жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж 

 

 

 

Le social-fascisme

 

et l’obscurantisme religieux,

 

deux sous-produits récurrents

 

de l’impérialisme en crise.

 

 

 

Irak, Syrie, Palestine,

Ukraine,

… et demain ?

La violence guerrière se répand littéralement comme une trainée de poudre…

Y-a-t-il un dénominateur commun à tous  ces conflits ?

Sur les médias « officiels », de « grands spécialistes » s’efforcent de nous démontrer  que non… !

 

Alors que ces mêmes médias nous rebattent les oreilles en nous expliquant que partout les « occidentaux », USA plus Europe, et en faits, USA plus France, interviennent au nom de la « démocratie »… Mais tout le monde peut constater que le résultat de ces interventions est un accroissement du chaos, de la violence la plus barbare et de l’obscurantisme…

 

Et nos médias d’en remettre une couche pour justifier la prolongation, et bientôt l’intensification, des hostilités….

Mais d’où sont sorties toutes ces hordes infernales qui permettent hypocritement aux va-t-en-guerre « occidentaux » de se faire passer pour des anges ?

Rappelons-nous que les premières flammèches de ce « nouvel » islamisme radical ont été allumées en Afghanistan par les USA, contre l’Union Soviétique…

Constatons que le dernier incendie « islamiste » en date fait prétexte pour les USA de revenir en Irak, d’où ils étaient supposés se « désengager », après y avoir semé, là comme ailleurs, le chaos.

Constatons qu’il leur fait enfin prétexte à intervenir en Syrie, où leur tentative de « révolution », manipulée et meurtrière, était en passe d’échouer complètement.

En Ukraine, constatons que le coup de l’ « Euromaïdan » n’aurait pas abouti sans ses troupes de choc néo-nazies, et que le gouvernement « démocratique » de Kiev dépend entièrement de ces fanatiques barbares pour écraser la République Populaire du Donbass.

Constatons que c’est dans cette fange boueuse et sanguinaire que se complaisent nos « hérauts » médiatiques de l’ « occident » !

 

Irak, Syrie, Palestine, Ukraine,… et demain ?

 

Après la Lybie, la Côte d’Ivoire, le Mali, la République Centrafricaine, pour ne citer que les plus récents, l’Afrique, et notamment l’Afrique Noire, est aussi une proie de choix pour ces vautours, et leurs « parrains », US et français au premier plan.

Sur les médias « officiels » une horreur semble chasser l’autre, mais sur le terrain elles sont malheureusement un des rares phénomènes en «développement durable », selon le beau langage de ces menteurs stipendiés.

C’est pourquoi Tribune Marxiste-Léniniste a choisi de publier, en traduction française, un article africain sur le Nigéria, où les horreurs de la secte islamique Boko Haram révèlent exactement les mêmes symptômes, et annoncent la suite macabre des agressions impérialistes. Cet article est une leçon de lucidité pour nos esprits européens, même pour les plus « progressistes », en bonnes paroles !

Mais la résistance des peuples fraye sa voie dans ce bourbier et apparait, y compris avec de nouvelles formes d’expressions pour le mouvement ouvrier, jusqu’au cœur de l’Europe.

C’est pourquoi Tribune Marxiste-Léniniste continue d’être solidaire des initiatives prises pour soutenir la République Populaire du Donbass, et c’est aussi pourquoi il était juste de soutenir la pétition pour faire aboutir le convoi humanitaire russe, qui est finalement passé, heureusement, en se passant fort bien de l’opinion publique occidentale, ce qui est également heureux, vu l’absence de mobilisation réelle en France…

Le succès de cette intervention russe a en outre heureusement sorti, pour quelques temps, cette cause du silence médiatique où nos « hérauts » de l’occident s’apprêtaient à l’enterrer.

Il faut reconnaitre que localement, l’initiative Lyon/Donetsk Solidarité Info s’est finalement plutôt heurtée à l’apathie des milieux officiellement très « progressistes » qui avaient semblé motivés pour la soutenir au départ. Toujours présents pour un peu de récupération politicienne, probablement, mais tout à faits absents pour une action réelle, fut-elle une simple pétition, aussi urgente et nécessaire que modeste…

Mais c’était et cela reste, pour la suite de ce combat, une question de principe, non pas abstraite, mais une question de respect et de dignité humaine, une question de résistance réelle à l’impérialisme, fut-elle malheureusement dérisoire, en la circonstance…

Nous n’avions guère d’illusions, mais toujours un peu d’espoir, et il continue de venir de l’Est de l’Ukraine et du Donbass, grâce au courage immense de ce peuple! Il reste debout et continue le combat, bastion de la résistance européenne au néofascisme et au social-fascisme, qui se développent comme avatars prochains des valets de l’impérialisme US en crise.

Le fascisme, dans ses formes primitives, tant italienne qu’allemande, ne nait pas essentiellement d’un nationalisme indépendantiste, mais de la frustration d’une volonté d’expansion forcenée. Cette frustration prend sa source dans l’évolution d’un rapport de forces qui voit ces nations privées des champs d’expansion qui leurs avaient parus accessibles dans les conflits précédents, et essentiellement celui de 1914-18.

Ces ambitions inabouties correspondent à une première phase de l’impérialisme, où expansion économique va encore de pair avec expansion territoriale. C’est aussi la marque de l’arrivée tardive de ces pays, comme états nationaux unifiés, sur la scène des grandes nations européennes.

La volonté d’ « indépendance économique » de ces nations, présentée parfois comme un concept d’ « autarcie », mais étendue, en faits, au « Lebensraum », ou « espace vital », par leurs idéologues, ne s’entend que dans le cadre d’une zone d’extension présupposée, et au détriment des nations qui y sont, en pratique, violemment colonisées.

Au-delà des discours de propagande contre le « capitalisme international », ce sont rapidement les puissances financières de ces nations qui prennent le contrôle de cette nouvelle forme de capitalisme monopoliste d’état, et de ses intérêts sur les zones conquises.

A la même époque, le jeune impérialisme US, combinant encore localement son développement économique et financier, a déjà franchi l’étape de la suprématie financière pour son expansion internationale, appuyée par son interventionnisme militaire, combinaison plus efficace, et déjà vouée à un « avenir » qui dure encore, à l’évidence…

La formule des vieilles nations européennes, combinant les trois types de développements : économique, financier et expansion territoriale, ne brillait plus que de ses derniers feux macabres…

Leur coalition « antifasciste » avec la puissance US montante était un pacte de dupes dans lequel les aiguillons tragiquement velléitaires de l’Axe ne faisaient qu’ouvrir la voie aux plus « modernistes » des financiers US, ceux qui avaient déjà des ambitions hégémoniques et des intérêts « mondialisés » avant que le terme ne soit à la mode, comme substitut hypocrite d’impérialisme.

Il est remarquable, en « opposition » à cette vision réaliste de l’ « avenir » du capitalisme au premier quart du 20ème siècle, que les idéologies totalitaires des nations « en crises d’identité » se développaient déjà autour du thème d’un capitalisme « national » qui serait exempt des vices de la spéculation « internationale »… Ces conceptions, qui prétendent séparer le capitalisme « productif » du capitalisme « spéculatif », on les retrouve encore aujourd’hui dans tous les courants de l’idéalisme petit-bourgeois, de l’ « extrême-gauche », trotskisante ou néo-thorézienne, à l’extrême-droite nationale-gaulliste et populiste-lepéniste, sous diverses formes et avec différentes applications programmatiques, mais toutes étrangement ressemblantes à ces quelques lignes inspirées à un « philosophe » de la politique par un économiste allemand très en vogue à cette époque :

« Précédemment, je n’étais pas à même de reconnaître avec la clarté désirable, la distinction entre ce capital proprement dit, dernier aboutissement du travail productif, et le capital dont l’existence et la nature reposent uniquement sur la spéculation.
J’en étais désormais capable grâce à un des professeurs du cours dont j’ai parlé, Gottfried Feder.

Pour la première fois de ma vie, je conçus la distinction entre le capitalisme international de bourse et celui de prêt.

Après avoir écouté le premier cours de Gottfried Feder, l’idée me vint aussitôt que j’avais trouvé le chemin d’une condition essentielle pour la fondation d’un nouveau parti.
A mes yeux, le mérite de Feder consistait en ceci, qu’avec une tranchante brutalité, il précisait le double caractère du capital : spéculatif, et lié à l’économie populaire ; et qu’il mettait à nu sa condition éternelle : l’intérêt. Ses déductions dans toutes les questions fondamentales, étaient tellement justes que ceux qui, a priori, voulaient le critiquer, en contestaient moins l’exactitude théorique qu’ils ne mettaient en doute la possibilité pratique de leur mise à exécution. Ainsi, ce qui, aux yeux des autres, était un point faible dans l’enseignement de Feder, représentait à mes yeux sa force. »

« Lorsque j’entendis le premier cours de Feder sur « la répudiation de la servitude de l’intérêt du capital », je compris immédiatement qu’il devait s’agir ici d’une vérité théorique d’une importance immense pour l’avenir du peuple allemand. La séparation tranchée du capital boursier d’avec l’économie nationale présentait la possibilité d’entrer en lutte contre l’internationalisation de l’économie allemande, sans toutefois menacer en même temps par le combat contre le capital les fondements d’une économie nationale indépendante. Je voyais beaucoup trop clairement dans le développement de l’Allemagne pour ne point savoir que la lutte la plus difficile devrait être menée non contre les peuples ennemis, mais contre le capital international. Dans le cours de Feder, je pressentais un puissant mot d’ordre pour cette lutte à venir.
[…]
La lutte contre la finance internationale et le capital de prêt est devenu le point le plus important de la lutte de la nation allemande pour son indépendance et sa liberté économique. »

Bien évidemment, tous les partisans de ce genre de thèses, qui visent à considérer que l’on peut opposer le « capital productif » au « capital spéculatif », ne sont pas essentiellement, de nos jours, des fanatiques de la nation allemande, et c’est même peut-être un des endroits où il s’en trouve le moins…

Ce sont plutôt ces « théoriciens » qui prétendent faire aboutir les revendications sociales en « taxant les mouvements de capitaux », et autres sources de superprofits …

Ou bien qui prétendent par-là aboutir à « une meilleure répartition des richesses » entre capitalistes et travailleurs.

Ou bien « faire payer aux capitalistes les frais de la crise », ce qui revient sensiblement au même, si on ne met pas au premier plan, comme perspective politique, la nécessité d’une alternative réellement socialiste.

Dans toutes ces formules langagières, il y a cette idée que le capitalisme financier spéculatif serait une sorte de maladie honteuse d’un capitalisme « normal », qui, guéri, redeviendrait ainsi maitrisable pour certains, voire carrément une étape vers le socialisme, pour d’autres… !

Pourtant l’histoire nous enseigne simplement vers quoi mène ce genre de « programme de transition » :

Cette citation est un extrait du « Mein Kampf », d’Adolf Hitler ! Elle se trouve couramment dans la notice Wikipédia de cet économiste allemand, Gottfried Feder, qui fut le principal inspirateur de ces thèses utopistes et idéalistes. Il continua jusqu’au bout à soutenir de sa plume le parti nazi, bien qu’il ait été rapidement réduit au rôle de « potiche » pseudo-culturelle, dès que ce parti fut arrivé aux affaires réelles et sinistrement « sérieuses » !

De sorte que même s’il se présentait comme une sorte de « révolutionnaire » nationaliste, son credo « économique » n’était pas fondamentalement différent de celui des réformistes sociaux-démocrates « de gauche ».

Cette approche « critique » du capitalisme, qui prétend s’en prendre à ses tares les plus flagrantes, soit pour l’ « assainir », soit pour le réduire et le faire disparaitre dans un second temps, est encore à l’œuvre dans la plupart des couleurs de l’arc-en-ciel politique français, même chez les ennemis déclarés du fascisme, et sans doute sincères pour la plupart…

Mais c’est aussi contre ce genre de dérive réformiste que Lénine nous mettait en garde dès 1916, dans son approche fondamentale du processus impérialiste, bien avant qu’elle ne devienne le credo idéologique du fascisme primitif.

C’est toujours, depuis son origine « italienne », sur la base de cette approche « critique » du capitalisme que le social-fascisme arrive à se parer d’un aspect « populaire » redoutablement efficace.

De sorte qu’on ne saurait encore trop souligner à quel point ces conceptions opportunistes, « de gauche » en apparence, sont toujours, un siècle plus tard, une roue de secours essentielle de l’impérialisme en crise.

Le réformisme social-démocrate, même dans ses variantes « de gauche », « anticapitalistes » trotskystes et néo-thoréziennes, en escamotant par ce biais la perspective claire du passage au socialisme réel, fait carrément le lit du social-fascisme, alors qu’il prétend le combattre en premier lieu. Il lui fournit toute l’argumentation nécessaire à sa propagande, sur laquelle il n’a plus qu’à greffer son propre projet politique, là où ces opportunistes ont réussi retirer tout espoir d’alternative prolétarienne.

Non seulement ces courants réformistes sociaux-démocrates ou faussement « anticapitalistes » ne font en rien reculer l’avancée spectaculaire des idéologies les plus rétrogrades et obscurantistes qui ressurgissent partout, également avec de nouveaux masques d’ « anticapitalisme », d’ « anti-impérialisme », et surtout avec toutes les panoplies grotesques des « intégrismes » religieux, mais ils lui ouvrent carrément la voie !

Bien évidemment, le contexte structurel de l’impérialisme mondial, sous la férule de la domination US, a bien changé depuis l’apparition du fascisme comme courant réactionnaire à dimension planétaire, et ce ne sont plus désormais que des places dans la hiérarchie des valets que se disputent ses vassaux.

Même dans le stade de crise à la fois aigue et chronique qu’il a atteint, les nombreux et violents troubles locaux suscités par ces idéologies obscurantistes « nouvelles » ne se développent que pour l’aider à survivre à cette crise, et pour tenter de sélectionner, parmi tous ces imbéciles fanatiques, les serviteurs les plus efficaces de sa puissance.

C’est le trait commun de tous les conflits récents, de la Lybie à l’Ukraine, en passant par la Syrie, et en repassant, encore, par l’Irak.

Mais il en est, hélas, encore bien d’autres, qui ont tour à tour, l’ « honneur » des médias par les horreurs qu’ils suscitent, et le cas du Nigeria n’est pas le moindre, donnant une occasion de plus aux thuriféraires de l’impérialisme de s’apitoyer tout à fait hypocritement et inefficacement, et pour cause, sur les victimes de leur cynisme fondamental.

C’est pourquoi nous republions, sur Tribune Marxiste-Léniniste, un article écrit sur ce sujet par un journaliste africain tout à fait inconnu, mais qui a pourtant le mérite d’une grande lucidité.

Cet article a été publié précédemment sur le blog anglais « Socialist Fight », se réclamant du trotskysme, mais qui a précisément une démarche très critique vis-à-vis du faux « anti-impérialisme » des autres courants de cette mouvance, et notamment des principaux courants trotskystes français !

 

La traduction de l’anglais a été assurée par le camarade Viriato, intervenant depuis peu sur Tribune Marxiste-Léniniste.

 

Luniterre

 

 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

obama sur terrre_OK_3

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

 

 

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж 

 

 

 

Boko Haram

 

 

et l’effondrement planifié du Nigeria

 

par Ailesh Dease

 

 

 

Le nom «Boko Haram» est une fusion des langues haoussa et arabes. Boko est appliqué à l’ancien enseignement colonial britannique, qui a été vu par de nombreux Haoussas comme une tentative de coloniser leur esprit. Haram est emprunté à l’arabe et se réfère à tout ce qui est interdit dans l’Islam par rapport aux choses qui sont «halal» et sont donc autorisées dans l’islam. Boko Haram signifie « L’éducation colonial européenne est une tromperie frauduleuse ». (L’étymologie du haoussa Boko par P. Newman 2013)

 

Ce concept s’est enraciné dans l’expérience historique des Nigérians quand les Britanniques ont cherché à imposer leur système d’enseignement et remplacer l’enseignement islamique traditionnel. L’élite haoussa ne voulait pas envoyer ses enfants dans des écoles où la culture traditionnelle et les valeurs du haoussa et de l’Islam seraient compromise et où leurs enfants seraient transformés en « yan-boko », à savoir des occidentaux faux. Boko est associée à l’éducation occidentale maintenant, mais la résistance initiale était contre des valeurs imposées par des étrangers.

 

Les colonialistes ont politisé la religion et l’origine ethnique afin de diviser et diriger le peuple. Après l’«indépendance» la situation s’est détériorée jusqu’à ce qu’elle est aujourd’hui.

 

Boko Haram (BH) était un groupe d’islamistes dans le nord du Nigeria, fanatique mais pacifique, qui a fait campagne pour un Etat islamique fondé sur la charia. Ils sont devenus mortifères après que le gouvernement nigérian ait assassiné leurs dirigeants de sang-froid en 2009. Il y eu des exécutions extrajudiciaires de masse et ils n’ont jamais eu aucune justice.

 

Boko Haram en tant que mouvement a sans vergogne trahie les enseignements islamiques. Des chercheurs et les musulmans partout dans le monde religieux islamique ont critiqué BH non seulement pour sa violence, mais aussi pour son sectarisme, son dogmatisme et ses tentatives pour contraindre les chrétiens à se convertir à l’islam par à la force et à obliger les écoles perçues comme laïques à fermer.

 

Les conditions qui ont nourri Boko Haram sont principalement la pauvreté et l’exploitation, la violence quotidienne du capitalisme, l’absence de services de base comme l’eau potable, l’électricité, l’éducation, les soins de santé, etc., la corruption hideuse et le vol dans le gouvernement,

 

BH a commencé à se tailler un territoire entre quatre pays Nigeria, Cameroun, Niger et Tchad. Au fil du temps ils sont devenus plus dangereux et plus audacieux. Au Cameroun, ils ont fait irruption dans une caserne de l’armée et libéré deux de leurs chefs, ils ont filmé l’attaque et ils ont publié la vidéo. Ils ont mis des bombes dans les principales stations de bus à Abuja, la capitale du Nigeria.

 

Le 14 avril, 280 jeunes filles ont été enlevés de leurs dortoirs des écoles secondaires dans Chibok dans l’Etat de Borno et prises en otage par BH. Ils ont demandé la libération de leurs prisonniers détenus dans les prisons nigérianes en échange des filles. Le gouvernement a refusé de négocier avec Boko Haram. Il a fallu un mois et des protestations de masse des femmes du Nigeria (historiquement les femmes ont toujours pris les devants dans les manifestations. Par exemple, des femmes ont mené des soulèvements contre le colonialisme) pour que le président Goodluck Jonathan (GEJ) reconnaisse l’enlèvement des filles de Chibok. Il a fallu trois mois au Président pour inviter les parents des filles enlevées à le rencontrer.

 Malala_Nigeria

Le gouvernement est trop corrompu pour faire quelque chose. Les Nigérians n’ont pas de services électriques stables en dépit des milliards de dollars de revenus provenant des ventes de pétrole. Il y a quelques mois, ils ont viré le gouverneur de la Banque centrale parce qu’ils ont dit que plus de 50 milliards de dollars avaient été volés par la National Petroleum Corporation.

 

Les généraux de l’armée empochent l’argent destiné à l’achat d’armes pour les soldats et les policiers qui sont censés se battre contre Boko Haram. Les soldats n’ont pas de nourriture ou de vêtements corrects, nulle part où dormir ou de l’eau propre à boire. …. Ceci est le résultat de la corruption qui a ravagé le Nigeria pour les 50 dernières années. La classe dirigeante capitaliste corrompue a volé plus de 500 milliards de dollars.

 

Le gouvernement nigérian est responsable d’une contre-offensive contre BH, qui a soulevé des allégations de massacres massifs de civils. Les gens accusent l’armée nigériane d’une campagne de terreur, de fusillades aveugles et des attentats, de la mort inexpliquée de civils, des captures de nuit des jeunes hommes par les forces de sécurité. Les gens disent que ce climat de terreur les a forcés à fuir par milliers, à pied vers le dur et torride semi-désert du Niger. [1]

 

Les forces de sécurité nigérianes ont toujours été connues par leur brutalité, leur manque de respect des droits de l’homme et leurs massacres aveugles de civils ont été bien documentés. Wikileaks montre que la CIA a profité de divisions sectaires au Nigeria, pour recruter des chômeurs extrémistes islamistes (BH), les a formés et les a renvoyées au Nigeria pour créer le chaos.

 

Soutenir secrètement des organisations terroristes pour atteindre les buts de sa politique étrangère, c’est maintenant le jeu politique des impérialistes …. Après la Libye, la Syrie, l’Ukraine …, à qui le tour ?

 

Wikileaks a publé un câble du 29/6/09 au Etats-Unis qui a montré que la CIA avait prédit des assauts meurtriers par Boko Haram, 2 mois avant qu’ils ne commencent les actions terroristes.

 

Après les attentats à Damaturu, l’ambassade des États-Unis a publié une déclaration indiquant que ce type d’attentats devait être attendu dans trois établissements spécifiques à Abuja. Cette déclaration a soulevé plusieurs questions telles que : qu’est-ce que l’ambassade sait réellement sur ​​les attentats …?

 

Les documents de Wikileak indique également que l’ES8, une société de surveillance aux États-Unis a produit un équipement avec des virus (Cheval de Troie) qui détournent les ordinateurs individuels et les téléphones (iPhone, Blackberry, Android, etc), pour prendre sur ces dispositifs, pour enregistrer chaque utilisation, mouvement, infos GPS et même des soupir et des sons sur les lieux. Ce logiciel a été acheté par le gouvernement nigérian et utilisés comme outil par la CIA dans son écoute des politiciens nigérians, détectant ainsi les pratiques de corruption. Ils ont utilisé ces informations pour menacer les politiciens et pour mener à bien leurs instructions.

 

Le Conseil du Renseignement des États-Unis a prédit que le Nigeria va se désintégrer en 2015. Le Renseignement algérien confirme un lien direct entre Boko Haram et l’occident, financé par Al-Qaïda au Maghreb-AQMI. [2]

 

En 2011, le Département d’Etat américain a refusé de placer BH sur la liste terroriste parce BH avait des sponsors au plus haut niveau parmi les oligarques au Nigeria.

 

Le porte-parole de Boko Haram Abu Qaqa prétend avoir visité La Mecque avec le leader de Boko Haram Abu-Bakr Shekau, où le groupe a reçu un soutien financier et technique d’Al-Qaïda en Arabie Saoudite (AQAP) (Boko Haram a promis de se battre jusqu’à ce qu’en Nigeria soit établie la charia, The Guardian 27 Janvier 2012)

 

Les Etats-Unis ont mené une série de scénarios ou « jeux de guerre africains » en vue de l’expansion de l’AFRICOM (commandement militaire africain) du Pentagone. Un scénario a testé la capacité de l’US Africa Command pour répondre à une désintégration du Nigeria qui serait sur le point de s’effondrer au milieu de la guerre civile, en envoyant 20 000 soldats américains pour combattre les factions rebelles en lice qui cherchent à contrôler les champs de pétrole du delta du Niger. [3]

 

Le Nigeria est la plus grande économie de l’Afrique (avec le du gaz naturel, de l’étain, du minerai de fer, charbon, terres rares, niobium, plomb, zinc et des terres arables.) et il est une source importante d’huile et de pétrole pour Pékin. Une Nigeria divisé poserait un problème majeur pour la Chine (une répétition du Soudan) qui (entre autres grands contrats) a signé un contrat 23 milliards de dollars afin de construire trois raffineries de carburant au Nigeria, en ajoutant un supplément de 750 000 barils par jour de capacité de raffinage local. [4]

 

La Chine a investi dans le marché des télécommunications de l’Afrique pour la construction et le lancement d’un satellite géostationnaire commercial, détenu par le Nigeria et exploité à Abuja. [5]

 

En 2007, le conseiller du Département d’État des Etats-Unis, le Dr J. Peter Pham a commenté sur les objectifs stratégiques de l’AFRICOM et sur «l’accès à la protection hydrocarbures et autres ressources stratégiques que l’Afrique a en abondance, une tâche qui comprend s’assurer contre la vulnérabilité de ces richesses naturelles et veiller à ce que aucune des autres parties intéressées, comme la Chine, l’Inde, le Japon ou la Russie, obtiennent un monopole ou un traitement préférentiel ». La mission de l’AFRICOM est de fomenter la guerre et l’instabilité au nom de la lutte contre le terrorisme. Juste un autre front dans sa guerre avec la Chine pour la domination mondiale de l’énergie.

 

Lors d’une conférence AFRICOM, le 18 Février 2008, le vice-amiral Robert T. Moeller a déclaré que le principe directeur de l’AFRICOM est de protéger « la libre circulation des ressources naturelles de l’Afrique sur le marché mondial », avant de déclarer que la présence croissante de la Chine sur le continent était un défi pour les intérêts américains. [6]

 

Le 10 mai 2014 BH a organisé une attaque meurtrière sur Gamborou dans l’Etat de Borno tuant 300 villageois. Le 16 mai 2014 Sahara Reporters a publié un rapport: « La Guerre contre Boko Haram … Les soldats nigérians disent qu’ils sont mal équipés, trahis par les commandants, par les autorités d’Abuja »

 

Certains soldats soupçonnent que leurs commandants révèlent les opérations militaires à la Boko Haram. Le National Premium Post, journal en ligne du Nigeria, le 18 mai 2014 a publié un article affirmant que les généraux de l’armée vendent des armes à Boko Haram (neuf généraux font face à la cour martiale pour trahison). L’Armée a rapidement réfuté ces allégations, mais des questions restent. Pourquoi les soldats quittent leurs postes et tournent leurs armes contre leurs commandants? Pourquoi l’insurrection prospère en dépit des milliards dépensés pour l’enrayer?

 

Un rapport intitulé «On nous a interdit de repousser l’attaque de Gamboru » dans le Daily Trust, le 22 mai 2014 »a rapporté qu’un soldat nigérian dans l’Etat de Borno a confirmé que les Boko Haram ont attaqué Gamboru en leur présence, mais leur commandant leur a demandé de ne pas repousser l’attaque. Le soldat a dit à BBC World Service haoussa, que les hélicoptères volaient au-dessus tandis que les attaques allaient bon train​​. 300 personnes ont été tuées, des maisons ont été brûlées tandis que les soldats regardaient et ont reçu l’ordre de ne pas aider les gens attaqués. Les dossiers indiquent qu’il y a encore plus d’argent public volé lorsque l’état est en crise, alors il n’y a donc aucune incitation à mettre fin à la crise.

 

En 2012, le Nigerian Tribune a rapporté que le financement de Boko Harm a été pisté jusqu’au Royaume-Uni et à l’Arabie saoudite, en particulier au Fonds fiduciaire Al-Muntada. En 2005, le Centre de Sécurité Politique
(http://www.offnews.info/downloads/Af_Vortex.pdf ) ,

a déclaré : « Al-Muntada a, par ailleurs, été particulièrement actif dans la promotion de l’islamisme de style wahhabite au Nigeria … Al-Muntada … paie pour que les cadres religieux nigérians subissent un  » lavage de cerveau « dans les universités saoudiennes et soient imposées aux musulmans nigérians à travers son réseau de mosquées et d’écoles bien financées « .

 

Le fondamentalisme religieux signifie toujours plus d’exploitation et d’oppression des femmes. L’enlèvement des filles soulève toute la question de l’esclavage sexuel, la violence sexuelle et la manipulation de la religion pour servir les besoins des sections spécifiques de l’oligarchie.

 

Afin d’endiguer la vague de lutte contre les conditions économiques et sociales prévalant dans le pays, les cultes fondamentalistes ont été importés d’Amérique du Nord, ce qui, avec son homologue islamique fonctionne comme un bouclier pour les oligarques. Les idées religieuses minent la conscience et la volonté de ceux qui mettent en doute le fondamentalisme économique de marché qui a poussé les classes productrices davantage dans la pauvreté. Dans le Nord, sous la charia l’exploitation des travailleurs s’est intensifiée et comme au Sud, le Trésor public a été pillé. Les oligarques ont envoyé leurs enfants à l’école en Europe tandis que le pauvre aura le bras amputé pour avoir volé une miche de pain.

 JF BOKO

 

Sans une analyse de classe de la campagne « Ramenez nos filles », nous ne serons pas en mesure de déterminer les causes réelles du problème.

 

Les États-Unis visent à mettre en place une base militaire permanente dans le pays et les enlèvements leur ont donné l’occasion de le faire. La défense côtière du Nigeria a déjà été soumise à l’autorité US.

 

Les États-Unis ont utilisé les enlèvements pour servir ses propres intérêts. Après trois mois sur place et avec tout ce qu’il y a des « conseillers » au Nigeria, il n’y a toujours aucun signe des filles.

 

Les Nigérians ont besoin de construire un parti à partir des
comités de quartiers et des comités villageois de base jusqu’au niveau national pour assurer la participation démocratique et responsable à chaque étape. Ils ont besoin de construire le parti des travailleurs, de nationaliser les ressources de la nation sous le contrôle des travailleurs; créer des emplois sécurisés; d’établir un état laïque; d’offrir une éducation gratuite et des soins de santé pour tous; de développer une infrastructure adéquate et d’industrialiser le pays sur une base écologiquement durable. C’est la seule façon de mettre fin à l’intégrisme religieux

 

 

 

Notes

[1] Human Rights Watch 2014 World Report

[2] Algeria says Nigeria’s Boko Haram tied to al Qaeda, Reuters, November 13, 2011.

[3] Africa: U.S. Military Holds War Games on Nigeria, Somalia, All Africa, August 14, 2009.

[4] Nigeria and china sign $23bn deal for three refineries, BBC, May 14, 2010

[5] China Builds And Launches A Satellite For Nigeria, The Washington PostMay 14, 2007[6] Africa: U.S. Military Holds War Games on Nigeria, Somalia, AllAfrica, August 14 2009




 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s