En réponse au camarade Robert BIBEAU …

par tribunemlreypa

.

.

.

 

Lénine « coupable » ? (Selon BIBEAU …!)

LENINE VLR B

.

 

En réponse au camarade

Robert BIBEAU 

.

.

.

 

 

    REÇU DE LA PART DU CAMARADE  BIBEAU, CE TEXTE, QU’IL A ENTREPRIS DE DIFFUSER, ET QUI APPELLE MANIFESTEMENT UNE RÉPONSE, TANT LE CONFUSIONNISME Y EST GRAND… C’EST CE QUE NOUS FAISONS, A LA SUITE,  EN REPRENANT QUELQUES EXTRAITS DE SON TEXTE, POUR EN RESITUER LES ABERRATIONS PRINCIPALES, D’OÙ DÉCOULE LE RESTE, A L’AVENANT … 

.

.

.

 Qui est coupable, Lénine ou Staline ? Peu importe, si le prolétariat l’emporte.

« Le scripteur idéaliste, dogmatique et sectaire, suscite des querelles qui n’intéressent que ses coreligionnaires. L’intellectuel idéaliste regarde le monde à l’envers, cul par-dessus tête. Au lieu d’observer la réalité telle qu’elle se présente, puis de la synthétiser afin de l’expliquer et de la faire comprendre, l’intellectuel dogmatique amorce son investigation en lisant les « saintes Écritures marxistes », et les écrits bolchéviques, et d’autres sources littéraires ayant reçu « l’imprimatur » de sa clique sectaire, et il tente ensuite d’en trouver les concordances dans un monde en mouvance.

 

Il faut noter que les bolchéviques n’ont pas agi de la sorte. Étant donné qu’en 1917 ils étaient à la direction d’une révolution, à la tête d’un gouvernement au pouvoir, ils ont été contraints de prendre des décisions pratiques et d’appliquer ces décisions. Ensuite, les bolchéviques ont cherché à justifier théoriquement leurs décisions, quitte à falsifier, ou à réinterpréter, les « saintes Écritures marxistes ». C’est ainsi que les bolchéviques ont prouvé, une fois de plus, que le mouvement précède la conscience et jamais l’inverse.


De nos jours, quel intérêt y a-t-il pour un ouvrier d’usine de débattre de la culpabilité de Lénine, de Staline, de Boukharine, de Trotski, ou des autres bolchéviques à propos de la primauté de l’industrie lourde – productrice des moyens de production – sur l’industrie légère, productrice des biens de consommation ? Pour la classe ouvrière révolutionnaire, ce procès d’intention n’a aucun intérêt. Ils sont tous coupables sans exception. Cependant, leur culpabilité n’est pas d’avoir fausser les « saintes Écritures marxistes ». Marx n’a rien écrit à propos du drame russo-bolchévique en Union Soviétique. Leur culpabilité est d’avoir pensé, puis laissé entendre, que la société tsariste arriérée, féodale, paysanne, rurale, chauvine, pouvait accoucher de la société prolétarienne moderne, urbaine, industrialisée, hautement mécanisée, informatisée, internationaliste, communiste et sans classes sociales, en esquivant l’étape nécessaire de la société capitaliste, industrielle, urbaine et bourgeoise, incontournable en Russie comme dans tout autre pays.


La conscience succède au mouvement, et Marx n’ayant nullement vécu le mouvement révolutionnaire anti-tsariste n’a pas pu l’interpréter. Ce que Marx, le scientifique, a été capable de décrypter ce sont les indices, les mouvements, déjà présents au sein du mode de production capitaliste de l’Angleterre du XIXe siècle qui préfiguraient ce que serait le mode de production capitaliste à son apogée, au moment où il engloberait le monde entier. Ce n’est pas une mince prouesse que d’avoir réussi à déchiffrer les indices économiques, politiques et financiers pour en dégager la vision complète et achevée du mode de production capitaliste exposée dans « Das Kapital ». Cependant, Marx n’a pas pu traiter de la question de la révolution sociale-démocrate – « prolétarienne » – dans un pays féodal, agraire, paysan, analphabète, au prolétariat anémique.


Aujourd’hui, ce qui est essentiel pour la classe prolétarienne moderne c’est de reconnaitre que le passage direct du mode de production féodale au mode de production communiste est impossible et que la Révolution bolchévique, la révolution de Démocratie nouvelle en Chine et toutes les autres révolutions du XXe siècle ont été des révolutions bourgeoises pour l’accession de ces sociétés féodales, ou quasi féodales, au mode de production capitaliste industriel urbain et qu’il ne pouvait en être autrement.


Pour revenir au principe de la primauté de l’industrie lourde (secteur 1), il est indubitable que l’accumulation capitaliste nécessite le développement de ce secteur industriel tout en s’appuyant sur le développement concomitant du secteur 2, le secteur de la production des biens et des services de consommation courants facteur de réalisation de la plus-value à réinvestir dans de nouveaux moyens de production valorisant le capital. Staline, en habile tacticien, a mis ce principe dialectique en pratique et en 20 ans à peine, le Parti bolchévique a préparé la Russie soviétique capitaliste à affronter l’impérialisme allemand. Staline, à la tête du Parti bolchévique, partant de la féodalité tsariste menant à la modernité capitaliste industrielle a dirigé l’édification du capitalisme monopoliste d’État soviétique. Est-ce que cette prouesse d’économie politique tient d’abord à l’intuition de Lénine, de Boukharine et au groupe des bolchéviques que Staline a su diriger mieux que Trotski ? Je laisse le soin aux historiens de débattre de cette « énigme ».


Pour l’heure, le seul point qui importe pour la classe prolétarienne, c’est de profiter des conditions créer par la guerre de classe sur le front économique de la crise systémique qui est en train de faire imploser le mode de production capitaliste dans le monde entier pour réaliser une première véritable révolution prolétarienne communiste. »

Robert Bibeau.

http://www.les7duquebec.com/7-au-front/qui-est-coupable-lenine-ou-staline-peu-importe-si-le-proletariat-lemporte/

 

 

 

NOTRE RÉPONSE:

 

 

Comme le remarque fort justement, à propos des dogmatiques, le camarade Bibeau:
« Il faut noter que les bolchéviques n’ont pas agi de la sorte. (…) Ensuite, les bolchéviques ont cherché à justifier théoriquement leurs décisions, quitte à falsifier, ou à réinterpréter, les « saintes Écritures marxistes ». »


Faire l’analyse concrète d’une situation concrète, ce n’est pas seulement un « truc » léniniste, mais la méthode marxiste de base … Pourquoi nier la possibilité d’en déduire un développement utile du marxisme?


Peut-ont dire pour autant que Lénine a « falsifié » le marxisme?


Voici, exprimé en 1908, dans « Matérialisme et Empiriocriticisme »,
alors qu’il n’avait pas encore abordé les questions de fond sur l’impérialisme, ce que Lénine pensait de ce genre de situation:


« Engels dit explicitement : « avec chaque découverte qui fait époque dans le domaine des sciences naturelles » (à plus forte raison dans l’histoire de l’humanité) « le matérialisme doit modifier sa forme » (Ludwig Feuerbach, p. 19, édit. allemande). Ainsi, la révision de la « forme » du matérialisme d’Engels, la révision de ses principes de philosophie naturelle, n’a rien de « révisionniste » au sens consacré du mot ; le marxisme l’exige au contraire. »


Mais pour le camarade Bibeau:


« Ils sont tous coupables sans exception. »(…) « en esquivant l’étape nécessaire de la société capitaliste, industrielle, urbaine et bourgeoise, incontournable en Russie comme dans tout autre pays… »


_1) Avec la NEP, il ne l’on pas esquivé, en organisant un développement partiel du capitalisme, dans des formes qui restaient compatibles avec le développement socialiste dans la plus grande part des secteurs économiques. C’est le « capitalisme d’état », fort limité et non le « capitalisme monopoliste d’état », fondé sur le capital financier et la spéculation boursière dominant l’état.


_2)L‘ »étape nécessaire », c’est exactement la thèse révisionniste combattue par Lénine, et reprise aujourd’hui par les « communistes »-capitalistes/impérialistes chinois… Et leurs partisans en France (Andréani, Fuyet, etc…) Et accessoirement, par une partie des trotskystes, des gauchistes, etc…


Et donc, où est la « culpabilité », sinon chez les renégats?


« …reconnaitre que le passage direct du mode de production féodale au mode de production communiste est impossible et que la Révolution bolchévique, la révolution de Démocratie nouvelle en Chine et toutes les autres révolutions du XXe siècle ont été des révolutions bourgeoises pour l’accession de ces sociétés féodales, ou quasi féodales, au mode de production capitaliste industriel… »


Méthode typiquement idéaliste, qui consiste à créer une catégorie analogique, style « on vous fait un paquet pour le tout », indépendamment des situations spécifiques complétement différentes …


« Staline, en habile tacticien, a mis ce principe dialectique en pratique et en 20 ans à peine, le Parti bolchévique a préparé la Russie soviétique capitaliste à affronter l’impérialisme allemand »
L’histoire de l’URSS démontre donc précisément le contraire de la thèse analogique précitée…
Pour s’en tirer, le camarade Bibeau est obligé de proférer cette énormité anti-marxiste et aussi absurde que possible:
« Staline, à la tête du Parti bolchévique, partant de la féodalité tsariste menant à la modernité capitaliste industrielle a dirigé l’édification du capitalisme monopoliste d’État soviétique. « 
Recyclant une fois de plus ce vieux confusionnisme, entre « capitalisme d’état » et « capitalisme monopoliste d’état » commun aux gauchistes et aux révisionnistes de droite !
Que des formes résiduelles du capitalisme d’état aient pu survivre de la fin de la NEP à la période Khrouchtchévienne, où elles ont effectivement commencé à reprendre le dessus est une question historique qui reste en débat. Mais l’argument du « capitalisme monopoliste d’état » est d’autant plus absurde qu’il se réfère à priori essentiellement au concept léniniste… A propos de la NEP, on a déjà résumé ce qu’il en est.


En fin de compte, on ne voit pas l’intérêt de cet article, sinon pour contribuer à dépouiller le prolétariat de son histoire et de sa mémoire, à un moment décisif de résurgence des luttes.
En ce sens, il se positionne clairement en appui de l’idéalisme petit-bourgeois, de la propagande anti-soviétique, et en réalité, anticommuniste.


Luniterre

.

.

******************************

 

PS: Cette précision utile, extraite de l’un des commentaires:

 

  « Si Robert Bibeau fait du confusionnisme, vous le battez à plate couture !

Quelle est la différence entre le « capitalisme d’état » et le « capitalisme monopoliste d’état » ? Aucune !

**********************
NDLR / La différence est une question de définition, en suivant la terminologie ML, non par fétichisme dogmatique, mais parce qu’elle donne un sens précis aux mots, et qu’il est donc utile de connaitre pour comprendre, car on ne peut, dans chaque article reprendre toutes les notions de base !
« Capitalisme d’état »: défini par Lénine en 1918, lors de sa première tentative d’évolution vers ce qui sera plus tard la NEP:

https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2014/01/1918_lc3a9nine_sur-linfantilisme-de-gauche_.pdf

Il est clair que dans ce concept, c’est l’état socialiste qui contrôle le secteur économique capitaliste minoritaire…
Cela répond également à d’autres parties de votre critique.

« Capitalisme monopoliste d’état »: C’est carrément l’opposé, avec le contrôle de l’état par les monopoles financiers et les monopoles industriels qui sont sous leur contrôle, également. Il n’y a pas de secteur « socialiste » possible, contrairement à ce que prétendent les révisionnistes de droite, et actuellement, les partisans du « socialisme à la chinoise »…!

****************************

Le commentaire complet:

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/03/12/en-reponse-au-camarade-robert-bibeau/#comment-650

*************************************

 

 

 

FM_TML_2

 

 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж