Lénine réveille toi ! (Suite de la polémique sur le spontanéisme)

.

.

.

 

 

Lénine, réveille toi !

(Suite…

 … de la polémique initiée par Robert Bibeau sur le spontanéisme)

 

 (   https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/03/24/a-nouveau-en-reponse-au-camarade-bibeau-et-en-preambule-a-la-republication-du-texte-de-locf-sur-la-ligne-revisionniste-de-fvr-pcf/ )

et

  (     https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/03/25/lenine-reveille-toi/    ) 

 

 

Bonjour,
Juste deux ou trois objections à votre démarche, probablement motivée par un désir sincère de ne pas voir la révolution déformée ou confisquée par une bureaucratie sectaire quelconque, mais certainement bourgeoise, au final.


Je partage le même désir, mais je ne le plaque pas sur la réalité, ni historique ni actuelle, comme une grille de lecture déformante et idéaliste.


Dans un tel débat, les citations, (surtout tronquées et au conditionnel…) sont de peu de poids.


Les journées que nous venons de vivre sur Lyon, tant sur le plan militant que sur le plan du mouvement de masse « spontané » sont d’une intensité qui transcende ce débat par l’expérience pratique et le regard que l’on peut y porter.
Un de ces regard est celui du camarade Viriato, chilien d’origine et qui sait de quoi il parle en matière de résistance « spontanée » du mouvement populaire contre la répression et les tragédies que cela entraine.


https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/03/31/

chronique-du-31-mars-redigee-par-le-camarade-viriato-

pour-le-blog-anglais-socialist-fight/


Au delà de ce contexte lyonnais, lorsque je l’écoute parler de son vécu, cela m’évoque aussi, historiquement, la naissance de la résistance antifasciste en France.


Dans ce cas, il se trouve que quelques poignées de militants communistes qui ont eu le courage de surmonter la débandade « spontanéiste » du Parti, ont réussi à s’organiser et à se coordonner assez efficacement pour survivre et combattre, efficacement, également.


Malheureusement, cela n’a pas été le cas au Chili.


Le fait que la résistance française ait été récupérée puis manipulée par la bureaucratie thorézienne est un autre aspect de l’histoire, qui tient au combat idéologique pour une ligne révolutionnaire prolétarienne, qui n’était déjà pas en œuvre dans le parti avant ce combat et n’a pu, précisément, éclore « spontanément » à la libération.


Une autre observation concerne le pourquoi de ma démarche de blogueur, en tant que ML, et pourquoi ML.
Pour moi le léninisme, ou la pensée de Lénine, ou disons simplement, les textes de Lénine, dans ce qu’ils ont d’actuels et, historiquement, d’intemporels, sont on outil de réflexion, une base pour l’analyse, pour décrypter la complexité du système impérialiste.


L’incapacité des pseudos-théoriciens « marxistes » (dont K. Korsch) à relier la dynamique du capitalisme décrite par Marx à son évolution actuelle m’indique clairement qu’il n’y en a pas de plus « moderne » actuellement, même si certains aspects des textes de Lénine sont nécessairement surannés, vu le décalage temporel. Mais ce n’est pas le cas pour les fondamentaux, qui sont, au contraire, plus actuels que jamais.


C’est pourquoi je ne vois pas l’intérêt de s’en passer, sauf à vouloir inconsciemment reculer dans l’obscurantisme, fut-il « spontanéiste ».


Il me semble comprendre que vous voudriez rejeter le ML tout en restant « marxistes » et sans passer, néanmoins, pour des « spontanéistes », ni des « sectaires ».


C’est carrément la quadrature du cercle, dont les seules issues sont déjà connues et ne mènent nulle part, sinon au « gauchisme » bordiguiste (non-sectaire…!?), à l’anarcho-communisme bureaucratique, type OCL, à l’anarcho-syndicalisme, que vous prétendez rejeter, et/ou au révisionnisme classique, qui repose déjà sur la théorie des « forces productives »… (Chère à Bibeau … et au PC chinois!)


Amicalement,


Luniterre

Texte écrit en réponse aux derniers éléments apportés à la polémique, reprise ci dessous:

******************************

Reçu d’Oeil de Faucon, ce 31 Mars 2016:

Bonjour

Deux textes critique sur Lénine ci joint

1938-11 La philosophie de Lénine (Korsch)   (PDF)

1962 Karl Korsch Sa contribution (Mattick)  (PDF)

*********************************
de Robert Bibeau

Karl Marx aurait écrit ceci à propos du SECTARISME: “«L’évolution du sectarisme socialiste et celui du véritable mouvement ouvrier vont constamment en sens inverse. Tant que les sectes se justifient (historiquement), la classe ouvrière n’est pas encore mûre pour un mouvement historique indépendant. Dès que celle-ci est arrivée à cette maturité, toutes les sectes sont essentiellement réactionnaires. Cependant, il s’est reproduit dans l’histoire de l’Internationale ce que l’histoire montre partout. Le périmé cherche toujours à se reconstituer et à se maintenir au sein de la forme nouvelle».

Vous comprenez maintenant pourquoi dans le texte précédent j’ai écrit que lorsque le mouvement ouvrier se mettra en marche – tout ce qui s’appellera COMMUNISTE faisant penser à PCF, trotskyste, maoiste, socialiste, ML, sera répudié par la classe parce que reconnu d’emblée par les ouvriers comme étant du passé et ayant flirter avec le pouvoir bourgeois qui pour une job, qui pour être publié, qui pour un poste de sénateur, qui pour une job dans une ONG ou de député… etc. etc. etc.

F. Engels lui, aurait écrit ceci : “La lutte contre le sectarisme, conçu comme une alchimie de la prise du pouvoir par une minorité, fut une constante des pères fondateurs du marxisme. Engels, en 1874, ne manquer pas de souligner que la conception blanquiste débouchait automatiquement sur la dictature non du prolétariat, mais « d’une ou plusieurs personnes » : «De l’idée blanquiste que toute révolution est l’œuvre d’une petite minorité dérive automatiquement la nécessité d’une dictature après le succès de l’insurrection, d’une dictature que n’exerce naturellement pas toute la classe révolutionnaire, le prolétariat, mais le petit nombre de ceux qui ont effectué le coup de main et qui, à leur tour, sont soumis d’avance à la dictature d’une ou de plusieurs personnes».

Et l’auteur de l’article d’ajouter : “Cette vision de l’organisation comme une secte de «révolutionnaires professionnels» – terme remplaçant celui de «conspirateurs» – fut reprise par Lénine, dans son Que faire ?, dont le leitmotiv était «Donnez-nous une organisation de révolutionnaires et nous soulèverons la Russie». Le parti est dirigé comme une armée”… L’On sait que cette armée – l’armée Rouge en fait – abolira les soviets, mais je le répète pour la xe fois, il ne pouvait pas en être autrement… 50 millions de moujiks ne peuvent imaginer – créer – construire le socialisme POST-CAPITALISTE – POST INDUSTRIEL ALORS QUE le capitalisme n’a pas encore vécu et trépasser de ses contradictions inéluctables.

Je ne souhaite surtout pas que vous me confondiez avec un dogmatique-sectaire – du genre – il cite Marx et Engels pour nous faire taire … plus rien à braire après que les pères fondateurs ont parlé. FAUX. FAUX. Je vous cite ces deux extraits tout simplement parce que écrit en 1850 environ (j’ignore quand ???), on dirait qu’elles ont été écrites… en 2016. Tout tient à la lutte de classe camarades que ces deux gars avaient compris et l’ayant compris un individu peut écrire quelque chose en 1800 valable en 2000. RELISEZ DEUX FOIS CES CITATIONS VOUS VERREZ COMME ELLES SONT D’ACTUALITÉS, elles se confondent avec l’actualité prolétarienne-révolutionnaire. Elles auraient été écrites par un pape que je m’en christ – elles seraient véridiques tout de même. MAIS LE MONDE ÉTANT CE QU’IL EST, CES PHRASES RÉVOLUTIONNAIRES N’AURAIENT PU ÊTRE ÉCRITES PAR UN CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRE, on s’entend… inutile de discuter.

Je vous prie de prendre note que les groupes bordiguistes – de la gauche révolutionnaire, trotskystes, de la gauche allemande, italienne, hollandaise – eux-mêmes victimes du sectarisme-dogmatisme dans la 3e Internationale dont ils furent expulsés – puis les maoistes – marxistes-léninistes et autres expulsés des Partis “communistes” dégénérés en secte comme il se doit en vertu des lois de la lutte révolutionnaire – furent eux-mêmes d’ardents pratiquants du SECTARISME DE CLIQUES DOGMATIQUES PROUVANT DANS LA PRATIQUE CE QUE MARX A ÉCRIT “Tant que les sectes se justifient (historiquement), la classe ouvrière n’est pas encore mûre pour un mouvement historique indépendant. Dès que celle-ci est arrivée à cette maturité, toutes les sectes sont essentiellement réactionnaires.” MARX Écrit LA CLASSE IL N’ÉCRIT PAS LE PARTI. LA CLASSE EST ESSENTIELLE – LE PARTI N’EST PAS SON MAÎTRE – IL DOIT ÊTRE SON INSTRUMENT – SON OUTIL – CE QUI S’OPPOSE AU CENTRALISME DÉMOCRATIQUE DES SECTES BOLCHÉVIQUES de la IIIe Internationale. Le centralisme-démocratique est la chape de plomb qui interdit aux camarades de s’exprimer – donc de penser – de réfléchit – de questionner. EXEMPLE de question interdite : Comment se fait-il qu’alors que la moitié de la population du monde ou presque était censé vivre sous le socialisme aujourd’hui plus aucun pays – aucun “peuple” ne vit sous le soi-disant “socialisme” ??? Comment expliquer cette soi-disant RÉGRESSION ????

Il y a ici une réponse à POL sur la différence entre spontanéisme comme courant idéologique anarchiste petit-bourgeois et le fait de prendre en compte que l’insurrection sera spontanée MAIS PAS LA RÉVOLUTION – MAIS ATTENTION – SI LA RÉVOLUTION EST PRISE EN otage PAR LE PARTI, la révolution coure à la catastrophe. CE qui ne fut pas le cas en URSS en 1917 camarades, je le rappel ni en Chine en 1949 – Ces deux RÉVOLUTIONS NE FURENT JAMAIS À AUCUN INSTANT DES RÉVOLUTIONS PROLÉTARIENNES POUR LE COMMUNISME – D’où Lénine avait raison de dire “NON PAS TOUT LE POUVOIR AUX SOVIETS PAYSANS-OUVRIERS-SOLDATS (Tiens une nouvelle classe sociale les soldats ???) De fait LÉNINE DIT UN PEU PLUS TARD “TOUT LE POUVOIR AU PARTI” et il ne pouvait faire autrement sinon la réaction féodale reprenait le pouvoir. Il a ainsi sauvegarder la révolution démocratique bourgeoise faite par des communistes sincères mais ne pouvant faire que le soleil tourne autour de la Terre.

Bref – pour votre information – voici l’intégralité du texte que nous publierons sur LES7DUQUEBEC.COM http://pantopolis.over-blog.com/2016/03/pathologie-sectaire-dans-la-gauche-communiste-de-la-forteresse-assiegee-a-l-ecroulement-de-la-baliverna.html NOTRE TITRE SERA : CONTRE LE SECTARISME ET LE DOGMATISME – MALADIE SÉNILE DE LA CONTRE-RÉVOLUTION. Robert Bibeau. Producteur Les7duQuébec.com

Merci de votre infinie patience camarades

Robert Bibeau. producteur Les7duQuébec.com

*****************************************
Michel Labelle

RE: Voila un debat solide MERCI camadares.

Merci du partage, camarade.

Vous pouvez lire mes quelques modestes commentaires dans le texte du camarade Bibeau surligné en ROUGE.

Salutations communistes

Michel Labelle

Reconstruction communiste Comité Québec

https://reconstructioncommuniste.wordpress.com

********************************
De : Robert Bibeau
Voila un debat solide MERCI camadares.

Enfin, après quelques détours sectaires et dogmatiques (l’un étant le suppôt de l’autre) nous voici enfin avec les interventions de Oeil de Faucon et de Luniterre après celles de Pol, de DO, de CHE, confrontés à des arguments de contenus théoriques solides, alors argumentons à propos de ces arguments.

1) La loi bourgeoise accrédite – cristallise juridiquement – les pratiques bourgeoises – leur facilite la vie, leur donne force de loi, c’est-à-dire, concrètement tout le soutien de leur appareil d’État bourgeois. VRAI. EXACT Oeilde Faucon. D’où, conclusion, inutile pour les révolutionnaires prolétariens de débattre de chacun ou d’un quelconque article de la loi Travail. PAS DE NÉGOCIATION COMME les aime tellement les bureaucrates syndicaux. On donne le mot d’ordre, les ouvriers en feront ce qu’ils veulent.

2) L’expression “PERTE DES ACQUIS” est une expression réformiste – anti prolétarienne – une expression dont raffole les bureaucrates syndicaux et la go-gauche. Ca n’existe pas des “acquis” prolétariens en société capitaliste – bourgeoise. La moindre concession – assouplissement – temporisation – obtenu par la classe ouvrière est toujours sous les attaques incessantes perpétuelles du capital (pas volontairement – mais par la loi de la valeur qui vise un repartage de la valeur en faveur du capital – afin d’assurer sa reproduction élargie – le capitaliste qui ne s’y soumet pas est balayé par ses concurrents). DONC, ce que la go-gauche appelle l’austérité n’est que la manifestation de ces attaques du capital momentanément poussé à leur paroxysme par la crise économique systémique et mené tambour battant par leur État bourgeois contre toute la classe.

3) Il est TOTALEMENT véridique que la lutte prolétarienne en France ET DANS LE MONDE ENTIER est défensive – on dit lutte de RÉSISTANCE – et se mène strictement sur le front économique de la lutte de classe, et pas du tout politique ni idéologique, notamment depuis la liquidation des dernières organisations devenues ex-communistes, devenus ex-ML , puis ex-Maoistes, et aujourd’hui, à titre de sanction de l’histoire, ces organisations sont devenues rien du tout = des sectes isolées – acharnées à défendre la pureté du dogme ML… et leurs maigres effectifs. À TITRE D’EXEMPLE, IL AURA FALLU PLUS D’UNE SEMAINE POUR JUSTE ABORDER LE DÉBAT THÉORIQUE SUR UNE LUTTE CONCRÈTE EN COURS EN FRANCE VOTRE PAYS POUR LA PLUPART. Mais ne boudons pas notre succès, nous y sommes arrivé, et à un bon niveau c’est tout ce qui compte.

4) Comme le souligne Oeil de Faucon de façon bien pratique, les ouvriers ne bougent pas. Comme POL le disait, le gros des efforts des bureaucrates sera de liquider toute lutte véritable, radicale de la classe ouvrière, en prenant la pose des “opposants” – FAÇON DE RAPPELER à leur maitre – l’État capitaliste – qu’ils souhaitent toujours recevoir leur chèque pour service rendu.

5) Je suis en total désaccord avec tous ceux qui jette l’éponge et décrète, la classe ouvrière disparue, amorphe, n’a pas mené de lutte de classe depuis 50 ans, sera liquidé par les bureaucrates syndicaux, par la go-gauche, les carriéristes dirigent la lutte étudiante, tout est foutu, on est battu, Mai-68 fut une victoire de la petite-bourgeoisie (Ce qui est strictement exact, mais pourquoi cette liquidation pour notre classe et comment ne pas répéter les erreurs de Mai-68, non pas pour grossir notre secte respective mais pour faire avancé la révolution, voilà le seul intérêt de débattre de 1968). LA CLASSE OUVRIÈRE NE SERA JAMAIS BATTU, ELLE NE PEUT PAS ÊTRE BATTUE, ELLE EST L’INSTRUMENT INDISPENSABLE PAR LEQUEL LES CAPITALISTES DOIVENT LEUR CONDITION DE VIE ET D’EXISTENCE.

6) NON, Oeil de faucon, la réaction de la classe ouvrière ne viendra pas nécessairement des cheminots, mais elle peut être amorcée par les cheminots- c’est sans grande importance pour l’ensemble.

7) L’histoire évolue indifféremment de vos désirs et de vos volontés – l’histoire de la lutte de classe est inexorable – et indépendante de la volonté des bureaucrates syndicaux, de la go-gauche sectaire ou des leaders étudiants ou même de la classe ouvrière elle-même. EXACT!

8) Notre rôle en tant que révolutionnaire prolétarien n’est pas de préserver – de répandre –de prêcher le marxisme – le léninisme – le trotskysme – le maoisme l’anarchisme, etc. etc. mais strictement d’analyser la situation concrète de façon rigoureuse avec toujours toujours un billet – une tendance dans l’analyse – qu’est-ce qui – dans le monde réel avantage – favorise – la révolution prolétarienne ? Est-ce de me braquer contre le nom de Staline qui fera avancée la révolution ? Est-ce de glorifier le nom de Lénine – et de diffuser l’idée que Lénine a construit le socialisme en URSS qui est pourtant devenu le capitalisme ? Ou est-ce que la 3e Internationale a eu raison de pousser les Fronts populaires qui ont menés à la guerre – puis la 3e Internationale s’est saborder ? NON, en aucun cas ces questions ne peuvent favoriser la Révolution prolétarienne aujourd’hui. CETTE ATTITUDE DOIT ÊTRE QUALIFIÉE D’IDÉALISTE ET NON PAS DE MATÉRIALISTE. LE RÔLE ET LA TÂCHE DU COMMUNISTE SONT D’ACCOMPAGNER LA CLASSE OUVRIÈRE DANS SA LUTTE POUR SA SURVIE ET SES CONDITIONS DE VIE EN UTILISANT L’ARME THÉORIQUE DU MATÉRIALISME DIALECTIQUE ET HISTORIQUE POUR L’AIDER À COMPRENDRE SA MISSION HISTORIQUE QUI CONSISTE À ABOLIR LE DERNIER SYSTÈME D’EXPLOITATION DE L’HOMME PAR L’HOMME, LE CAPITALISME.

9) Ainsi, le camarade POL a bien condensé la ligne politique spontanéiste telle qu’observée et présentée dans le mouvement ouvrier et il en a fait une critique correcte. Mais cette argumentation était hors propos. Si quelqu’un ici défendais les thèses spontanéistes je lui conseil de relire la présentation de POL et il verra que cette approche bien des fois tentées ne mène pas à la révolution.

10) Ce qu’il faut cependant reproché à POL c’est son incapacité – comme celle de tous les autres intervenants – de comprendre que a) le soulèvement spontanée populaire aura lieu que vous le vouliez ou non. b) Qu’il sera possiblement amorcé par les jeunes – nous ne parlons pas ici des seuls étudiants – mais des jeunes y compris chômeurs – désoeuvrés – issus de l’immigration bafoués, stigmatisés, etc. EXACTEMENT le même profil social que les jeunes des pays arabes (Tunisie et Égypte notamment) et pour exactement les mêmes motifs et qui pourrait mener aux mêmes résultats décevants si nous dépensons nos énergies à consolider chacun sa secte ou à créer de nouvelles sectes. IL EST VRAI QUE LA RÉVOLUTION SOCIALISTE PASSE PAR LES MOUVEMENTS SOCIAUX SPONTANNÉS, SANS QUOI LA CLASSE OUVRIÈRE NE PEUT PAS CONCRÈTEMENT APPRENDRE DE SES ÉCHECS DANS LA LUTTE À MORT QU’ELLE MÈNE CONTRE LES CAPITALISTES; MAIS, EN REVANCHE, LES «RÉVOLUTIONS SPONTANNÉES» NE MÈNERONT JAMAIS BIEN LOIN LA CLASSE OUVRIÈRE. NE PRENONS SIMPLEMENT QUE LE CAS DU «PRINTEMPS ARABE» POUR COMPRENDRE QUE LA CLASSE OUVRIÈRE A BESOIN ABSOLUMENT D’UN PARTI EXPÉRIMENTÉ ET ROMPU À LA LUTTE DE CLASSES POUR RENVERSER DÉFINITIVEMENT L’ACTUELLE CLASSE DIRIGEANTE DE «CAPITALISTE VAUTOUR», UN PARTI COMMUNISTE!

11) NON, la répétition de Mai-1968 est absolument impossible parce que ce ne sont pas les mêmes forces sociales ni pour les mêmes motifs qui sont à l’oeuvre. Et cela est totalement hors de votre contrôle. Votre job c’est de le comprendre et d’agir en conséquence dans votre propagande.

12) Si dans mon tract j’ai parlé de Mai-1968 c’est simplement pour rappeler qu’il y a bien eu mouvement populaire à cette époque MAIS QUE LE PROLÉTARIAT N’ÉTANT PAS À BOUT en 1968 – AU CONTRAIRE, QUELQUES ANNÉES DE HAUSSE DES SALAIRES ÉTAIENT À PRÉVOIR, le prolétariat n’a donc pas bouger pour ainsi dire. Mai-1968 ne pouvait allé ailleurs que l’a où il a été car sans la classe révolutionnaire en action pas de révolution (Lénine l’a-t-il écrit celle là ? Je m’en christ – elle est vrai). Voilà pour les sectaires qui ne peuvent même pas imaginer que l’on pose une telle question à propos de Lénine = les intégristes avant la lettre.

13) Contrairement à ce que POL a présenté, le mouvement sera NÉCESSAIREMENT SPONTANÉ et il ne peu être autrement à moins que l’un d’entre vous possède un pouvoir magique pour donner des ordres à la foule, pour lancer une insurrection ???? Donc, après le mouvement spontané, la gauche révolutionnaire prolétarienne doit percevoir le mouvement – en saisir toute l’ampleur – la profondeur (ici pour les fans de Lénine – je vous dirai que Lénine a fait correctement sa job – il fut génial, sans expérience préalable il a saisi le moment et diriger les efforts de ses troupes – à cette époque très réduite – elles ont grossis rapidement pendant le mouvement ). Le mouvement spontané doit bien entendu être dirigé, et on doit y contribuer même si on pense ne pas avoir les effectifs pour le diriger. C’est cela ne pas avoir une attitude de secte.

14) La gauche prolétarienne révolutionnaire doit accompagner le mouvement même s’il est initié par les bureaucrates syndicaux dans l’intention de le liquider – justement – notre job sera de reprendre les mots d’ordre spontanés du mouvement ouvrier et de les redéployés (sans même que les ouvriers

sachent qu’en cela ils opposent leurs dirigeants syndicaux- c’est sans importance la conscience naitra du mouvement spontanée. OUI, POL, la conscience nait du mouvement et non l’inverse).

15) Pour les fans de LÉNINE je vous dirai encore une fois que LA TERRE, LE PAIN, LA PAIX fut l’immense contribution de Lénine à la victoire de la révolution bolchévique. Sans ce simple mot d’ordre imposé à tout le parti – qui n’en voulait pas, parce que conscient que c’était un mot d’ordre réformiste bourgeois (exemple la Terre aux paysans est anti-prolétarien). Mais compte tenu de l’économie politique de l’URSS c’était la façon de créer le Front-Uni comme certains camarades s’en gargarisent. Mais le FRONT-UNI PLAÇANT LE PETIT PROLÉTARIAT russe, anémique et sans expérience, sous la direction de la petite-bourgeoisie et de la paysannerie largement majoritaire dans ce pays au mode de production féodal.

16) Rien à voir avec la France de 2016, un pays très développé, ayant atteint le stade impérialiste déclinant avec un prolétariat nombreux – expérimenté – tellement expérimenté dans la lutte qu’il ne va pas gaspiller ses forces de guerre dans la première escarmouche sociale –. Autrement dit le pouvoir devra s’entêter face aux jeunes enragés avant que le prolétariat français expérimenté qui en a vu des trahisons et connait son histoire de classe – se mette à bouger. Des morts devront tomber et des jeunes seront battus par centaines avant que les ouvriers français bougent. Mais su l’État fait l’erreur de s’entêter c’est ce qui surviendra. (une prédiction, je sens que l’État français hésite et il se peut qu’il recul pour mieux bondir).

17) Soyez cependant absolument assuré que si les choses s’enveniment – les ouvriers vont bougés et je vous dirai même que toutes les sectes qui auront le nom M-léniniste, mao, communiste dans leur nom seront terriblement mal reçu dans les assemblées ouvrières, tout autant que les féministes, les verts, les écologistes, les altermondialistes et tous ceux qui au cours des décades se sont le moindrement discrédités avec le pouvoir bourgeois, avec l’électoralisme bourgeois, seront conspués et chassés – ça ne ressemblera pas à la petite démocratie bourgeoise polie de mes deux. EXACT ! IL NE FAUT JAMAIS OUBLIER QUE LES IDÉOLOGIES QUI S’OPPOSENT À LA CLASSE DIRIGEANTE CAPITALISTE SONT TOLÉRÉES TANT ET AUSSI LONGTEMPS QU’ELLES NE REPRÉSENTENT PAS UNE MENACE À L’ORDRE ÉTABLI…

18) Contrairement à Lénine les révolutionnaires prolétariens ne seront pas confrontés à diriger des moujiks vers le socialisme (tâche évidemment impossible – miséricorde à Lénine qui n’a pas vu le résultat de ses nobles efforts). Vous aurez cette fois ou la prochaine fois – je ne suis pas un devin – à influencer une vraie révolution prolétarienne menée par de vrais prolétaires expérimentés mais sans la conscience de classe qui les amène à poser la question du pouvoir et SURTOUT DU MODE DE PRODUCTION. Simple, QUELS OUVRIERS SPONTANÉMENT POSERA LA QUESTION ; “Peut-on détruire ce mode de production et construire un nouveau mode de production ? En est-on capable ? Et de quoi aura l’air ce nouveau mode de production ? AUCUN !!!

19) Je sais qu’un camarade prétend qu’il faut être capable de décrire ce mode de production, la société communiste, pour la rendre alléchante aux ouvriers. Je lui conseil d’y renoncer – il y perdrait son temps. Le prolétariat l’inventera au fur et à mesure et le “socialisme” soviétique sous Staline ne sera probablement pas le modèle retenu. – TU AS SANS DOUTE RAISON. COMME LES RAPPORTS DE PRODUCTION ET LES FORCES PRODUCTIVES CORRESPONDANTES ONT CHANGÉS, IL EST FORT PROBABLE QUE LE TYPE DE RAPPORT DE PRODUCTION QUI SE DÉVELOPPERA DANS UNE PROCHAINE RÉVOLUTION SOCIALISTE SOIT TOUT À FAIT DIFFÉRENT DE CEUX DU SIÈCLE DERNIER. – D’ailleurs, vous savez comment ce modèle s’est terminé, y compris en ALBANIE FÉODALE SOUS L’AMI HENVER. Comprenez camarade qu’un mode de production ne peut reposer sur la poigne de fer d’un homme. Si un mode de production s’écroule avec cet homme c’est qu’il n’était pas un mode de production nouveau et en Albanie, en URSS en Chine les modes de productions ne se sont pas effondrés ils se sont réguler pour prendre le profil du mode de production capitaliste classique –

20) Je termine avec un point très important. Pour des raison de l’économie politique capitaliste internationale et pour des raisons historiques que je développerai un autre jour, le prolétariat français est interpelé – après celui de Grèce, d’Espagne, de Grèce, d’Italie, – eux, n’ont pas résisté suffisamment – il se peut que la Révolution prolétarienne s’amorce chez-vous, c’est le prolétariat qui en décidera pas vous aussi agité soyez-vous – aussi pessimiste et désabusé soyez-vous. Tout ce qui vous est demandé c’est de bien observé le mouvement et d’y contribuer en oubliant sectarisme et dogmatisme. Seule compte le prolétariat et la révolution dont il a la mission ou nous périrons – la bourgeoisie inconsciente nous mènera dans l’enfer d’une autre grande guerre sans même s’en apercevoir.

Merci de votre infinie patience.

Robert Bibeau :
**********************
d’OEIL de FAUCON

Religion ou Marxisme-Léninisme ?
Réponse à Robert dit « le pélerin »

Il me semble avoir répondu sur la loi travail, mais je vais me répéter. Les lois en général ne font que confirmer se qui existe déjà en grande partie et qu’il faut généraliser, c’ est le propre de toutes

les lois. Le patronat pense toujours que « l’illégalité d’ aujourd’hui deviendra la légalité de demain » tel est le sens de la loi travail. A ce sujet vous pouvez vous référer à « 25 ans de perte d’ acquis » qu’il faudrait compléter depuis.

Il est parfaitement clair que dans tous les pays de l’ OCDE les acquis sociaux sont laminés. Retraite, coût du travail, temps de travail, et multiplication des contrats de travail précaires CDD….Le système de santé est lui aussi à la dérive…

Les luttes prolétariennes en France sont exclusivement sur la défensive (contre les fermetures) d’ entreprises, pour finir dans le meilleur des cas (comme chez Peugeot à Aulnay)par revendiquer un chèque départ. Le dernier bastion ouvrier qui peut encore entraîner le tout comme en 1995 , c’ est celui des cheminots. Seulement tous les syndicats sont dans la négociation, alors qu’il faut rapidement engager la lutte et se joindre au mouvement contre la loi travail et l’ état d’urgence.

Le 17 mars les cheminots n’ont pas bougé, et je vois déjà la CFDT dire que toute grève se transformera en astreinte au nom du sécuritaire. Seuls pour le moment les étudiants et les jeunes précaires agissent, la répression policière ayant ravivé l’ action directe.

Rien pour le moment ne permet de dire, que le mouvement se dirige vers une grève générale, il y aura une montée des luttes dans les Fac et lycées au moins jusqu’ à la mi avril, des perturbations dans les transports aériens et la Poste…Il est certain qu’il vaut mieux cela que rien, et une bavure,

par exemple des CRS, pourrait mettre le feu aux poudres. Je viens d’ apprendre par un camarade de Renault Cléon qu’un ouvrier est mort broyé par une machine, il mène son enquête , va t’il y avoir une action ouvrière ?

Gérard Bad

***********************************

de LUNITERRE:

Bonjour, camarades!

D’une certaine manière, il me semble que le point de vue d' »Œil de Faucon » est celui qui a le plus de recul, tout en restant relativement situé dans le champ de la lutte des classes. Le fait qu’il puisse continuer de filer la métaphore « religieuse » humoristique est révélateur d’un travers devenu chronique dans les courants se réclamant du ML.

Pour ma part j’y suis revenu précisément sous l’angle de l’histoire, afin de comprendre les « dogmes/mythes » que colportaient les « leaders » de Mai 68 et suivants, et qui ont en quelque sorte obscurci le ciel de ma jeunesse en se présentant comme des vérités théoriques et historiques acquises, que l’on soit « pour » ou « contre »…

Finalement, il me semble que Marx n’appartient qu’à Marx et Lénine à Lénine… Et en même temps, les deux ensemble, au delà ou justement à cause des différences d’époques, appartiennent à l’histoire du monde, tant leurs pensées ont contribué à le façonner.

Et ils appartiennent singulièrement à l’histoire du prolétariat, même s’il ne se reconnait plus guère en eux.

Et surtout, ils restent les deux moitiés d’une clef pour comprendre l’histoire du monde, deux moitiés inutilisables l’une sans l’autre…

Les divers courants qui se sont réclamés du ML ne sont qu’un des aspects de cette histoire, et il n’y a pas de raison d’établir une relation quasi religieuse, voire une sorte d’hérédité, entre leurs histoires particulières et les fondamentaux du ML.

Si le ML n’est pas un dogme, nous devons d’abord poser la question de savoir s’il reste un outil opérationnel dans le monde d’aujourd’hui.

Nous devons également analyser le bilan de l’impact des courants se réclamant du ML, actuels et passés, à la lumière de ses propres fondamentaux, et non des affirmations plus ou moins dogmatiques des uns ou des autres.

Vu sous cet angle, et comme le remarque fort justement « Oeil de Faucon », il n’en reste plus grand chose… On a essentiellement une collection d’échecs, après une période assez longue où le ML était apparemment l’idéologie dominante sur une bonne partie de la planète.

Mais cet échec apparemment global est d’autant plus relatif que le monde à non seulement globalement continué de glisser dans l’obscurantisme, depuis, mais que cette glissade est de plus en plus vertigineuse avec la crise… La crise, que seule une approche ML permet de comprendre, avec sa dimension impérialiste…!

Évacuer le ML est donc contre productif, tant d’un point de vue prolétarien, que même d’un point de vue simplement humaniste, en réalité…

C’est pourquoi la bourgeoisie s’acharne à dénigrer et à détruire cette idée, et à l’éloigner du prolétariat. Car elle est consciente qu’une nouvelle fusion de l’idée ML et du prolétariat, dans la crise actuelle, cristalliserait aussi un front des classes populaires qu’elle ne pourrait contenir.

Réduire l’idée à ses formes idéologiques passées, ou actuellement formellement survivantes, mais intégrées dans son propre système, c’est le moyen le plus efficace dont elle dispose pour tenter d’en consacrer l’échec affirmé.

Comme le remarque encore « Œil de Faucon », la naissance d’un courant ML moderne n’a aucun sens en dehors d’un lien avec la classe ouvrière et le prolétariat en général.

Analyser des situations n’a d’intérêt que dans le but d’intervenir dessus, si modestement que ce soit, en fonction de nos moyens.

A chaque stade de son développement, cette intervention a besoin d’une organisation adaptée.
C’est ce qui distingue les ML des spontanéistes. Les ML construisent leur organisation en fonction de leur méthode de travail. A quel moment cette organisation devient le parti d’avant-garde du prolétariat, c’est évidemment l’histoire qui en décide. D’ici là, il peut y avoir autant d' »avant-gardes » idéologiques autoproclamées que possible … C’est essentiellement par la pratique efficace qu’elles seront éventuellement amenées à fusionner.

Développer une organisation sans lien avec le prolétariat, sans activité au cœur du prolétariat, n’a effectivement aucun sens.

Cette évidence dialectique rend le débat caduque sur plusieurs des points évoqués.

Par contre, il y a lieu de resituer la spontanéité des masses, qui est effectivement créatrice d’organisations … de masses! C’est aussi le lieu où s’exerce la démocratie directe et où se forge le consensus démocratique qui unifie le mouvement de masse, et lui donne sa force, précisément relative à son niveau de conscience.

Il aura évidemment tendance à s’élever s’il existe un parti prolétarien d’avant-garde réellement influent parmi les masses…
Encore une évidence qu’il semble utile de rappeler…

C’est ce que l’expérience récente du mouvement lyonnais mets en évidence, par la négative, pour l’instant, et à cause de l’influence dominante des spontanéistes dans ce qui en est l’avant-garde relative.

Luniterre

****************************
d’ARTUSO ANTONIO

Charlatans et médecins

La médecine a existé de tout temps. Au cours des sciècles, les découvertes scientifiques et techniques dans tous les domaines (médecine, chimie, phrmacologie, rayons X, électronique, génétique, etc.) ont évolué. À chaque période de l’histoire de la médecine, il y a eu charlatans qui n’étudiaient pas et des scientifiques et de practiciens qui étudiaient avec rigueur, détermination, efforts surhumains, après des milliers d’heures de travail théorique et de laboratoire, pour comprendre les principes de la médecine, la réalité concrète des maladies, pour établir des analyses concrètes et trouver des solutions concrètes. Les théories justes sont celles qui reflètent correctement la réalité, les théories eronnées sont celles qui ne tiennent pas compte de tas de facteurs, qui ont une vision déformée de la réalité ou qui, sont carrément inventées par des charlatans qui, pour de l’argent ou du prestiges, par le mensonge, par des formules démagogiques, soi-disant scientifiques, par la manipulation, essaient d’avoir quelques moments d’une gloire dont ils devraient avoir honte.

******************************
d’Oeil de Faucon:
Robert n’ est pas seulement un pélerin , c’ est le Savonarole du prolétariat . Ancien ML je connais bien vos débats pour les avoir vécu dans les années 1970 et être par moi même sorti de ce débat. Que reste il de nos luttes en faveur du frére Ho chi min, de l’ oncle Mao, et du prophète Envers Hoxa. Au Vietnam une exploitation sans limite du prolétariat, en Chine la victoire de Deng siao ping, en Albanie la mafia et une base de la CIA. Les savonaroles sont tous tombés et je ne parle pas des idéologues Kmers Rouges.

Le problème pour vous c’ est que vous avez des divergences idéologiques basées sur des principes qui ne tiennent pas compte de l’ état réel du monde du travail. Pas d’articles de fonds sur le prolétariat et souvent aucun lien avec lui. Pour la petite histoire je fut invité en Albanie en 1974, une belle aventure à Durés.

G.Bad

*********************************

d’ ARTUSO ANTONIO :

Merci à Pol et à l’OCF pour ce texte sur Robert Bibeau.
Je suis désolé de l’avoir mis en contact avec vous.
J’avais écouté à une conférence sur les impérialismes en présence et ses positions étaient correctes.
Je lui avais parlé de mon projet de fonder un groupe pour reconstruire le mouvement marxiste-léniniste.
Il avait accepté et j’étais très content, croyant avoir trouvé un vrai camarade, honnête, sérieux, solide, compétant, dévoué.
Comme il comptait voyager en France et voulait des contacts, je l’ai mis en contact avec le camarade Vincent Gouysse et le camarade Adélard Paquin.
Ce n’est qu’à son retour de France que je l’ai connu vraiment. Il n’a rien voulu me dire sur son voyage. De France je n’ai pas pu savoir ce qui s’était passé.
Peu à peu je l’ai connu vraiment et j’ai rompu avec lui. Mes relations avec votre organisation en a souffert.
Oui, c’est une époque de grande confusion, de grandes pertes de temps, de grande noirceur!
Les poubelles de l’histoire sont pleines ces temps-ci!
Antonio Artuso
Reconstruction communiste Canada

************************************
de l’OCF:
C’est l’histoire de Robert, le pèlerin.

Tout le monde connait Robert. Voici quelques années nous l’avons même rencontré (à sa demande) en chair et en os. Il existe donc.

Il faisait la tournée mondiale de 18 sectes, mais contrairement à ce qu’il affirme, nul ne lui a interdit quoique ce soit. Il pouvait cracher où il voulait, insulter, s’inspirer ou pas de nos bibles. Nous l’avons reçu comme un pèlerin qui cherche son chemin et mène son enquête pour se faire une idée. Pour aller au plus juste, démasquer les mécréants, les convertis tardifs, les faux-jetons et les Tartuffes.

Cela est bien compréhensible. Il faut se méfier de tout dans cette grande époque de confusion. Et à qui cherche sa voie nulle retenue ne doit être de mise.

En ce qui nous concerne, petite secte francophone, il nous a posé plein de questions et répondu à peu des nôtres. Preuve de sa grande prudence dans sa quête !

Par contre c’est lui qui au bout de quelques heures nous a dit : « stop, j’en sais assez, vous pouvez regagner vos pénates ». Ce que nous fîmes un peu étonnés par ce propos que nous estimâmes brutal.

Mais comme est éclairant le vivifiant texte (mail) du pèlerin Robert de ce 25 Mars 2016. Nous le comprenons mieux. Il a beaucoup souffert. Il y avait sur lui comme une emprise maléfique. « ON NE ME LA FERA PLUS – J’AI DU ATTENDRE À 60 ANS POUR APPRENDRE L’EXISTENCE DE BORDIGUA ET DE PANNEKOEK (nous avons corrigé la faute sur ce nom figurant dans le texte original)… » et pourquoi cette horreur ? parce que : « J’ÉTAIS SOUMIS AU CENTRALISME DÉMOCRATIQUE » nous dit-il.

Enfin nous pensons que Robert galèje un peut (comme on dit dans nos contrées (galéjer = plaisanter). Que nous sachions :

· Il n’y a plus depuis bien longtemps d’organisations assez puissantes pour tenir dans ses griffes centralistes démocratiques durant soixante années un pèlerin comme Robert !

· Et puis la brillance intellectuelle qui transparait dans les textes de Robert nous laissent douter qu’il n’ait point réfléchit à tout cela depuis longtemps.

· Car enfin découvrir Pannekoek après soixante années de diktat centraliste démocratique, c’est fort de café.

Nous, enfin notre secte bien entendu, nous avons commencé notre vie sectaire en étudiant les déviations (pardon frère Robert) politiques qui auraient pu nous attirer dès notre plus jeunes âge.

C’est avec Marx et Lénine que l’on a brisé en nous toutes velléités d’aller vers les chemins sans issues. Alors Bakounine, Pannekoek, Trotsky et plein d’autres apostats cela fait belle lurette que nous en avons étudié la substantifique moelle ( et mesuré les dégâts sur le terrain de la lutte des classes).

Et nous avons acquis la conviction – sectaire, oh ! mon frère ! – que ces voies là ne nous mèneraient point au paradis.

Donc Robert, tes grands cris de désespoir lorsque tu nous contemples du haut de ton olympe, ne nous émeuvent pas.

Nous nous disons : mais que de temps perdu !. Si le frère Robert avait appris – assidus comme nous le fûmes – la base théorique, il ne serait point aussi malheureux. Malheureux au point de jeter l’anathème sur nous, de nous abreuver d’invectives !

Peut être serait il en paix avec lui-même, comme l’est un mathématicien résolvant une équation différentielle en ayant appris dans son jeune âge que 2+2=4 (dans le système de base 10).

Ce grand pèlerinage sur trois continents n’a fait que lui révéler ses propres insuffisances théoriques. Il s’agit là, évidemment, de notre vision particulièrement sectaire.

Mais Frère Robert, pèlerin, prolétaire, ne s’arrête pas là. Le prolétariat est un dieu et Robert est son prophète. « Camarades, le prolétariat peut-il compter sur vous ? » nous demande le prolétaire Robert, réponse difficile ?

Pas du tout, frère Robert a tranché «VOS SECTES N’ONT AUCUNE PRISE ET N’EN AURONT JAMAIS ».

Seul le pèlerin prolétaire autoproclamé Robert, lui seul, perçoit les besoins des masses car il pense aux moments ou l’oppression sera si inhumaine, si invivable (pour les prolétaires) qu’ils engageront le combat. Et en plus son large esprit démocratique lui permet de discuter avec « tout le monde ». Le monde de discussion de frère robert ? : « je parle avec des maos, des trots, des ML, des anarchistes, des féministes, des communistes, des nationalistes – je parle avec tout le monde et je publie n’importe qui – je suis totalement non bolchévique non centralisme démocratique »

Omniscient, flairant les masses, notre pèlerin de la Belle Province a bouclé la boucle de son itinéraire initiatique dans le monde de la politique révolutionnaire.

Nous ne connaissons pas encore sa prophétie pour notre planète. Mais pour nous qui vivons dans l’espace francophone européen et plus précisément en province de France, frère Robert nous trace la voie.

Les seigneurs veulent nous saigner un peu plus et décident d’une loi scélérate dite El Khomri. Prophétie du pèlerin prolétaire : « Grève générale illimitée pour stopper la Loi Travail honnie. »

Et après ? :

· Il n’y aura pas de grève générale car les clercs, le clergé, qui contrôlent les prolétaires ne le permettront pas.

· La jeunesse ne se soulèvera pas « comme en Mai 68 » et ajoutons nous : il est très important de ne jamais recommencer Mai 68, (si tant est que l’histoire recommence).
Mai 68 est l’émergence sur la scène politique de la petite-bourgeoisie. Le prolétariat y a tout perdu. La bourgeoisie a réalisé son tournant atlantiste en virant De Gaulle. En mettant en place Pompidou-Rotschild.

· Il n’y aura pas de grève générale, et encore moins de révolution, car il n’y a pas d’appareil politico-militaire pour organiser une chose extrêmement sérieuse (qui doit vaincre dans le temps long)

Et ceci ne relève pas de la prophétie, mais de l’analyse.

Le prolétaire pèlerin Robert se fourre le doigt dans l’oeil. C’est son problème.

Mais qu’il ne nous demande pas de devenir borgnes ou aveugles

Sa doctrine de « la grève générale illimitée – spontanée » est un vieux cantique qui fut chanté par Pannekoek et Trotsky.
C’est le Pater Noster de tous ceux qui ont conduits les masses à des défaites. Rappelons les paroles de la prière de tous les spontanéistes :

1 Grève Générale illimitée. Les ouvriers contrôlent l’outil de production et créent des organes de gestion autonomes vis-à-vis de l’Etat (autogestion)

2 il en découle un « double pouvoir » bourgeoisie/ouvriers et paysans

3 la situation est telle qu’il faut créer une instance démocratique issue des masses pour gérer la société. On crée une Assemblée Constituante.

4 La bourgeoisie se rend compte qu’elle a perdu le pouvoir. La révolution est accomplie

cid:F9AEB4FF99E847E2B70F580AAA960085@DESKTOP1RIV2PS

Il est des temps de tempêtes et de ciel couvert, des temps où la pensée se trouve reléguée dans l’obscurantisme et l’étroitesse des psalmodies qui se prennent pour des idées neuves.

Des temps où la théorie fait émerger des moines combattants qui s’attaquent à des chimères comme Don Quichotte à des moulins

Nous pensons être dans ces temps. Nous pensons que le pèlerin prolétaire Robert est un produit de ce temps.

Nous ne pouvons rien pour lui. Il ne peut rien pour nous. Et, au demeurant, nous n’avons pas besoin de lui.

OCF le 25 Mars 2016

 

 

 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

 

Un commentaire

  1. Le dernier message de Bibeau (ainsi que la réponse assez peu critique de luniterre) peuvent bien sortir de la bouche de …Kautsky qui, disait exactement la même chose pour s’opposer au ‘coup d’état » des bolcheviks.
    Il a été refuté tant par Lénine ‘Le renégat Kautsky et la révolution prolétarienne » et par Trotsky « Terrorisme ou Communisme? »

    La prise du pouvoir par un petit groupe mène à la dictature…de ce même petit groupe c’est la thèse de Kautsky. Bibeau aurait pu sortir Engels, comme l’a fait Kautsky, et nous parler du « malheur d’un dirigeant qui se voit obligé de prendre le pouvoir quand les conditions objectives ne sont pas encore réunies » et nous parler du « vieux fatras » etc. etc. Et ânonner avec Plekhanov, Kautsky et toute la II Internationale (aile droite et centriste) qu’il ne peut pas faire une révolution prolétarienne sans s’assurer d’abord l’appui de la majorité de la classe ouvrière.
    Cela revient à « Il ne fallait pas prendre les armes » d’un Plekhanov en 1905 et au aussi célèbre « il ne faut pas faire un putsch contre le gouvernement Provisoire de Kerensky ni dissoudre l’Assemblée Constituante » mais accepter les résultats de ces élections » des social-révolutionnaire, des mencheviks et de toute la smala qui est passée du côté de l’impérialisme et de la réaction contre la révolution ouvrière en Russie. .
    Ces thèses toutes mencheviques qui aujourd’hui, après des décennies d’apostasie et de réduction du marxisme à la bouillie social-démocrate que les soi disant « intellectuels » marmonnent, n’ont rien de nouvelles et ont été largement réfutées tout le long de l’histoire de la lutte contre les idées de droite au sein du communisme.
    D’ailleurs le léninisme se définit et se caractérise exactement contre ces thèses conservatrices et proclame que la classe ouvrière dans les conditions du monde impérialiste peut et doit prendre le pouvoir même si elle est minoritaire dans un pays quelconque mais que son triomphe final ne peut advenir que lorsque la révolution devient mondiale.

    Car cette question s’inscrit bien autrement. Car les bolsheviks et Lénine n’envisagèrent jamais la construction réussie du socialisme dans un seule pays et pour eux la prise du pouvoir en Russie devait suivre par la prise du pouvoir dans un autre pays industrialisé, notamment l’Allemagne.

    Quand Marx parlait des sectes, il se référait aux groupes ouvriers influencés par des pierres intellectuels qui avaient fait du socialisme une amalgame infecte (pour aujourd’hui) mais qui correspondait à l’état réel de conscience de plus avancés de la classe, mais du moment où la pensée scientifique de Marx et Engels ont dissipé pour toujours les brumes idéologiques de l’enfance du mouvement ouvrier, ces groupes sont devenues des entraves, des vendeurs de la camelote intellectuelle et par conséquences réactionnaires. Des précurseurs confus ils sont devenus des sectateurs des « systèmes » absurdes.
    Comment appliquer cela aujourd’hui autrement qu’en portant la critique à ceux qui, enveloppés de science frelatée veulent nous faire passer la vieille critique menchevique de la Grande Révolution d’Octobre comme la dernière trouvaille de l’esprit? (« communiste » de surcroit).

    Si lors des révolutions « le mort saisi le vif » et les traditions du passé qui avaient impulsée la prise de conscience, (i.e. le ‘stalinisme’, le ‘maoïsme’, le ‘trotskisme’ etc) finissent par entraver la révolution telle qu’elle sera, ceci peut aussi se dire, comme il a été dit que « La révolution se fait en regardant en arrière » (c’est à peu près la même chose).
    Le problème est que cette loi du développement historique, notamment des révolutions s’applique toujours. Alors la prochaine se fera aussi en regardant vers l’expérience acquise par le prolétariat…et c’est tant mieux comme cela, car, on ne peut construire qu’avec les matériaux déjà existants tout en laissant de côté les bricks abîmés pour recréer des nouveaux outils. Mais la prétention de faire toujours avec du neuf (tout en sortant de leur chapeau de magicien les très vieilles thèses mencheviques et kautskiennes) n’est rien que cela: une prétention absurde.

    Il y a donc nulle par « spontanéisme » mais léninisme. Il y a Commune de Paris et les ouvriers de Paris qui prennent d’assaut le ciel, les bolcheviques qui commencent la révolution en Europe et non pas les jérémiades d’un Plekhanov ou d’un Kautsky et de ses épigones.
    Qu’après il n’ait pas eu de révolution allemande conséquente, grâce à la trahison de la social-démocratie de droite c’est une autre question.

    Mais la question qui se pose un communiste est: La prise du pouvoir en Russie aidait objectivement le développement tant de la prochaine révolution européenne, allemande notamment comme le développement du communisme à l’échelle planétaire oui ou non? Et si la réponse est oui, comme le pensent tous les communistes, à quoi bon rassasier encore les vieilles et oubliées idées mencheviques?

    Quant aux autres questions qui pose l’article de Bibeau elle proviennent toutes aussi de la besace menchevique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s