autant une fatalité et si les luttes sociales se mettent à remettre en cause le capitalisme, le rapport des forces s’inversera et le patronat reculera. Ainsi, seuls l’éveil de la conscience ouvrière en faveur de la révolution socialiste et le développement des luttes imposeront l’expropriation des exploiteurs pour l’appropriation collective et sociale des moyens de production avec une répartition équitable des richesses. Cependant, la pluralité des personnalités politiques et des organisations n’aboutissent point vers la démocratie pour les travailleurs. Seul un parti véritablement révolutionnaire ayant pour seul objectif la révolution socialiste pourra jouer un rôle positif dans les luttes plutôt que par les élections, pour opposer la démocratie ouvrière à la démocratie bourgeoise, soit, selon les principes marxistes, la dictature du prolétariat, pour remettre en cause la dictature du capital. Le collectif défense ouvre la perspective de la création d’un parti ouvrier pour unifier les travailleurs contre la minorité des capitalistes.

Appel du collectif défense pour les présidentielles 2017: Boycott du monarcho-présidentialisme sur toute la ligne!

 

 

logo-cd

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

Un commentaire

  1. Mais…comment peut-on mettre dans le même sac Macron qui est objectivement de droite et pas social démocrate et Mélenchon qui est l’aile gauche de la social démocratie? Mélenchon qui peut porter un sacré coup à la social démocratie de droite s’il la devance en nombre d’électeurs et qui dans ce cas, serait pour nous une aide, un petit pas en avant?
    Macron, ce candidat fabriqué par les médias, ne prendra des voix qu’à la droite avec le type de programme qu’il avance.
    Corbin est la même chose que Tony Blair?
    Sanders la même chose que Clinton?
    En tout cas les jeunes et la masse ouvrière ne le croient pas et c’est cela, aujourd’hui leur niveau de conscience politique.
    Dire Macron égal Mélenchon non seulement c’est faux mais c’est une généralisation abstraite complètement en dehors de la perception des grandes masses.
    Tout dans cet « analyse » est de la même eau et tout finit comme finissent tous les articles depuis 50 ans et chez tout le monde. En « souhaitant » qu’un jour, un parti se créé, je ne sais plus comment. surement pas en faisant des généralisations abstraites vides de tout contenu réel.
    Bien sur que Mélenchon n’est pas socialiste, ni lui ni son programme, mais un groupe politique marxiste-léniniste, qui manifestement n’a aucune possibilité d’intervenir et changer la donne politique, doit étudier la question pour en profiter même si c’est à la marge. Mais surtout pas balancer des abstractions bonnes pour juin 1968 (et encore) mais très absurdes et mauvaises pour 2016. La preuve? tous ceux qui ont pratiqué une telle métaphysique se trouvent partout à la tête de la classe ouvrière.
    Voilà la raison suffisante de l’influence de la social démocratie parmi les travailleurs. La nullité du gauchisme dogmatique et sectaire.
    A la place d’une analyse de la réalité politique telle quelle est, des « si »…
    « Si » les luttes démarrent…Eh bien, je parie que si les luttes démarrent fortement, les masses ne viendront surtout pas chercher ceux qui s’avèrent incapables de participer activement à la lutte politique nationale telle quelle est et non comme on voudrait quelle soit.
    Consultez au moins les recommandations de l’Internationale Communiste pour les petits partis qui se trouvaient devant une majorité social démocrate de la classe ouvrière politiquement avancée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s