De quoi Fillon est-il le Nom ?

.

.

.

De quoi Fillon

.

.

est-il le Nom ?

 

Primaires de droite:

Fillon, le candidat de la synthèse FN – LR.

 

Publié le 22 Novembre 2016 par UC-Lyon

 

(Republié ici avec quelques annotations « NDTML »…)

 

 

Résultats de recherche d'images pour « fillon »


La primaire de la droite et du centre, vaste opération de communication et de sondage, fort lucrative, lancée par la coalition Les Républicains a vu son premier tour terminé. Celui-ci s’est traduit par plusieurs conséquences:

L’éviction de Nicolas Sarkozy, pour qui le retour aux affaires aurait été un confortable sursis, étant donné les casseroles que celui-ci traine dans son sillage: goodbye donc le leader historique de l’UMP.

Le score absolument ridicule de Jean-François Copé, 0.3%, reflet d’un électorat de droite à la recherche de pragmatisme et de réalisme dans son approche des questions. La honte dont s’est couverte ce candidat n’a, effectivement, pas dû l’aider à progresser dans les sondages.

Les deux gagnants sont ceux qui synthétisent, quelque part, les deux ailes de LR, Alain Juppé, celui qui se rapproche plus d’une coalition centriste, et, de l’autre coté, avec une marge d’avance confortable, François Fillon.

François Fillon propose un programme de choc libéral d’inspiration thatchérienne mêlé à un conservatisme des valeurs. Bref coup d’oeil sur son parcours:

– En 1975, François Fillon se prononce contre l’IVG et le droit à l’avortement.
-En 1982, contre la dépénalisation de l’homosexualité.
-En 1992, il prit une position souverainiste de type chauvine par rapport au traité de Maastricht.
-En 1999, il s’oppose au PACS.
-En 2009, fait illustratif, il refuse un poste de ministre à NKM, car elle est enceinte.
-En 2012-2014 contre la loi Taubira.

-Dans ses fonctions de ministre de l’Education, il est le responsable du projet d’autonomie des lycées, brèche ouverte pour permettre une suppression du recrutement centralisé des enseignants, pour gérer comme une entreprise le personnel des établissements, en somme une attaque pour une privatisation rampante.

-Il est également, pendant la présidence de Nicolas Sarkozy, où il sert de paillasson à ce dernier, l’agent principal de la réforme des retraites et de l’application d’un programme d’austérité, à partir de 2010, lequel s’est traduit par des restrictions budgétaires importantes, dans de nombreux secteurs. Ceci entrainant d’importantes non-reconductions de postes, des départs anticipés et une utilisation accrue de contractuels pour combler les brèches.

-Toujours dans l’éducation, c’est sous son gouvernement que se met en œuvre la Loi sur la Responsabilité des Universités, entraînant un rapprochement entre les universités et le secteur privé, la rentrée d’investissements de la part des entreprises en échange de sièges au conseil d’administration, le développement de licences et de maitrises adaptées uniquement aux intérêts du bassin d’emploi; en bref une politique de subordination du supérieur aux capitalistes.

-Le gouvernement Fillon est aussi celui où la ministre de la défense Michèle Alliot-Marie, en 2011, propose au dictateur tunisien Ben Ali de lui « prêter des CRS » pour mater la révolte du printemps arabe.

Ceci permet de dresser un portrait rapide du personnage. Cela ne saurait cependant être complet sans mentionner un tweet de sa main : « La colonisation servait simplement à partager notre culture. » ou sans mentionner que son ouvrage phare est Vaincre le totalitarisme islamique, révélateur de la pensée réactionnaire et confuse de notre larron, mais de son talent -discret- de communiquant draguant l’extrême-droite.

Grand négationniste des crimes de l’impérialisme français,  apôtre de la nostalgie coloniale, candidat idéal des fanatiques de la manif pour tout, tout en étant libéral et doucereux avec les riches, et d’une dureté de fer avec les travailleurs, François Fillon représente un bel hybride FN – LR, donc un excellent candidat pour un vote de coalition.

Quel est le programme de François Fillon:

1) Suppression de la durée légale du temps de travail et  2) Refonte du Code du travail 

L’un des paradoxes de la candidature de François Fillon est qu’il se trouve plus dans la droite ligne de ce qui a été mis en place par le Parti Socialiste, plus que ce qui est issu de la présidence de Nicolas Sarkozy. Le PS a beau communiquer sur le sujet en jouant les Sainte-Nitouches, son œuvre de dévastation du code du travail, à travers la loi El-Khomri, a dépassé les rêves et les désirs les plus fous de la bourgeoisie. Ayant éventré la protection sociale, le gouvernement PS / EELV / PRG a détruit l’aspect fondamental du code du travail: l’échelle des normes. Comme les accords d’entreprise passent désormais au dessus des conventions collectives et même de la loi, tout est désormais possible. Pour autant, pour satisfaire son électorat, il est bien nécessaire de bombarder de nouveau ce champ de ruine, histoire de justifier la place des Républicains du côté de la droite, chose de plus en plus complexe face à un Parti Socialiste capable d’appliquer le programme tant du FN que de l’ex-UMP.


3) Retraite à 65 ans
Rien de neuf sous le Soleil, encore, allonger le temps de travail nécessaire pour partir à la retraite, user jusqu’à la corde les corps et les esprits des prolétaires, pour assurer la rentabilité maximale, tout en privant, mécaniquement, d’accès au marché du travail la jeune génération, par l’occupation plus longue des postes. Mais comme ils n’auront pas pu cotiser pour le chômage, cela n’aura pas d’impact financier sur les caisses de l’Etat.

 

___(NDTML : En réalité, allonger la durée de cotisation nécessaire pour une retraite supposée « décente », c’est en réalité REDUIRE le montant total des retraites versées, vu qu’avec la précarité et le chômage chronique, pratiquement plus personne n’aura de retraite complète…!)

 

4) Suppression d’un demi-million de postes de fonctionnaires.
La suppression de postes de fonctionnaires est un peu l’un des
delenda carthago de cette primaire: rivaliser en promettant toujours plus, en avançant les chiffres les plus extravagants pour plaire à l’auditoire. Cette mesure est à peine à commenter tant elle est une caricature de programme de droite, basée sur la « haine du privilège du fonctionnaire », et sur la théorie que « le privé peut tout », chose qui, pour autant, ne s’est jamais traduite par des réussites, quelque fusse le domaine.

5) Allocations chômages réduites et dégressives.
Autre
delenda carthago partagé par tous les candidats, la question des chômeurs, considérés comme des plaies sociales, des incapables, des parasites par les ténors de la droite, lesquels les somment donc d’accepter chaque emploi qui leur est proposé sous peine de subir le couperet de la perte d’allocations. La encore, rien de neuf sous le soleil, si ce n’est que -merci la gauche au pouvoir- cette pression se répercute également sur ceux qui ont un emploi. Ainsi, il est plus aisé de leur faire accepter des hausses temps de travail et des baisses de salaire.

6) Suppression de l’ISF et allégement des « charges » qui pèsent sur la bourgeoisie.
Pauvre bourgeoisie, croulant sous les impôts, les charges, les dîmes et les gabelles. A peu de choses près, le portrait tracés pourrait évoquer cette caricature du tiers-Etat portant les deux autres ordres: la bourgeoisie supportant fonctionnaires et chômeurs, ces privilégiés. En vérité, ce cadeau, cette largesse, accordée par le programme de François Fillon ne fait que délester un peu plus les travailleurs de leur salaire. Plus la part qui reste -de manière effective- dans la poche du patron, de la patronne ou du rentier et de la rentière est élevée, plus le taux d’exploitation du travailleur, de la travailleuse augmente. Et encore, lorsque ces grands et grandes bourgeois et bourgeoises sont imposées fiscalement, ce qui est rare, comme a pu le révéler le Canard Enchaîné.

La bourgeoisie ne produit aucune richesse. Elle spolie les travailleurs de leur dû et agit en parasite. En retirant ces charges, ces impôts, c’est une manière de laisser les charges collectives aux frais du prolétariat, d’en exempter ses exploiteurs.

___(NDTML : c’est le travail qui produit les richesses qui se transforment en valeur par l’échange, et notamment par l’échange marchand. Le capital ne s’élargit qu’en s ‘appropriant la plus-value crée par le travail.)

 

7) Loi Taubira modifiée.
Petit clin d’oeil à ses amis réactionnaires, qu’ils fussent de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X ou simplement conservateurs, cette volonté de revenir sur la loi Taubira instituant une certaine égalité devant la Loi des couples, quelque fusse leur orientation sexuelle. C’est un retour aux jeunes amours de notre larron, homophobe, antiféministe et réactionnaire. Pour autant, pour éviter que tout lui saute au visage, la seule mention faite clairement est non une suppression, mais un amendement retirant la possibilité d’une adoption plénière par les couples du même sexe. Cela paraît pour autant douteux, car il entrainerait un chaos juridique sans nom.

8) Fermeture des frontières.
Autre geste de tendresse de sa part, vers le Front National, une ligne encore durcie par rapport à celle que le Parti Socialiste prônait, concernant l’accueil des immigrés et des réfugiés. Instaurations de quotas d’origine -vieux rêve des partisans du
brain drain ou de l’immigration choisie- réduction de moitié des accueils, mais également accentuation des embûches pour la régularisation et l’accès à des aides. Autant de choses qui permettent de drainer des voix à droite.

9) Gendarmerie pour tous les opposants !
Le journal Médiapart a publié un article d’un intérêt indéniable  sur le rapport fascinant de François Fillon à l’opposition, qu’elle fusse syndicale ou politique.

Lors d’une intervention faite le 5 septembre 2016, le candidat s’est fendu d’une déclaration de guerre à peine voilée: Il propose l’envoi de la gendarmerie aux forces « arc-boutées sur leurs acquis », en somme, une onde de choc et de terreur pour imposer son ordre. Inspiré -il s’en vante- de la dame de fer, de Thatcher, il aborde la question d’une manière simple et brutale: pas d’intervention de l’Etat, pas de limite de temps de travail, et si « on l’emmerde », il gouvernera par ordonnances, pour mettre au pas le pays.

Notre cher Fillon représente donc une frange particulièrement réactionnaire, particulière synthèse de l’extrême-droite et du courant libéral, parfait champion de la cause.

Nous ne voterons pas PS.

UNEF trahira toujours ?

Face à un tel réactionnaire, effectivement, il y a de quoi avoir des sueurs froides. Cependant, qu’a révélé l’alternance ? Elle a révélé que les sociaux-démocrates ont plié sous les exigences du patronat, qu’ils se sont couchés a ses pieds et qu’ils ont mordu quiconque tentait de s’opposer à son agenda. Le Parti Socialiste tente de se montrer comme le seule rempart contre le chaos et contre le fascisme, le fer de lance du progrès. Hélas, trois fois hélas des « circonstances » l’ont empêché de pouvoir mettre en oeuvre son magnifique programme. Ces circonstances s’appellent l’intérêt des capitalistes. Et le programme appliqué se nomme « l’ordre du jour » de cette classe.
Cela est symptomatique, d’une part de la clique d’opportuniste que forme le Parti Socialiste, d’autre part de la démocratie bourgeoise en tant que telle.
L’Etat bourgeois, ses institutions, ses instances, ses ramifications ont été conçues par la bourgeoisie comme manière de pouvoir encadrer la société et l’exploitation. Rien de plus. Cela forme son royaume exclusif sur lequel elle veille d’un œil jaloux. En votant, seule la saveur change, mais le poison reste le même. Rose « rose » ou rose « bleue marine », cela reste le pouvoir des bourgeois.
Les candidats « à la gauche de la gauche » qui prétendent qu’il leur est possible d’accéder au pouvoir font fausse route. Ou ils sont d’une naïveté totale, ou ils avancent ces thèses pour séduire un électorat plus radical, pour ramener vers le réformisme les travailleurs. L’expérience du mouvement ouvrier et révolutionnaire devrait nous avoir vacciné contre la stupidité réformiste, contre ce poison, contre cette croyance que nous sommes dans un jeu démocratique à armes égales avec ceux qui nous exploitent. La bourgeoisie n’acceptera pas un gouvernement qui va à l’encontre de ses intérêts sans y être forcée. Et encore, elle ne concédera que de menues choses. La bourgeoisie préférera faire appel au fascisme pour écraser le mouvement ouvrier que de laisser toucher à ses intérêts de classe.

Les réformistes parlent de 1936 comme de la victoire d’un gouvernement, elle n’a eu lieu que parce que le pays était bloqué par la grève et la menace de l’insurrection.

__(NDTML : 1936, le « front populaire », c’est une victoire d’étape importante sur le plan revendicatif, une victoire tactique, donc, mais qui s’est transformée en échec politique du fait de la ligne révisionniste thorézienne, une ligne de collaboration de classe, quant au fond.)


Ils parlent de 1945 comme d’une victoire d’un gouvernement, niant le fait que les communistes portaient les armes, avant que le PCF, ignominieusement, contre la ligne de l’Internationale, leur ordonne de les rendre.

___(NDTML : en 1945, la IIIème Internationale, gangrenée par le révisionnisme, notamment thorézien, avait déjà été dissoute, officiellement pour convenance « diplomatique »… Et le Kominform n’était pas encore créé. C’est à sa création, en 1947, que la ligne révisionniste de capitulation et de collaboration de classe thorézienne fut sévèrement et justement remise en cause, notamment dans le fameux Rapport sur la situation internationale, d’Andreï Jdanov.

Voir la version originale intégrale :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/andrei-jdanov-1947-rapport-sur-la-situation-internationale_/

 

Les « bonnes feuilles » commentées :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/doctrine-jdanov-les-bonnes-feuilles-commentees-selon-eduscol-du-rapport-jdanov-de-1947/    )


Ils parlent de 1981 comme d’une victoire, alors qu’elle n’a fait que consolider, par l’aide de l’Etat, un capitalisme français endommagé et vulnérable. Une curieuse victoire qui déboucha, dès l’orage passé, sur une privatisation acharnée, y compris sous un gouvernement PS avec à sa tête Lionel Jospin, ancien émule du trotskysme.

 

Depuis la chute de l’URSS même révisionniste -rendons à César ce qui revient à César- le capitalisme n’a plus eu besoin de s’encombrer de concessions, de s’encombrer de négociations. Les concessions qui avait été données sont reprises désormais, car le patronat juge que le prolétariat est trop faible et dispersé pour pouvoir riposter. Il faut dire qu’il a bien oeuvré a anéantir ses rouages ou a les corrompre.
Il fonce donc tête baissée pour profiter de son avantage.

Que faire ?

Pouvons nous blâmer, au vu des forces que représentent le mouvement révolutionnaire dans l’Etat français, le fait que beaucoup ne voient que le vote comme possibilité de faire changer les choses, de faire évoluer la société ?


Nous ne le pouvons pas.


Le fait que le vote prenne autant d’importance, qu’il apparaisse comme la seule issue, alors que c’est une cul-de-sac est révélateur de la faiblesse actuelle des organisations révolutionnaires.
Pour autant, nous ne prendrons pas la position de « ni soutien, ni abstention », laquelle revient à ne pas se mouiller, laquelle revient à botter en touche et à ne pas vouloir se brouiller avec qui que ce soit. Ni celle du soutien critique, position trotskiste imbécile, où le parti qui en tire profit conserve le soutien, mais jette au loin la critique.


Nous appelons à une abstention militante.


Chaque fois que la participation baisse, c’est un aveu du manque de légitimité de nos dirigeants, c’est un aveu de l’absence de confiance des masse dans leur ordre, du manque de solidité de leur régime.


Militante car l’expérience démontre que ni le pouvoir, ni la démocratie, n’est dans les urnes, dans les jeux étriqués des bourgeois. Car seule la lutte paie, c’est la seule force qui batte en brèche les réformes au service du patronat, qu’elles soient issues de la gauche comme de la droite. C’est la lutte qui rend les aventures militaires politiquement intenable, qui pousse à ce qu’elles s’éteignent. C’est la lutte qui créé l’outil démocratique, l’outil de pouvoir dont peuvent se saisir les masses, ces assemblées où leur légalité remplace celle de la bourgeoisie.


Nous appelons à rejoindre et renforcer les organisations de combat de la classe ouvrière, ses syndicats ses associations. A rejoindre les cercles communistes, qui travaillent à fournir formation et cadre organisationnel pour combattre, pour fonder un Parti Communiste combatif et révolutionnaire, ce Parti qui nous manque.
Nous appelons à dénoncer le jeu pourri des partis bourgeois, laquais des patrons !
Refuser leur jeu truqué !
Combattre leur pouvoir, dans la rue, dans les entreprises, dans les administrations, dans les universités et les lycées.

Organiser le camp des prolétaires et passer de la résistance à la contre-offensive, de la contre-offensive à la révolution !

.

************

(NDTML : la question du boycott électoral, dans le contexte actuellement ultra-réactionnaire, reste posée.

A ce sujet, voir le texte du camarade Viriato

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/11/20/la-conscience-de-classe-et-le-parti-revolutionnaire/

Sur ce sujet, la ligne éditoriale de TML est très proche du texte de l’UC-Lyon, avec néanmoins le souci de remettre en avant le mot d’ordre d’abrogation de la « loi travail », dite « Loi El Khomri ».

A ce jour, deux candidats représentant chacun un potentiel électoral autour de 10% se sont prononcés en faveur de son abrogation.

Alors que le courant de sympathie envers la lutte pour l’abrogation était encore majoritaire à la rentrée 2015.

C’est évidemment l’attitude attentiste puis liquidatrice des directions syndicales qui a mené à l’échec et à la situation actuelle favorable au déferlement électoraliste d’extrême-droite, sur la base de la démagogie populiste.

Dans ce genre, il va de soi que Mélenchon et Montebourg, les deux candidats « sérieux » qui ont conservé l’abrogation dans leur programme, sont en réalité eux aussi des clowns au service du capital et des démagogues populistes.

Néanmoins, tactiquement, la question de les interpeller de façon militante offensive, au cours de leur « campagne électorale » pour remettre ce mot d’ordre au premier plan peut se poser comme un des axes de lutte parmi d’autres . )

.

.

**********

Source de l’article UC-Lyon:

http://unite-communiste-lyon.over-blog.com/2016/11/primaires-de-droite-fillon-le-candidat-de-la-synthese-fn-lr.html

Unité Communiste - Lyon

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

2 commentaires

  1. Le répétition ad nauseam du « terrible » mot d’ordre « Elections pièges à cons » révèle l’absolue inanité de la réflexion des secteurs le plus dogmatiques et sectaires de l’extrême-gauche.
    Un mot d’ordre qui, peut-être, en 1968 pouvait avoir une validité (si l’on pense que la politique s’occupe de la réalité concrète à un moment donné) mais qui s’est transformé le long du temps en une pure absurdité gauchiste qui a produit comme résultat direct….la disparition de la scène politique nationale (la seule qui nous intéresse) de tous ces groupes et partis.

    En fait « élections pièges à cons » est devenu « abstention piège à c…».
    Aujourd’hui devant le danger d’une dérive marquée à droite, dérive que l’on voit pointer aux US et ailleurs et qui va chambouler tout le spectre des relations internationales, qui tend vers le nationalisme économique (la cause de l’aggravation de la crise en 1930 et de la course à la II Guerre Mondiale), il faut penser à ce qui peut convenir, même si ce n’est qu’une étape intermédiaire, pour commencer à contrer ces dangers imminents.

    Le programme de Fillon est un couteau pointé à la gorge du prolétariat français et pour le mettre en place il lui faudra appliquer une répression très importante contre la colère de masses qu’il va susciter.
    Mais la colère syndicale toute seule n’est pas suffisante (malgré l’avis pareillement intelligent des dogmatiques et anarchistes). Il faut une option politique qui agglutine les sentiments des travailleurs attaqués et qui se défendent.

    Il faut un programme politique et un parti, un levier pour ce programme, qui l’incarne.
    Il n’existe pas aujourd’hui tel qu’on le voudrait. Il y a des militants et des communistes un peu partout, mais pas une organisation marxiste-léniniste digne de ce nom.

    La social démocratie de droite, les Hollande, Valls, Montebourg, Hamon et autres va essayer de canaliser la peur et la colère que le programme Fillon provoque. Etant donné que le gouvernement Hollande n’a travaillé que dans le même sens capitaliste, les travailleurs n’iront pas voter Hollande. Ils en sont totalement dégoutés et préféreront « voir venir ».

    Dans l’hypothèse qu’il n’y aurait aucune autre possibilité pour les travailleurs (évidemment les candidatures isolationnistes et sectaire de LO et du NPA ne comptent pas) que Hollande, non seulement la droite va gagner et appliquer son programme très réactionnaire, mais encore les travailleurs n’auront pas avancé d’une iota car, l’abstention, ce n’est pas une politique dans des conditions mais l’expression de la démoralisation, du sentiment d’impuissance des larges masses (les seules qui intéressent)

    Il ne reste donc que Mélenchon, ancien ministre, parlementaire mais qui a un langage de gauche (si quelqu’un peut savoir ce que cela veut dire). N’empêche, sur ces fragiles bases on peut construire au moins un pôle de ralliement politique pour les futures luttes, tant qu’un ne fasse pas allégeance à la social démocratie de gauche (i.e. Mélenchon) mais qu’on lui donne un pur appui électoral et qu’au même temps on avance nos propres propositions et qu’on fasse la critique de ses absurdités tels la 6ème République (comme si rester dans le cadre capitaliste pouvait arranger quoi que ce soi).

    Appui critique, très fortement critique, organisation sur sa campagne mais pour avancer des idées, programmes et organisation marxiste-léniniste, voilà la perspective. La difficulté de cette tactique réside justement dans le fait réel que le PCF s’aligne sur Mélenchon et qu’il n’y a pas une autre organisation marxiste-léniniste pour appliquer cette tactique de Front Uni.

    En tout cas, l’abstention fera le jeu de la réaction, comme les candidatures sectaires. Il ne reste, peut-être, qu’à l’intérieur de PCF et d’autres organisations cette tactique se fasse lumière, qui n’est que la vieille tactique proposée par l’Internationale Communiste dans les situations où les communistes étaient minoritaires.

    Les luttes contre le programme de Fillon (ou de ML Pen) nécessitent d’un score important de Mélenchon quitte à savoir qu’on devra le laisser sur le bord du chemin juste après ou qu’un devra l’entrainer si une dynamique des luttes apparait.

    Mais sans un pôle de regroupement aujourd’hui avec une ligne communiste au delà de ce que propose Mélenchon (tout en votant pour lui) , pas de salut possible.

    1. Mélenchon est-il véritablement un candidat de « barrage » possible?

      En l’état actuel des « candidatures de gauche », il est prématuré de raisonner en termes de soutien ou pas, car si Mélenchon parait avoir une petite base, et qui s’élargit, mais très peu… (le PCF, qui représente 1 à 3% d’électeurs…), rien ne dit qu’il résistera à un réveil de la « gauche » du PS aux primaires, autour de Montebourg, Hamon, Lienemann ou autre…

      La « gauche » parlementariste semble sur le point d’éclater…

      La droite aussi, en fait, court ce risque, avec les candidatures centristes multiples désormais possibles contre l' »extrémiste » Fillon…

      Le cirque électoral est encore en voie de décantation, et il n’est pas utile et en tout cas prématuré de se focaliser dessus.

      Pour se faire entendre, il sera plus efficace de « perturber » les meetings de campagne des uns et des autres en essayant d’y ramener des revendications populaires, et notamment l’abrogation de la loi travail.

      Encore faut-il s’en donner les moyens…!

      Si l’un de ces démagogues décide d’en faire son cheval de bataille, il sera temps d’aviser pour un « soutien critique », qui aura déjà été « critique » par l’action, et non par des proclamations sur nos blogs, tout à fait inefficaces, car s’adressant à ceux qui sont déjà en avance sur cette problématique!

      Apporter un soutien, même « très critique », c’est actuellement se contenter d’apporter quelques voix de plus, qui ajouteront plus de confusion et d’illusions que de clarté.

      Trancher d’ores et déjà cette question « électorale » est donc tout à fait prématuré.

      l’article de l’UC-Lyon vaut par son analyse de l’évolution sociale, et non par ses considérations sur cette question.

      Luniterre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s