6 JUIN 2014

*

DEBARQUEMENT

MEDIATIQUE

FHO_vf_ok

François Hollande

Grand

Libérateur …

… de la BNP !?

(…Où l’on voit que le dollar US reste Empereur,

De la Normandie à la Chine… !)

(Nouvelle version de l’article du 14 Juin 2014, développée à la suite d’une correspondance concernant le rôle de la Chine.)

Les efforts pitoyables de François Hollande pour arracher le soldat BNP des mâchoires du requin « justicier » US, à l’occasion des cérémonies médiatiques du 70ème anniversaire du débarquement, montrent à quel point le rapport de forces imposé à l’Europe Occidentale en 1944 est non seulement toujours valide, mais encore renforcé par son extension à l’Est.


Le monde « bipolaire » inauguré en 1944 a-t-il vraiment été remplacé, comme certains le prétendent, par un monde « multipolaire » qui consacrerait le déclin de la puissance US ?


C’est une façon de voir très à la mode dans les cercles d’intellectuels, même « de gauche », et sur les médias…


Loin de nous l’idée que le monde serait devenu strictement « unipolaire », car à l’évidence, la domination US n’est pas sans rencontrer quelques « pôles de résistances »…


Mais peut-on comparer ces « résistances » à ce que furent les grandes vagues de luttes anti-impérialistes de l’époque soviétique ? Assurément pas. De plus, aucun de ces pôles ne représente vraiment une perspective politique et sociale qui soit perceptible comme une alternative réelle.


Le « pôle » le plus cohérent en ce sens est incontestablement l’ALBA, mais il recouvre davantage un cartel de résistance économique qu’un véritable courant politique.

Force est donc de constater que la domination US sur le reste du monde a encore également progressé, depuis l’effondrement de l’URSS.


L’émergence d’un nouveau « pôle » de développement économique, avec la Chine, largement favorisé, en son temps, comme machine de guerre antisoviétique, n’est en rien un obstacle à la domination financière du dollar, au contraire. Ce « pôle » reste une formidable pompe pour la circulation mondialisée des capitaux, et du roi dollar en priorité.


Il a largement contribué, en outre, à augmenter la dépendance des anciennes puissances européennes, et ce n’est pas le moindre de ses avantages aux yeux des yankees !


C’est ce que nous révèle ce fameux « accident de parcours » de la BNP : la formidable capacité d’adaptation de l’impérialisme US à toutes les situations…


Et surtout, sa capacité intacte de domination financière, en dépit, ou même plutôt, grâce à la crise…


Cet épisode, révélateur, à la fois symbolique et crument réaliste, nous montre encore et nous rappelle à quel point la véritable domination impérialiste, depuis un siècle, réside essentiellement, et de plus en plus, dans la domination du capital financier sur le reste de l’économie, industrie, agriculture, bâtiment, commerce et services compris…

La dette US, colossale, irremboursable, mais toujours génératrice d’intérêts, n’est pas un obstacle à cette domination… Au contraire, elle est plutôt une arme redoutable, tant les dettes à peine moins abyssales des autres pays lui sont assujetties via le dollar …

La domination écrasante du dollar comme monnaie de référence, à nouveau révélée, pour ceux qui l’avaient oubliée, par « l’incident BNP », s’impose également aux rares pays dont la dette est très faible, comme la Chine, car les réserves monétaires de ces pays, pour être efficaces, se trouvent essentiellement constituées de dollars, et qui plus est, pour être « rentables », convertis le plus souvent en parts de la dette US !

C’est pourquoi les « pôles de résistance » que constituent les économies « émergentes » sont des pôles de concurrence économiques importants dans tel ou tel secteur d’activité, mais restent des puissances financières extrêmement secondaires, et finalement, soumises à la loi du dollar.


C’est pourquoi la plus puissante d’entre elles, la Chine, même si elle tend à se transformer en néo-impérialisme, est encore loin de faire le poids, combinant des relations complexes de rivalité, d’interdépendance, et en fait, de dépendance.


La seule résistance géopolitique réelle reste encore celle de la Russie, en dépit du recul économique subit à l’effondrement de l’URSS, et dont elle est loin d’être remise. Sa force relative actuelle réside dans ses ressources naturelles, et elle ne se prive pas d’en jouer…


Le fait qu’elle soit la seule puissance à pouvoir tenir tête aux USA s’est notamment révélée avec l’affaire Snowden…


Bien que n’étant pas vraiment exemplaire au chapitre des « droits de l’homme », il n’y avait que là où il pouvait trouver refuge, et pour cause…

Partout ailleurs, en dépit des bonnes volontés officiellement proclamées, nul ne veut encore se risquer à glisser la moindre peau de banane sous les pieds du roi dollar…


Le « droit » du dollar US l’emporte partout largement sur le droit humain le plus élémentaire.

Le front anti-impérialiste, pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, et pour une économie vraiment indépendante et socialiste, reste à construire.

Pour ce qui concerne la Russie actuelle, il faut bien comprendre qu’il n’y a pas lieu, pour autant, de lui prêter une vocation anti-impérialiste par nature.

Sa résistance est plutôt du type nationaliste « élargie » à sa zone d’influence culturelle et économique traditionnelle.

Mais on peut difficilement parler de néo-impérialisme, au sens léniniste du terme, dans son cas, tant est grand son état de délabrement économique et financier.

Naturellement, c’est une situation qui pourrait évoluer assez vite, si l’on se reporte à l’exemple chinois. Pourtant, si cela ne s’est pas produit, c’est que les prémisses de l’ « ouverture » des marchés russes et chinois étaient très différentes, contrairement à ce que l’on s’imagine généralement.

Ne craignant pas sérieusement d’être « asséchée » par les sanctions US, vu les limites actuelles de son influence, la Russie n’hésite pas, par contrecoup pragmatique, et sans préjugés idéologiques, à nouer des alliances avec d’autres nations en voie de résistance relative, et c’est pourquoi son réseau de relations diplomatiques et économiques a tendance à recouper en grande partie celui de l’ex-Union Soviétique…

Il n’y a pas d’illusions idéologiques à cultiver à ce sujet, mais c’est un facteur dont nous pouvons tenir compte dans notre stratégie de solidarité anti-impérialiste, vu l’état actuel du mouvement marxiste-léniniste.

L’essentiel reste évidemment la construction de forces prolétariennes autonomes dans chaque pays, selon les situations.

Pour ce qui concerne la Chine, il y a un décalage énorme entre ses capacités de développement économique et ses capacités d’expansion impérialiste, au sens léniniste du terme, pour le coup… Ce décalage étrange, dû en grande partie à la pratique du « Shadow banking », que nous nommons ainsi, mais qui semble bien être issue d’un rapport traditionnel à l’argent dans la culture chinoise, ce qui est un phénomène difficile à comprendre, vu d’Europe,

Mais il ne parait pas douteux, rétrospectivement, que le Dr. Kissinger, dès le tout début des années 70, avait soigneusement ausculté le cas avant de se lancer dans une alliance avec Mao que certains semblent encore avoir du mal à évaluer sans illusions idéologiques. Penchant de la gauche française que les « camarades chinois », du reste, se complaisent habilement à entretenir…

C’est pourquoi il est particulièrement important, aujourd’hui, de se livrer à une relecture de Lénine, non dans le but d’y apporter un « développement créatif » dans le style maoïste, ou même, hoxhaïste, mais au contraire pour voir s’il n’y aurait pas tout simplement, dans son livre sur l’impérialisme, les clés pour comprendre ce qui nous parait si embrouillé.

C’est une tentative en ce sens que l’on peut trouver sur Tribune Marxiste-Léniniste, dans :

En relisant Lénine…

…qui parlait déjà de Chine !

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/03/08/en_relisant_lenine_qui_parla it_deja_de_chine/

A la suite de quoi quelques précisions utiles ont été apportées, dans le cadre de la controverse, et en lien avec l’actu des relations franco-chinoises :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/03/27/724_de-lenine-ou-pas_/

Finalement, une synthèse plus courte des points essentiels, dans cette même idée d’un lien avec l’actu du moment, est parue sur le média VLR ! et seulement reprise en lien sur TML.

A la suite, il y a un petit développement en réponse à un post, qui concerne précisément cette question du dollar comme monnaie de réserve internationale.

Le tout est encore visible :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7020

(Mais c’est donc l’occasion de le republier directement sur TML, à la suite de cet article…)

Le phénomène de « Shadow banking » permet, notamment, de mieux comprendre pourquoi ce que nos « prochinois », qu’ils soient de droite ou « de gauche », prennent pour du nationalisme ou de l’anti-impérialisme n’est en réalité que l’expression de la rapacité extrême de la bourgeoisie monopoliste chinoise à l’égard de son propre peuple, et même de sa « classe moyenne », dont il parasite l’épargne à la mode « Bernard Madoff » comme principe de gestion !

Luniterre

*********

***

*

2 LARRONS EN FOIRE  !!

les 2 en foire_juin 14

petit mao_75

Le 30/03/2014,

Actualité Révélatrice !

L’actualité vient tout juste d’illustrer terriblement nos propos, sur Tribune Marxiste-Léniniste, au sujet de l’évolution de l’impérialisme en général, et de la Chine en particulier :
Au moment même où Hollande et Xi Jinping se congratulent
COMME LARRONS EN FOIRE et nous font miroiter le « miracle » de la mondialisation impérialiste, le chômage en France atteint un niveau record, à la hausse, évidemment, et, ce n’est pas un hasard : le CAC 40 aussi !!

Les présidents « socialiste » français et « communiste » chinois ont célébrés un demi-siècle de collaboration entre impérialisme vieillissant et néo-impérialisme… Une grande messe de la « mondialisation » comme panacée aux maux de la crise chronique qui ravage l’Europe et le reste du monde…

Une moisson de contrats « juteux », parait-il…

Mais « juteux » pour qui ?

Des milliers d’emplois à la clef, nous promet-on…

Mais de qui se moque-t-on ?

Cela fait déjà plus de trente ans que l’ouverture du marché chinois a inauguré une nouvelle phase de « mondialisation », qui devait être la solution aux premiers soubresauts de la crise « pétrolière » des années 70…

Cela fait plus de trente ans que l’invasion du « Made in China » n’a cessé de détruire les forces productives en Europe, et même aux USA, sans pour autant transformer véritablement la condition humaine en Chine, sauf pour les profiteurs à la tête du parti « communiste » et la petite bourgeoisie compradore qui gravite autour.

A présent le « miracle » chinois, outre gonflée par le vent de la spéculation internationale, et y compris par l’appui intéressé de la finance US, menace d’éclater comme la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf…

Et on voudrait nous faire croire que la crise est derrière nous…

Pour les spéculateurs du CAC 40, déjà depuis longtemps remonté en flèche au-dessus des 4000 points, tout ne va pas si mal… ils viennent tout juste de flirter avec leur dernier record, au-dessus de 4400 points !(*)

Pour les millions de chômeurs, qui peuvent, le jour même de cette « grande amitié » franco-chinoise, se compter en un triste « nouveau record », ce n’est pas vraiment la même chanson…

Quelle alternative ?

Avec le parti « communiste » français et son « front de gauche », on a les collabos les plus dévoués du néo-impérialisme chinois… entre autres !

Résultat immanquable : le prolétariat français, dégouté, ne se pointe plus aux urnes…

Et quand il le fait, c’est pour se laisser tenter par les sirènes de la petite bourgeoisie nationale-populiste qui rêve de plus d’« indépendance » face aux autres rapaces…

« Une petite bourgeoisie réactionnaire qui « rêve d’un retour en arrière, vers la concurrence « libre », « pacifique », « honnête. »

Étrange… C’est exactement le piège contre lequel Lénine nous mettait en garde, dès 1916, en nous expliquant le processus de la spéculation impérialiste dans son célèbre bouquin :

« L’IMPÉRIALISME, STADE SUPRÊME DU CAPITALISME »

Que ce soit « Front de Gauche », « Front National », ou « Altermondialistes » du type « Attac », et leurs affidés idéologiques de tous poils, trotskystes, bobo-marxisants « prochinois » et autres, la démarche est fondamentalement la même :

Il s’agit de nous faire croire qu’il suffirait de « taxer », « réguler » le capital financier, voire de « nationaliser », comme « au bon vieux temps » du CNR et de la collaboration de classe thorézienne, pour que tout s’améliore, et que le capitalisme redevienne « national », « productif », voire « social » !!

Est-ce que les frontières de ce capitalisme « à l’ancienne », revenu par on ne sait quel autre « miracle économique » du fond des âges oubliés, pourraient être des digues suffisantes contre le raz-de-marée industriel asiatique, contre les requins de la finance électronique, spéculant désormais à la vitesse de la lumière ?

Ou bien ne sont-elles pas une illusion comparable à celles qui étaient censé arrêter le nuage de Tchernobyl ?

Autre illusion, celle que les duettistes Hollande-Xi Jinping essayent de nous vendre : la « mondialisation » comme moyen de développement des forces productives ! Comme créatrice d’emplois, ici et là-bas !

Là-bas, en Chine, comme dans d’autres pays asiatiques, l’illusion est sans nul doute plus crédible, avec le sentiment qu’ils vivent une période que nous assimilons, vue d’ici et avec un peu de jalousie mal placée, à nos « trente glorieuses » !

Pourtant si la ronde effrénée des capitaux autour du globe génère toutes ces délocalisations, ce n’est ni par souci de développement équitable, ni pour mieux répondre aux besoins des populations jusque-là « tiers-mondisées »…

Dès que leurs conditions de vie s’améliorent un tant soit peu, dès que le coût des mains d’œuvres locales cesse d’être « ultra-compétitif », la productivité de ces capitaux fuyants diminue et ils sont déjà tentés d’aller voir ailleurs… Vers de nouvelles misères à « soulager », selon la « bonne conscience » de ces charlatans… !

C’est ce qu’a tragiquement illustré, ces toutes dernières années, le déplacement d’une partie de l’industrie textile, très provisoirement « chinoise », vers le Bengale, avec déjà plusieurs milliers de morts à son actif dans des usines insalubres et qui prennent feu encore plus vite que les cours de la bourse !

Des milliers de morts pour habiller les jeunes bobos de nos quartiers « branchés », des milliers de morts pour leur fabriquer des fringues qu’ils s’arrachent les jours de soldes et de « ventes privées », tout en nous donnant des leçons sur la misère du monde… !

Étrange… cela ressemble tellement au processus impérialiste déjà décrit par Lénine, en 1916…

Et pourtant tous nos bobos, petits et grands, protestent contre la « financiarisation » du capital, comme plaie nouvelle de notre époque, tout juste ouverte avec la dernière crise…

Ne serait-ce pas là plutôt exactement le stade pourrissant du capitalisme déjà décrit par Lénine, dans son fameux bouquin ?

Après deux guerres mondiales, l’éclatement du camp socialiste et l’effondrement de l’URSS, il semble que les choses aient simplement repris leur cours « normal », …c’est-à-dire « normal » du point de vue du capitalisme financier… !

Notre récente étude, à Tribune Marxiste-Léniniste, montre à quel point le rôle actuel de la Chine s’est adapté précisément à cette prospective fondamentale du processus impérialiste :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/03/08/en_relisant_lenine_qui_parlait_deja_de_chine/

En Chine, la bourgeoisie nationale maoïste, après avoir développé dans les années 70, sa collaboration « diplomatique » anti-soviétique avec l’impérialisme US, s’est tout d’abord contenté de développer un marché financier interne, très important, et totalement lié au capitalisme d’état.

Ce marché financier, contrairement à une idée « reçue » (Tiens, et d’où ?) par le « grand public », est en réalité resté, livré à ses propres « lois », édictées au gré des intérêts de la nouvelle bourgeoisie monopoliste chinoise, pratiquement fermé aux capitaux financiers étrangers.

Mais, par contre, la nécessité d’ouvrir des « zones spéciales », puis quasiment tout le pays, aux investissements étrangers essentiellement industriels et commerciaux, est donc rapidement venue du fait que ce marché financier ultra-monopolisé étouffait totalement le développement économique capitaliste « normal »…

Mais d’où, également, le phénomène du « shadow banking », qui risque aujourd’hui de faire éclater la « bulle chinoise », en contribuant déjà au ralentissement de son développement, actuellement observé.

C’est cette situation « originale » du capitalisme chinois qui fait croire à nos bobo-marxisants « prochinois » et autres néo-maoïstes de circonstances, voire « sur le retour » (…vers la gamelle !), que l’ « État » chinois serait encore en état réel de planifier quoi que ce soit, voire de mener « à nouveau », ou plutôt enfin, le pays vers le « socialisme » ! « …A la chinoise », bien entendu, avec une pointe d’épice « anti-impérialiste », connotée « anti-US » s’il-vous-plait…, tout à fait de bon goût au pays de Papy-De Gaulle ! (Et hop ! une statuette en terre cuite à l’effigie de l’ancêtre offerte par « notre » François Hollande à son « homologue » chinois… !)

Alors qu’en réalité la contradiction interne en Chine porte essentiellement sur le fait de savoir s’il faut continuer avec ce système, encore plus pourri, si c’est possible, que la finance US, ou bien ouvrir réellement le marché financier interne aux flux « normaux » du capitalisme financier international !

Voilà, en résumé, ce qu’est vraiment le « miracle », que l’on nous a tant vanté, ces derniers jours de grandes tractations entre larbins distingués des intérêts impérialistes de tous horizons.

Ce que nous cherchons, à Tribune Marxiste-Léniniste, au-delà des élans de révolte nécessaires, c’est à analyser la réalité de ces processus et à ouvrir le débat pour une alternative prolétarienne crédible, c’est-à-dire non-recyclable par la bobocratie écolo-gauchisante !

Luniterre

(*Depuis cet article, le CAC 40 a même pulvérisé ce record, à près de 4600 points, et le chômage continue d’augmenter…)

*********

***

Eléments de débat:

 

La Chine rusée 31 mars 02:01, par jojo

Je vois la visite de Xi Jinping autrement : Les chinois sont rusés, ils connaissent bien les européens et leur impérialisme économique et guerrier.

Vu que le système économique mondial fonctionne sur le dollar, la Chine est plein de dollars. Vu qu´ils ne valent rien du tout, il faut qu´elle sans débarrasse par exemple en investissant en Europe. Car une usine, un savoir faire, un lopin de terre ça a de la valeur !

Le discours de Hollande quand à lui était très interessant : il parla de gouvernance mondiale et du Mali aux français (à son oligarchie) et le Soudan aux chinois (alors que les USA le veulent aussi)…les tractations entre les oligarchies à travers leurs gouvernements respectifs sont bien visible.

Bien à vous.

 


REPONSE-La Chine rusée

2 avril 21:00,

par Luniterre

OK, camarade, mais ce n’est pas vraiment une autre « vision » du problème… En fait c’est même carrément la même, vu sous l’angle « dollar », et monnaie de réserve internationale, que j’aborde également dans les deux articles de fond, sur Tribune Marxiste-Léniniste :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/03/08/en_relisant_lenine_qui_parla it_deja_de_chine/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/03/27/724_de-lenine-ou-pas_/

La proposition que tu fais :

« Vu que le système économique mondial fonctionne sur le dollar, la Chine est plein de dollars. Vu qu´ils ne valent rien du tout, il faut qu´elle sans débarrasse… »

Par laquelle tu veux probablement dire :

« Vu que le système économique mondial fonctionne sur le dollar, la Chine est pleine de dollars. Vu qu’ils ne valent rien du tout, il faut qu’elle s’en débarrasse… »

Contient par elle-même la contradiction qui est l’essence du problème, à la fois « chinois » et mondial :

Les chinois gagnent beaucoup d’argent avec leur commerce extérieur, mais il est, déjà à la base, financé par des capitaux étrangers, à 60%…

Tandis que leur marché financier intérieur, totalement plombé par le « shadow banking », empêche la monnaie chinoise de devenir une monnaie de réserve concurrente au dollar…

En dépit du gouffre abyssal de la dette US, tant qu’elle sera « financée », qu’elle paiera ses intérêts, à défaut d’être remboursable, le dollar, « moribond » en apparence, continuera de régner, par l’ampleur de ce gouffre lui-même :

A part la Chine, la plupart des autres états impérialistes, même s’ils sont moins endettés que les USA, financent en grande partie, sinon essentiellement, leurs propre dette avec les intérêts qu’ils récupèrent sur leur réserve monétaire,… en dollars… !

Comme personne n’imagine sérieusement la résorption totale d’aucune dette « souveraine », le pays qui a à la fois la plus grosse dette et la monnaie de réserve internationale reconnue, à savoir les USA, évidemment, domine le monde, et le dominera encore longtemps…

Vous avez-dit pourri ??

Relisez Lénine…

Et la Chine, et le yuan, avec la tronche de Mao dessus ?

Pour qu’il puisse fonctionner comme monnaie de réserve, les chinois achètent tout l’or qu’ils peuvent…

Mais même avec tout l’or du monde, il leur faudrait encore arrêter leur pratique du « shadow banking »…

Officiellement, ils sont supposés « mettre de l’ordre »… En réalité, ce que nous appelons « shadow banking », en faisant semblant de le découvrir, est une pratique assez coutumière dans la culture chinoise, y compris à Paris-13e, et non une invention de la bureaucratie du PCC, qui ne fait qu’en profiter…

Pour qu’elle cesse vraiment, il faudrait que se produise un « trou » dans la chaîne, qu’ils n’arrivent plus à reboucher… avec leur réserve monétaire, basée sur le commerce extérieur,… et le dollar… ! Autrement dit, que leur commerce extérieur devienne déficitaire !

Mais cela entrainerait, vu l’interdépendance, un crash total du système…C’est pourquoi le monde financier craint tant un ralentissement de l’économie chinoise, et même, et surtout, de son commerce extérieur…

Le règne du dollar repose ainsi sur le vice favori du système chinois… Les USA ont tout intérêt au maintien du statuquo, y compris à ce que perdure le « shadow banking », en réalité…

Vous avez-dit pourri ??

Relire Lénine… L’impérialisme, stade suprême du capitalisme

Mais aussi stade de « putréfaction », nous explique-t-il !

Luniterre

*********

***

*

FM_TML_2

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s