Debaltsevo:encore un pas en avant!

 жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

 

virage 1жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

poche 1

xxxxxx

Sans la victoire totale

xxxxxxx

                        à Debaltsevo

xxxxxx

   il est évident que les accords

xxxxx
de
Minsk 2
n’auraient pas eu xxxxx
plus de sens que ceux de Minsk 1!!

xxxxxx

Il est évident que le but de vouloir maintenir à tout prix cette enclave entre les deux Républiques Populaires était de continuer à leur rendre la vie impossible par la menace de bombardements incessants, coupants pratiquement les voies de communication entre elles et s’abattant sur les populations civiles, comme c’était quotidiennement le cas depuis Minsk 1. Avec le retrait des armes lourdes prévu par Minsk 2, la réduction de cette poche devenait inéluctable, étant déjà pratiquement encerclée.

xxxxxx

Ce n’est que l’obstination de Porochenko à vouloir la conserver comme base avancée qui a rendu l’affrontement final inévitable et meurtrier.

xxxxxx

Dès les jours qui ont suivi sa défaite il s’est trouvé quelques journalistes tout de même assez honnêtes pour expliquer son irresponsabilité en tant que chef d’état, c’est à dire, en fait, sa responsabilité totale dans le massacre de ses propres soldats, comme des destructions et des pertes infligées aux civiles.

xxxxxx

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/02/19/comment-kiev-a-perdu-debaltsevo_4579537_3214.html

xxxxxx

Mais ipso facto cela pose aussi la responsabilité de ses « soutiens » occidentaux à Minsk, Hollande et Merkel, parfaitement conscients du problème, mais qui ont bien hypocritement voulu lui laisser sa « chance », qui était en réalité un gâchis monstrueux de vies humaines et une extension des ruines et de la détresse.

xxxxxx

Cela montre bien, au delà du flou relatif de ses clauses, qu’il y a plusieurs lectures possibles des accords de Minsk, selon les objectifs des parties prenantes.

xxxxxx

En tentant de « sauver la mise » à Porochenko, c’est d’abord leurs propres intérêts qu’ils sont allés défendre à Minsk, car Porochenko était d’abord le poulain de leurs suzerains US, avant d’être le leur. En poussant davantage au conflit pour affaiblir la Russie, il contribuait à affaiblir encore l’Europe occidentale, dans ses capacités d’échanges économiques, ce qui était un plus appréciable…pour les USA!

xxxxxx

Fixer et stabiliser le rapport de forces devenait une urgence pour Hollande et Merkel, s’ils ne voulaient pas être davantage sacrifiés au service de leurs maitres.

xxxxxx

Lâcher du lest sans perdre la face, et sans trahir formellement leur suzerain US, devenait un jeu de rhétorique qui explique le flou des clauses finales de l’accord.

Sauver la mise de Porochenko devenait difficile, sauver sa face, impossible. Quelque part, les journalistes sont parfois contraints à une relative « honnêteté », sous peine de perdre rapidement tout reste de crédibilité…

xxxxxx

Mais lorsqu’ils vont jusqu’à dire que les accords sont très nettement favorables à la Russie et aux « séparatistes », il faut surtout comprendre par là que les USA et l’UE ne sont pas disposer à faire de nouvelles concessions…

xxxxxx

Une des concessions fondamentale, mais non clairement formulée dans les clauses, c’est le fait que les Républiques Populaires sont directement des partenaires signataire d’un accord qui les concerne au premier chef, bien qu’elles ne soient pas reconnues…

xxxxxx

Une reconnaissance de fait, qui n’a pas échappée au Président Zakhartchenko, comme on le verra dans sa propre lecture.

xxxxxx

Au delà du double langage « diplomatique » utilisé pour ne froisser formellement aucune susceptibilité, il est clair que l’interprétation dans la mise en oeuvre dépend entièrement du rapport de force politique qui sera maintenu.

xxxxxx

Après la débâcle de Debaltsevo, le pouvoir de Porochenko est suffisamment affaibli pour qu’un répit soit assuré aux Républiques Populaires. C’est donc, en réalité, le contre-coup le plus favorable de leur victoire à Debaltsevo, et la meilleure chance, pour les accords de Minsk 2, de prendre un sens vraiment progressiste, vers la reconnaissance de leurs droits légitimes, auxquels elles n’ont nullement renoncé, mais pour lesquels elles sont capable de lutter par d’autres moyens que la guerre, si on leur en laisse la chance, c’est à dire, le temps!

xxxxxx

C’est tout le sens des brefs propos du Président Zakhartchenko, le 14 Février dernier, et que nous publions à la suite, si on sait les comprendre dans leur contexte: c’était 48 heure après la signature des accords, et quatre jours avant la redditons des fascistes embusqués à Debaltsevo, où il a lui-même été blessé parmi les troupes de combat de la DNR.

xxxxxx

Souhaitons lui une rapide guérison de sa blessure. Fort heureusement, cela n’a pas mis un frein à son activité présidentielle au service du peuple. Un président élu sur un programme de libération totale de son pays, avec 77% des voix, un président qui met en œuvre son programme avec intelligence et courage…

xxxxxx

Un président qui paye de sa personne pour un idéal qui n’est manifestement pas galvaudé, prouvant par la qu’il est exactement le contraire des fantoches auxquels nous sommes habitués en France, voilà qui a de quoi nous surprendre, et qui mérite notre attention et notre soutien!!

 

Conférence de presse

жжжжжжжж

Александр Захарченко: « подписание минских

договоренностей – это практически

независимость ДНР »

жжжжжжжж

 Alexandre Zakhartchenko: « la signature

des accords de Minsk, c’est pratiquement

l’indépendance de la DNR. »

жжжжжжжж

 

жжжжжжжж

Le 14 Février a eu lieu une conférence de Presse du Président de la République Populaire de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, au cours de laquelle il a parlé du résultat des pourparlers de Minsk. « J’ai donné mandat au Conseil National de préparer une loi sur l’autonomie administrative. Et aucun de ces partis compromis dans le conflit au Donbass ne sera autorisé aux élections de la DNR. Et c’est tout à fait dans l’esprit des accords de Minsk, tels que nous les avons signés, et tels que nous les comprenons.

ччччччч

Et dans notre compréhension des accords de Minsk, c’est pratiquement l’indépendance de la DNR, les frontières de l’Oblast de Donetsk, ce sont nos frontières », a indiqué le Président de la DNR. « Nous avons le droit de vivre de manière autonome, de mener une politique économique indépendante, et, encore une fois, les accords de Minsk confirment cela. Nous vivons notre vie, nous avons conquis ce droit les armes à la main. Et Hollande et Merkel se sont exprimés en garants de ce que l’Ukraine nous entendra », a-t-il ajouté.

ччччччч

Nous sommes une jeune République, et nous apprenons tout, y compris à être diplomates, et cette leçon qui nous a été donnée à Minsk, nous étudions, élaborons une stratégie de comportement et vous verrez maintenant une autre République Populaire de Donetsk, qui est capable de se battre aussi bien sur le terrain diplomatique qu’au front. Et par les efforts collectifs, diplomatiques et guerriers, nous déplacerons les montagnes », exprima Zakhartchenko selon son sentiment.

ччччччч

Chacun d’entre nous, chaque habitant du Donbass confirme, quoi qu’il nous en coûte, nous ne rendront pas notre terre, arrosée par notre sang.

ччччччч

Tant que nous sommes vivant, personne ne nous la prendra. Il y a un but: libérer le Donbass, être heureux, indépendants, prospères, et rebâtir ce qui est détruit. »Dit-il finalement.

жжжжжж 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжж

 

DNR_flag_ok OKLNR drapeau

 

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

14 февраля в Донецке состоялась пресс-конференция Главы Донецкой Народной Республики Александра Захарченко, на которой он говорил об итогах минских переговоров. «Я дал распоряжение Народному Совету готовить закон о местном самоуправлении. И ни одна из тех партий, участвующих в конфликте на Донбассе, не будет допущена к выборам в ДНР. И это все согласно духу минских соглашений, как мы это подписали и как мы это понимаем.

чччччччч

А в нашем понимании подписание минских договоренностей – это практически независимость ДНР, границы Донецкой области – это наши границы, – сообщил Глава ДНР. – Мы вправе жить самостоятельно, вести независимую экономическую политику, и это еще раз подтвердили минские соглашения.

 чччччччч

Мы живем своей жизнью, мы это право завоевали с оружием в руках. И гарантами того, что Украина будет нас слушать, выступили Меркель и Олланд», – добавил он.

чччччччч

«Мы молодая Республика и всему учимся, в том числе быть дипломатами, и тот урок, который нам преподали в Минске, мы усвоили, разработали стратегию поведения, и вы теперь увидите другую Донецкую Народную Республику, которая в состоянии удачно сражаться на дипломатических полях также, как и на фронте. А совместными усилиями дипломатов и военных мы горы свернем, – озвучил свое мнение Захарченко.

чччччччч

– Каждый из нас, каждый житель Донбасса подтвердит, как бы ни было нам тяжело, мы не отдадим свою землю, политую нашей кровью.

чччччччч

Никто, пока мы живы, ее у нас не отберет. Есть цель – освободить Донбасс, быть счастливыми, независимыми, процветающими и отстроить разрушенное», – сказал он в итоге.

 

 Источник:

http://dnr-online.ru/news/aleksandr-zaxarchenko-podpisanie-minskix-dogovorennostej-eto-prakticheski-nezavisimost-dnr/

| Пресс-центр ДНР ©        http://dnr-online.ru

 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Un commentaire

  1. Alexei Markov, comandant de l’unité communiste de la brigade Prizrak
    PUBLIÉ PAR Slavianskgrad.es 23 février 2015

    Créée en Novembre 2014, la brigade communiste unité Prizrak comptait 18 volontaires. Depuis lors, l’unité a augmenté à plus de 100 volontaires à l’heure actuelle, ils font partie également des forces de la République populaire de Lugansk qui ont récemment réussi à capturer la ville stratégique de Debaltsevo.
    Junge Welt a interviewé son commandant, Alexei Markov.

    Entretien avec Sergey Artemov par Junge Welt

    « Nous faisons partie d’un front antifasciste »

    Dans les forces armées de la République populaire de Lugansk luttent de nombreux communistes. Ils ont établi une unité distincte. Comment est-ce arrivé?

    AM: Nous avions espéré pour un temps que le Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF), le Parti communiste d’Ukraine (KPU) ou toute autre force similaire créé une unité de ce type. Nous avons attendu jusqu’à Octobre 2014 et nous nous sommes rendu compte que nous devions agir par nous mêmes. D’autres personnes se sont aussi intéressées pour cette idée.
    Notre unité fait partie de la brigade « Prizrak » d’Alexei Mozgovoi. Nous nous sommes attaché à elle car elle représente une position d’indépendance totale. Pour commencer, personne n’allait nous accepter car de nombreux bénévoles vont et viennent très rapidement. Étape par étape, notre réputation s’est améliorée: une unité de combattants s’est formée, dans laquelle on ne boit pas et ont a une bonne discipline – c’est quelque chose de spécial.
    Ils se sont joints à nous d’autres gens et aussi d’autres unités. Avec le début de la phase active de la guerre, le nombre de combattants a doublé dans notre unité en dépit de problèmes d’approvisionnement. Sans cela, nous aurions encore plus de gens. Nous avons maintenant presque la taille d’un bataillon.

    Il y a certaines choses que nous avons dites clairement à tous ceux qui veulent se joindre à nous. Nous ne payons pas de salaire, il n’y a pas de rangs parmi nous, nous ne sommes pas intégrés dans les structures formelles de la République populaire de Lougansk et nous n’offrons aucune aide publique ni d’assurance.

    La force de notre unité est que nous ne sommes des communistes pas organisés en partis. Aucun contrôle idéologique particulier n’est appliqué dans le face à face. Nous expliquons notre position, contre qui nous nous battons – contre le fascisme, par le pouvoir du peuple. Et quiconque l’accepte peut nous rejoindre. Accepter la discipline des troupes est important: interdiction stricte de l’alcool, discipline militaire et un comportement approprié. A l’intérieur de l’unité nous faisons de la formation idéologique. Il est arrivé qui a eu un large public intéressé par notre formation historique. Depuis lors, nous avons également inclus d’autres unités. Lorsque vous travaillez avec d’autres, nous faisons toujours de la propagande politique. Mais il ne se produisent pas des disputes idélogoques.

    Pourquoi vous battez-vous dans cette guerre?

    La réponse peut être plus facile que sur des questions de philosophie politique. Je ne peux pas accepter le fait que les femmes et les enfants sont tués – cyniquement, par plaisir. Peu importe qui est de l’autre côté – nazis, nationalistes, impérialistes. À notre avis, les fascistes ont pris le pouvoir à Kiev. Toute tentative visant à démontrer qu’il n’y a fascisme en Ukraine est une blague. La tentative de présenter comme s’il se agissait d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine est absurde. Je pense qu’il y a plus d’Ukrainiens de notre côté. L’idéologie est un point important ici. De notre côté, luttent des personnes ayant des idéologies différentes. Sur le côté opposé, il y a une seule composante idéologique dominée par les forces armées du fascisme. Le reste sont des gens mal mobilisés.

    Pourquoi votre unité n’est pas intégré dans les forces armées officielles de la République Populaire de Lugansk? Comment travaillez-vous avec eux?

    L’été dernier, le Kremlin a recommandé un système vertical du pouvoir aux gouvernements des Républiques Populaires de Lougansk et Donetsk. Il est très similaire à celui de la Russie, mais plus faible, plus corrompu, plus contrôlée. L’influence politique dépend ici plus du nombre de combattants armés que tu as et comment vous avez un bon accès aux approvisionnements. Si tu n’as pas de troupes propres et des approvisionnements, vous n’êtes rien, même si vous êtes connu et vous êtes une personnalité reconnue. Ceux qui étaient en mesure de rejoindre les structures officielles ont reçu des fournitures et des munitions. Ceux qui se opposaient à eux au contraire, en quelque sorte, ont été exclus des fournitures y comprises humanitaires. Mais les structures ne pourraient pas exister sans alimentation efficace. C’est pour cette raison que Prizrak brigade est la seule unité militaire indépendant majeur. Nous ne voulons pas tomber sous aucune structure officielle.
    C’est ce que nous avons offert très souvent: nous avons une sous-unité avec l’expérience, nous sommes prêts à nous intégrer en tant que régiment dans les structures officielles de l’armée, de coopérer, d’exécuter les ordres. Officiellement, nous ne avons pas reçu de réponse, mais officieusement ils nous ont informés qu’ils ne peuvent pas nous utiliser. Notre unité pourrait se développer d’abord seule, puis dans différentes unités des forces armées régulières en petits groupes de dix à vingt combattants.

    Nous ne pouvons pas dire, faites votre guerre, nous faisons la nôtre. Nous devons coopérer et suivre les instructions de la République populaire de Lugansk. Nous essayons d’agir avec sagesse. Mais encore nous ne recevons pas d’armes de la République populaire de Lugansk, nous n’avons pas reçu récemment des munitions. L’aide humanitaire nous la recevons du KPRF. (Parti Communiste de la Fédération de Russie)

    N’êtes-vous pas préoccupé de ce que votre appareil peut être éclipsé comme force d’opposition?

    Ce est ce qu’on attend … Il est dit que les autorités de la République populaire de Lugansk veulent utiliser l’attaque sur Debaltsevo pour écraser toutes les forces d’opposition de la République: Pavel Cosaques Dremov, Mozgovoi Brigade …

    Je étais dans la planification de certaines opérations militaires dans Debaltsevo, donc je pense que la stupidité et l’incompétence sont une bonne excuse pour toutes ces erreurs. Je ne suis pas sûr de qui est vraiment dangereux pour nous – l’armée ukrainienne du côté de l’ennemi ou les commandants de la République populaire de Lugansk derrière nous.

    Nous nous battons pour des raisons idéologiques, nous ne allons pas sous le commandement d’instructions ministérielles en peluche dans le sac à dos. Notre objectif est d’aider le peuple ukrainien à se libérer de la junte militaire nazie à Kiev, qui a usurpé le pouvoir. Et nous ferons de notre mieux. Ensuite, nous rentrerons à la maison.

    Ne pensez-vous pas qu’il devrait y avoir une force politique progressiste qui se oppose à l’organisation «Paix pour le pays de Lugansk » d’Igor Plotnitsky, Premier ministre de la République populaire?

    L’organisation de Plotnitsky est du même type que « Russie unie », mais en plus petit. Nous devons nous rendre compte que, dans la République populaire de Lugansk ceux qui ont gagné les élections sont ceux qui ont le pouvoir dans l’Etat. Même si nous avions atteint 90 pour cent du vote, « la paix pour le pays de Lugansk » aurait été première et aurait remportée l’élection, comme Boris Eltsine en 1996 en Russie, avec son cinq pour cent. En outre, le Parti communiste n’est pas encore inscrit, malgré tous les documents qui ont été soumis. Donc, nous n’avons ni les ressources ni le temps pour de telles luttes politiques qui, en tout cas, nous ne pouvons pas gagner maintenant.

    Les idées du pouvoir populaire et la nationalisation sont très populaires dans Lugansk. Et la Russie ne va pas éviter tous ces tentatives de changement socialiste?

    Je pense que l’idée de pouvoir populaire en Nouvelle-Russie atterre les responsables russes. Ce serait un très mauvais exemple pour les prolétaires russes. Je suis sûr que tout ce qui s’approche d’un pouvoir populaire en Nouvelle Russie sera supprimé. Le pouvoir du peuple rend également difficile pour la Russie de contrôler cette région.

    Il semble que toutes les forces d’opposition locales peuvent être supprimées très rapidement, seulement en coupant le mécanisme de réapprovisionnement des fournitures. Si cette situation devait se produire, ça ne serait pas déterminer ce que les masses pensent?

    Il y a un risque d’être arrêté pour propagande contre l’État, si l’on reflète la pensée des masses. Pour être honnête, les points de vue des soldats ordinaires sur les autorités locales n’est pas bien meilleure que celle qu’ils ont des autorités ukrainiennes. Cependant, il est difficile de décrire l’ambiance parmi la population civile. Beaucoup d’entre eux ne comprennent tout simplement pas ce qui est arrivé. Ils veulent la fin de la guerre f, peu importe la forme d’y arriver. La plupart des civils se comporte comme toujours passivement, nous ne pouvons pas compter sur eux en ce moment. Les gens qui sont socialement actifs, ils sont déjà dans l’armée.

    Ne craignez vous pas d’être utilisés? Et que l’ordre nouveau soit reconstruit avec presque les mêmes oligarques quand ce sera fini?

    C’est possible. C’est effectivement le scénario le plus probable pour le développement futur. Mais si le meurtre de personnes peut être arrêté, si les gens ne peuvent plus être brûlés vifs comme à Odessa et si la propagande fasciste peut être arrêté, je vois que c’est précisément notre tâche, la raison pour laquelle nous avons mis en œuvre notre programme minimum. Nous faisons partie d’un front antifasciste commun. La démocratie bourgeoise de l’ancien régime en Ukraine ne était pas positive, mais au moins il n’y avait pas des meurtres et des bombardements massifs.

    Nous sommes conscients que la cause ultime du problème – le capitalisme – se poursuivra. Mais je suis un humaniste pratique. Je sais que le monde ne peut pas être complètement changé dans notre vie ou celle de nos enfants. Il suffit de faire ce que je peux, les prochaines générations vont continuer la lutte, nous allons changer le monde pas à pas. J’ai la ferme conviction que la seule signification de la vie est de changer le monde pour le mieux. Si on meurt sans avoir rien contribué à ces changements, votre vie n’aura eu aucun sens. Je ne peux pas faire grand-chose, mais je fais ce que je peux.

    La classe ouvrière s’est-elle montrée comme une force indépendante? Êtes-elle consciente de leurs intérêts de classe?

    Malheureusement non, parce que rien n’a changé par rapport à la période d’avant-guerre. Les communistes aussi ont perdu trop de temps. L’été dernier, les communistes étaient ici une force importante, représentant près de la majorité dans le premier Conseil de la République populaire de Lugansk. A cette époque, il aurait été possible de faire quelque chose de sérieux, même au Congrès, aux Soviets des représentants du peuple ou par la création d’unités militaires communistes. Les communistes, cependant, se sont battus les uns contre les autres, au lieu de participer à la formation de l’Etat. Et donc, le nouvel état a été construit sans eux – et Plotnitsky définit la vie politique.

    Qu’est-ce qui se passe maintenant avec les Brigades Internationales dans la Brigade Prizrak de Mozgovoi? Certaines personnes ont dû la quitter parce qu’il y avait des problèmes avec la fourniture de …

    Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé. Quatre combattants espagnols ont rejoint notre unité. Des gens très gentils, ils étaient heureux d’être ici dans une unité communiste. Malheureusement, ils sont entrés en conflit avec la loi espagnole pour s’être trouvés ici. Si vous ne vous battez pas là officiellement ou avec d’un contrat, l’État considère que ces actions sont illégales. Par conséquent, ils ont dû retourner en ‘Espagne, mais ils ont promis de revenir. Nous attendons encore quelques personnes en provenance d’Espagne.

    Avez-vous besoin aussi des experts civils?

    Certes, nous avons besoin de médecins. Nous ne devons pas seulement prendre soin des blessés de notre unité, nous soutenons également l’évacuation des blessés de la région de Debaltsevo. Nous avons également besoin de bons travailleurs de la construction, électriciens – manque de personnel de soutien.

    La vraie guerre est totalement différent de ce qui est montré dans les films et dans les rapports. Il y a ici la saleté, le sang, la fatigue et rien d’intéressant. Ici, vous devez avoir moins de valeur que de patience, de retenue et de capacité à surmonter les difficultés.

    Si nous avions des armes et des munitions au cours, de la nourriture, alors ne importe qui allait gagner. Nous pourrions créer. Malheureusement, pour des raisons politiques nous ne recevons pas des armes, vient juste de la nourriture pour nos camarades russes, obtenir des munitions en échange de nourriture et des uniformes. La réalité sur le terrain montre de manière différente que prévu. Mais nous allons tous rester ici jusqu’à la victoire, peu importe comment cela se présentera. Si la mort peut être arrêté – alors notre lutte aura eu un sens ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s