tribune marxiste-léniniste

Pour une paix durable, pour le droit des nations à disposer d'elles-mêmes, pour le socialisme.

Plan Mélenchon : attention au retour de manivelle !!

.

.

.

.

.

.

Le Plan Mélenchon…

.

Un vieux retour

de manivelle keynésienne…

.

.

plan-melenchon

.

.

Sa candidature ne vaut

pour les prolétaires

que sur 2 points:

.

.

.

_RETRAIT de la « Loi El Khomri »

.

.

.

_REFUS de la solution RU

.

.

.

L’avenir du mouvement social

n’existe réellement qu’autour des revendications pour

un réel partage socialiste prolétarien du travail,

impliquant la socialisation des moyens

de production et des services essentiels:

.

.

__Recensement des besoins sociaux urgents actuellement non satisfaits, notamment en matière de logement et de santé.

__Recensement des forces productives disponibles et nécessaires à développer pour satisfaire ces besoins réels.

__Redéfinition d’un budget en équilibre, en base valeur-travail, entre ces forces productives et ces besoins.

__Redéfinition, dans cet équilibre, de la durée moyenne hebdomadaire de travail, nécessaire pour atteindre cet objectif.

__Réajustement, dans le cadre de cet équilibre, du SMIC à un niveau permettant d’accéder au moins à la satisfaction pour tous des besoins sociaux essentiels, notamment en matière de logement, éducation, culture, sport, etc…

__Prise en compte, dans cet équilibre, de l’effort collectif nécessaire aux objectifs de sécurité, de développement social et de solidarité.

.

 

FM_TML_2

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Combattre le capital ou « cogérer-Kollaborer », l' »extrême-gauche » doit choisir !!

.

.

.

.

 

 

Combattre le capital

ou « cogérer-Kollaborer »,

l' »extrême-gauche »

doit choisir !!

 

 

Avec la « vague » Benoît Hamon revient l’écume médiatique d’une prétendue « raréfaction du travail »…

Avec cette vague, remonte aussi, à la surface des illusions dificiles à perdre, le mythe de la « réduction du temps de travail » comme antidote « efficace » contre le chômage… ( 1 )

En attendant la « disparition totale » du travail, qui serait ainsi promue par le capital lui-même, et vantée comme « abolition du travail » également par les « camarades marxiens » de la « wertkritik » …!! ( 2 )

Alors que cet « argument » ne résiste pas à une analyse économique un tant soit peu sérieuse ( 3 ) ni même au simple bon sens, vu l’ampleur des besoins sociaux élémentaires encore insatisfaits sur la planète.

Ni même, simplement à quelques images…

robot-a

surprodction

emploi-robot

pole-emploi

kapitalist-vf

 

Il est évident, on l’a déjà vu au cours du débat sur le RU ( 4 ), que l’investissement « robotique » n’est rentable qu’à deux conditions,

__1_qu’il existe un marché solvable pour le produit…

__2_qu’il procure un avantage « concurrentiel » par rapport à ceux qui n’utilisent pas encore cette technologie… (avantage qui disparait donc assez vite…)

C’est pourquoi la « croissance »-accumulation du capital nécessite à la fois et le maintien d’une classe prolétarienne productive et celui d’un « volant de chômage » assez élevé pour en limiter le coût…

C’est aussi pourquoi le « partage du travail entre tous » est tout à fait impossible en régime capitaliste.

C’est aussi pourquoi la « réduction du temps de travail » à 35 heures ne pouvait pas aboutir, ni à un repartage du travail, ni à une baisse du chômage…

C’est aussi pourquoi il en ira de même, avec la revendication purement démagogique des 32 heures, et même la perspective tout aussi démagogique des 30 heures, dans ces conditions…

C’est pourquoi le « débat » sur le RU vient à propos, pour le capital, ébaucher une solution pour faire accepter la précarité, l’institutionnaliser, à court ou moyen terme, comme une forme de « droit social », se substituant, en pratique( 5 ), à ceux laborieusement conquis par les générations précédentes.

Le RU est donc bien le petit frère de la loi El Khomri, et on comprend l’empressement de Hamon à en conserver dans son « écurie présidentielle » l’inspiratrice supposée…

Mais parmi les supposés « ennemis » de la loi El Khomri et du RU, on trouve principalement les tenants d' »extrême-gauche » de la revendication des 32 heures…

Et certains qui osent en plus s’affirmer « anticapitalistes »…

On comprend aisément que leur influence sur le prolétariat soit en chute libre depuis quelques années, mais ils n’en continuent pas moins à prétendre représenter une alternative sociale crédible…

Voyons déjà ce qu’il en est pour l’inénarrable NPA et ses pathétiquement célèbres duettistes Poutou et Besancenot…

Au lendemain de la « défaite » de Valls aux primaires, voici comment Poutou se posait en alternative à Benoît Hamon:

« Avec sa proposition de revenu universel, Hamon propose de mettre en place un faible filet de sécurité de quelques centaines d’euros (pas financé), pour un monde du travail qui serait condamné au chômage de masse et à la précarité généralisée… A l’opposé de cette résignation qui se pare des atours de la nouveauté, il faut se battre pour la continuité du salaire même en cas de perte de son emploi, l’interdiction des licenciements, un Smic à 1700 euros net, l’augmentation des salaires et une réduction massive du temps de travail, véritables moyens de faire reculer durablement le chômage et de garantir de nouveaux droits sociaux. »

http://www.revolutionpermanente.fr/Declaration-de-Philippe-Poutou-Valls-prend-une-bonne-claque-mais-rien-n-est-regle?fb_comment_id=1397614420278082_1397629260276598#f523827710fe12

Et si l’on avait encore un doute sur l’aspect « réformiste », c’est à dire supposé compatible avec le capitalisme, de ce « processus », cette logorrhée démagogique, devrait-on dire, il est clairement levé dans ce « document de campagne »:

http://sante-secu-social.npa2009.org/IMG/pdf/fiche_16_revenu_de_base_ou_salaire_a_vie.pdf

« …une autre revendication essentielle, celle du droit au travail pour toutes et tous, grâce au partage du travail. Il ne faut pas abolir les 35 heures, mais au contraire passer immédiatement aux 32 heures, sans diminution de salaire, avec embauche proportionnelle à la réduction et continuer à abaisser le temps de travail pour arriver à l’extinction du chômage. »

On ne peut mieux résumer l’absurdité du raisonnement qui prétend « imposer » mécaniquement une réduction du chômage par une réduction du temps de travail, ainsi présentée comme une forme de « partage », alors que quinze ans de pratique des 35 heures ont démontré à suffisance l’ineptie de ce concept!

Mais il est vrai que pour tenter de « crédibiliser » sa démarche manipulatoire, le NPA se pose en « grand défenseur » de la Sécu, voulant même y faire fusionner l’assurance chômage et la transformer finalement en un remake encore plus réformiste et improbable du « salaire à vie », le « super-RU » du non moins inénarrable Bernard Friot…

http://www.lci.fr/elections/olivier-besancenot-lci-le-revenu-universel-est-une-fausse-bonne-idee-2023192.html

En même temps, on n’en comprend pas vraiment l’utilité, puisque Poutou propose également l' »interdiction des licenciements », toujours comme mesure compatible avec le capitalisme…

https://www.poutou2017.org/actualite/pour-combattre-le-chomage-il-faut-interdire-les-licenciements

(Notamment à partir de 6 minutes, mais l’ensemble vaut par son comique, même si bien involontaire…)

Ratisser tous azimuts, dans le spectre le plus large possible de la démagogie « réformiste », telle semble être la stratégie politique obsessionnelle de fuite au néant du NPA…

Et avec quel « enthousiasme », quelle « conviction », il faut le voir pour le croire…

https://fr-fr.facebook.com/poutou.philippe/videos/1225610910825437/

Dans la mesure où il apparait maintenant improbable que la candidature Poutou aboutisse, cela peut sembler être, surtout au vu de cette vidéo, tirer sur une ambulance, mais dans la mesure où le NPA continue de « drainer » diverses forces militantes entretenant l’illusion qui avait présidé à sa création, il n’était donc pas inutile de procéder à son autopsie…

Du côté de « Lutte Ouvrière » on aurait presque pu croire à une « renaissance par clonage », lors de la « transmission de relai » entre Arlette Laguiller et Nathalie Arthaud… Mais manifestement, la greffe médiatique est ratée, et quant au fond, il faut encore à l' »héritière » tenter de se démarquer « à gauche » du fiasco Poutou…

Elle ne reprend pas formellement la démagogie des 32 heures, mais tente d’ébaucher un « partage du travail » sur une base à priori correcte, correspondant mieux aux besoins sociaux, mais dont la réalisation est toujours supposée compatible avec le capitalisme:

« Et pour imposer les embauches nécessaires, il faut recenser les besoins dans tous les secteurs, dans toutes les professions et dans toutes les régions. Pour donner un travail utile, il faut faire le compte de tout ce qui manque aujourd’hui en matière de construction de logements, d’écoles, d’hôpitaux, de moyens de transport, de routes, etc. Cela nécessite que les travailleurs et la population exercent un contrôle sur l’organisation de l’économie.

Ce ne sont pas les bulletins de vote qui obligeront la classe capitaliste à abandonner une part de ses profits passés, présents et à venir. « 

Autrement dit, un simple « contrôle populaire » de type « cogestion », tel que supposé « renaitre » à la Sécu par le NPA, permettrait de « partager », en fait, les profits du capital…!

Le but de la « lutte ouvrière » ne serait donc pas ainsi de socialiser les moyens de production, mais de coller, par la lutte, quelques bouts d’ailes au patronat pour le transformer en un club d’anges de charité…

Et si l’on avait encore un doute sur le fond réformiste de ce « contrôle populaire », il suffit là aussi de lire dans les premières lignes du « document de campagne » de la candidate:

http://www.nathalie-arthaud.info/sites/default/files/documents/4pages_presidentielle2017.pdf

« Alors, il faut interdire les licenciements et les plans de suppression d’emplois, à commencer par les entreprises qui font des profits. Et il faut répartir le travail entre tous les travailleurs, sans perte de salaire. Le grand patronat a largement de quoi payer. »

A vot’ bon cœur, M’sieu’Dames…!

Et pour le reste, finalement:

« Voter pour elle c’est voter pour des revendications qui seules pourront mettre fin au drame du chômage et de tout ce qui l’accompagne. »

Fin de la pirouette…

Alors qu’à l’évidence, la construction d’un équilibre économique entre besoins sociaux et forces productives exige la définition d’un modèle recensant ces deux aspects du problème, mais établi sur un budget lui-même en équilibre, c’est à dire défini en base valeur-travail, et non en fonction du profit capitaliste, avec lequel il est tout à fait incompatible par nature, comme simplement exposé en début de cet article.

Le débat et le combat ne peuvent mener à une solution que autour de la valeur-travail, de la loi de la valeur, et de la façon dont elle doit s’appliquer directement dans cette phase de transition que constitue le socialisme prolétarien.

Vouloir entretenir l’illusion d’une phase de transition à l’intérieur même du capitalisme est voué à l’échec et ne peut qu’aboutir à renforcer l’emprise du social-fascisme sur les classes populaires, par la démagogie qu’elle implique.

Luniterre

************************

 

.

L’avenir du mouvement social n’existe réellement qu’autour des revendications pour un réel partage socialiste prolétarien du travail,

impliquant la socialisation des moyens

de production et des services essentiels:

.

.

__Recensement des besoins sociaux urgents actuellement non satisfaits, notamment en matière de logement et de santé.

__Recensement des forces productives disponibles et nécessaires à développer pour satisfaire ces besoins réels.

__Redéfinition d’un budget en équilibre, en base valeur-travail, entre ces forces productives et ces besoins.

__Redéfinition, dans cet équilibre, de la durée moyenne hebdomadaire de travail, nécessaire pour atteindre cet objectif.

__Réajustement, dans le cadre de cet équilibre, du SMIC à un niveau permettant d’accéder au moins à la satisfaction pour tous des besoins sociaux essentiels, notamment en matière de logement, éducation, culture, sport, etc…

__Prise en compte, dans cet équilibre, de l’effort collectif nécessaire aux objectifs de sécurité, de développement social et de solidarité.

.

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

NOTES:

.

( 1   Partage du travail ou « réduction du temps de travail », c’est pas la même chose 

https://frontdeslaics.wordpress.com/2017/02/16/partage-du-travail-ou-reduction-du-temps-de-travail-cest-pas-la-meme-chose/

.

https://solydairinfo.wordpress.com/2017/02/16/partage-du-travail-ou-reduction-du-temps-de-travail-cest-pas-la-meme-chose/  )

.

.

( 2 https://tribunemlreypa.wordpress.com/___-marx-au-banc-dessai-de-lhistoire-contre-la-wertkritik-trois-articles-sur-leconomie-politique-du-socialisme-___/

.

Marx-au-banc-d’essai-de-l’histoire   )

.

.

( 3  http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2015/06/01/le-mythe-de-la-robotisation-detruisant-des-emplois-par-millions-1/

.

http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2017/01/08/l%E2%80%99hypothese-de-%C2%AB-la-fin-du-travail-%C2%BB-qui-fonde-le-projet-de-revenu-universel-de-benoit-hamon-est-tres-contestable/

.

http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-166273-demain-tous-chomeurs-le-mythe-de-la-rarefaction-du-travail-2065172.php

.

http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-decryptage-eco/le-decryptage-eco-faut-il-vraiment-croire-a-la-rarefaction-du-travail_2028424.html    )

 

( 4  https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/02/08/sur-agoravox-deux-nouveaux-debats-sur-le-revenu-universel-version-hamon-et-autres/

Voir le 2ème débat, à propos de l’article du PRCF… )

.

.

( 5  sur  Tribune Marxiste-Léniniste

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/01/26/hamon-2eme-tour-ou-larnaque-relookee/

.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/02/10/le-ru-cest-la-ruine-sociale-le-partage-en-valeur-travail-cest-la-seule-issue/

.

Sur FRONT des LAïCS :

https://frontdeslaics.wordpress.com/2017/02/10/le-ru-cest-la-ruine-sociale-le-partage-en-valeur-travail-cest-la-seule-issue/

 

Sur SOLYDAIRINFO  :

https://solydairinfo.wordpress.com/2017/02/10/le-ru-cest-la-ruine-sociale-le-partage-en-valeur-travail-cest-la-seule-issue/   )

 

 

*****************

FM_TML_2

 

 

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

Maintenant sur AGORAVOX : Partage du travail ou « réduction du temps de travail », c’est pas la même chose !

 

.

.

.

.

Maintenant sur

AGORAVOX :

 

Partage du travail ou « réduction du temps de travail », c’est pas la même chose !

  Partage du travail ou « réduction du temps de travail », c'est pas la même chose !

« Loi El Khomri, précarité à vie, cette société là, on n’en veut pas ! » Tel était le mot d’ordre au printemps dernier… Un nouveau (…)

568 visites 17 fév. 2017 | 13 réactions | Luniterre  

 

 

FM_TML_2

 

Macron, « Fillon » du centre ?

.

.

.

.

.

Macron,

.

« Fillon »

.

du centre?

.

.

.

 

par Raphael Jolivet

(Paru sous le titre: »Et maintenant … si on se faisait Macron ? »)

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/et-maintenant-si-on-se-faisait-189801

.

Maintenant que François Fillon semble définitivement grillé, si on se concentrait sur un autre candidat, ultra-libéral lui aussi, prédateur assumé de l’intérêt général et de notre héritage social : Emmanuel Macron ?

Ce jeune loup, élevé hors sol par les sphères financières et le haut patronat, et gonflé artificiellement à l’hélium médiatique, traîne déjà une belle batterie de casseroles : conflits d’intérêt, fraude fiscale, détournement d’argent public. Sorties dans la presse depuis un certain temps, ces affaires n’ont pourtant pas suscité le même emballement médiatique : L’oligarchie aurait-elle déjà choisi son vainqueur ? protégerait-elle son poulain ?

Revue de presse des magouilles de Macron :

  1. Fraude Fiscale
  2. Liens étroits avec AXA
  3. Financement de campagne et enveloppe ministérielle
  4. Le succès médiatique de Macron : Renvoi d’ascenseur par Patrick Drahi ?

 

Fraude fiscale

En mai 2016, Médiapart et le Canard enchaîné, révélaient que Emmanuel Macron aurait sous-estimé une propriété de son épouse pour la bagatelle de 200.000 €, lui permettant ainsi d’échapper à l’ISF.

Assez cohérent, finalement, pour un candidat qui, bien que se refusant à présenter un programme, clame haut et fort qu’il veut “réformer” l’ISF.

JPEG - 33.5 ko
Les impôts c’est pas pour les riches

 

Liens étroits avec AXA

Alors que François Fillon se trouve, à juste titre, accusé de conflits intérêt avec les assurances AXA (qui ont fait appel à lui en tant que conseiller), tout le monde semble laisser Emmanuel tranquille sur ce sujet. Son mouvement, En Marche, déclare pourtant son siège au domicile particulier [1] [2] de Laurent Bigorgne directeur du très libéral “think tank” l’Institut Montaigne, proche du Médef : ni de droite ni de gauche ? vraiment ? Or, le président de l’Institut Montaigne n’est autre que Henri de Castries, l’actuel PDG de AXA assurances. On comprend mal comment ce qui constitue un conflit d’intérêt majeur pour le président Fillon, serait acceptable pour le président Macron ?

PNG - 117.4 ko
« En Marche », colocataire de l’Institut Montaigne, présidé par Henri de Castries, PDG de AXA

 

Financement de campagne et enveloppe ministérielle

Non content des quelques 12 millions qu’il aurait récupéré à Londres en faisant la quête dans le cœur névralgique de la finance, à la City, avec des dîners à “prix libre” jusqu’à 7500 €, Emmanuel Macron aurait aussi éprouvé le besoin de piocher dans l’enveloppe de son ministère pour ses frais de sa campagne.

Michel Sapin l’accuse en effet d’avoir utilisé près de 80% de ses “frais de représentation”, réservé à son activité ministérielle, pour des frais liés à sa campagne : Soit environ 120.000 €

Macron aurait également bénéficié d’une aide active de L’élysée, pour organiser une levée de fonds lors d’un déplacement officiel au Liban.

Le succès médiatique de Macron : Renvoi d’ascenseur par Patrick Drahi ?

Dans les collusions incestueuses permanentes entre les pouvoirs politiques, financiers et médiatiques au sein de notre belle république (qui nous valent cette année une chute au 45e rang mondial de la liberté de la presse), le cas Macron représente un cas d’école, presque chimiquement pur.

Accrochez vos ceintures : Début 2014, alors qu’il est encore 1er secrétaire de l’Elysée, Macron rend un fier service à Patrick Drahi, multi-milliardaire magnat des médias, en autorisant le rachat de SFR par ce dernier, aux dépens de Bouygues [2]

Bernard Mourad, ami de Macron depuis 2004 [1] et alors banquier chez Morgan Stanley, finance et négocie ce rachat. Après cette opération réussie, Bernard Mourad est promu directeur du groupe de presse Altice [3] (Libération, l’Express, l’Expansion, L’Etudiant, Stratégies), propriété de Patrick Drahi.

En 2016, Bernard Mourad rejoint définitivement Macron, en tant que conseiller spécial : [4] La boucle est bouclée.

Rappelons que, en plus du groupe de presse Altice (devenu depuis SFR Presse) Drahi possède également NextTVRadio (BFMTV, BFMRadio, RMC) : Au passage, comment une “démocratie” peut-elle tolérer de tels empires médiatiques et une telle concentration / collusion des pouvoirs ?

PNG - 204.2 ko
Le rachat de SFR par Drahi, autorisé par Macron au détriment de Bouygues, constitue le pivot de son soutien par l’empire médiatique du milliardaire.

 

Ces copinages éclairent cette macron-mania médiatique, ainsi que les sondages d’opinion dithyrambiques, surprenants pour un homme qui peine à parler des prolétaires sans les insulter, ou à les rencontrer sans se faire chahuter.

Chapeau l’artiste…!?? …Petite histoire d’une manipulation réussie…

.

.

.

.

 

un-drole-de-trotskyste

.

 

Chapeau l’artiste…!??

Un drôle de trotskyste…

A propos de…

Ou comment recycler Trotsky en apôtre du social-chauvinisme…

 Ou comment recycler Trotsky en apôtre du social-chauvinisme…

Ce texte, « Comment Trotsky explique la soumission européenne aux USA », a déjà fait près de quatre pages de références sur les moteurs de recherche, avant que nous (…)

1115 visites 13 fév. 2017 | 29 réactions | Luniterre   + Partager

*****************************

et des commentaires qui ont suivi…

Ou comment un trotskyste peut en cacher un autre…

Retour sur l’histoire d’une manipulation, réussie par l’écrivain d’extrême-droite Nicolas Bonnal…

Où un amusant montage de citations du « maître à penser » est pris pour du bon pain par la « gauche » française si “bien pensante”…

« C’est tellement vrai »… Trouve-t-on en unique commentaire « autorisé » (l’accès aux post étant bloqué), sur la republication de l’article , sans nom d’auteur spécifié, par…

2ccr

http://2ccr.unblog.fr/2017/02/02/comment-trotsky-explique-la-soumission-europeenne-aux-usa/#comments

Site qui compte, parmi ses premiers liens, ACRIMED, Anti-K, Bellaciao, Contretemps, …ça ne s’invente pas!

Mais, outre Agoravox, où la liberté est réelle et où nous avons pu nous exprimer largement à ce sujet, parmi les autres « victimes consentantes », quelques exemples notables, habituellement plutôt « donneur de leçon » dans le domaine d’une hypothétique éthique (**):

hs__db

https://histoireetsociete.wordpress.com/2017/01/22/comment-trotsky-explique-la-soumission-europeenne-aux-usa/

Mais qui a tout de même le mérite de citer ses sources, à défaut d’affranchir ses lecteurs sur la nature du breuvage, pourtant AOC ultra-droite facile à vérifier… Ne serait-ce que par la lecture d’un échantillon de la littérature, au demeurant assez « érudite » de Nicolas Bonnal… En voici un…:

j-cesar-remplacement

http://www.l-union-fait-la-force.info/modules/newbb/viewtopic.php?post_id=16802&keywords=bonnal

Parmi les autres « passeurs » assez cocasses de la pensée du « maître » (…lequel,au fait?), ce site, plutôt adepte de la « wertkritik » (*), à la base, mais étant donné le niveau « théorique » supposé, on doute précisément là qu’il s’agisse d’un hasard « accidentel »…

avec-marx

http://michelpeyret.canalblog.com/archives/2017/01/25/34849022.html

On passerait un temps infini à suivre la liste des « victimes consentantes » de cette manipulation magistrale, mais pour mieux la comprendre, il n’est que d’écouter le « maître » (…le vrai?) en parler lui-même, notamment à partir de 14 minutes 30, dans cette vidéo…

(Ceci-dit, l’ensemble vaut largement d’être écouté, pour qui veut vraiment chercher à comprendre…)

Alors, chapeau l’artiste? Tant pis, en tout cas, pour les gogos qui veulent bien tomber dans le panneau, pourtant facile à démasquer!

Triste état d’une « gauche » française qui prétend, pourtant, « penser par elle-même »…!!

Luniterre

*****************

( *  https://tribunemlreypa.wordpress.com/___-marx-au-banc-dessai-de-lhistoire-contre-la-wertkritik-trois-articles-sur-leconomie-politique-du-socialisme-___/      )

(**  https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/10/24/palestine-sur-les-debuts-de-la-colonisation-sioniste/    )

FM_TML_2

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

Partage du travail ou « réduction du temps de travail », c’est pas la même chose!

.

.

Un article de Pierre Grindsable,

.

Repris sur 

FRONT
des LAïCS

.

https://frontdeslaics.wordpress.com/2017/02/16/partage-du-travail-ou-reduction-du-temps-de-travail-cest-pas-la-meme-chose/

.

.

gpc-ago



« Loi El Khomri, précarité à vie, cette société là, on n’en veut pas ! »

Tel était le mot d’ordre au printemps dernier…

Un nouveau « printemps » approche, avec la présidentielle, et la précarité a continué de s’installer, déjà avec le passage en force de la Loi EL Khomri, et aujourd’hui, la seule perspective « sociale » qui nous est officiellement présentée dans ces élections est celle du « revenu universel », c’est à dire une institutionnalisation définitive de la précarité, et en fait, de la misère qui va avec.

Dès sa première « étape » la mise en place du programme de Benoît Hamon implique la suppression de nombreux droits sociaux existants, mais qui n’auront plus leur équivalent dans le « revenu universel », notamment et de façon flagrante pour les familles monoparentales, réduites à vivre en tout et pour tout avec le montant du seul « revenu universel » indépendamment du nombre d’enfant à élever!

Ce n’est donc pas le prétendu « partage des richesses » qui nous est proposé, et encore moins, celui du travail, mais simplement celui de la misère et du chômage.

Un peu d’histoire sociale… Remontons en Septembre 1996… Un peu plus de 20 ans, déjà…

Le temps de travail était alors à 39 heures… (Suite aux « efforts » de Mitterrand en 1982…), …La perspective des 35 heures était à l’horizon 2000…

Voici donc, en Septembre 1996, ce qu’écrivait le « Réseau AC!-Agir contre le chômage et la précarité » (*), qui semble encore exister de nos jours, du reste…:

« LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL, une histoire ancienne

En 1896, en France, un salarié travaillait en moyenne 2 913 heures par an, la population active occupée était de 20,6 millions de travailleurs. L’économie employait donc 60,1 milliards d’heures de travail humain.

En 1991, un salarié travaillait en moyenne 1 537 heures par an. la population active occupée était de 22,2 millions de travailleurs. L’économie n’utilisait donc plus que 34,1 milliards d’heures de travail humain.

Si les salariés d’aujourd’hui travaillaient 2 913 heures par an comme en 1896, la population active occupée ne serait que de 11,7 millions. Dans ce cas, la France compterait 10,5 millions de chômeurs de plus. »

Aujourd’hui, les 35 heures sont une réalité déjà ancienne et carrément remise en cause…

Le chômage n’a cessé de progresser, et le retour au plein emploi est déclaré impossible par de prétendus « spécialistes », « experts », « économistes », etc…

Par rapport à la réduction du temps de travail historiquement constatée, AC! osait prétendre ceci:

« C’est la réduction de près de la moitié de la durée du travail qui a créé ces dix millions d’emplois. »

Si cela était la vérité, pourquoi la nouvelle réduction du temps de travail a-t-elle accru le chômage…?

La réalité est évidemment tout autre: le capitalisme crée plus d’emploi qu’il n’en détruit seulement en période de forte croissance, et alors que réduction du temps de travail va avec augmentation de la productivité.

Dans la période de crise actuelle, il y a longtemps que l’augmentation de la productivité, qui s’est pourtant encore accrue, ne compense plus pour la faiblesse de la « croissance », quasi nulle.

C’est pourquoi la simple réduction du temps de travail, effectuée de manière arbitraire, à 35, 32, voire 30 heures, ne peut pas mener mécaniquement à un réel partage du travail.

Accouplée à un système de « revenu universel », elle ne peut mener qu’à un accroissement de la précarité, par une baisse généralisée des salaires, une stagnation, et même très certainement, une remise en cause du SMIC, déjà effective à travers les emplois « uberisés »!

La véritable leçon à tirer de la « réduction du temps de travail » en régime capitaliste, c’est précisément qu’elle n’a rien à voir avec le principe du « partage du travail »! « Réduction du temps de travail » et « partage du travail » sont en réalité deux notions très différentes:

Le partage du travail, destiné à réduire, et même à supprimer le chômage et la misère, est, quant à lui, tout à fait incompatible avec le capitalisme.

En effet, le partage du travail n’a de sens que si une fois le partage du travail effectué, il en ressort pour tout le monde un niveau de vie décent, et en tout cas, supérieur au seuil de pauvreté.

Cela signifie que le produit du travail ainsi partagé, tant en biens qu’en services, correspond aux besoins sociaux réels des travailleurs et de leurs familles, ainsi qu’aux besoins sociaux de ceux qui sont en retraite ou dans l’incapacité de travailler.

Dans ce cas, les critères de productivité et même de « rentabilité », n’ont plus le même sens.

Leur influence ne concerne alors plus que la durée totale du travail à partager…

La durée moyenne hebdomadaire du travail n’est plus fixée de manière arbitraire à 39, 35, 32 heures, voire 30 heures ou moins, mais simplement en fonction de la durée totale du travail à partager pour satisfaire les besoins sociaux essentiels et biens réels, définis démocratiquement.

Cela s’appelle le socialisme, au véritable sens du terme, et non pas l’ersatz que nous subissons encore, ni même ce miroir aux alouettes que constitue le piège qui nous est tendu par Benoît Hamon.

La question actuelle du candidat unique de la « gauche sociale » n’est toujours pas celle d’une voie au socialisme, car aucun ne parle d’un réel partage du travail, au delà d’une éventuelle « réduction du temps de travail », qui ne mène à rien, sinon à plus de chômage et de misère, même et surtout avec un « revenu universel » qui entérinera définitivement la précarité, l' »uberisation », et partant de là, la réduction drastique des droits sociaux encore actuellement existants.

Dans la mesure où la question ne porte plus que sur la sauvegarde hypothétique de ces droits, il est clair que c’est le candidat Hamon qui doit se retirer en faveur du candidat Mélenchon.

Mais l’avenir du mouvement social n’existe réellement qu’autour des revendications pour un réel partage socialiste du travail:

__Recensement des besoins sociaux urgents actuellement non satisfaits, notamment en matière de logement et de santé.

__Recensement des forces productives disponibles et nécessaires à développer pour satisfaire ces besoins réels.

__Redéfinition d’un budget en équilibre, en base valeur-travail, entre ces forces productives et ces besoins.

__Redéfinition, dans cet équilibre, de la durée moyenne hebdomadaire de travail, nécessaire pour atteindre cet objectif.

__Réajustement, dans le cadre de cet équilibre, du SMIC à un niveau permettant d’accéder au moins à la satisfaction pour tous des besoins sociaux essentiels, notamment en matière de logement, éducation, culture, sport, etc…

__Prise en compte, dans cet équilibre, de l’effort collectif nécessaire aux objectifs de sécurité, de développement social et de solidarité.

.

Pierre Grindsable

.

******************

( *30 Septembre 1996:   http://www.ac.eu.org/spip.php?article40    )

 

.

.

(A savoir: cet article clos la série des mises à jour sur la pétition

.

petition

***************

.

.

Article repris également sur:

.

.

SOLYDAIRINFO:

https://solydairinfo.wordpress.com/2017/02/16/partage-du-travail-ou-reduction-du-temps-de-travail-cest-pas-la-meme-chose/



FM_TML_2

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

жжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжжж

Maintenant sur AGORAVOX : Ou comment recycler Trotsky en apôtre du social-chauvinisme…

 

 

 

Maintenant sur

AGORAVOX :

 

Ou comment recycler Trotsky en apôtre du social-chauvinisme…

 Ou comment recycler Trotsky en apôtre du social-chauvinisme…

Ce texte, « Comment Trotsky explique la soumission européenne aux USA », a déjà fait près de quatre pages de références sur les moteurs de recherche, avant que nous (…)

911 visites 13 fév. 2017 | 25 réactions | Luniterre   + Partager

 

 

FM_TML_2J_